Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Réflexions/Dissertations
Blacksad : L'homme qui n'existait pas [Sélection GL]
 Publié le 15/08/12  -  13 commentaires  -  7203 caractères  -  280 lectures    Autres textes du même auteur

Un homme pris par le vertige semi-conscient d'être un parmi sept milliards.


L'homme qui n'existait pas [Sélection GL]


Froid et lisse, le miroir me renvoie le demi-sourire que j’esquisse. À chacun de mes mouvements, il répond de manière adéquate. À mon signe de la main, il me renvoie courtoisement la pareille, et à mon bras d’honneur il riposte de manière proportionnée avec un geste similaire.


Devant ce miroir décidément très sociable, je passe au rituel rasage-chemise-cravate et me voilà paré pour une autre journée. Un écrivain a sûrement dit quelque part que chaque nouveau matin est un cadeau sans cesse renouvelé. Sauf que déballer un cadeau dont on vous aurait soufflé à l’avance la description exacte, ça n’amène qu’une chose : un sourire forcé.


Ma femme est déjà dans la cuisine. Elle me renvoie mon bonjour sur le même ton que le mien, ni joyeux ni agressif. À mon « ça va ? » elle répond par un « oui et toi ? » qui n’attend qu’un « ça va merci » de circonstance. Le café est vite avalé sans autre échange particulier. Que rajouter après plus de cinq mille matins similaires ? Et puis nous nous levons pour partir vers nos vies professionnelles sans oublier le baiser effleuré, sec et sans contact, échangé comme une poignée de main alors qu’on regarde ailleurs.


Debout, face à la vitre du métro qui fonce dans son tunnel sombre, je détaille les reflets des autres passagers qui encadrent le mien. Quelques étudiants, une mère de famille et ses enfants et puis trois autres quadras à costume. Une autre rame nous croise dans un sifflement strident et pour un instant nos reflets disparaissent. Nous ne sommes plus là mais le métro continue sur sa voie toute tracée, comme si de rien n’était.

Lorsque le fracas disparaît, les reflets rassurants reparaissent. Mais soudain, un doute. Où est le mien ?


Un moment de panique absurde et silencieuse… Que mon reflet, et donc moi, soyons là ou non ne change visiblement rien à ce qui se passe dans ce wagon, à la marche de la rame ou à celle du monde.

Mon regard affolé recherche sur cette vitre sale mon alter ego en deux dimensions parmi les autres images de mes semblables.

Ah, si, il est bien là. À sa place avec le même costume gris sombre. Mais il me semble moins net. Presque flou. J’ai l’impression persistante et désagréable qu’il est là sans l’être vraiment. Je ne comprends pas ce phénomène et je réfléchis…

Lorsque soudain la comparaison s’offre à moi, évidente.


Si je mets mon index tendu vers le haut à une vingtaine de centimètres de mes yeux et que je fixe un point plus lointain, je verrai mon doigt bien sûr mais aussi ce qui se trouve derrière. Les deux images sont superposées. Je vois l’intégralité de mon doigt et chacun de ses détails mais malgré cela, il est flou car je vois aussi entièrement tout ce qui est au loin. Il est là, mais je vois au travers.


En arrivant à mon bureau, je salue mes collègues et chacun me répond comme il se doit. Au téléphone, mes interlocuteurs répondent à mes questions et je réponds aux leurs. Mais un doute m’étreint l’esprit. À chaque nouvel échange j’ai le sentiment d’être transparent et pourtant, je sais que je suis là. Je le sais puisque tout le monde répond à mes mouvements, à mes paroles.


Cette sensation m’oppresse. C’est un malaise couvant qui s’est révélé d’un coup lorsque mon reflet s’est évanoui dans le métro. Il a disparu et depuis je ne suis pas sûr qu’il soit vraiment revenu. Alors je regarde mes collègues au fond des yeux, j’y cherche mon image mais je ne trouve rien. Et quand j’y perçois un reflet, il est flou. Désespérément flou. On me voit mais sans me cerner, sans me définir. Je suis là sans y être.


Le midi, alors que je tends quelques pièces au boulanger en échange de mon sandwich quotidien, une certitude s’impose. N’importe qui pourrait être à ma place, l’homme derrière sa caisse aurait le même comportement. Exactement le même. Je ne suis pas moi, je suis un client qui lui donne des pièces.


Cette certitude ne me quitte plus de la journée. Au bureau, si on me remplaçait par un autre, il recevrait les mêmes réponses, les mêmes sourires. De retour à la maison, je constate amèrement que n’importe quel homme, n’importe quel mari recevrait les mêmes marques d’affection usuelles s’il était à ma place.


Je suis un collègue, je suis un consommateur, je suis un mari, je suis un citoyen, je suis un voisin mais je ne suis pas moi. Je suis là sans l’être vraiment. Mon existence est trop prévisible pour que mon moi puisse y avoir une place. Et il y a trop de monde autour de moi pour que je sois. L’individu ne peut exister dans cette masse. Plus nous sommes et moins je suis.


Découvrir qu’on est mortel est un traumatisme précoce dans notre vie d’humain. Découvrir qu’on est interchangeable en est un autre, plus tardif. L’unique, la personnalité et l’exceptionnel ne sont donc qu’une conception de l’esprit. Des paravents rassurants pour dissimuler nos reflets pâlissants.


Je sens que tout mon être cherche un remède, un antidote. Comment convaincre les autres que j’existe, que je suis moi et que je suis différent ? Alors d’un coup, je comprends la violence, les coups de folie… tout plutôt que cette froide évanescence.


Égorger sa femme, tuer ses voisins, prendre son patron en otage, se jeter du haut d’un pont… qu’importe si pendant un instant j’ai l’impression d’être présent. D’être moi.


Mon corps bouillonne, mon esprit est en fusion, tout mon être se rebelle contre ce qu’il a découvert et qu’il savait pourtant depuis longtemps.


Et puis je m’interroge. Et les autres, le savent-ils ? Ont-ils vraiment l’impression d’être ou font-ils semblant ? Cette question me taraude. Je scrute le regard de ma femme. Que pense-t-elle de moi ? Et que pense-t-elle d’elle-même ? Qu’est-ce qu’elle attend de la vie ? Je n’en ai aucune idée. Je constate avec effroi qu’on pourrait échanger ma femme contre n’importe quelle autre sans que mon comportement en soit modifié. Il en est de même pour tous les autres, voisins, collègues, amis… Je participe moi-même à cet effacement généralisé. Je suis victime et complice. Je suis mort et pourtant debout. Je suis le coupable et son bourreau.


Je passe la nuit les yeux grands ouverts. Je ne trouve aucune réponse. Aucune solution. Rien que de nouveaux indices, de nouvelles preuves que nous nous effaçons mutuellement et continuellement. J’ai pendant un court instant un sursaut d’espoir, mais je conclus bien vite que la religion et tous les communautarismes ne sont que de vaines tentatives d’endosser une personnalité préfabriquée pour essayer d’exister dans le regard de l’autre.


Je finis pourtant par m’endormir avec à l’esprit l’image de mon reflet flou et incertain sur une vitre de métro en train de dévaler un tunnel obscur dans un éclair de lumière tremblante. Ce reflet disparaît, ressurgit, évolue. J’ai une barbe et je suis imberbe, je suis jeune, je suis vieux, mes cheveux changent de couleur, mes vêtements sont différents, je suis beau, je suis laid, je suis grand et je suis petit… qu’importe comment je suis, qu’importe qui je suis, le métro continue sa route sans dévier d’un pouce.


Le réveil sonne. J’ai mal dormi.


Devant mon miroir, j’esquisse un demi-sourire fatigué. Il me le renvoie aussitôt. Ça doit vouloir dire que je suis vivant.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
6/8/2012
 a aimé ce texte 
Bien
Dans l'ensemble, j'ai bien aimé ce texte. Il ne m'a rien appris de particulier (le narrateur paraît passer par une crise de la quarantaine bien banale) mais, pour moi, il synthétise élégamment un faisceau de pensées éparses. Bonne construction, à mon avis.

"Je ne suis pas moi, je suis un client qui lui donne des pièces." : cette phrase me fait réagir parce que, moi, j'ai horreur que le boulanger me reconnaisse, m'identifie comme une cliente particulière qu'il voit souvent et connaît un peu. Comme quoi...

"Plus nous sommes et moins je suis." : joli !

   macaron   
8/8/2012
 a aimé ce texte 
Un peu
Un sujet intéressant et une écriture adaptée à ce type de récit. Ce que je regrette, c'est l'angle par lequel vous abordez cette question existentielle. Le lever, le métro, la multitude, c'est à mourrir d'ennui. Tout cela à été déjà entendu et réentendu. Peut-être par le biais de la fiction, le thème dégorgerait encore un peu de jus? A vous de voir...

   placebo   
9/8/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bon, là, je n'ai qu'une seule envie, réagir à ce qui est dit, le texte atteint bien son but :)

Un quadra en costume anonyme. Les costumes allant au boulot. Je me demande si les ouvriers en bleu ou les paysans en salopettes, pris dans la masse, pouvaient se sentir différents les uns des autres ? Sans doute que non.
La chance du paysan, c'est qu'il vivait encore avec la nature. Du coup son échelle de temps n'était pas la journée mais l'année. Aujourd'hui, à part les vacances scolaires, la chaleur de l'été, le froid de l'hiver, qu'est-ce qui différencie les saisons, qu'est-ce qu'on peut attendre ? La retraite ?

Les rapports humains semblent ici rentrés dans une routine irrémédiable. Le passage sur l'envie de tout casser, pour troubler un peu ce miroir trop calme, est assez réaliste.
Je préfère la méthode à la Alexandre Jardin, tenter de reconquérir l'amour de sa femme :) C'est plus difficile et la satisfaction à l'arrivée est plus grande.

Face à ce texte qui semble montrer que l'humain est arrivé au bout de son chemin, je crois qu'il faut revenir sur ce qui nous rend (avec quelques autres espèces) assez uniques : art, amour, émerveillement.

"Découvrir qu’on est mortel est un traumatisme précoce dans notre vie d’humain. Découvrir qu’on est interchangeable en est un autre, plus tardif."
J'aime bien. Après les trois grands chocs (galilée, darwin, freud) pour l'humanité, deux étapes importantes. Pour moi, ça trouve son ouverture dans une réflexion orientale. On n'est rien, alors on peut tout.

"Je sens que tout mon être cherche un remède, un antidote. Comment convaincre les autres que j’existe, que je suis moi et que je suis différent ?"
Il n'en est pas convaincu lui-même alors ça va être difficile…

Un texte sans heurt, aussi lissé que le reflet. Rien de nouveau sous le soleil mais c'est pudiquement dit (les ombres, c'est très pudique). La crise de la quarantaine tombe à merveille pour ce genre de réflexion sur le sens de l'existence et elle est bien décrite. Le personnage inspire un peu de pitié, mais comme dans le théâtre de l'absurde, le vrai protagoniste, c'est peut-être nous…

Bonne continuation,
placebo

   Pascal31   
13/8/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un très bon texte, qui parle forcément au plus grand nombre...
L'auteur sait amener son sujet avec le style adéquat. La réflexion est poussée jusqu'à créer le malaise. C'est en tout cas ce que moi j'ai ressenti.
"Plus nous sommes et moins je suis" est, à mes yeux, la phrase qui synthétise le mieux cette analyse du "métro-boulot-dodo" qui trouve écho en chacun d'entre nous (à quelques exceptions près, probablement). Cette phrase aurait d'ailleurs fait un titre plus judicieux, même si "l'homme qui n'existait pas" reste tout à fait en adéquation avec le sujet.
Une bonne analyse, une écriture qui tient la route, une réflexion qui perdure bien au-delà de la phrase finale... Pour moi, rien à redire, l'auteur a atteint son but. En plein dans le mille.

   AntoineJ   
15/8/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
très sympa et intéressant sur un sujet pourtant assez "casse gueule"
l'intérêt est maintenu par le style (superbe) plutôt que par le scénario (attendu)
j'aurais peut être ajouter (tendance "donneur de leçon" ?) quelques notes sur le complexe rôle / fonction, sur le besoin de se remplir
Il manque juste un peu de vie (quelles sont ses passions) et de détails (tout reste au niveau général) pour créer un contraste plus marqué entre l'état d'âme existentiel et la douce réalité (parfois très dure)

   brabant   
15/8/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Blacksad,


J'ai trouvé cette réflexion très intéressante ; je ne puis qu'y acquiescer. Je crois que nous passons et repassons, régulièrement, tous par là.

C'est vif, frais (d'une certaine manière).

Un sommet :
"Plus nous sommes et moins je suis." !

Ceci dit, essayez donc de filer la fermeture éclair de votre jean (à défaut des boutons de culotte de votre arrière-grand-père) à votre boulanger pour voir si vous êtes un autre. Quant à votre femme, si vous la considérez comme interchangeable, c'est que vous ne l'avez pas encore dans le nez, pas littéralement. :)

Un bon moment pour moi !

   Anonyme   
19/8/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Blacksad et bienvenue sur Oniris.

Voici mon commentaire personnel, que je n'ai pas le temps de structurer alors j'écris des remarques qui se suivent (je te présente mes excuses pour cela).

Le narrateur commence à peine son périple spirituel, en prenant conscience de son apparence par comparaison avec l'apparence des autres, ici réduits à une masse uniforme/informe dans laquelle il se noie.

Avoir des problèmes existentiels est un luxe d'oisif. Or le quadra encravaté est le parangon de l'homme occupé. Donc dans le cadre de cette croyance collective, ta réflexion concerne tout le monde : bon choix de personnage. Tu ne pouvais pas mieux faire.

S'il faisait des enfants, sa vie reprendrait un sens. Il y a le christianisme aussi, qui n'est pas un communautarisme ni un fournisseur de personnalités mais une façon de vivre le lien avec Dieu, donc avec l'être. Aussi c'est l'ignorance et l'athéisme ordinaire et non construit (il est loin de l'humanisme athée des Lumières) qui le caractérisent. On dirait qu'il vient de naître, qu'il ne sait rien, qu'il s'aperçoit qu'il ne sait rien. Il est au tout début de la quête spirituelle.

Voir à ce sujet la première maison horoscopique ou l'arcane sans nom du Tarot : le profane meurt à son état d'imperfection. Il va passer du monde des petits mystères à celui des grands mystères. C'est le cas ici puisque le quadra encravaté est arrivé à maturité professionnelle et conjugale : pour lui, tout est rôdé, tout est devenu facile. En quelque sorte, il est en état de grâce. Il est temps pour lui de mourir et c'est ce qui se passe en effet dans le paragraphe consacré au rêve : qu'importe son apparence, la première vérité est "je suis". Mais il n'ose pas encore y croire et le narrateur sans doute n'y croit pas, puisque l'affaire est classée sans suite.

On aimerait savoir ce qui a précédé cette prise de conscience. Son CV, sa trajectoire, ses réussites qui ici font figure d'illusions. Ses collègues notamment pourraient servir de réceptable à ce passé faussement glorieux s'il n'était pas nécessaire que le narrateur s'aperçoive qu'eux non plus n'existent pas. Là encore c'est bien vu.

Je pense que c'est bien vu parce que c'est bien ressenti.

L'individu ne peut prendre conscience de lui-même que s'il se met à observer le penseur. Ici la trinité de la première personne joue son rôle pleinement : le personnage qui vit, le narrateur qui observe et l'auteur qui transcrit cette observation pour la rendre plus présente, ce qui représente un étage supplémentaire à la prise de conscience ; les écrits restent et peuvent être relus et analysés.

Je pense que le narrateur n'a pas compris que sa dépression est due à l'évitement de l'autre. Il ne rentre pas en contact avec l'autre et Dieu sait pourquoi (c'est un jeu de mots). Exister, c'est sortir de soi. C'est donc aller vers l'autre. Cet autre qu'il n'a jamais rencontré et toujours instrumentalisé (d'où la cravate comme signe de pouvoir et de manipulation).

La chute montre un personnage qui se sourit dans le miroir, dédoublement qui symbolise d'après moi le dédoublement/triplement de la première personne du singulier. Les damnés, les vampires n'ont pas de reflet. Celui de ton personnage est revenu, signe de renaissance.

Bon, que dire de plus ? J'ai apprécié la clarté de l'ensemble et j'ai l'impression que tu es allé au bout de ta sincérité. Pour moi, c'est un très bon premier chapitre pour un roman d'émancipation. En tant que tel, je devrais mettre "très bien" ; cependant l'ambition n'est pas au rendez-vous car je n'ai rien appris et c'est pourquoi je ne note que "bien".

J'espère que ce commentaire t'aura été utile ou agréable.

"Plus nous sommes et moins je suis" puisque d'autres commentateurs l'ont relevée : le narrateur ne voit pas qu'il est dans l'envie de se distinguer. Il ne s'accepte pas comme être déjà parfait.

Maintenant, je me pose la question suivante : est-ce qu'un auteur qui ne se perçoit pas comme déjà parfait peut continuer un tel texte ?

--------------------
J'ai fait lire ton texte à une internaute qui se fait appeler Trinity. Je colle ici le commentaire qu'elle en a fait :

"J'ai lu le texte, et je ne sais pas si c'est quelque chose qu'il a inventé, comme ça, pour faire un texte, mais peu importe, car pour l'écrire il a dû entrer dans le "vide" du moi.
Quand on est pas préparé à prendre conscience combien le moi est vide, ce n'est qu'un assemblage de temps, de passés, de conditionnements, de sentiments et d'idées, ça peut ébranler.
Mais j'ai aimé comme il finit, il s'est regardé dans le miroir, sourit, le miroir lui a rendu son sourire, et il a vu qu'il était vivant...
C'est ce qu'on découvre derrière ce vide, qu'est un être, qui est, est vivant, soi qui est l'être et la conscience derrière ce moi, et qui lui permet d'être comme lui-même.
S'il avait continué son histoire, il serait arrivé à dire qu'il n'y avait personne qui pouvait être à "sa" place, juste lui pouvait l'être et l'occuper cette place.
Et s'il avait traversé le vide plutôt que juste rester dedans, qu'il avait pénétré Ce qui est derrière, il aurait pénétré, plus ou moins, ce que j'ai exprimé ci-bas.

[Dans votre commentaire] vous disiez qu'il fallait sortir de soi, aller vers les autres (les autres soi) pour exister, et oui, et on dirait que c'est pareil pour le Soi, pour commencer à exister, il a dû sortir, s'est extériorisé, de lui-même sont sortis des consciences qui se vivent, se savent, s'expérimentent, s'expriment, et L'exprime de fait."

   -Katrina-   
23/8/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Réflexion très intéressante qui certes n'aborde pas un sujet nouveau mais qui a le mérite de nous faire partager l'angoisse du personnage. L'évocation des coups de folie pour justifier la peur affolante de n'être pas soi même mais engloutie par une masse solide et conforme ou l'on ne distingue pas d'individu mais un groupe est très réaliste.
Reste après cela une question que nous devrions tous nous poser. La vie n'a-t-elle rien d'autre à offrir que ce triste rituel boulot-dodo ou est-ce nous qui ne cherchons pas plus que cela ?

   JJSU   
24/8/2012
Bonjour Blacksad,

Je me permets d'écrire ici mon premier commentaire, car ce texte a résonné en moi.
Je partage l'avis selon lequel le traitement est assez peu original (le cadre qui se lève, se prépare pour aller au travail, sa femme, les transports,...) mais que le fond du sujet est assez bien amené. Surtout, je pense que ce sujet de la dépersonnification et de la quête de soir est toujours plus d'actualité à l'époque où chacun se définit par la couleur de son ipod ou la marque de ses vêtements. vous touchez donc dans le mille et l'on ressent à la lecture une forme de vécu. Ce texte pourrait, pourquoi pas, marquer la première étape du récit de la quête de soi du narrateur ?

   kamel   
26/8/2012
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour

Une vision distinctive dans la traduction d'un comportement étrange se dessine dans cette écriture, une recherche fondamentale de l'être se creuse dans son fonds à dévoiler ses profonds secrets comme le fonds des océans de "Yves Coustauds" qui est arrivé à se rapprocher de la réalité divine.Une image de la diversité humaine qui pense autrement en s'éloignant du Destin,un Destin partagé de l'espèce humaine qui marque certes une présence limitée dans la vie,vivre pour mourir sans passer par la négation de l'existence de l'individu. Les mots soulignent encore une fois la richesse que peut avoir l'homme dans la manière de penser aux divers sujets philosophiques et naturels ,à découvrir soi-même en multipliant des efforts constants dans l'interprétation de l'autre soi-même.

   Morfale   
1/12/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour,

J'ai acquiescé à plusieurs reprises, j'ai pris le temps de lire lentement pour assimiler tout ce qui me "parlait" dans cette description, mais j'ai complètement divergé par rapport à l'analyse qu'en a fait le narrateur. Par exemple, j'étais tout à fait d'accord avec le "je le sais puisque tout le monde répond à mes mouvements, à mes paroles", mais j'ai été plus ou moins déçue de voir qu'il le ressentait comme un malaise. J'aurais été pleinement "satisfaite" s'il avait décrit cet état comme quelque chose de troublant, de grisant, mais pas de nécessairement désagréable. Du coup je me suis un peu rétractée par rapport à cette histoire d’ « effacement généralisé ».
En revanche je comprends bien le "moment de panique absurde et silencieuse" dans le métro. J'admire donc l'auteur pour sa capacité d' "auto-observation", pour avoir su saisir cette sensation au moment où il l'a probablement vécue.
Et puis j'ai quand même bien aimé l'ironie dans le "miroir décidément très sociable", c'était drôle étant donné la phrase qui le précédait.

Plusieurs commentateurs ont interprété la fin du récit comme étant une chute heureuse, une "renaissance" pour le personnage. Je l'ai plutôt vu comme la fermeture d'une boucle, la mise en évidence d'un cercle vicieux, puisque le demi-sourire du début semble le même que celui de la dernière ligne. Si tel était l'intention de l'auteur (sait-on jamais), la narration au présent me semblerait alors d'autant plus judicieuse.

   fugace   
5/12/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une apologie de l'anonymat, bien construire, claire, agréable à lire.
Car au bout du compte nous sommes tous ces anonymes interchangeables dans une société de la "fée numérique": "encartés" dès la naissance, puis dés que l'on est consommateur, étudiant ou quoi que ce soit, même chômeur...
Flash de conscience aïgue, pas déprimante puisque le miroir lui dit le lendemain qu'il est vivant...
Cela m'a fait pensé aux fourmis de B Werber: chaque individu a une place définie pour y faire une chose définie, et s'il est défaillant un autre individu le remplace.
Des descriptions d'orfèvre sur le vécu d'une journée ordinaire.

   Adienog   
29/8/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Blacksad,

La première qualité de ce texte est d'être bien écrit.

J'aime le thème et votre façon de l'aborder. J'aime aussi beaucoup ce "demi-sourire" qui ouvre et ferme l'histoire. Nous ne sommes pas loin de passer du réel au fantastique !

Au plaisir de vous lire.


Oniris Copyright © 2007-2020