Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



« 1 2 (3) 4 5 6 ... 20 »


Re : Micro-nouvelles
Expert Onirien
Inscrit:
12/04/2007 17:27
Groupe :
Auteurs
Membres Oniris
Évaluateurs
Post(s): 4839
Hors Ligne
LE CASTOR DES FÊTES DE NOEL


Un castor qui habitaient en forêt où il y avait beaucoup de neige gruga un sapin pour les fêtes de noel qu'il ramena chez lui pour le décoré avec ses amis la belette, le coyote des neige, le hibou le gardien de la forêt, le loup, le Harfang des neige, et le lapin...
Et tous ses animaux ont décoré le beau sapin que le castor avait coupé avec sa queue pour y mettre des guirlandes, des boules de différentes couleurs et des lumières ainsi qu'une étoile en haut du sapin des fêtes...
Et de la neige et du verglas artificiel pour mettre dans l'arbre de noël...
Et tous ses animaux mangea des petits gâteaux, des bonbons, de la réglisse, des canes des fêtes de Noel ainsi qu'une buche de différentes couleur avec des fleurs en jello...

Contribution du : 11/12/2014 21:50
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Micro-nouvelles
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
27/04/2014 12:30
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 1982
Hors Ligne
La Belette des Plages

Depuis juin, notre relation bat de l’aile. Depuis mon écart avec Socque. Là, c’est notre couple qui risque de voler en éclat. Pour récupérer Coline, il me faut redevenir son héros. Alors, je décide d’affronter la Bête. Je dois d'abord retrouver Le Maître, Pascal31, le seul à connaître les parades du coup du Chimpanzé Masqué et du Labrador du Bengale.

- La Belette ? Ne parle pas, Petit Scarabée, dit-il avec la voix de MissNode, très haut-perchée. La voix, pas MissNode ! Tiens, prends ce sabre en défense de cachalot. Ce soir, elle sera à la plage des Micro-Nouvelles. Sois prudent. Sa 5e patte est vénéneuse.

Elle est là, énorme. Comme dans Kung Fu Belette 4. Je tremble. Le sabre ne me rassure plus, qui n’est en fait qu’en canine de chihuahua. La bête cherche à me griffer. La patte la plus agitée est, à coup sûr, la 5e vénéneuse. Le sabre. Plus le choix. Gérer le timing. Tchac ! La patte vole. Je chope la bête et lui attache les pattes restantes entre elles. Un nœud plat.

Je quitte la plage en informant les badauds. "Je m'appelle Dupark." Je rentre chez moi. Les journaux s'empareront de l'affaire, informeront Coline. Epuisé, je m'endors, dans les vapeurs du doute.

Contribution du : 12/12/2014 09:59
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Micro-nouvelles
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
27/04/2014 12:30
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 1982
Hors Ligne
Départ imminent

Demain, je pars.

Je sors me souler. Accroché à mon whisky, je pleure au milieu des rires que je n'entendrai plus. Ma main se crispe sur le verre. Parce que c'est fini. Parce que je rentre. Parce que j'imagine déjà le gris du béton, les visages fermés, le peu d'échanges, les échangeurs.

Nadjela. Elle est sublime. C'est ma voisine du dessus. Elle s'est mise avec un vieux blanc, parce qu'il faut bien une assurance sociale, mais le vieux dort. "Viens danser." C'était un zouk lent. Je n'aurais pas bougé pour un makossa. Je tente de me consoler avec cette peau d'Afrique qui se colle à moi.

En rentrant, je laisse ma porte entrouverte. Je me dis que Nadjela la verra et qu'elle la poussera pour une dernière étreinte.

Dans la salle d'embarquement, mon portable sonne. C'est Nadjela. Je suis touché. Je pars avec au téléphone l'élégance d'une femme qui est, en cet instant, toute l'Afrique, tout ce que j'ai chéri pendant si longtemps. On ne laisse jamais un visiteur aller seul sur la route. On l'accompagne toujours un peu.

L'avion s'arrache au continent. Mon cœur est resté collé au tarmac. Ça fait mal.

Contribution du : 13/12/2014 12:01
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Micro-nouvelles
Expert Onirien
Inscrit:
12/01/2010 00:51
Groupe :
Groupe de Lecture
Primé concours
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 5317
Hors Ligne

L'amour en ce jardin



- Tu as vraiment des goûts de luxe !
Mutique, Ew le fixait en se frottant le flanc, sur la suture.
- Allez, je lyse ton ADN là, je bricole ces paires de base, trois jours d'incubation et c'est marre. Tu l'auras, ton mâle. Au fait, tu comptes raconter ça comment à tes enfants ?

Contribution du : 13/12/2014 15:59
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Micro-nouvelles
Maître Onirien
Inscrit:
31/10/2009 09:29
De du côté de Brocéliande
Groupe :
Groupe de Lecture
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 16405
Hors Ligne
Archimède était casanier, il aimait son confort et avait quelques principes auxquels il ne dérogeait guère.
La perspective de passer toute une semaine à l’hôtel dans une chambre avec douche mais dépourvue de baignoire le plongea dans une telle fureur qu'il noya sa femme dans son bain la veille même de leur départ en vacances.
" Euréka !" se serait-il écrié en mesurant les conséquences de l’inondation qui le dispensait de quitter ses chères pénates.
Les conclusions qu'il tira par la suite de ce crime demeuré impuni le rendirent tristement célèbre.

Contribution du : 14/12/2014 17:11
_________________
"La poésie est aux apparences ce que l'alcool est au jus de fruit"
Guillevic
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Micro-nouvelles
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
27/04/2014 12:30
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 1982
Hors Ligne
PREMIÈRE VANNE

C’était au CM1. Nous étions dans les Alpes, en classe de neige. Mon père m’avait confié un appareil photo qui lui venait de sa famille, un pavé énorme dont le constructeur avait dû confier le look à un designer mal voyant et dont on mettait deux à trois semaines pour trouver le format des pellicules, tant elles étaient rares : «6x9 gros trous».

Ce jour-là, sur les pistes de luge, je décide de prendre en photo Mme Maleuge ma maîtresse, et ses deux collègues. L’ambiance était détendue et chaleureuse.

- Mais c’est un appareil préhistorique que tu as là ! Les Cromagnons faisaient déjà des photos ?

- Vous ne le saviez pas ? D’ailleurs je préfère vous prévenir : quand on va développer la pellicule, vous sortirez en peaux de bêtes avec un os dans les narines.

Si elles ne s’étaient pas tordues de rire, j’aurais arrêté là ma carrière d’humoriste. Et je n'aurais jamais rempli le Stade de France.
Comme quoi, le destin, ça tient vraiment à peu de chose.

Contribution du : 14/12/2014 20:08
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Micro-nouvelles
Expert Onirien
Inscrit:
14/08/2009 09:58
De Bretagne
Groupe :
Groupe de Lecture
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Post(s): 6619
Hors Ligne
Orientation

- T'oublies pas ton rendez vous à la Mission Locale, hein ?
- Ouais, ok, M'an !

Devant le formulaire, Louna hésite : c'est toujours pareil, elle hait ces choix absurdes qui contraignent, restreignent, amenuisent… jamais elle n'est parvenue à rentrer dans des cases, ses jambes sont trop longues, ses courbes trop sinueuses, et surtout l'imagination, l'étincelle !
Aucune paperasse n'y résiste. La vie, ça doit flamber !
Métiers.
Elle s'est déjà imaginée chanteuse rock, jeune fille au pair chez des trafiquants d'armes à Maracaibo, bras droit de mère Théresa, patineuse artistique, avec un costume trop top : Lara Croft derrière et un squelettes devant…
Celui qu'elle préfère : maîtresse d'un tueur à gages, elle a les ongles violets, la bouche lasse, de longs cheveux rouges, trente grammes d'or à l'index et un petit cœur frémissant d'angoisse à chaque "contrat"…
Alors, quoi son numéro de sécurité sociale ?!
A la ligne "sexe", rageusement, elle écrit "Oui".

Contribution du : 18/12/2014 21:47
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Micro-nouvelles
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
27/04/2014 12:30
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 1982
Hors Ligne
Mon Amour,

tu veux que nous fassions plus ample connaissance. Je profite alors de ton empathie de médecin pour te dire ce que je n'ose avouer à personne.

Par temps de pluie, mes douleurs articulaires se réveillent. J'aimerais tellement savoir ce qui relie le degré hygrométrique, la pression atmosphérique, les os, les muscles et le reste. Car il y a bien une explication scientifique ! J'ai cherché sur le net et n'ai rien trouvé de convaincant.

Pour mes insomnies les nuits de pleine lune, je n'en parle plus depuis qu'un psy a explosé de rire à table quand j'ai dit ça, histoire de bien faire marrer les autres : "Mais tu vois la lune avant d'aller te coucher, mon pauvre ami. C'est aussi simple que ça !" Alors que je ne m'intéresse à la lune que vers trois heures du matin, quand le sommeil m'a déjà abandonné.

Sais-tu, mon Amour, pourquoi les huiles essentielles me font tant de bien ? Pourquoi n'y-a-t-il aucune prise en charge pour ça ? C'est un scandale ! Est-ce que ça ne serait pas, par hasard, un coup du lobby pharmaceutique ?

Je te laisse. Mon boss a besoin de moi. Ha oui, et aussi, j'ai vu des extra-terrestres. Il faut vraiment que je te raconte. Quand est-ce qu'on se voit ? Je t'embrasse.

Contribution du : 19/12/2014 10:30
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Micro-nouvelles
Expert Onirien
Inscrit:
14/08/2009 09:58
De Bretagne
Groupe :
Groupe de Lecture
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Post(s): 6619
Hors Ligne
Animâle

Et un jour, non.
C'est toujours ta queue raide qui te traîne
Toi, chose molle embarquée, à ses ordres. Alors non.
Non.
Les chiens peut-être.
Mais l'homme…
Il y a divorce : mon ventre ne pleure que si ma tête est émue.

… Ou l'inverse ?...
Et puis soudain j'ai honte de ce mauvais procès.
De ma duplicité : moi, jouer les ségolènes du sexe
drapée dans l'immense dignité voilée des femmes de bien ?
Putain, ma mère, pas ça !
Au compas de mes jambes, le centre toujours brûlant doit délivrer l'exactitude du désir, pas les règles.
Le sang, pas la règle.

Je te regarde, inversé, dans mon miroir trompeur
Comme toi
Symétriques, affrontés, apposés, opposés.
Tu dis ton désir sauvage − et rêves de te blottir encore au creux maternel, dans la sécurité.
Je dis tendresse policée − et rêve d'être emportée cul par-dessus tête dans ta lave.
Viens animal. Je t'aime.
Je te tuerai si je peux.

Contribution du : 29/12/2014 22:14
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Micro-nouvelles
Expert Onirien
Inscrit:
14/08/2009 09:58
De Bretagne
Groupe :
Groupe de Lecture
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Post(s): 6619
Hors Ligne
Pigeonnée !

Zao songe, droite, au milieu de l'allée. Du bord du toit, le pigeon la suit d'un œil enamouré et, en une spirale précise, atterrit juste sous son nez.

Impossible, ainsi éventée, d'ignorer cet insolent qui se rengorge, roucoule, entame une parade amoureuse, qui déploie ses plumes de queue dans la poussière, et perd la tête à tourner sur lui-même.
La chatte, indécise, détourne le regard : doit-elle être flattée de l'hommage ou offusquée de l'audace ? Ce pigeon conquérant la ferait presque douter de son identité.
Elle n'a jamais mangé de si gros volatile, mais quand même ! L'odeur est tentante. Elle hésite. Avance une patte joueuse vers la queue traînante. L'inconscient se rapproche encore.
Mkkrr, murmure de frustration habituellement réservé aux mouches.
Elle referme les yeux, pour échapper à la tentation, se détend : entre une obole à son appétit de fauve gavé et la satisfaction d'être courtisée en langue étrangère, elle vient de choisir.
Son ego se met à ronronner du morse.
Pigeonnée !


La scène décrite est authentique

Contribution du : 04/01/2015 22:15
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
« 1 2 (3) 4 5 6 ... 20 »





Oniris Copyright © 2007-2019