Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes



(1) 2 »


Remerciements/explications : "Au duvet du silence"
Onirien Confirmé
Inscrit:
22/11/2016 19:11
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 652
Hors Ligne
Merci à chacun de son passage sur mon texte (Au duvet du silence), et des différentes interprétations et appréciations que j'ai pu lire.

D'une manière générale, j'ai découvert que certains d'entre-vous avaient interprété ce texte comme étant adressé à un défunt. J'avoue qu'il pourrait très bien avoir ce sens là, et j'aime assez cette vision, tout comme j'aime qu'ait plané pour le lecteur cette indécision quant à la nature réelle de ce qui était évoqué comme pan de mon jardin secret (cette "absence mystérieuse" dont parle Pizzicato, que j'en profite pour remercier. Présence effectivement non empreinte de mélancolie au moment où ce texte a été rédigé)

En réalité, il était adressé à une personne aimée, absente, mais bien vivante. Juste... trop lointaine - et ceci sous divers aspects - pour qu'un lien "charnel" perdure. Je mets donc ici en mots une communication qui était plus de l'ordre de la télépathie, du dialogue "quantique".
Mais il s'agit bien d'une déclaration d'amour à un être en chair et en os, qui est passé dans ma vie tel un ovni et en a illuminé les pièces une à une avant de disparaître comme un magicien, en laissant toutes les lumières allumées

L'aération du texte, quant à elle, est destinée à évoquer cette légèreté aérienne qui était la clé et le socle du lien en question.

Merci donc à Brume, Izabouille, Gabrielle, BlaseSaintLuc, Donaldo75, Ombhre et Josy pour m'avoir si gentiment fait part de leur plaisir à la lecture de ce poème.

Papipoète, merci à vous également, et pour répondre à votre remarque concernant le mot "paradoxal", je dirais que je n'ai nulle envie de le changer, car c'est même le tout premier mot qui a fondé le début de ce texte. Je parle bien ici de ce que m'évoque la personne à qui je m'adresse, et à laquelle cet adjectif sied particulièrement. Quelqu'un dont l'être profond est un peu hors du commun, contraire à la "logique" habituelle, à la norme... et quelqu'un qui, tout en étant lointain et aussi délicat qu'un duvet, a réussi à emplir de sa présence toutes les pièces de ma maison intérieure.

Willis, merci pour votre commentaire, et désolée de ne pas vous avoir fourni une lecture agréable. Vous savez maintenant qu'il ne s'agit en tout cas pas des propos d'un bigot à propos de son dieu, mais bien d'une femme qui exprime son amour, tout simplement
Quant au manque de développement que vous déplorez... eh bien je ne suis pas certaine que la longueur ou la précision servent toujours l'expression d'une intériorité, mais je conçois qu'on trouve cela trop concis. Disons que je n'avais, à ce moment là, rien de plus à ajouter. Il s'agit d'un texte qui a jailli spontanément, pour délivrer un ressenti profond qui ne demandait qu'à s'exprimer.

Pandelle, merci pour m'avoir fait découvrir ce texte, "l'oiseau bleu" de Bukowsky, que je ne connaissais pas ! Peut-être ce que vous avez perçu comme un enfermement n'est que l'impression d'une intimité ?

Un grand merci à vous, jfmoods, pour cette analyse poussée et généreuse.

Queribus, il est vrai que je n'ai pas posé de vrai choix en matière de ponctuation. Le plus souvent, j'écris sans, mais il arrive que, pour poser une respiration au sein d'un vers, j'éprouve le besoin de mettre des virgules. J'avoue ne pas me poser la question de trancher entre le "tout ou rien", tant il me semble que la poésie échappe à la logique pour s'aventurer en terre "libertaire"

Et puis merci à toi, Ananas, qui me lis depuis tant d'années maintenant, et dont j'apprécie le regard
J'ai été touchée par ton évocation d'une "tendresse quasi douloureuse, maternelle"... oui, joie et douleur sont souvent si proches, en ce point profond de nous-mêmes où tout se rejoint pour se transformer en lumière.

Contribution du : 08/10/2018 19:23
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Remerciements/explications : "Au duvet du silence"
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
06/08/2018 18:04
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Utilisateurs bannis
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 1155
Hors Ligne
Adorer Dieu ou un homme, c'est toujours adorer. Surtout quand l'absence accroît la certitude de "l'irremplaçable".
Vous avouerez, Madame, que quarante mots, c'est peu pour faire partager tristesse ou nostalgie. Je comprends qu'ils vous aient servi d'exutoire, mais pensez aux lecteurs...
A une autre fois, sur un texte plus "développé".

Contribution du : 08/10/2018 20:30
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Remerciements/explications : "Au duvet du silence"
Onirien Confirmé
Inscrit:
22/11/2016 19:11
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 652
Hors Ligne
Comme je l'ai déjà dit plus haut, ni tristesse, ni nostalgie, ni exutoire dans ce texte, qui a été écrit en temps réel dans un présent bien joyeux. Juste un instantané de vie, de ressenti.

Mais qu'importe, j'aimerais quand même que vous tentiez, pour moi, également un développement de votre idée.
En quoi le brièveté nuit-elle à l'intensité, à l'esthétique ou à l'universel d'une chose exprimée ?

Ne peut-on en dire bien et beaucoup en peu de mots ? Aller droit au but et provoquer une émotion en quelques phrases ? Ou, à l'inverse, diluer le message dans un trop long verbiage, nuisant ainsi à l'essence du partage ? En résumé, la qualité est-elle en lien avec la quantité ?

Ici je ne parle pas de mon texte, qui n'est qu'une petite chose perdue au milieu de tant d'autres, mais de la notion de longueur de texte en général. J'aimerais donc une réponse qui se détache de l'objet initial de ce post, pour traiter de cette question de façon plus générale.

Personnellement, en poésie, je suis souvent plus touchée par une expression minimaliste qui va droit au but que par de longues épopées versifiées. Surtout quand il s'agit d'exprimer de l'émotionnel, et non du descriptif.

Ceci dit, merci pour votre réponse !

Contribution du : 08/10/2018 22:56
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Remerciements/explications : "Au duvet du silence"
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
06/08/2018 18:04
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Utilisateurs bannis
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 1155
Hors Ligne
Quand on aime, on ne compte pas (sic)... C'est vrai. Alors, faites-nous les aimer, en déployant plus d'arguments qui tendraient à nous transporter.
Si vous publiez vos textes, ici, c'est bien pour les partager.

Pour plaire physiquement, il faut faire des efforts, vous les connaissez autant que moi. En écrivant, c'est pareil. Développez vos idées, que l'on apprécie votre talent, vos beaux mots et tournures de phrases. Emmenez-nous, là où vous voulez, là où vous vous trouvez. Sinon, vous n'écrivez que pour vous, ce qui est paradoxal sur un forum.

Et, si votre texte est de joie, je ne ferais jamais la fête avec vous.

Contribution du : 08/10/2018 23:55
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Remerciements/explications : "Au duvet du silence"
Expert Onirien
Inscrit:
19/08/2016 17:30
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 6629
Hors Ligne
Citation :

Willis a écrit :
Quand on aime, on ne compte pas (sic)... C'est vrai. Alors, faites-nous les aimer, en déployant plus d'arguments qui tendraient à nous transporter.
Si vous publiez vos textes, ici, c'est bien pour les partager.

Pour plaire physiquement, il faut faire des efforts, vous les connaissez autant que moi. En écrivant, c'est pareil. Développez vos idées, que l'on apprécie votre talent, vos beaux mots et tournures de phrases. Emmenez-nous là où vous voulez, là où vous vous trouvez.


Parlez pour vous. Ne parlez pas à la place des autres lecteurs, merci. Personnellement j'aime les poèmes minimalistes, la quantité n'est pas gage de qualité. Et je trouve que le poème de Yavanna exprime beaucoup en peu de mots et que c'est une réussite. Elle m'a emmenée ailleurs, elle m'a transportée, elle a été dans le partage de l'émotion (dans mon interprétation j'ai plus ressenti de la mélancolie que de la joie mais cela n'a pas d'importance ) , elle n'a pas besoin de développer plus ses idées.
Les lecteurs ont chacun leur propre ressenti, donc le "on et le "nous"....dîtes "Je "

Contribution du : 09/10/2018 07:37
_________________
Le léopard ne se déplace pas sans ses tâches (proverbe africain)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Remerciements/explications : "Au duvet du silence"
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
06/08/2018 18:04
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Utilisateurs bannis
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 1155
Hors Ligne
Madame, je réponds sur SA demande à Yamana. Vous n'êtes donc pas concernée. Cette dame s'est exprimée clairement et n'a pas besoin d'avocat.
Vous me cherchez querelle au motif que j'exprime les raisons de mes
critères d'appréciation. Ceux-ci, je le répète sur la demande de l'intéressée. Mieux que de passer pour défenseur de quelqu'un qui n'a nul besoin de vos services, essayez d'effacer les "tâches" de votre léopard.

Contribution du : 09/10/2018 08:00
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Remerciements/explications : "Au duvet du silence"
Onirien Confirmé
Inscrit:
22/11/2016 19:11
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Post(s): 652
Hors Ligne
De grâce, l'agressivité n'est pas utile à une discussion littéraire.

Chacun est libre de ses opinions et de ses ressentis, et je vous remercie d'avoir partagé les vôtres, Willis.

Brume fait uniquement remarquer qu'elle ne partage pas votre avis à propos des textes sobres et concis, et qu'il vaut mieux parler en son nom propre qu'au nom de "tous les lecteurs", dont les goûts sont forcément divers et variés.

Elle ne défend personne, elle s'exprime de manière générale, tout comme vous l'avez fait.

Merci de ne pas générer, par une réactivité exacerbée, des tensions qui n'ont pas lieu d'être

Contribution du : 09/10/2018 09:42
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Remerciements/explications : "Au duvet du silence"
Expert Onirien
Inscrit:
19/08/2016 17:30
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 6629
Hors Ligne
Je n'ai pas répondu de manière agressive, vous n'êtes pas le seul à devoir donner votre avis sur le poème de Yavanna . Il y a de la bienveillance dans mes prropos. Par contre vous vous êtes très agressif.
Ha la paranoïa et la susceptibilité.
Je vous invite Willis à relire mon commentaire sereinement.
Salutations.

Contribution du : 09/10/2018 10:06
_________________
Le léopard ne se déplace pas sans ses tâches (proverbe africain)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Remerciements/explications : "Au duvet du silence"
Chevalier d'Oniris
Inscrit:
06/08/2018 18:04
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Utilisateurs bannis
Groupe de Lecture
Membres Oniris
Post(s): 1155
Hors Ligne
Dorénavant, j'exprimerai mon ressenti (si je l'exprime) par MP.
Il se trouve souvent quelqu'un qui prend malin plaisir à enflammer les débats.
Notez, Madame que j'utilise le ton de mon locuteur, à l'aménité comme à l'agressivité, pour répondre.

Quant à vous, Madame Brume, faisons en sorte de nous éviter, je vous en serai gré.

Contribution du : 09/10/2018 10:11
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Remerciements/explications : "Au duvet du silence"
Expert Onirien
Inscrit:
19/08/2016 17:30
Groupe :
Évaluateurs
Auteurs
Membres Oniris
Groupe de Lecture
Post(s): 6629
Hors Ligne
Alors évitez de dire " nous". Oui donnez votre opinion par MP, c'est préférable. Vous êtes trop susceptible.

Contribution du : 09/10/2018 10:13
_________________
Le léopard ne se déplace pas sans ses tâches (proverbe africain)
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant
(1) 2 »





Oniris Copyright © 2007-2019