Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Réflexions/Dissertations
adriana : Boules Quies
 Publié le 08/10/11  -  6 commentaires  -  7496 caractères  -  93 lectures    Autres textes du même auteur

Comment des boules Quies transforment la perception du monde.


Boules Quies


- Je n’arrive pas à dormir.


Elle parlait fort pour qu’il l’entende.


- Pourquoi tu ne ferais pas comme moi ?


Il portait son pyjama bleu à rayures et tenait un livre à la main. Elle ne les voyait pas dépasser de ses oreilles, mais elle les savait là. Nuit après nuit. Ça l’avait étonnée au début, fait rire même, car il n’avait pas l’air, pour autant, de s’être débarrassé de ses insomnies. Ces maîtresses nocturnes avaient, cependant, un effet dissuasif certain. Elle lui adressait rarement la parole une fois qu’il les avait, après un rituel complexe, introduites en lui : signal solennel, comme celui des soldats britanniques qui se relaient à heures fixes, immuables, devant le château de Sa Majesté la Reine. Maintenant laissez-la.

Elle eut un rire gêné. Elle avait toujours pensé, en lisant Rhinocéros, qu’elle résisterait et ne cèderait pas à la folie collective, que même seule elle s’en tiendrait à ses valeurs, ses idées. Mais chaque lecteur n’entretient-il pas la même illusion ?


- Ça fait un peu bizarre au début.


Il se tourna vers elle, posa ses lunettes et son livre sur la housse de couette verte qui gisait, en creux, entre leurs deux corps.


- Mais ça aide, je t’assure.


Son silence à elle n’était pas un oui, pas un acquiescement, pas encore, du moins. Et ce n’était pas un non.

« Un silence de femme » se dit-il en souriant, et il se tourna à nouveau, vers sa table de nuit cette fois, pour en prendre une paire.

Elle le regardait. Il fit une démonstration du mode d’emploi devant elle, comme les hôtesses de l’air avant le décollage d’un avion – en cas de dépressurisation, en cas d’accident, etc., prenez le masque à oxygène, repérez la sortie, mettez la veste gonflable, merci de nous avoir écoutés, etc., voici des bonbons – mais en plus convaincant, plus présent, et agrémenté de quelques sourires pour son unique auditrice.

Elle ne tendit pas la main, mais ne refusa pas non plus quand il les lui donna. Deux petites boules blanches, toutes rondes, lisses. Le contact de leur coton est un peu désagréable. Elle les malaxe ainsi que ci-dessus indiqué, elles sont presque aussi molles que du chewing-gum, mais elles ne collent pas. Leur température est adaptée à celle de son corps prêt à les recevoir, elles sont tièdes. Elles se glissent et se moulent sans difficulté aux fines parois de ses oreilles externes, elles s’adossent aux rideaux clos de ses tympans. Leur contact intime n’est pas, tout compte fait, si pénible. Elle les pousse un peu plus avant, décèle peu à peu au toucher leur consistance, leur malléabilité. Les voilà bien calées. Elle attend, les bruits de la rue sont amortis.


- Ça y est ?


Une voix lointaine, ou a-t-elle perçu ses mouvements plutôt que cette voix familière ?


- Hum, hum, bonne nuit.


Elle se rallonge sur le dos.


Elle le voit reprendre son livre avec un sourire. Peu importe, ses nouvelles sensations commencent à l’intéresser.

Elle ferme les yeux, se concentre sur son audition. Qu’entend-elle maintenant, comment l’entend-elle ? Qu’est-ce qui persiste encore du monde extérieur ?

Les bruits provenant de la rue sont lointains, atténués. Une moto vrombit en passant à toute allure, un automobiliste égoïste et curieusement impatient klaxonne en pleine nuit, un bus démarre à un probable feu vert. Cet extérieur est encore plus extérieur, rejeté loin, presque oublié. « C’est peut-être comme ça lorsqu’on vieillit » se dit-elle.

Est-ce l’heure tardive ? Même ces sons intermittents se font de plus en plus rares. Le silence n’est plus une pause parmi les bruits. Ils sont maintenant eux-mêmes de brèves et rares pauses au sein d’un long silence.

Elle se rappelle ce roman où une vieille exilée russe met et enlève son appareil auditif de page en page au gré de son désir – solitude, compagnie – et le Berlin qu’elle voit est dans les deux cas bien différent. Dans un roman parallèle, c’est le Berlin d’un myope dont les lunettes se sont cassées qui est déformé, plongé dans une brume que l’opticien dissipera quelques jours plus tard.

Sa chambre à elle, dans ce silence soudain, est ce Berlin malléable et mouvant. La pièce paraît plus large et plus blanche, et la lumière moins jaunâtre. Son lit est devenu très vaste, on dirait qu’elle-même a rétréci et n’en occupe plus qu’une infime partie. Elle se sent étrangère, intruse, dans sa propre chambre.

Puis, de même que les yeux s’adaptent progressivement à l’obscurité, se mettant à percevoir des objets qui leur étaient d’abord cachés, ainsi son ouïe, une fois accoutumée au silence le plus apparent, le plus grossier, s’affine : tout un monde de sons infimes se dévoile. Comme un plongeur qui découvre un monde peuplé d’algues, de poissons, plantes et rochers, de couleurs et vies inconnus de lui jusque-là, dans ce qu’il ne voyait d’en haut que comme une surface étale.


- J’éteins ?

- Oui.


Elle s’entend prononcer cette syllabe : sa propre voix lui paraît lointaine, comme si, alors qu’elle plongeait, ses lèvres à demi indépendantes se mouvaient seules, et les paroles, telles les bulles à travers le tuba, émergent à la surface.

La lumière s’éteint, et cette obscurité nouvelle est un plongeon supplémentaire. Un infime bourdonnement dans ses oreilles. Le lent mouvement de sa poitrine lui permet de percevoir ce souffle presque inaudible qui va et vient. Elle respire soudain plus fort, comme pour être sûre de bien l’entendre, ce souffle, pour s’assurer de sa propre présence. Elle tousse, on dirait une explosion.


- Ça va ? fait une voix inquiète, faible et lointaine comme celle d’un vieillard dans une pièce voisine.

- Oui, oui, résonne sa propre voix.

- Dors bien.


On dirait que le vieillard s’est déplacé, il est à présent dans le couloir.


- C’est drôle, quand même, ces boules Quies.

- Au début, oui, c’est vrai, après on s’habitue.


Et le vieillard, qui a élu maintenant domicile dans la dernière pièce tout au bout du couloir, semble l’accueillir dans sa maison de retraite. Sa voix rauque, tremblotante, se veut rassurante : « Certes, au début c’est triste, on se sent seul, isolé du monde, abandonné même. Mais on s’y fait, vous verrez ».

Alors, brusquement, comme pour punir à la fois ce sinistre vieillard et son imagination ridiculement impressionnable, elle se tourne sur le côté, vers son mur à elle. Vingt mètres d’un coup : elle vient d’écraser son oreille droite contre l’oreiller. Encore une plongée, encore une partie du monde sensible qui disparaît. Elle entend le gargouillement dans son ventre, qui erre de-ci de-là.

D’elle : ce ventre, le souffle, ses pieds engourdis, ses oreilles qui, ayant tout assourdi, chuchotent en elles-mêmes.

Et de lui que reste-t-il maintenant, au bout du couloir, la voix faible, le souffle presque inexistant ? Il tire à lui la couette : un signe de vie, enfin.

Est-ce cela, la vieillesse, cet éloignement progressif de tout, ou bien est-ce la mort déjà, ce long tunnel silencieux, tout à fait indolore, comme si une mère venait doucement éteindre une lumière après l’autre : la vue, l’ouïe, les odeurs, les mouvements, tout s’atténue, tout s’éloigne, s’adoucit, et on glisse, sans savoir à quel moment on est mort, si on y est enfin.

Elle touche la couette, la tire à elle. Elle l’entend grogner dans son sommeil et répliquer par un mouvement de son corps, qui se tourne vers son mur à lui.


- C’est vraiment drôle, ces boules Quies ! et elle rit.


Il n’a pas entendu. Il dort, là-bas, au fond de son couloir, dans l’obscurité.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
27/9/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'aime beaucoup la manière dont l'analogie est amenée : au début, je ne voyais pas bien où vous vouliez en venir, tout s'est installé de manière très progressive. J'aime bien aussi ce passage du passé au présent, je le trouve significatif dans le mouvement du texte. Cela dit, la référence à "Rhinocéros" ne me paraît pas forcément utile et je me dis que le texte, au début, gagnerait peut-être à un poil de resserrement.
Une réflexion intéressante, au final, un petit peu languissante à mon goût. C'est le sujet, d'accord.

"c’est le Berlin d’un myope dont les lunettes se sont cassées qui est déformé, plongé dans une brume que l’opticien dissipera quelques jours plus tard." : je trouve ce bout de phrase un peu lourd.
"dans ce qu’il ne voyait d’en haut que comme une surface étale" : ici aussi.

   monlokiana   
29/9/2011
 a aimé ce texte 
Pas ↓
Un texte fort étrange que je n’ai pas réussi à bien comprendre. Trop de zones d’ombres, trop sombres, trop écrit, trop complexes.

- Je n’arrive pas à dormir.
Elle parlait fort pour qu’il l’entende.
- Pourquoi tu ne ferais pas comme moi ?

Je pense que ce « elle parle fort pour qu’il l’entende » révèle un peu les choses. Ils sont sensés dormir ensemble, donc très proche. Pourquoi parlerait- elle fort pour qu’il l’entende ?

Donc pour ma part, se texte se perd à être trop difficile d’accès. L’écriture, je ne l’ai pas trouvé fluide et l’histoire guère emballante. Ce sont ces genres de textes qu’on lit et qui ne vous laisse aucune impression, aucun ressenti.

Je m’excuse si je ne suis pas assez clair.

   brabant   
29/9/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Il est dur ce texte.

A la fois tendre, douillet et dur.

La progression est très bien menée.

Les boules Quiès qui plongent dans un demi-silence, puis dans la solitude.
Les boules Quiès qui sont l'annonce de la décrépitude, de la vieillesse, de la maison de retraite, de la mort. Tout cela est très bien vu, très bien dit.

Et s'accélère vers la fin où, avec le pré-sommeil et le sommeil de l'autre, on quitte peu à peu la réalité.


Fort heureusement, des pointes d'humour et d'affection, avec les mouvements de l'autre, rappellent que l'on est encore en vie.


Ouf ! on peut dormir tranquille, avec les boules Quiès !


Merci !

   Anonyme   
11/10/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Ce n’est pas long, heureusement car c’est un peu soporifique, une petite mort donc. Mais c’est peut-être aussi l’effet souhaité.
Un petit texte sympa, une impression avant de dormir.
Bien sûr c’est classé dans la catégorie réflexion/dissertation, donc pas d’histoire, pas de chute, pas de ??,
Chaque moment banal de la journée pourrait être décrit ainsi. Pourquoi pas ? Pourquoi ?

   Sybelhe   
18/1/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un texte fluide pour ma part, il décrit bien la perception modifiée par l'utilisation de ces petites boules censées amener une sorte de quiétude. Les bruits extérieurs s'estompent pour révéler ceux du dedans. Découvrir alors combien la vie en circulation interne est bruyante et le silence absolu impossible. Avant de s'endormir.

   jeanmarcel   
13/2/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un beau texte sur l'incommunicabilité dans un couple où la passion s'est envolée, remplacée par la gentillesse et les bonnes intentions. Par le biais de ces boules Quiès, et sans en avoir l'air, l'auteur dit beaucoup de choses sur la solitude à deux. De plus les sensations de surdité artificielle sont très bien décrites, cette impression de s'enfoncer et de reculer dans ce silence cotonneux. Pour ma part je pense que l'emploi du présent est souhaitable dans ce style de texte, cela donne une force émotionnelle supplémentaire. Mais ce n'est que mon avis bien sûr. Mes compliments à l'auteur.


Oniris Copyright © 2007-2018