Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Rayons de certitude de Purana à travers les ombres des doutes
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
07/02/2014 23:09
Groupe :
Auteurs
Évaluateurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 2742
Hors Ligne
Bonjour,

Je vous remercie de tout mon cœur d'avoir lu, accepté, commenté.

http://www.oniris.be/poesie/purana-rayons-de-certitude-selection-gl-9789.html

@ Lebarde
Il est tout à fait un défi de commenter un texte en aveugle surtout quand on n'adhère pas vraiment à la catégorie.
Je vous en remercie et je ne vous propose donc pas d'aller jeter un œil sur mes poèmes déjà publiés ici !

@ Eskisse
Vous avez écrit :

"Je ne suis pas pleine de certitudes en ce qui concerne ce poème, car une ambiguïté subsiste pour moi quant à l'identité de la locutrice animalisée dans la seconde strophe. Donnez-moi des certitudes.".

Le poème commence par "... ... aimée de vous". La locutrice ne peut donc qu'être une femme, non ?

De plus, avez-vous jamais rencontré un homme avec des "ailes fragiles de papillon" ? Sourire.
C'est donc une femme que j'ai imaginée ainsi, légère et virevoltante entre ses courtisans, comme un joli papillon.

@ Cherbiacuespe
Ah ... quels compliments ! J'adore votre "Passionnément" !
Quant à "Lors mes ailes...", vous avez écrit :

"... je comprends mal. "Dès lors" peut-être ?"

Je me rends compte que "lors" ne se dit plus qu'avec certaines prépositions.
Cependant, à l'époque, on l'a bien fait dans le langage soutenu.
J'ai trouvé qu'il allait bien ici.
Avec le verbe Frissonner, "lors" fonctionne comme un adverbe de temps et signifie au temps dont on parle.

J'avoue qu'en tant que non-francophone, j'emploie souvent dans les textes que je propose le langage soutenu sans aucune retenue, comme si c'était normal et même si cela paraît parfois un peu "kitch". Rire.

@ Gabrielle
Oui ! C'est une sorte de "Carmen", cette "allumeuse" que j'ai essayée d'esquisser ici.
Pour moi, elle a tous les traits de ce personnage.
J'aime bien avoir cette sorte de personnage en filigrane dans mes poèmes.

Bien vu, bravo !
Voilà ma "Carmen" préférée :

https://www.youtube.com/watch?v=_8y1dj7bvjE

@ Papipoete
Connaissant votre bon goût, je suis vraiment touchée par vos compliments et par votre "passionnément".

@ Senglar
Eh bien ... pour ma part, je trouve qu'une certaine dose de "pudeur" est nécessaire pour rendre les conversations plus chaleureuses, les écrits plus intéressants et l'amour plus humain. Un peu comme dans "l'amour courtois" du Moyen-Âge…

Pour moi, la plus belle phase de l'amour, c'est la phase de l'attente, et c'est la pudeur qui nous fait ce cadeau.

J'essaie toujours de préserver cette attitude délicate et de garder dans mes poèmes cette réserve qui permet aussi à l'imaginaire de fantasmer un peu.

"Une femme sans pudeur est comme un plat sans sel."
[Proverbe arabe]

@ Hersen
Merci d'avoir aimé la forme et retenu ces deux questions avec lesquelles j'ai effectivement voulu ponctuer le poème et "accrocher" le lecteur.

Mais non, vous n'avez pas débordé ce que j'avais l'intention de transmettre et oui ! Qui ose répondre à ces questions ? Et qui ose aussi les poser ainsi !?

@ Vincente
Je suis totalement d'accord avec vous. Dans le monde réel, le "libertinage" dans une relation amoureuse finit souvent par détruire le château d'amour.
En revanche, la suspicion du "libertinage" de l'autre semble fonctionner comme l'huile sur le feu de l'amour.
Je parle du libertinage léger, celui qui reste seulement un jeu de séduction et non pas du libertinage effronté comme on le comprend de nos jours !

Je dirais, mesdames, pourquoi nier la pratique de ces jeux de séduction, même quand ce n'est pas vrai ?
Il suffit d'y jouer afin de garder le feu vivant pour toujours.
Mais... s'il vous plaît, rassurez de temps en temps le pauvre homme et assurez-le qu'il est le seul dont vous êtes en amour. C'est cette dernière chose que j'évoque assez souvent dans d'autres poèmes que je vous invite à parcourir.

@ Troupi
En lisant toutes ces louanges qui me font rougir, je commence à croire que tout mon dur travail pour apprendre votre belle langue m'a apporté des fruits, et j'espère bien que, depuis mes premiers poèmes publiés ici, j'ai progressé avec le temps.

@ Robot
Au fil du temps, j'ai appris à admirer l'ancienne langue française.
Les Français ont réussi à garder leurs vieux livres toujours lisibles en les préservant de trop de pollution. Ce n'est pas le cas dans beaucoup d'autres pays.

Et ainsi est né mon désir de créer un vieux poème dans un nouvel habit.

Contribution du : 27/08 23:00:01
_________________
Donne-moi des poèmes qui chantent pour que je puisse danser.
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2019