Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Réalisme/Historique
David_Szin : La révélation de Bernard Schenkel
 Publié le 10/06/11  -  10 commentaires  -  8027 caractères  -  49 lectures    Autres textes du même auteur

Nous tentons par à peu près tous les moyens de rompre la solitude de l'existence. Il arrive néanmoins, quelquefois, qu'elle se révèle, éclatante. Toutefois, les épopées nocturnes sont souvent des jeux d'ombres et de lumières, c'est à dire d'inversion.


La révélation de Bernard Schenkel


Au commencement, ça gargouillait dans son ventre.


Ça gargouillait même si intensément que ça le réveilla. Il y avait du noir tout autour, avec quelques taches plus claires. Il fallut ces nécessaires secondes d'oubli et d'hébétude pour que naisse l'idée ; l'idée récurrente de « Je viens de me réveiller ». Puis, hissé sur les coudes, émergeant de son lit comme un périscope : « Je suis Bernard Schenkel ». Ceci est ma chambre, ceci est ma chambre quotidienne, ceci est l'obscurité de la nuit au beau milieu de laquelle je me réveille parfois. Enfin, « J'ai mal au ventre » s'imposa comme idée dominante, une fois réglés les préliminaires fastidieux du cogito.


Rassurante pensée complémentaire : « Je ne suis pas seul ». Il y avait Elle, qui dormait profondément, dans une contorsion sans cesse renouvelée. L'inventive Elle qui ne se réveille pas au beau milieu de la nuit. Ou bien, qui, lorsque ça lui arrive, ne le signale pas. Bernard Schenkel tenta d'analyser les douleurs qui l'assaillaient. La première prenait place au niveau de l'abdomen, en tirant de temps en temps les viscères. C'était très pénible et c'était sans doute ces crampes qui l'avaient arraché à ses songes. La seconde sensation n'était pas à proprement parler une douleur, il s'agissait plutôt d'un inconfort : l'impression d'avoir une bulle de gaz coincée dans l'œsophage, remontée bloquée et pourtant oppressante. La nausée, l'envie de vomir, le haut-le-cœur.


L'obscurité semblait révéler, maintenant qu'il s'était écoulé une ou deux minutes, bien plus de détails qu'il n'en était possible de discerner à l'orée du réveil. Le petit bureau surplombé d'une lampe flexible, les plantes vertes, la vieille peluche à Elle, conservée comme une relique dans un coin de la pièce, les vestiges d'ordinateurs désossés, les deux armoires débordantes. La palpitation lumineuse du vieux radio réveil, en attente, déréglé, négligé.


Ça gargouillait, ça lançait, ça tirait, alors il fallait faire quelque chose. Bernard Schenkel se poussa hors du lit, faisant atterrir la plante de ses pieds sur la moquette. Ne pas faire de bruit et ce, pour ne pas La réveiller. Il fit l'inventaire de leur repas de la veille : pas vraiment un repas, plutôt une série d'aliments enchaînés les uns aux autres par la situation. Cacahuètes, biscuits goût bacon, quiche, bière dite « de luxe », yaourt nature. Rien de grave, rien de suspect. Mis à part la bière, peut-être.


Arrivé dans les toilettes, Bernard Schenkel n'alluma pas la lumière. Il connaissait le désagréable aveuglement qui résulte d'une exposition à un éclairage trop vif en pleine nuit et le décevant retour à la noirceur qui s'ensuit lorsque l'on éteint et que l'on veut réintégrer son lit.


Aller aux toilettes, ça ne va rien changer, ce sont des crampes et de la nausée, se dit-il. Lorsqu'il se parlait à lui même, Bernard Schenkel adoptait par moment une voix d'emballage de médicament, précise et froide. Il fouilla alors la pharmacie, localisée dans la pénombre par une large croix de scotch rouge qu'Elle avait disposé il y a longtemps. Bernard Schenkel en sortit à tâtons deux traitements adéquats, se présentant sous la forme d'une gélule blanche pour l'un et de deux pilules roses pour l'autre. Il fit couler de l'eau du robinet dans un verre à dents et avala les trois médicaments d'un coup.


Alors qu'il s'apprêtait à regagner sa chambre à pas de loup, une lumière vive éclaira indirectement les toilettes de Bernard Schenkel. Il s'agissait d'une ampoule allumée dans l'immeuble d'en face. La façade de ce bâtiment était si proche qu'elle apporta de sa clarté à la pièce où il se trouvait. C'était un foyer de jeunes travailleurs. Et la fenêtre en face des toilettes de Bernard Schenkel, c'était celle des toilettes communes de tout un étage. Trois heures du matin. Pourquoi pas.


Le ventre de Bernard Schenkel ne semblait pas vouloir s'apaiser, cela le fit grimacer et il se regarda brièvement dans la glace. Un visage terne lui apparut. La mèche de cheveux désordonnés qui le surplombait lui apportait un peu de gaieté. Dans son malheur, il n'était pas seul, un des gamins d'en face devait lui aussi connaître la pénibilité anonyme de devoir s'extirper du sommeil pour se mouvoir dans un couloir en pleine nuit.


Bernard Schenkel resta debout, près de la porte, à l'intérieur de ses toilettes. La lucarne était fermée ; il n'y avait pas grand-chose qui se passait ; c'était ça, la nuit dans les immeubles. Mais tout de même, il se mit à beaucoup réfléchir, comme s'il était en proie à un tressautement pathologique, pareil à ceux des muscles des paupières lorsque l'on est fatigué et que l'on manque de fer. Alors, la sagesse populaire préconise de manger des lentilles. De larges assiettes de lentilles. Que l'on digérera et qui, par la suite, libéreront dans le corps carencé la dose de fer nécessaire à son bon fonctionnement. Mais il ne s'agissait pas de ça, Bernard Schenkel pensait, non par carence, mais mû par la certitude qu'au bout de sa pensée se trouverait une perle, comme au fond d'un sac on découvre toujours la clef que l'on cherche.


Il regagna la chambre et Elle dormait toujours, bien que l'entortillement des draps révèle qu'elle s'était déplacée durant son absence. Elle avait effectué une rotation d'un quart de tour et passé son bras à l'arrière de sa tête, comme pour se protéger. Le mal de ventre dérangeait toujours Bernard Schenkel, mais il lui semblait que le haut-le-cœur s'estompait. Il se glissa sans bruit aux côtés d'Elle. Il posa son nez près de son épaule endormie et c'est à ce moment qu'il entendit les bruits venant d'en haut.


Les tap-a-taps sur le plancher de la voisine du dessus. Plancher à elle qui était, par conséquent, son plafond à lui. Il écarquilla les yeux, se retrouva à nouveau, tout le corps tendu, à scruter l'obscurité. La chasse d'eau fut actionnée à l'étage, ainsi que le robinet. En coupant le filet d'eau pour se rincer les mains ou s'en passer sur le visage, la voisine déclencha le coup du bélier : cette surpression dans les canalisations qui peut réveiller tout un immeuble en pleine nuit. Bernard Schenkel se mordit l'intérieur de la joue.


Devait-il s'imaginer le gosse d'en face et la voisine du dessus pris dans les tourments d'un dérangement comparable au sien ? Tout lui sembla soudainement troublant. Son sommeil à lui, interrompu au même moment que celui d'au moins deux autres âmes dans un secteur si réduit… Il pensa alors très vite à déterminer un certain nombre de causes, déduites de cette situation triviale. La simultanéité des comportements nocturnes dévoilant les symptômes coïncidents d'une infection alimentaire, cela aurait pu lui sembler grotesque en plein jour, mais, désorienté par le calme de la nuit et bien trop peu certain de quoi que ce soit, Bernard Schenkel se trouvait plutôt angoissé. Après avoir étudié différents facteurs, l'explication par l'eau du robinet retenait son attention. C'était le seul élément susceptible d'avoir été ingéré par les trois : lui, la voisine du dessus et le gosse du foyer. Bernard Schenkel patienta encore, le poing serré sur son ventre endolori. Et Elle qui dormait alors ? Il était possible qu'elle n'ait bu que de la bière et de l'eau en bouteille la veille. Bernard Schenkel ne se souvenait plus.


Puis, il se rendit compte que la bulle de gaz qui lui remontait supposément l'œsophage s'était comme dissoute. Elle ne le dérangeait plus, pris qu'il était par une fébrilité grandissante à l'égard de la révélation que lui avait apportée ce réveil forcé. Il aurait dansé de joie s'il n'avait senti le silence sacré tout autour de lui.


Bernard Schenkel venait au monde. Il venait au monde légèrement en avance, ainsi que d'autres solitaires avoisinants. Il venait au monde en évacuant le mal nuitamment, en diluant le poison dans d'autres poisons, en se faufilant dans le noir sans faire aucun bruit. Il se détendit à nouveau, persuadé de n'être le héros de rien et heureux d'avoir connu tout de même l'étrangeté et puis le réconfort.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
19/5/2011
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Bon, ben désolée, je n'ai pas compris la fin. J'ai l'impression qu'il n'y a rien à comprendre, que le malaise de Bernard Schenkel est passager, mais alors comment interpréter cette histoire de venue au monde en diluant le poison et en se faufilant dans le noir ? La dernière phrase me ramène à la solution où rien ne s'est passé, et qui me convient. La digression précédente, si c'en est une et non une révélation, est selon moi totalement incongrue et me gêne beaucoup.
Sinon, j'aime assez cette description d'une angoisse nocturne informe...

"un des gamins d'en face devait lui aussi connaître la pénibilité anonyme de devoir s'extirper du sommeil pour se mouvoir dans un couloir en pleine nuit" : lourd, je trouve
"C'était le seul élément susceptible d'avoir été ingéré par les trois" : là, le raisonnement me paraît spécieux ; pourquoi les trois personnes n'auraient-elles pas avalé toutes trois du yaourt acheté au même supermarché, par exemple ?

   Pascal31   
19/5/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Il manque peut-être une ou deux relectures pour gommer quelques coquilles et éventuellement retravailler la fin qui m'a semblé quelque peu expédiée.
Malgré cela, c'est une nouvelle que j'ai trouvé à la fois bien écrite et intéressante. L'écriture est concise, efficace. Le style, sobre, dessert parfaitement cet intermède nocturne.
Un poil déçu par la fin, donc, qui aurait pu apporter davantage, mais un court récit que je trouve tout de même bien réussi.

   Margone_Muse   
27/5/2011
 a aimé ce texte 
Bien
J'aime beaucoup le style : analytique, distancé.
C'est rythmé, il y a du relief dans cette nouvelle.
Beaucoup d'expressions sont très plaisantes à lire : "une fois réglés les préliminaires fastidieux du cogito." ; "du vieux radio réveil, en attente, déréglé, négligé." ; "mais mû par la certitude qu'au bout de sa pensée se trouverait une perle, comme au fond d'un sac on découvre toujours la clef que l'on cherche." ; etc.

J'ai vraiment adoré la forme.

Le fond est sympa mais sur la fin, ça se dégrade un peu : qui nous dit que la voisine et le jeune ont mal au ventre ? Même si cette phrase "cela aurait pu lui sembler grotesque en plein jour, mais, désorienté par le calme de la nuit et bien trop peu certain de quoi que ce soit, Bernard Schenkel se trouvait plutôt angoissé." prend de l'avance sur ce que je vais dire, ça me paraît incongru qu'une personne pense à ça...
Après, je ne comprends pas du tout le dernier paragraphe et j'ai le sentiment désagréable que quelque chose m'échappe.

Mais bon, mis à part cette fin un poil étrange, je reste sur une impression positive donnée essentiellement par le style.

Bonne continuation,
Margone_Muse

   Jagger   
31/5/2011
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bref, une histoire d'un homme avec des ballonnement nocturne :-)

Ma première réaction est que je ne saisit pas bien le rapport avec l'incipit.

Ensuite, pour le fond, eh bien pas grand chose à se mettre sous la dent, mais il est claire que c'est la volonté de l'auteur.

Le style est pas mal et permet de ne pas s'ennuyer le long de se texte. Quelques tournures pas idéales selon moi mais rien de dramatique.

Pas grand chose à dire de plus, si ce n'est, qu'au final, j'ai apprécié de me laisser transporter pas l'écriture mais que, au vu du peu d'avance fait dans ce récit, je m'en demande l'utilité et le sens. Peut-être n'y en a t-il pas et qu'il s'agissait simplement de faire un bout de route.

   beth   
7/7/2011
 a aimé ce texte 
Un peu
La révélation : au commencement ça gargouillait dans son ventre …..Ceci est ma chambre….ceci est ma chambre quotidienne….ceci est l’obscurité….la référence à l’eucharistie me parait un bon début pour une révélation…
J’ai bien aimé : émergeant de son lit comme un périscope
Je n’ai pas aimé : une voix d’emballage de médicament (plutôt notice non ? mais cette comparaison reste néanmoins très intéressante à mon avis et à garder en la remaniant.)/à pas de loup /l’orée du sommeil/un visage terne lui apparut (visage terne. aurait suffit)/la mèche de cheveux qui le surplombait (même si le verbe est juste, c’est maladroit, de plus le verbe est « récurrent dans le texte…est-ce une aura ? une auréole ?)/Bien que l’entortillement des draps révèle (temps du verbe)/plancher à elle qui était par conséquent son plafond à lui (inutile non ?)/ne pas faire de bruit et ce pour ne pas la réveiller (ne pas faire de bruit suffit)/situation triviale (cette situation est triviale ou troublante ? c’est l’un ou l’autre/et bien trop peu certain de quoique ce soit : sur de rien, quoi ?/en évacuant le mal nuitamment (adverbe mal venu)/solitaires avoisinants/ et puis : RECURRENT : le mot : récurrent, finit par m’agacer de façon récurrente, il circule partout et de façon récurrente : à l’université, dans les lycées, dans les cercles littéraires, dans les prises de paroles de tous les milieux. Il y a des mots comme ça qui perdent leur sens de façon récurrente parce que ce sont des mots-tendance, de bon aloi.

Le propos reste mystérieux : j’y vois une métaphore sur la naissance, la venue au monde ? Une révélation de l’être à lui-même ? La nausée de la grossesse et finalement c’est de lui-même que Bernard Schenkel va accoucher ?cela reste confus car dilué dans le texte.
J’aime bien l’idée d’un texte minimaliste ou il ne se passe rien ou pas grand-chose sinon des élucubrations mentales. Du coup l’incipit : au commencement ça gargouillait dans son ventre, me semble très bien vu…le premier paragraphe aussi. La dernière phrase du dernier paragraphe devrait pouvoir prolonger l’idée de dilution du poison par le poison, quel est ce poison initial dont le mal de ventre en est le symptôme… ?La dernière phrase actuelle nuit au texte à mon avis.
Le résumé d’en tête du texte reste énigmatique pour moi, de par le mot : inversion
J’espère avoir pu être utile à l’auteur par ma lecture.
A plus de vous lire.

   toc-art   
10/6/2011
Bonjour,

j'ai trouvé ce texte terriblement ennuyeux et affecté dans l'écriture, ne serait-ce que dans cet anonymat de Elle dont je ne vois pas l'intérêt. Mais en fait, pour être franc, je n'ai pas vu d'intérêt à ce texte qui m'a semblé terriblement artificiel. Mais je suis peut-être passé à côté.

bonne continuation.

   Mona79   
11/6/2011
 a aimé ce texte 
Bien
Je me suis finalement reconnue dans cette situation angoissante qui a parfois été la mienne : la nuit où la douleur imprévue réveille et inquiète, le remède avalé qui fait son effet apaisant après le cortège de suppositions abracadabrantes qui l'accompagnent, puis la naissance du repos libérateur : la détente. Tout ceci est bien rendu, j'ai ri parfois : pour le coup du bélier des canalisations, par exemple...
Quelques lourdeurs dans les phrases, mais un ensemble plaisant à lire, bien qu'il ne se passe presque rien.

   Anonyme   
12/6/2011
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Texte qui n'apporte rien si l'on a pas la fin (que j'ai malheureusement pas compris). Je m'attendais à une révélation extraordinaire... Je reste sur ma faim. Une petite explication de l'auteur, peut être ?
Sinon, le style est plaisant...

   Anonyme   
19/6/2011
L'auteur s'est amusé à me balader avec ces Bernard Schenkel à répétition, ces Elle dont on peut tout supposer, cette révélation qui ne vient pas et cette fin qui ne révèle rien.
La montagne a accouché d'une souris.
L'écriture est agréable, parfois énervante avec ces précisions inutiles : les toilettes de BS, le plafond qui est son plancher ... du coup, je me dis que ça a une importance, que BS est un extra-terrestre entré en collusion dans la peau de BS... (j'ai même pensé qu'il était enceint !) mais non, rien. Comme une panne d'imagination.

   Menvussa   
7/7/2011
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Ce n'est pas mal écrit mais de là à en faire une histoire. Je reste sur ma faim. Des lentilles pourquoi pas mais n'allons pas en faire tout un plat.

Cette façon artificielle de le nommer Bernard Schenkel, ça ne fait pas naturel, voulu ? Certes, il est vrai que cela en rajoute mais comme le tout tourne un peu court!!!


Oniris Copyright © 2007-2018