Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



« 1 2 3 (4) 5 6 7 ... 20 »


Re : Micro-nouvelles
Apprenti Onirien
Inscrit:
05/01/2015 15:53
De Ile de France
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Post(s): 123
Hors Ligne
180 mots 972 caractères espaces compris

Le gnome se mit en garde, haut comme trois pomme il n’arrivait pas à la cheville du mercenaire, il faut dire qu’il faisait deux mètres. Il n’était pas à la hauteur pour le combattre, au pire des cas il combattrait contre un mollet, un coup de pied et il atterrirait dans les fourrés. Il arqua son épée vers le haut. Raté, le mercenaire recula d’un pas, il était hors de portée. Le géant pris sa massue, et l’étala sur le gnome. Malheureusement pour lui, le gnome avais glissé sur le sol boueux, le pauvre combattant se fit entrainer par le mouvement de sa masse et tomba la tête la première et se fracassa le crane contre une pierre. Le gnome tira une pièce d’or de sa tunique, la fis voltiger en l’air et celle-ci lui glissa entre les doigts et roula jusqu’au pied d’un arbre non loin, juste entre les racines ou un crotale avais élus domicile. Le gnome souris, demain il irait combattre le troll de la caverne de Syloppé, la malchance ne tombe jamais deux fois de suite.

Contribution du : 06/01/2015 09:36
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Micro-nouvelles
Visiteur 
170 mots, 971 caractères (sauf erreur de comptage)

L'ectoplasme errant

Il s'était fondu dans la nature. On ne retrouva plus de lui qu'un tas de ferraille enroulé autour d'un tronc d'arbre. Rien d'autre.
Après les constatations d'usage il fut déclaré disparu.C'est ce qu' apprit Antonin à la télé, dans un petit bistrot perdu au milieu d'il ne savait où : un endroit sans âme qui vive, à part la tenancière du café qui passait son temps à compter ses conserves alignées sur une étagère. Jeanne, elle s'appelait.
C'était une femme bourrue. On ne se serait pas étonné de la voir aboyer. Il l'avait entendue répondre au téléphone:
« Oui, c'est Jeanne...qu'est-ce qu'il y a, encore ? »
Que pouvait-il y avoir d'autre, dans ce bled reculé ?
Jeanne luit servit une bière tiède dans un verre à la propreté douteuse.
Voir son visage à la télé ne le troubla pas. Ce personnage, ce n'était plus lui.. Même Jeanne ne fut alertée par la ressemblance.
Soulagé à l'idée d'être transparent, il envisagea avec délices sa nouvelle vie d'ectoplasme errant.

Contribution du : 07/08/2015 11:12
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Micro-nouvelles
Maître Onirien
Inscrit:
11/02/2012 17:42
De Le Havre
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 11122
Hors Ligne
[Nouvelle modérée. Merci de respecter la règle imposée : une micro-nouvelle ne doit pas dépasser les 1000 signes, avec une marge autorisée de 20% environ.]

Contribution du : 07/08/2015 11:34
_________________
"""Soyez réglé dans votre vie ordinaire
comme un bourgeois, afi n d’être violent et original
dans vos oeuvres. »

Gustave Flaubert
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Micro-nouvelles
Visiteur 
169 mots, 999 caractères, sans compter le titre.

La gaffe de Mathilde

On trouva Hugo hébété dans une mare de sang. Le chat qu'il aimait, étripé, le canari égorgé et, plus grave, le livreur de pizzas éventré complétaient le tableau.
Devant son incapacité à parler et ses yeux hagards, il fut décidé de l'enfermer dans un asile de fous.
Mathilde se sentit affreusement responsable de ce carnage.
La manie d'Hugo, personnage par ailleurs très doux, avait toujours intrigué son entourage. S'il était sur le point de sortir, il allait s'assurer que les ciseaux de la cuisine étaient bien dans leur tiroir. Parfois, quand il avait oublié de le faire, la porte passée, il revenait sur ses pas pour le vérifier.
Ce jour-là en rentrant chez lui, Hugo entra en transe : le tiroir était grand ouvert et les ciseaux trônaient sur le plan de travail. Il transpira, il vit rouge, ses pupilles se dilatèrent. Il fut animé de gestes insensés jusqu'à en perdre la raison.
Mathilde, épouse éplorée, fut l'objet de la compassion générale.
N'empêche que son terrible secret la tenaillait.

Contribution du : 08/08/2015 08:11
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Micro-nouvelles
Expert Onirien
Inscrit:
14/08/2009 09:58
De Bretagne
Groupe :
Groupe de Lecture
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Post(s): 6619
Hors Ligne
Vie brève

Rouge et rond sur ses pattes raides, il rebondit, l'œil intéressé, entre le saladier et le reste de tarte. Cinquante centimètres plus haut, il scrute son butin et s'envole vers sa nichée.
Nous nous fréquentions déjà, au jardin, chacun à un bout de la bêche. De manière un peu distante. Mais aujourd'hui, il fait si beau, premier repas sur la terrasse, il s'est fait inviter. J'effrite un peu de pâte, il se laisse tomber de la branche, choisit la plus belle miette et repart prestement vers des buissons pleins de sons plaintifs. J'attire l'assiette plus près ; il m'examine avec sagesse, me jauge et se rapproche.
Des offrandes dans la main, je reste immobile, le bras tendu, ankylosée. Il hésite longtemps.
Le jour où il se pose, léger comme une âme, au creux de ma paume, j'ai l'impression d'avoir conquis le paradis.
Sa nichée a grandi, il est moins pressé, mais vient se percher sur moi dès que je sors. Le bonheur!
Il ne se méfie plus du tout.
Ce matin, la chatte m'en a fait cadeau, sur le paillasson.

1008 signes

Lien vers les commentaires

Contribution du : 08/08/2015 21:34
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Micro-nouvelles
Organiris
Inscrit:
07/04/2014 15:25
Groupe :
Évaluateurs
Primé concours
Auteurs
Comité Editorial
Groupe de Lecture
Responsables Edition
Onirateurs
Onimodérateurs
Équipe de publication
Organiris
Membres Oniris
Post(s): 3351
Hors Ligne
Edit : 771 caractères, avec les espaces.

- Pressions des pairs -

Sigma était une gamine pas comme les autres.

Elle disait que son père était terrien mais que sa mère était Titanienne, qu'elle vivait sur le satellite de Neptune, Titan.

Bien sûr, personne n'avait jamais vu sa mère.

Un jour, elle affirma que, comme sa mère, elle pouvait voler dans le ciel. Aucun enfant ne cru a cette histoire, et lorsqu'ils se réunirent dans la cour de récré pour rentrer en classe, elle monta sur le toit du réfectoire et sauta. Son père lui avait dit cent fois de ne pas le faire, mais elle était comme sa mère et vivait de rêve.

Elle chut et se brisa les os. Le monde compta une fillette perturbée. En réalité, la gravité terrestre est sept fois plus élevée que celle Titan et son atmosphère quatre fois moins dense.

Sur Titan, Sigma se serait envolée.

Contribution du : 01/09/2015 16:56
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Micro-nouvelles
Expert Onirien
Inscrit:
17/04/2012 21:15
De Capens
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 6071
Hors Ligne
G.O. [concours]

Devenez GO du Club-Med, qu’ils disaient, vous verrez du pays ! L’enfer sous les cocotiers, oui ! Quel public, pas un pour rattraper l’autre… enfin, jusqu’à ce qu’elle arrive, elle…

Il faut que j’arrête, penser à elle me déconcentre, surtout en plein « concours de teeshirt mouillé ». Tout ce que le camp compte comme jeunes filles, ou l’ayant été, défile devant moi à la queue leu leu. Ce jeu débile m’a au moins apprit une chose, l’eau froide n’a aucun effet sur le silicone. Je me prépare pour la suivante, un seau d’eau, une poignée de glaçons et « splatch ! », en plein dans le corsage !

Au lieu de se tourner vers le public en délire, celle-ci reste figée. Je lève les yeux, non, c’est elle ! La tête légèrement penchée sur le côté, les mains sur les hanches, elle me fixe avec un petit sourire narquois. Soudain gêné par ce regard direct je baisse légèrement les yeux… sur une paire de seins magnifique dont les aréoles se dessinent on ne peut plus nettement sous le teeshirt mouillé. Et sans crier gare, s’échappe de mes lèvres la phrase qui tue : « T’as d’beaux yeux du sais ! »

Contribution du : 19/09/2015 20:56
_________________
Celui qui écrit dans mon dos ne voit que mon… (Adage du banni)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Micro-nouvelles
Maître Onirien
Inscrit:
11/02/2012 17:42
De Le Havre
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 11122
Hors Ligne
Deux fois par an, mon mari part deux jours dans le Cotentin et rend visite à
un très vieux cousin...
Quand il revient chez nous, nous nous racontons mutuellement les petits
faits minuscules de sa virée et de ma retraite solitaire...
- Tout s'est bien passé pour toi?
- Très bien!
- Tu t'es nourrie à peu près convenablement?
- Oui...à peu près...
- C'est à dire?
– Hier soir, vers vingt heures, j'échangeais quelques plaisanteries d' un goût
même pas douteux, sur un forum, avec un copain...j'ai eu faim et je me suis
tapé deux glaces Haagen-Dass coup sur coup...
- C'est pas grave...pour une fois...
- Oui, mais une demie heure après ,j(ai eu faim...
- Et alors?
- J'ai bouffé une boîte de sardines à l'huile, devant mon clavier, et avec
mes doigts...
Je vois...un régal... c'est dommage que tu n'aies pas pensé à écraser les
sardines avec les glaces... c'est encore meilleur!













-
L

Contribution du : 20/09/2015 11:32
_________________
"""Soyez réglé dans votre vie ordinaire
comme un bourgeois, afi n d’être violent et original
dans vos oeuvres. »

Gustave Flaubert
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Micro-nouvelles
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
29/08/2011 14:59
De Paris
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 1520
Hors Ligne
449 caractères espaces compris...


Un mercredi après-midi dans la salle du trône de la secte de l'Ordre du Temple Solaire.

Un, deux, trois, soleil ! Levez-vous !
Un, deux, trois, soleil ! Décroisez les bras !
Un, deux, trois, soleil ! Enlevez votre capirote !
Un, deux, trois, soleil ! Prenez l'arme !
Un, deux, trois, soleil ! collez la sur votre tempe !
Tirez !
Quinze Glock se mettent à faire feu dans un vacarme assourdissant.

J'avais pas dit "Un, deux, trois, soleil !" !!!! J'ai gagné !

Contribution du : 20/09/2015 16:37
_________________
«Certains ne deviennent jamais fous... Leurs vies doivent être bien ennuyeuses.»

Charles Bukowski
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Micro-nouvelles
Maître Onirien
Inscrit:
11/02/2012 17:42
De Le Havre
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 11122
Hors Ligne
Agueev
Excellent
J'en chiale!

Contribution du : 21/09/2015 14:19
_________________
"""Soyez réglé dans votre vie ordinaire
comme un bourgeois, afi n d’être violent et original
dans vos oeuvres. »

Gustave Flaubert
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
« 1 2 3 (4) 5 6 7 ... 20 »





Oniris Copyright © 2007-2020