Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche



Parcourir ce sujet :   1 Utilisateur(s) anonymes





Rendez-vous au Labo d'onomatopées
Maître Onirien
Inscrit:
08/06/2009 21:13
De Canada
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 16993
Hors Ligne
Bonjour chers oniriens !

Comme il est de coutume après un texte accepté en Laboniris, on doit fournir des explications sur sa démarche d'écriture ; ce qui suit est une tentative d'éclaircissement sur ce que le texte ne dévoile pas à quelques non-initiés.

L'idée d'écrire une micro-nouvelle en onomatopée m'est venue un matin au réveil, ensuite j'ai décidé d'exploiter le concept. Selon Wiki, l'onomatopée (mot féminin issu du grec ancien ὀνοματοποιία / onomatopoiía (« création de mots »)) est une catégorie d'interjections émises pour simuler un bruit particulier associé à un être, un animal ou un objet, par l'imitation des sons que ceux-ci produisent. Certaines onomatopées sont improvisées de manière spontanée, d'autres sont conventionnelles. Certaines formes par contre, considérées à tort comme des onomatopées, sont en réalité des idéophones, où une idée s'exprime par un son. Ainsi, « bling bling », qui ne reproduit pas le son des chaînes en or des chanteurs de hip hop ou des rappeurs (elles ne font pas de bruit), mais exprime l'idée du clinquant.

Les onomatopées auraient été, avec le langage gestuel, une des premières manifestations des potentialités de communication linguistique de l'homme. On peut imaginer donc que si en des temps reculés on essayait d'écrire une nouvelle cela aurait pu donner un résultat comme celui de mon texte. Aujourd'hui, nombreux sont les auteurs qui dans des BDs utilisent les onomatopées - Don Martin est un bel exemple - comme moyen d'expression, et si le résultat est meilleur c'est parce que les dessins aident à traduire le message. Ici je vous offre les caractères, et au lecteur de dessiner les scènes.

J'ai lu les commentaires avec un petit sourire aux lèvres ; n'est-ce pas que mon but était avant tout de m'amuser ? Quelques commentateurs ont trouvés qu'il n'y avait pas de fil conducteur. D'autres ont trouvé qu'il n'y a pas d'images. D'autres encore ont trouvé que ça ne faisait pas "sérieux" parce qu'en littérature on battit des oeuvres avec des mots qui font sens ; j'en déduis donc que les oeuvres de Don Martin et quelques autres BDistes ne sont pas de la littérature... Bon, je chipote, lol ! Il y a des commentateurs qui ont réussi, même si la gymnastique était ardue, à comprendre et donner un sens au texte. :) Mon but n'étant pas de faire le procès de qui que ce soit, je vous avoue que mon texte a bel et bien une démarche d'écriture, un fil conducteur et un sens comme toute oeuvre littéraire :

La forme du récit est déjà le premier élément de ma démarche d'écriture : une action par ligne, et par association d'actions toute l'intrigue se dessine. Pourquoi une action par ligne ? Afin d'éviter la confusion. Une onomatopée est en soi une image ou bien une action. l'association, sur une même ligne, de deux onomatopées peut résulter en une image qu'on ne désire pas.

En deuxième position, Il y a dans le texte, à certains endroits, cette volonté de transcrire une action complexe qu'aucune onomatopée seule ne peux exprimer, comme ci dessous, le personnage principal pris dans un embouteillage, suite de démarrage-frein, le temps qui passe, la tension qui monte, le klaxon qui s'ensuit :

Vrououououoummm vrououououoummm

Hiiiiiiiiiiiiii !

Vroum vroum

Hiiiiiiiiiiiiii !

Tic tac tic tac

Vroum vroum

Hiiiiiiiiiiiiii !

Tic tac tic tac

Pim pim !

Vroum vroum

Hiiiiiiiiiiiiii !

Tic tac tic tac tic tac

Piiimmmmm piiimmmmm !

Grrrrrr !

Tic tac tic tac tic tac tic tac

Vroum vroum

Hiiiiiiiiiiiiii !

Tic tac tic tac tic tac tic tac tic tac tic tac tic tac tic tac

Piiimmmmm piiimmmmm !

Tic tac tic tac tic tac tic tac tic tac tic tac tic tac tic tac

Grrrrrrrrrrrrrrrrrr !!!

Tic tac tic tac tic tac tic tac tic tac tic tac tic tac tic

Et plus loin, le
pin pon pin pon pin pon pin pon des pompiers qui explique le ralentissement de la circulation.


En troisième position, le texte est tantôt fait de "dialogues", tantôt de narration.

En quatrième position, le texte est bien ponctué ; une ponctuation qui clarifie la pensée du narrateur et définit les émotions des personnages.

En cinquième position, le texte est une intrigue complète, avec même un happy-end !

Et la liste pour justifier ma démarche d'écriture peut être très longue, je m'en tiendrai à ces cinq éléments sus-cités.

Le texte est donc conçu de la façon la plus simple, et pourquoi ? Pour répondre à Ananas, c'est pour rendre la chose accessible à tous. J'estime que c'est une première, alors je fais moins complexe. Et oui, ANANAS, ton interprétation de l'intrigue est juste, mais il est aussi important de s'attarder sur les détails, c'est ce qui apporte le sérieux à mon travail.

Bonne lecture à ceux qui n'ont pas encore lu. Je reste ouvert à éclaircir davantage pour ceux qui le veulent

Wan

Contribution du : 03/07/2018 09:36
_________________
" Ils se vantent d'avoir l'esprit libre et, lorsqu'on leur parle de Dieu, deviennent aussi furieux qu'un chien tirant sur sa laisse au passage d'un vagabond"
C. Bobin
Consultez mon Blog
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Rendez-vous au Labo d'onomatopées
Maître Onirien
Inscrit:
08/06/2009 21:13
De Canada
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 16993
Hors Ligne
Salut Corto,

Je vous remercie d'avoir lu mon texte et apposé un commentaire... Il vous a semblé inabouti ; c'est ok ! Chacun son opinion, et je respecte la votre. Prochainement je ferai mieux, je vous le promets !

J'ai néanmoins relevé dans votre commentaire une erreur, et une réflexion qui me laisse perplexe... Premièrement, l’écriture n'a pas été découverte il y a 8000 ans comme vous le pensez, mais 3300 ans avant JC (L'écriture Sumérienne), ce qui fait à nos jours environ 5318 ans. Deuxièmement vous dites que dans les écritures qu'on a découvert il n'y avait pas, je cite, "...Les formes d'onomatopées de ce genre..." Mais vous savez ? Longtemps avant la Télégraphie et le sonar, les baleines, les dauphins, les morses, communiquaient... et même les indiens et quelques tribus d'Afrique, dont la mienne, communiquaient au sons particuliers de tam-tam... est-ce que vous comprenez où je vais ?

Contribution du : 22/12/2018 04:39
_________________
" Ils se vantent d'avoir l'esprit libre et, lorsqu'on leur parle de Dieu, deviennent aussi furieux qu'un chien tirant sur sa laisse au passage d'un vagabond"
C. Bobin
Consultez mon Blog
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Rendez-vous au Labo d'onomatopées
Expert Onirien
Inscrit:
15/10/2018 16:35
De Entre vignes et pins.
Groupe :
Évaluateurs
Membres Oniris
Auteurs
Groupe de Lecture
Post(s): 7071
Hors Ligne
Bonjour Wancyrs,
Dans votre réponse vous prétendez que je fais remonter par erreur à 8000 ans la naissance de l'écriture, alors que pour vous elle remonte à 3300 ans avant JC. Votre thèse était communément admise jusqu'à il y a peu mais les dernières découvertes montrent effectivement que les prémices de l'écriture remontent au Néolithique.
"S’il ressort de l’état des lieux qui vient d’être dressé que l’écriture s’inscrit dans un long processus dont les ramifications s’enracinent parfois très haut dans le Néolithique," disent les scientifiques relayés par Wiki. C'était évidemment en rapport avec ces derniers éléments que je parlais de 8000 ans.
Ce qui n'enlève rien à ce qu'on connait depuis longtemps sur l'écriture Sumérienne.
Bonne poésie.
Ccorto

Contribution du : 27/01 15:13:47
_________________
"Et le souffle devient signe". François Cheng
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer


Re : Rendez-vous au Labo d'onomatopées
Maître Onirien
Inscrit:
08/06/2009 21:13
De Canada
Groupe :
Évaluateurs
Groupe de Lecture
Auteurs
Membres Oniris
Primé concours
Post(s): 16993
Hors Ligne
Soit, Corto, j’irai confirmer l’info ; merci !

Mais je ne vois pas toujours en quoi j’ai péché... l’ecriture et le langage parlé n’ont de relation que la mise en évidence de l’un par l’autre, créer en quelque sorte des codes pour exprimer d’une autre façon ce qui existe déjà, mais en sonorités. N’avoir pas trouvé de traces écrites d’onomatopee ne signifie pas que ce moyen d’expression n’existait aucunement... aujourd’hui encore, juste au son émit lors de la manifestation d’une émotion, on est capable de déterminer de quoi il s’agit. L’ecriture, en fait, n’est là que pour laisser une trace... tous les sons qui existent dans l’univers, n’ont forcément pas leurs équivalents écrits ; chez nous, le langage des pygmées, peuple autochtones de la forêt camerounaise, ne peut encore s’ecrire ; mille ans plus tard, si quelqu’un tente de l’ecrire, diriez vous que son travail est caduque tout simplement parce qu’on n’a aucune trace de ce moyen d’expression ?
En d’autres termes, faut-il être capable d’ecrire, ou de peindre, ou de dessiner un moyen d’expression pour prouver son existence maintenant et avant ?

Contribution du : 27/01 20:37:04
_________________
" Ils se vantent d'avoir l'esprit libre et, lorsqu'on leur parle de Dieu, deviennent aussi furieux qu'un chien tirant sur sa laisse au passage d'un vagabond"
C. Bobin
Consultez mon Blog
Transférer la contribution vers d'autres applications Transférer



 Haut   Précédent   Suivant





Oniris Copyright © 2007-2019