Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Sentimental/Romanesque
alvinabec : Vertige d'égalité
 Publié le 06/08/11  -  12 commentaires  -  13296 caractères  -  118 lectures    Autres textes du même auteur

À mes animaux...


Vertige d'égalité


Sitôt le divorce prononcé, j’ai transporté mes animaux, Alfred et Théopistus, ainsi que ma collection d’escarpins au vingt-cinquième étage de cet immeuble. Cela me donne de la perspective.

Ce matin comme tous les matins, mon voisin et moi-même voyageons de conserve dans l’ascenseur. Il m’accueille d’un « Bonjour, vous allez bien ? » immuable dont il n’attend aucune réponse. Il ajuste sa cravate, contemple son gilet à fleurs devant le miroir de courtoisie. Puis il me lorgne comme à la foire le maquignon jauge une pouliche. Si ma tenue le satisfait, un demi-sourire lui vient au coin de la bouche.

Pendant l’examen de la jupe, je câline Alfred, mon rat, installé sur mon épaule. Souvent Mr Pic, affable, lui tend des sucreries que l’autre, passant très vite de mon cou à sa main potelée, engloutit en connaisseur. J’assiste à une double séduction entre ces deux voraces. J’y suis accessoire.

Mr Pic soliloque à propos du quotidien dans l’espace clos de la cabine. Cela l’inspire, son verbe s’y dilate. Je l’écoute distraitement, replace une mèche de mon chignon face à la glace, constate que, campée sur un talon fin de quatorze centimètres, un vertige d’égalité s’instaure entre la rotondité de son cou et ma clavicule saillante. C’est beau comme une renaissance sur talons hauts. Pendant trois ans j’ai été à la diète du soulier de belle hauteur, mon mari d’un mètre soixante me voulait en ballerines plates pour une harmonie esthétique. À la faillite de notre couple j’ai renoué avec les escarpins.

Au terme de notre voyage vertical, Mr Pic me gratifie d’un sempiternel « Bonne journée Princesse » que je reçois comme une gageure.

Devant moi, son corps glisse jusqu’à la moto rouge qu’il enfourche, serre entre ses cuisses moulées d’un tissu moiré. Il met le contact, la cylindrée lui obéit, docile. Puis il enfile d’un trait franc la rue et disparaît comme sur une ligne de fuite.

Pour ma part, je rejoins à pied ‘Studio Design’, enseigne créée grâce à mon ex-mari. Pour solde de tout compte. Le râblé me voulait dominer à son côté, le talon absent. Diplomate, je me pliai un temps à la petitesse de l’argument. J’étayais ses ambitions de carrière comme un faire-valoir, une potiche agréable, rien de plus. Les dîners en ville imposaient ce rôle de bibelot semble-t-il. Cela me lassa après une ou deux saisons, ces soirées si convenues manquaient du charme de l’imprévisible. Bientôt satisfait de sa réussite, mon mari n’exigea plus ma présence, sourire figé sur mon ennui, dans ces soirées mondaines. Il me remplaça par d’ingénues maîtresses, notre belle entente se délita très vite. Je voulus de l’altitude, lui en fis part. Il accéda à mon désir de souliers hauts. Dans le même temps il me signifia qu’il me quittait. J’obtempérai. Me cabrer eût été ridicule devant cet époux que je voyais de plus en plus rarement. La séparation a suivi la pente de l’escarpin.

Je suis très fière de cette indépendance neuve. Passée de l’appartement parental au bras de mon mari, me faisait défaut l’expérience du célibat. Cela est fait maintenant. Le futur m’appartient. Mon installation dans cette tour en atteste. Je savoure l’euphorie de cette douce liberté.

J’ai décoré l’appartement à mon image : les pièces de façade très épurées, sièges de bois noir, murs blancs, bonsaïs devant les fenêtres en guise de rideau, c’est tout. Les rares visiteurs, émus d’une telle ascèse, ne s’incrustent pas. Mr Pic lui-même n’est venu qu’une fois pour une visite de voisinage, il m’a fait remarquer que la nature a horreur du vide.

Sur l’arrière du logement, où il fait sombre, les pièces sont réunies en un atelier peint en rouge et noir. J’y ébauche, peins, gratte, écris. Mes fantaisies imaginaires sont placées sous la garde exclusive de Théopistus qui furète en liberté quand je m’absente avec Alfred. Il déchiquette chaque jour un morceau du sofa, reliquat d’une conjugalité éphémère. En ma présence, mon furet est astreint à résidence dans sa cage, je l’ai à l’œil, il ne bronche pas.

Il y a aussi la chambre, anciennement bibliothèque, où mes chaussures sont classées comme autant d’ouvrages, par genre, qualité, couleur, pays. Je raffole des talons les plus hauts. Je crois dominer le monde par le truchement de l’escarpin. Jarret raidi devant mon miroir, je suis une gazelle.

J’arrive au ‘Studio’ où nous sommes trois à concevoir et produire en quantité limitée des objets superflus, donc essentiels, que nous vendons très cher à des amateurs. Qui adorent, en redemandent. Nous fournissons du rêve, un succès fait de presse-purée pour des citadins qui jamais n’ont épluché, n’épluchent, ni n’éplucheront de pommes de terre. Nos créations ne sont pas bien solides, mais qu’importe ! L’essentiel est au désir, non à l’objet. Nous titillons le manque, j’en conviens, c’est là que repose notre génie. Nos affaires prospèrent généreusement grâce au vernis poétique dont nous nappons nos produits.

La journée commence fort à la boutique. Charmée par mon Alfred tout chaud, une poignée de Japonais fait grimper le chiffre d’affaires. La journée s’achève encore plus fort avec la visite de touristes chinois argentés. Le tiroir-caisse hoquette, s’épuise, ne se referme plus entre deux soupirs de contentement. On baisse le rideau sur une atmosphère de fièvre. À rafraîchir impérativement. Je sors trois coupes et une bouteille de Bollinger grande cuvée pour une séance de satisfaction narcissique. Cela détend bien. La recette est vraiment excellente.

Plus tard, perchée sur mes talons-bonheur, Alfred sur l’épaule, je rentre chez moi. On chahute un peu chez mon voisin, c’est normal. Veille de fête du Travail, Mr Pic reçoit des amis avec lesquels il teste différents cépages. Les dégustations verticales de crus bourguignons déboutonnent les rires au crépuscule. J’ai profité de l’ambiance de liesse vigneronne pour sonner chez lui, mon frigo vide réclamait des œufs.

Il m’accueille de son sempiternel « Bonsoir Princesse », m’invite à rejoindre les virils dilettantes réunis autour des bouteilles. Ce sont de bons amis, très joyeux. Un roux, hilare, entame une merveille couleur rubis - un aloxe-corton - et l’on s’exclame que mes chaussures seraient de belles coupes de vin. Je me demande où se situe ce cru chez ces amateurs patentés. Le roux me tend un verre. Que je pourrais refuser. Je l’accepte. Simplement parce que je veux goûter le nectar. Après, je filerai. Ces messieurs sont déjà à câliner mon rat, lui filer des grignotes apéritives, je le laisse se débrouiller seul, il passe d’une main à l’autre. Tant qu’il y a de quoi se goberger, Alfred est partant. Je pose une demi-fesse sur une méridienne, un plein verre à la main. Le vin est gouleyant ce soir. Sans doute la chaleur du printemps nouveau.

Le lyrisme de Mr Pic augmente à l’aune de la dégustation. Il s’assied auprès de moi, nous devenons intimes. Les fins connaisseurs, depuis les canapés où ils sont affalés, approuvent le rapprochement de nos points de vue, me semble-t-il. Le vin est bon, Pic collant. Que cela me vaudra-t-il ?

L’escarpin assuré, je me lève, pose mon verre vide, rafle Alfred auquel le roux tient de curieux propos amoureux, vite salue l’assemblée, quand Pic ajoute qu’une fois prochaine, il compte vraiment sur ma présence, on éclusera des crus bordelais.

Je claque la porte de mon appartement. Enfin chez moi ! Sans les œufs. Flûte, je n’y retourne pas. À la nuit, j’entendrai hurler, signe de la profondeur du jugement de ces messieurs quand ils s’obligent à l’ordre du monde. Pic sera alors à l’acmé de sa verve oratoire. Le meursault lui stimule parfaitement l’entendement.

Je vais dessiner dans mon atelier où Théopistus a bien besogné le sofa qui montre des pleins et des déliés jusque-là inconnus. Les dons artistiques de ce furet m’étonnent. Je passe là la nuit, c’est calme ; j’y dors, Alfred près de moi, Théo dans sa cage.

Au matin de ce premier mai, l’air est tiède. Mon épaule nue, sans Alfred resté devant son assiette, j’attends l’ascenseur, baskets aux pieds, toute à ma future séance de sport le long des quais. Que je suis minuscule sans mes talons, une féminité tronquée ! Me vient une pensée pour mon ex-mari. Notre harmonie statuaire était vraiment circonstancielle. Sa cible professionnelle acquise mettait fin à ma mission. Il m’a gommée d’un revers de main.

À ce moment, Pic sort de son appartement, les mains pleines de décombres œnologiques. Il m’alpague d’un salut tutoyé que je mets au crédit d’une nuit fort écourtée par la philosophie vineuse. Sa familiarité neuve rappelle son aspect, un gilet à fleurs sur un débraillé brutal. La cabine est là, Pic m’y pousse de ses bouteilles qu’il lâche au sol sitôt celle-ci refermée. Il souffle, se mire, arrange une mèche, reste silencieux jusqu’à l’entresol, ce qui m’étonne. Lui, si bavard…

Quand soudain, il a dégainé sa carte de parking qu’il a coincée derrière la commande de la porte. La machine immobilisée, il m’a enveloppée d’un bras, m’a serrée. Fort. M’a plaquée de sa cuisse ronde contre le miroir. Ce n’était pas les prolégomènes d’un discours amoureux. Il mettait trop d’ardeur, de précipitation, de virulence à ses gestes. Je me débattis comme je pus. Il m’a mordue au cou où Alfred n’est pas, l’imbécile. Pic soufflait fort, son haleine violente empesta mes cheveux, je voulus crier, il m’écrasa la bouche, il s’agitait peu, ne me laissait libre d’aucun mouvement. J’étais bel et bien acculée. Il m’a tellement pressée contre la paroi que je respirais par hoquets spasmodiques. Dans ce placard étouffant, toute notion de savoir-vivre s’est effondrée en quelques minutes. En vis-à-vis il y avait un chasseur et un frêle gibier redoutant la mise à mort.

Il a pris le temps de me sourire comme une injure muette. Je ne pouvais plus me débattre. Épuisée, j’ai cédé à l’hallali quand il a trop fort grogné. J’ai eu le nez dans les fleurs du gilet et très mal à l’âme quand ses doigts bagués ont fouillé mon intimité. Il avait un doigté de récidiviste. Pic se prenait pour un séducteur. Je voulus lui arracher l’oreille d’une dent incisive mais, faute d’escarpins, la cible resta hors de portée. Manquaient quatorze centimètres. Les chaussures de sport, hélas, ne furent d’aucun secours.

Une fois son plaisir ahané, Pic a décroché sa carte magnétique, s’est rendu au local ‘tri sélectif’ afin d’y jeter les vestiges de la dégustation bourguignonne. Devant cette indifférence je me sentis nue, démunie, humiliée, renvoyée une fois de plus au rang d’accessoire. Un objet aussi vite consommé qu’oublié. J’ai serré les dents sur ma nausée.

Je suis remontée vingt-cinq étages plus haut.

Pendant le trajet, je respire mal, tout se mélange, je vais appeler les secours, oui. Aller déposer une plainte, non. Je suis envahie d’une rage liquide. J’ai des envies de meurtre.

Dès le seuil de mon antre, j’arrache puis jette mes vêtements si légers, vomis mon dégoût dans l’assiette d’Alfred puis cours me réfugier dans l’atelier où le génial Théopistus tricote des maxillaires, ronge la maquette de bois sur laquelle je peine depuis plusieurs semaines. Excédée de cette audace, je l’enferme dans sa cage. La bouffisance, la morgue, l’affront de Pic me giflent comme sa brutale saillie. Des secousses intempestives m’agitent sans que je ne puisse rien contrôler. Nom d’un mafflu ! Je crie, hurle le plus fort possible. Théopistus me regarde avec intérêt. Aurions-nous les mêmes desseins ?

Avant tout, l’urgence est à me laver, me laver, me laver encore. De l’eau chaude. Très chaude. Un flacon de shampoing-douche. Puis un autre. Je m’apaise peu à peu.

Serrée dans un drap blanc, je vais peindre près de mes animaux. Une toile vierge me tend l’invite depuis le chevalet, je m’installe sur un tabouret haut, au couteau, par saccades, j’étale un rouge franc en à-plat. Une rigole assez fine puis plus ample s’évase au centre du tableau. La peinture coule, abondante, entre mes cuisses. C’est chaud. Au bout de la nuit, j’ajoute des touches de noir absolu, comme la onzième planche du Rorschach qui restait à inventer. L’œuvre s’intitule : Vue d’Austerlitz depuis le Marchfeld. Ça a beaucoup d’allure, j’en pleure de contentement. Je vais me doucher. Encore. La peinture souillée s’écoule, il fait presque jour.

Dehors une pluie molle m’incite à prendre le bus pour me rendre au ‘Studio’. J’ai des sandales de dentelle aux pieds. Une assurance neuve glisse sous ma cheville, la cambrure du pied se parfait. Ces nouveaux souliers sont magiques.

Le soir venu, j’ai sonné à la porte du coupable. Une urgence m’appelait à Londres. Il devait me dépanner, garder Alfred pour quarante-huit heures.

Il acquiesça.

Je lui ai confié le sac où tatie Violaine rangeait ses travaux d’aiguille, un polochon molletonné au fermoir d’acier. Puis j’ai pris l’ascenseur, sorti Alfred de ma poche et l’ai enroulé autour de mon cou comme à mon habitude.

Au cinéma se joue « Les dents de la mer ». On dit le film très plaisant. Je compte que Théopistus, mon furet joli, si affamé qu’il a scié les barreaux de sa cage, saura larder la veine jugulaire de Pic mieux qu’un bistouri quand celui-ci l’enroulera autour de son cou. J’entends un dernier râle quand les lambeaux du gilet dessinent des fleurs sur le sol.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Pascal31   
25/7/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une courte nouvelle à l'écriture ciselée, au style recherché : l'auteur aime les mots, on sent le travail de relecture, de peaufinage.
Le seul reproche concernant l'écriture serait un mélange de temps parfois assez déroutant, notamment dans le paragraphe décrivant l'agression dans l'ascenseur ("Quand soudain, il a dégainé sa carte de parking (...) redoutant la mise à mort"). Je ne comprends pas pourquoi l'auteur jongle ainsi entre le passé composé, le présent, le passé simple et l'imparfait...
J'ai bien aimé le personnage central : cette femme au caractère bien trempé, campée sur ses positions comme sur ses escarpins. Cependant, si l'histoire se laisse lire facilement, j'ai un peu regretté cette pirouette finale. En effet, à moins que Pic soit encore enivré (mais comment l'héroïne peut-elle en être certaine ?), je vois mal comment il pourrait confondre le rat Albert qu'il a l'habitude de voir, avec un furet ! Les deux espèces ne sont quand même pas identiques !
Malgré cette fin qui me semble peu crédible, j'ai tout de même pris plaisir à lire cette histoire, bien écrite.

   oxoyoz   
28/7/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↑
C'est très bien écrit, les yeux glissent sur les mots et on se laisse porter. Heureusement car on ne sait pas où l'on va, le ton badin ne nous prépare pas au drame. Peut être que la féminité épanouie que tresse fort bien la narration est un indice annonçant un crime contre celle-ci, mais j'étais ennuyé de ne pas voir où le texte voulais en venir. Cela dit, c'est vrai que M.Pic m'a mis mal à l'aise dès le début, sans trop savoir pourquoi, c'est finement jouer. D'autre part je suis sceptique sur les capacités meurtrières du furet, mais j'admets la possibilité. Bref, l'histoire ne m'a pas plus emballé que ça, mais l'écriture m'a vraiment plu, c'est rythmé, coloré, fluide, ça a du style.

   costic   
1/8/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J’ai beaucoup beaucoup aimé l’écriture de cette nouvelle. Des images très évocatrices. Un régal aux oreilles. La sensation des talons hauts qui égalisent me parait très bien évoquée. On se coule dans l’histoire. Un excellent moment de lecture.
Seul bémol : le changement de temps pour l’agression : » Quand soudain, il a dégainé sa carte de parking qu’il a coincée derrière la commande de la porte. La machine immobilisée, il m’a enveloppée d’un bras …pourquoi ne pas continuer au présent ?
La petite phrase d'introduction m'a fait un peu hésiter, craignant une ode doucereuse à la faune domestique, mais le dénouement vous fait finalement entrer en totale empathie avec la dédicace, on remercie effectivement les bêtes de leur sauvagerie naturelle.

   Medea   
6/8/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Le style est vraiment prenant, efficace, ça m'a conquise. Comme d'autres apparemment, je n'ai pas trouvé la fin très crédible, mais ça ajoute un je ne sais quoi d'humour, de déjanté, qui me plaît bien. C'est une nouvelle que j'ai appréciée, ce personnage contrasté, et fort dans une certaine mesure m'a beaucoup plu. Il y a un vrai regard personnel sur les choses derrière cette écriture, une vraie rencontre.

   doianM   
6/8/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'avais lu cette nouvelle dans L'espace lecture. Elle m'avait laissé un bon souvenir.
J'ai apprécié la bonne écriture, économique et surtout l'humour.
Je ne peux que mettre à jour l'impression initiale.

   Palimpseste   
8/8/2011
Bonsoir et merci de ce texte agréable à lire. Effectivement la fin gagnerait à être plus précise et trouver un stratagème pour éviter l'écueil du furet confondu avec un rat.

Trois autres petites choses, sans trop d'importance :

Je suis un peu réservé sur "(...) de conserve". Par rapport à "de concert", il s'agit d'un terme de Marine, où des navires forment un convoi pour se protéger mutuellement. Sémantiquement, il n'est pas faux puisqu'il s'emploi pour des voyages y compris verticaux, sans doute, mais son emploi n'est pas exact non plus... D'un autre côté, dans le contexte de l'ascenceur, assimilable à une boîte de sardine, c'est aussi un joli jeu de mots mais il faut s'assurer qu'il fonctionne bien dans ce moment du texte... A vous de choisir la tournure...

Pourriez-vous amener le nom de Mr Pic dès la première apparition du personnage ("Ce matin comme tous les matins, mon voison Mr Pic et moi-même (...)". Le nom arrivant au deuxième paragraphe, on ne voit pas immédiatement que c'est le "il" du paragraphe précédent.

Aloxe-Corton avec des majuscules (sauf si les correcteurs m'apprennent que non, mais je crois bien que si).

En tout cas, le texte est agréable. Bonne continuation !

   Palimpseste   
8/8/2011
Commentaire modéré

   Anonyme   
8/8/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Ah ! Ça fait plaisir, vraiment ! Mais j'y viendrai plus tard...

Pour entamer, je me débarrasse d'abord de l'accessoire, c'est-à-dire du fond : un viol suivi d'un projet d'assassinat au furet, moyennement crédibles l'un et l'autre. Le premier car je ne ressens pas suffisamment les efforts de l'héroïne pour en réchapper (mais c'était peut-être pour justifier le titre; dans lequel on croit lire le terme "illusion" sous celui de "vertige"). Le second car si l'arme du crime est originale et même amusante (d'ailleurs, s'agirait-il réellement d'un crime, au sens juridique ?), il me parait tout de même peu probable que Mr Pic ne puisse se défendre, à moins que l'affaire ne se produise au terme de sa prochaine orgie programmée, la bordelaise.
Hormis l'intrigue en elle-même, l'histoire est cependant ancrée très agréablement dans le réel. On reçoit des bribes de la vie des deux personnages et ceux-ci leur donnent une existence, palpable, crédible.

Mais c'est par le style, par le travail que ce texte me plait, car style et travail il y a. Les phrases sont soignées, travaillées, façonnées, par la recherche du vocabulaire, de la musicalité, de l'originalité de syntaxe. L'auteur fuit la banalité et le lecteur s'en réjouit. L'auteur ne raconte pas une histoire, il fait de la littérature. Il semblerait pourtant que ce soit notre objectif à tous ici, mais ça me parait rarement évident au hasard de mes lectures. Ici, c'est tout simplement évident et rien que pour ça, ce texte est déjà une réussite.

Voici, parmi d'autres, quelques phrases qui me plaisent :

"Puis il me lorgne comme à la foire le maquignon jauge une pouliche." (vocabulaire, rythme, musicalité, bonne utilisation de la comparaison qui d'ordinaire m'ennuie)

"Pendant trois ans j’ai été à la diète du soulier de belle hauteur [...]" (vocabulaire, rythme, musicalité, élégance)

"Le râblé me voulait dominer à son côté, le talon absent." (vocabulaire, rythme, musicalité, originalité de syntaxe)

"Passée de l’appartement parental au bras de mon mari, me faisait défaut l’expérience du célibat." (vocabulaire, rythme, originalité de syntaxe)

"L’essentiel est au désir, non à l’objet." (originalité de syntaxe, réflexion sur le sens)

"Que cela me vaudra-t-il ?" (originalité de syntaxe, élégance d'expression)

"Cela l’inspire, son verbe s’y dilate." (expression imagée; une notion abstraite prend corps; on imagine le bavardage prendre consistance matérielle et prendre possession, physiquement, du volume de l'ascenseur)

"Mon épaule nue, sans Alfred resté devant son assiette [...]" (originalité encore; glissement d'un type opposé au précédent; l'être vivant devient un objet, un vêtement)


Parmi les très nombreuses phrases qui me plaisent, il y en a cependant quelques unes qui trahissent, à mes yeux, quelque faiblesse :

"[...] notre belle entente se délita très vite."
L'évocation faite de l'histoire commune passée entre l'héroïne et son mari ne fait pas du tout songer à une "belle entente". Bien sûr, l'héroïne peut songer avec cynisme à ce passé et cette expression "belle entente" devenir ironie, mais ce n'est pas ainsi que je le reçois.

"Dans le même temps il me signifia qu’il me quittait. J’obtempérai."
Je ne comprends pas bien le choix de ce verbe "obtempérer". Cela laisse à penser qu'il y aurait eu possibilité d'un choix pour l'héroïne. Son mari la quitte; il n'y a pas lieu d'obtempérer, mais de prendre acte, tout simplement. Enfin, me semble-t-il.... reprenez-moi si je me trompe !

"Je crois dominer le monde par le truchement de l’escarpin."
Ici encore, le choix du verbe "croire" m'embête, car il introduit une dichotomie gênant entre l'héroïne et la narratrice, qui se trouvent pourtant être une même personne. Je m'explique... Ce verbe me laisse à penser qu'il s'agit d'un jugement de la narratrice à l'égard de l'héroïne. Ce pourrait être crédible s'il s'agissait d'auto-dérision, du jugement de la narratrice/héroïne à l'égard d'une habitude passée, abandonnée précisément après la prise de conscience de son absurdité. Mais nous ne sommes pas dans ce cas de figure : l'héroïne n'a pas quitté cette habitude. Donc, ça ne colle pas, pour moi. Ce qui collerait, c'est : "J'ai l'impression de dominer le monde" (ou autre formule littérairement plus élégante).

"Nos affaires prospèrent généreusement grâce au vernis poétique dont nous nappons nos produits."
Le choix du verbe "napper" me fait encore tiquer. Vous mêlez deux métaphores : l'une relative à l'ébénisterie, l'autre culinaire.

Je l'ai déjà écrit : j'aime beaucoup le travail littéraire accompli. Mais parfois cela va un peu trop loin, en particulier dans la légère surabondance de qualificatifs qui me rappelle qu'il y a un auteur qui cherche à se faire plaisir.

En voici trois exemples :

"Les dégustations verticales de crus bourguignons déboutonnent les rires au crépuscule." (dommage, vraiment, ce "verticales", qui alourdit inutilement une phrase dans laquelle, en plus d'être musicale, est pourtant présent ce verbe "déboutonner", très original dans son contexte)

"J’ai profité de l’ambiance de liesse vigneronne pour sonner chez lui, mon frigo vide réclamait des œufs." (même chose : "vigneronne" alourdit inutilement)

"Ces messieurs sont déjà à câliner mon rat, lui filer des grignotes apéritives" (c'est moins grave que dans les deux cas précédents, mais "apéritives" fait tout de même un peu "recherche littéraire excessive")

J'ai parfois été un peu dérouté par l'entrelacement du passé et du présent dans la conjugaison, sans que je puisse pour autant vous contester ce choix.

Je salue comme il se doit le travail fourni sur ce texte.
Pour le fond, et bien ma foi, il ne m'est pas absolument indispensable et j'en trouverai sans doute un plus fourni et/ou plus crédible dans une de vos autres productions.
Merci pour cette agréable lecture.

   placebo   
9/8/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Beaucoup aimé.
Je me demandais le genre de textes qu'alvibanec aux commentaires un peu brefs (sans jugement aucun, simple constat ^^) pouvait produire et c'est chose faite.

J'ai trouvé une grande cohérence dans l'ensemble, style, caractère des personnages…
Le passage du viol m'a paru manquer un peu d'air si je puis dire, j'ai eu l'impression que l'auteur voulait faire passer des émotions comme la panique, l’agressivité, mais je n'ai pas été touché car le style est resté de ce laconisme tranchant qu'on a lu tout le long.
Entièrement d'accord avec bon nombre de remarques d'incognito, notamment le "croire".
Le titre me plait également, ça devient rare :)

Sur le choix du modus operandi, ça ne me choque pas même si cela me parait peu crédible. J'ai l'impression que ces animaux sont assez fragiles. Ça reste dans l'idée "femme qui devient fatale une fois ses escarpins aux pieds".

Même le thème des talons, quand on y pense, est intéressant et trop souvent traité de façon superficielle. J'aime.
Bonne continuation,
placebo

   Anonyme   
9/8/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Synthétique. Je parle du commentaire. Un peu comme ceux de l'auteur.

Qu'ai-je lu ? Une ode à l'escarpin ? Une histoire de furet et de rat ? Une escapade vineuse de mr Pic (ole) (mais pas de la Mirandole) ? Une séance dans un ascenseur qui n'avait rien de platonique (vorace oui) ? Un peu tout cela en fait. Style efficace, traits d'humour discrets, recherche dans l'art d'exprimer, récit bien ciselé... comme Pic par le furet (du moins je suppose).
Tout le reste a été dit.

   widjet   
8/9/2011
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Voilà une héroïne qui ne manque ni d’excentricité ni d’esprit, personnage haut en couleurs qui m’a un peu fait penser à une « Amélie Nothomb ». L’auteur (et je l’avais déjà remarqué dans « la femme de bois » ou « Le bénéfice de Rose ») a beaucoup de facilité d’écriture et un humour parfois féroce (je retiens le « doigté de récidiviste » aussi abject – comme tenu de la gravité de la scène – qu’hilarant).

La scène de viol (car c’en est une) est un sacré coup de fouet sur un récit qui s’annonçait comme « léger », mais l’auteur a la bonne idée (et l’audace) de ne pas s’appesantir et de « plomber » son texte sur cette agression (à ce titre, l’héroïne, pleine de ressources, réagit vite).

Le final, lui est vite (et mal) expédié, je trouve.

Personnage principal truculent, texte rythmé, écriture souvent inspirée, quoique qu’excessivement précieuse par instants (il y aurait moyen de se faire plus discret et de faire quelques coupes pour gagner en « percussion »), de rares répétitions (« sempiternel ») et lourdeur (« Le râblé me voulait dominer à son côté »), mais le constat est bien réel : il faudra désormais compter sur la plume talentueuse d’Alvinabec.

W

   carbona   
20/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Alvinabec,

Un texte à l'écriture appréciable qui se lit avec plaisir.

Une histoire qui intéresse. J'ai tiqué quand elle va chercher les oeufs chez Pic. En avait-elle vraiment besoin ? Que cherchait-elle ? On ne pouvait que se douter qu'en cette ambiance de fête, il la convierait à se joindre à eux.

La scène dans l'ascenseur est écrite avec délicatesse et toujours avec humour ce qui fait que le lecteur a toujours un doute sur ce qu'il se passe, enfin un doute qui ne dure pas longtemps.

Très surprise au départ qu'elle retourne chez Pic pour lui confier l'animal, j'apprécie la chute.

Un texte fort sous des allures de légèreté et d'humour, un texte grave. J'ai aimé la manière dont vous avez traité le crime, dans la suggestion. Cela pourrait à première vue, dédramatiser l'acte, mais je pense qu'il est de la sorte très bien retranscrit. C'est très vivant et très réaliste. L'acte qui pour le coupable est je pense, quasi anodin, dans l'ascenseur, vite fait, en sortant les poubelles. Les circonstances sont désarçonnantes. A-t-il seulement idée qu'il a commis un crime ?

Je regrette peut-être juste un peu trop de réserve de la part de la victime, je veux dire, des sentiments contenus. Ils auraient pu exploser davantage, ils ont explosé sur la toile bien-sûr mais je crois que pour le coup, quelques verbalisations ne m'auraient pas dérangée.

Merci beaucoup pour cette lecture, un beau travail !

   vendularge   
20/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,

J'aime bien cette écriture qui décrit avec talent beaucoup plus qu'elle ne livre la réalité de ce que se passe dans l'esprit d'une jeune femme trahie par un mari et violée par un con aviné dans l'habitacle étroit d'une cage d'ascenseur qui sent l’éthanol mal digéré et l’odeur moite du rut. Ils auraient été utiles ces escarpins dont, je l'avoue, je ne saisissais pas bien l’omniprésence.

J'adore:

"Les presses purée pour les citadins qui jamais n'ont épluché, n'épluchent ni n'éplucheront de pommes de terre »
,
« L’essentiel est au désir non à l’objet »

« Le meursault lui stimule parfaitement l’entendement »

Pour le reste, moi aussi j’ai buté sur le changement de temps qui gêne la lecture. Le même texte écrit au passé, la scène du viol au présent eût été….bon, là je m’emmêle les pinceaux avec cette histoire de temps, comme quoi ce n’est pas si simple ;))

Je ne sais rien des furets et autres NAC mais je ne suis pas sûre que le Pic le glandu, mou du neurone, ne lui file pas deux ou trois friandises tout en lui racontant son dernier voyage au pays de la volupté.

Bref, j’ai beaucoup aimé cette lecture…merci


Oniris Copyright © 2007-2019