Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Les silences de Colombe
Maëlle : Les silences de Colombe  -  XIII - Hors jeu
 Publié le 17/08/10  -  6 commentaires  -  3988 caractères  -  111 lectures    Autres publications du même auteur

Je suis en avance.


- Rejoins-moi au parc, 17 h c’t’aprèm.


Je tourne en rond. Si elle s’était trompée d’heure. Si elle venait pas. Si c’était un coup monté, entre elle et Colombe, pour se venger… Non, pas Colombe. Qu’est-ce que j’ai fait ? Cinq mois que je tourne cette question dans tous les sens, pas de réponse. Cindy, magne !


17 h 10. Les filles sont toujours en retard. C’est connu. C’est juste ça. Elle devait avoir un rencard avant. C’est elle, là.

Non… Je sais pas. Si. Je me lève.


- Cindy ?


Elle me fait la bise. Bien sûr. Hier elle m’a raccroché au nez en me traitant d’enfoiré et là…


- Salut Simon !


On pourrait être au lycée. On pourrait s’être croisés par hasard. Accouche, merde. J’ose pas bouger de peur qu’elle se barre. Elle danse d’un pied sur l’autre.


- On s’assoit ?


J’acquiesce. Si j’ouvre la bouche je vais hurler.


- C’est vrai que tu sais rien ?


Je hoche la tête. Elle soupire. Et me regarde, plus douce.


- Elle t’a rien dit ?

- Non…

- Oh, putain…


Elle a l’air de regretter d’être venue. C’est si dur que ça à dire ? Je la quitte pas des yeux, mais je me tais. J’attends.


- Du coup, chais pas…

- Quoi ?


Ma voix est sourde, comme enrouée. Cindy regarde ses pieds.


- Ben, tu comprends, si elle t’a rien dit, c’est qu’elle voulait pas…

- Quoi ?

- Chais pas… t’inquiéter, tout ça…


Je bats la mesure avec ma basket. J’essaie de rester calme. J’y arrive.


- Elle est malade ? Il s’est passé un truc grave ?


Cindy fait non, mais dément :


- Ça, grave…


Je sens la sueur me dévaler la colonne. À l’entraînement j’aime bien, mais là, c’est pas pareil. C’est poisseux, malsain. Je serre les poings.


- Elle va bien ?


Cindy tourne la tête, étonnée. Elle répond :


- Je sais pas. Je l’ai pas vue depuis juin, tu sais.

- Et en juin, elle allait bien ?


Elle triture nerveusement ses doigts.


- Ben… Oui, enfin… pas trop mal… Dans son état, quoi…


Son état. Dans son état. Pas trop mal dans son état.


- Elle est enceinte.

- Mais, t’as dit qu’tu savais rien !


- Cindy, je sais ce qu’on a fait ensemble. T’as dit « dans son état », ça m’a fait penser… Merde, c’est pas vrai…


Cindy baisse les yeux.


- Si…


Je compte. Septembre.


- Elle accouche bientôt ?

- Je sais pas. Elle en a pas parlé beaucoup. Juste que c’était trop tard pour avorter et que de toute façon elle voulait pas, qu’elle le ferait adopter.


Je vais être papa.

Je vais être papa d’un enfant que je ne pourrai jamais voir.

Je vais être papa d’un enfant qui, peut-être, est déjà né.

Si ça se trouve, Colombe, aujourd’hui, est en train d’accoucher. De notre enfant.

Et je ne peux pas l’aider.


- Mais elle prenait la pilule !


Ça, j’en suis certain. Elle prenait le cachet le midi, et elle faisait sonner son portable pour ne pas oublier.


- Oui, je sais.

- Alors comment elle peut être enceinte ?


Je ne comprends pas. On a fait attention. Juste une fois… Et elle prenait la pilule. Je revois son visage, confiant, je l’entends…


- Elle a pu se planter, ça arrive. C’est pas magique, si tu fais pas ce qui faut ça marche pas.


Je la revois, calme, méthodique. Comment elle aurait pu… Le week-end ? Peut-être que ses parents ? Ou alors ?

La première fois que je l’ai vu prendre ce cachet, c’était après. Quand est-ce qu’elle avait commencé ?


- T’aurais pu mettre une capote quand même ! C’est irresponsable.


Je marmonne. Elle s’agite, regarde son portable.


- Tu n’y es pour rien, Cindy…

- Je comprends pas pourquoi elle te l’a pas dit. Elle nous a demandé de pas t’en parler, mais je croyais qu’elle l’avait fait. C’est dingue, ce truc. Tu… Enfin, t’aurais pu être avec elle…


Je ne comprends pas non plus. Colombe, j’aurais voulu que tu me fasses confiance.


Cindy se lève, range son téléphone. Je vois bien qu’elle veut partir, alors je me lève aussi. Elle me claque la bise.


- À plus.

- À plus.


Est-ce que c’est possible que personne, vraiment personne, ne me l’ait dit !


 
Inscrivez-vous pour commenter ce roman sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   brabant   
18/8/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Rebonjour Maëlle,

Enceinte !

Qu'avais-je écrit déjà ? Com du chapitre V, en ce sens le titre de ce chapitre : "Test match" me paraît intéressant. Test et essai transformés.
et com du chapitre VII, mais acadabrantesque celui-là.

J'avoue que j'ai un peu de mal à accepter cette solution; bon, vous nous avez volontairement laissé dans le flou, mais cela me cadre pas avec le caractère sérieux, prévoyant, planificateur de Colombe. Il est vrai qu'elle n'est pas bonne en maths. (lol)

Ce chapitre est bien écrit, bien construit, plausible dans son déroulement. J'aime beaucoup cette fausse étourdie, maladroite, comique, pas si bête, pas ingénue Cindy. Deuxième bon second rôle (naturel/véridique) avec Yacine.

   David   
5/2/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Un "polichinelle dans le tiroir" voilà donc le motif du silence de Colombe. J'ai été surpris par la durée :

"Non, pas Colombe. Qu’est-ce que j’ai fait ? Cinq mois que je tourne cette question dans tous les sens, pas de réponse. Cindy, magne !"

J'ai eu l'impression que ça durait des années, j'ai pas réussis à bien visualiser les étapes, à bien les situer dans le temps. Je me suis emmêlé les pinceaux, avec les flash back des premiers chapitre surtout, c'était plus clair sur les derniers.

   monlokiana   
7/9/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ahaha ! Je n’avais pas tort de le penser et de ne pas lâcher cette pensée une seule minute ! Colombe était enceinte. C’était une évidence depuis le début. Cela se dessinait sous nos yeux mais avec le doute…
J’aime bien ce paragraphe. Le dialogue est simple, vivant, réaliste. Le caractère relâché de Cindy, simple, ironique presque. La nervosité du jeune garçon, prêt à craquer mais qui se retient. Galérer pendant des mois pour savoir ce qui se passe, alors ce n’est pas le moment de tout gaucher. Un chapitre vivant. Le rythme est toujours le même, l’écriture est fluide, la plume est toujours légère, le francais-parlé. Rien n’est laissé tomber. Je suis bien heureuse et confuse d’une part de ne plus voir les flash-back. Tant mieux, ils n’étaient d’aucune utilité à mon avis et m’ont pas mal perdu dans ma lecture.

   Anonyme   
11/9/2011
 a aimé ce texte 
Bien
Je le savaiiiiis !
Mais ça cadre pas. Ca cadre pas avec la Colombe que tu nous décris avant. Pourquoi ?
La Colombe décrite ne l'aurait pas fait sans capotte
La Colombe décrite l'aurait remarqué bien avant
La Colombe décrite aurait avorté
Enfin bon, je ne sais pas si l'on peut qualifier ça d'erreur dans le scénario. Si ça se trouve, c'est juste qu'on ne connait pas assez C. pour en juger. Mais dans ce cas, c'est à toi d'y remédier en affinant les descriptions ! Pour l'heure, c'est vraiment trop ambigu...

   carbona   
15/12/2015
 a aimé ce texte 
Pas
Bon ben sans surprise, je suis déçue forcément ça fait X chapitre que j'ai compris donc celui-ci tombe un peu à plat...

   MissNeko   
8/10/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
Je me doutais que c était une histoire de grossesse. Suis un peu déçue..


Oniris Copyright © 2007-2020