Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Quant aux "duvets"... merci !
Maître Onirien
Inscrit:
22/07/2012 22:59
De Cévennes
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Correcteurs
Post(s): 27328
Hors Ligne
Bonjour,
Un grand merci à tous pour avoir contribué à la parution de En mémoire aux duvets - 2 , et/ou avez pris le temps de laisser traces de votre lecture.

Ce deuxième volet de "En mémoire aux duvets" a pour sous-titre "Sans les yeux" (voir chapeau). Il veut témoigner de la difficulté du narrateur à accéder à ses propres perceptions tant qu'il maintient les yeux ouverts (strophe 1).

Il choisit donc un itinéraire intime en aveugle, en fermant les yeux, pour recontacter ce qui lui appartient en propre (strophe 2).

A partir de ce moment, il accède à ses sensations, qui se jouent en l'occurrence dans le domaine érotique (strophe 3).

Sauf qu'à la longue, rester relié rien qu'à soi sans tenir compte de l'autre conduit à un simulacre de l'amour, sans aucun échange (strophe 4).

Le seul moyen d'échapper alors à l'égocentrisme est de ré-utiliser le regard, par lequel, dans ces échanges érotiques, on accède à la volupté partagée (strophe 5 avec apothéose des derniers vers).

@PIZZICATO : merci pour la "sensualité" - j'aurais détesté qu'elle ne soit pas perceptible - et pour citer la strophe qui est la plus importante selon moi dans ce thème (comme je le détaille plus haut).

@Eclaircie :C'est intéressant ce que vous soulevez par rapport au titre, et je retiens qu'il est sans doute à revoir, mais... ne peux m'empêcher de justifier mon intention : il s'agissait pour moi de laisser percevoir le caractère nostalgique du narrateur, le fait que "les duvets" commencent pour lui à se conjuguer au passé, et que c'est le destin de l'humain, et que tant vaut-il écrire "les duvets" pour en conserver une trace tangible.
Sinon, oui, en effet vous avez bien saisi que la "nuit" du 2e paragraphe évoque la vision les yeux fermés.
C'est râlant pour "trémousser" car, de mon côté, je ne perçois pas du tout le mot de la même façon que vous, je l'entends vraiment au tout premier degré limite mécanique "trembloter/vibrer/onduler"...
Alors merci d'avoir mis le zoom sur "long" et "longuement", figurez-vous que je n'ai pas vu ce nez (rouge) au milieu de la figure, c'est pourtant flagrant et j'ai pourtant revisité le poème plusieurs fois avant de le soumettre !!! ça alors, c'est à revoir par exemple !

Queribus :Je vous remercie pour votre appréciation de mon écriture, c'est toujours agréable à recevoir, et serais curieuse de savoir ce que vous avez trouvé "globalement touffu" (ça m'aiderait à clarifier) ?
Merci aussi pour vos observations encourageantes concernant le fonds, le propos du poème. A vous retrouver donc bientôt pour le volet suivant de "En mémoire aux duvets" (s'il passe la sélection bien entendu !).

Gabrielle :Oui, "intimiste" en effet ; d'ailleurs je ne sais pas si je suis capable d'écrire autrement. Ravie d'apprendre que le poème vous a touchée avec ces émotions... à bientôt et merci pour votre passage !

Robot :waow un commentaire de votre part aussi encenseur que celui que vous avez laissé pour le 1e volet ! Vos observations (elles-mêmes formulées avec poésie) sont précieuses car elles m'indiquent les endroits de mon écriture où je peux prendre appui.
Quant au sous-titre : en fait, je l'ai placé dans le chapeau... si je constitue un recueil, à l'avenir, il aurait pour titre "En mémoire aux duvets", comme sous-titre "Touches de sensualité", et comme chapitres ceux qui permettent d'identifier le poème, à savoir "Sans les yeux" pour celui-ci, "Lisières" pour le premier... à bientôt !

Contribution du : 11/07 17:07:47
_________________
L'homme est conduit par l'aveugle qui est en lui- J.Claude Izzo
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Quant aux "duvets"... merci !
Maître Onirien
Inscrit:
22/07/2012 22:59
De Cévennes
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Correcteurs
Post(s): 27328
Hors Ligne
MonsieurF :je vous remercie beaucoup de citer précisément ce que vous avez apprécié dans le poème ; il est vrai que la poésie me vient surtout par images éphémères... moins par les sons, par exemple, ou les odeurs.
Ah ! oui ! cette faute de goût que la répétition de "long" preuve d'amateurisme s'il en est !... et dire que je ne m'en suis même pas aperçue avant cette publication : je m'en vais courir rectifier ce vilain défaut.
Quant à "vivifiant" je vous reconnais que le mot n'est pas d'une poésie raffinée, hum... je vais cherche mieux. Merci de votre passage !

Contribution du : 11/07 18:29:58
_________________
L'homme est conduit par l'aveugle qui est en lui- J.Claude Izzo
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Quant aux "duvets"... merci !
Expert Onirien
Inscrit:
03/02 14:49:57
De Rhône Alpes
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 3011
Hors Ligne
J'aime toujours lire vos explications/remerciements, je les trouve toujours riches et fertiles.

Le mot Duvet ne me posait pas du tout problème c'est la formule employée qui m'ennuie un peu. mémoire et duvets se marient bien.
"Duvets" évoquent une naissance, très bien trouvé.
Et j'avoue que j'ai beau tourner l'idée et les mots dans ma tête je ne trouve pas d'e formule plus poétique et significative.

Contribution du : 12/07 15:27:43
_________________
Notre blog partagé, merci aux passants Poésie Fertile
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2018