Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Science-fiction
Donaldo75 : Les culs pelés
 Publié le 02/06/21  -  11 commentaires  -  3428 caractères  -  92 lectures    Autres textes du même auteur

Mais pourquoi creusent-ils ?


Les culs pelés


Le soleil brillait haut dans le ciel. La mer calme bruissait doucement de ses vagues le long de la plage. Un cul pelé apparut sur la dune, huma l’air ambiant puis se dirigea vers l’eau. À quelques mètres du rivage, il s’agenouilla puis commença lentement à creuser.


Les nuages laiteux florissaient la voûte céleste. Les rayons solaires abreuvaient l’horizon de teintes orangées. En haut sur la dune, d’autres culs pelés regardaient en silence leur congénère fouiller le sable. Leurs regards exprimaient la curiosité et l’envie d’en savoir plus. Le plus courageux décida de descendre et de chercher à son tour dans le parterre sablonneux. Il se posta à une dizaine de mètres du premier, scruta les environs, pointa ses naseaux vers le ciel puis plaça ses mains devant lui sur le sol. Ses bras entamèrent des mouvements du haut vers le bas, ses doigts se raidirent et son travail de terrassement démarra, lent, minutieux, énergique. Tout en creusant, il observait l’autre, le précurseur, la curiosité du moment. Ce dernier ne semblait pas dérangé par sa présence. Il s’affairait sans bruit dans sa tâche méticuleuse, retirant de petits paquets de sable, les plaçant par mottes sur les côtés, triant les débris entassés par la mer pendant les marées précédentes. Son objectif ne semblait pas clair ; il creusait mais ne paraissait pas chercher quelque chose ou alors ne le trouvait pas mais cela ne l’empêchait pas de continuer. Cette absence de quête intriguait son voisin, ainsi que tous les autres culs pelés sur la dune.


Le ciel s’assombrissait progressivement. Le jour s’échappait inexorablement au profit de la lune et son cortège d’étoiles. Sur la plage, des centaines d’ombres creusaient en silence, dans le même rythme, en posant des milliers de grains de sable sur des tas, avec application. La mer descendait lentement sur eux. La dune devenait grise en l’absence du soleil pour la réchauffer et lui prodiguer sa couleur dorée. Elle complétait un tableau clair-obscur où l’eau reflétait les prémices de la nuit, où les vagues se rapprochaient dangereusement des culs pelés trop affairés par leurs travaux pour lever les yeux au-delà de leur museau, où l’horizon menaçait d’engloutir la terre, l’air et l’eau. La première ombre s’affaissa dans le trou creusé durant des heures par ses mains. Les autres la regardèrent lentement disparaître puis tournèrent leurs têtes les unes vers les autres dans une symphonie de gestes sans musique. Leurs pupilles rouges illuminaient désormais la pénombre tels des petits sémaphores dans l’espace ensablé. Une deuxième ombre se fondit dans le sol puis une troisième, une quatrième et toute l’assemblée de petits terrassiers. Au dernier cul pelé, la mer envahit la plage, les étoiles scintillèrent, l’astre lunaire se para d’un voile nuageux puis la nuit avala les derniers restes du jour moribond.


Une lune plus tard, alors que le soleil trônait majestueusement dans le ciel tandis que la mer se déridait lentement, un cul pelé arriva seul sur la dune. Il contempla l’horizon de ses yeux tristes, respira l’air marin, frappa le sable de ses bras maigres puis hurla son désarroi aux nuages. Les vagues continuèrent de couler, la plage s’afficha toujours éternelle, le jour attendit le sacre de la nuit et la petite ombre quitta le dôme ensablé pour rejoindre ses frères et ses sœurs au chaud dans la forêt, loin des mottes et des trous érigés par des centaines de fantômes.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
6/5/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ouh ! Quelle histoire étrange... Pessimiste en tout cas, me dis-je. Vaine et mortelle quête lancée on ne sait pourquoi, amplifiée par pur mimétisme. Désespoir et résignation des creuseurs. Une quête d'absolu ?
C'est chez Brel que j'ai entendu l'expression "culs pelés" pour désigner l'humanité, même source pour vous ?

J'ai bien aimé au total, mon bémol viendrait peut-être du cul pelé qui hurle son désarroi à la fin, cela m'apparaît en rupture de ton avec le reste ; je l'aurais plutôt vu faire demi-tour sans émotion apparente... Votre choix d'auteur ou d'autrice, bien sûr, rien à dire. En revanche, j'aime beaucoup
loin des mottes et des trous érigés par des centaines de fantômes.

   cherbiacuespe   
6/5/2021
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
Voilà une histoire de shadoks qui pompent. J'adore les shadoks et même les gibis, tiens. Elle est très bien narrée cette histoire, avec une description lumineuse d'un décors océanique qui me ferait presque verser une larme de mélancolie. Ah, les vagues de l'Atlantique... Oui mais c'est un peu court quand même. Mais pourquoi creusent-ils ? Sans donner de réponses on aurait pu faire un truc bien plus marrant. Là on esquisse un sourire presque forcé, presque. Et au bout du compte, on en retire pas grand chose, une construction de mots, et l'humour supposé ( ou le drame, je ne sais ) est à peine apparu. Déçu...

   ANIMAL   
7/5/2021
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
La nouvelle démarrait plutôt bien avec cette situation intrigante.
Comme elle est courte, je m'attendais à une chute renversante mais je n'ai rien compris à cette fin. Ni ce qui justifiait la catégorie science-fiction pour ce texte, les culs pelés pouvant être des singes et les paysages décrits étant tout ce qu'il y a de terrestres.

S'il y a une morale à tirer de la nouvelle, je ne l'ai pas trouvée non plus.

Bref, malgré quelques jolies descriptions et un style fluide plaisant à lire, je reste sur ma faim.

   hersen   
2/6/2021
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Un texte étonnant que pour ma part je trouve absolument réussi.
Il serait l'art abstrait en peinture, par exemple.
Je peux le lire assise, debout, couchée, la tête en bas, il me donnera toujours une perspective. Et c'est ce mot de "perspective" qui est intéressant.
Ma lecture (mais on peut en faire bien d'autres, chacun sa sensibilité) : le cul pelé est mis face au vide, à son propre vide, surtout, (on creuse) de sa race. Je suis renversée par cette idée que cela me fait surgir à l'esprit : une vie vide, vite, faut creuser... pour trouver plus de vide. Certains vivent dans la forêt, il n'ont pas besoin de creuser, de chercher, de détruire pour vivre : il leur suffit de vivre.
Il y a une sorte de désespoir dans ce texte, de celui, ceux, qui ne seront jamais "raccord", qui ne suivent pas le troupeau creusant. Ces creuseurs ne sont que des fantômes de la vie, ils ne vivent pas. pour ma part, qu'ils soient désespérés, oui, sans doute. mais ils sont surtout désespérants, comme le montre l'attitude du personnage sortant de sa forêt.

j'aime bien la plage et la forêt comme choix : la plage parce que derrière l'horizon, forcément, il doit y avoir mieux, la forêt, parce qu'elle exige une certaine implication pour en vivre, qu'elle peut satisfaire aux besoins de ces cul-pelés

C'est le genre de texte que j'affectionne particulièrement, l'absurde si maîtrisé.

Edit : je reviens aujourd'hui pour un détail : on peut "ériger" des mottes. Mais des trous ? Õ.Õ

   Pouet   
3/6/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Slt,

comme tout un chacun le cul pelé creuse sa propre tombe, inlassablement il fouille la vacuité, se croit toujours unique en suivant le troupeau. Le cul pelé comme tout un chacun vit avec ses fantômes à commencer par lui-même, il n'apprend rien de l'Histoire, mais se persuade que lorsqu'il perd il apprend.

Le paysage est là, le cul pelé passe.

Les jours se creusent.


Voilà, j'aime bien le côté "cinématographique", contemplatif de la chose et puis le petit côté surréaliste aussi.

   Louis   
3/6/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Sur la plage, ils sont sortis de la forêt, leur milieu de vie ; ils ont pris du ’’re-cul’’, les culs pelés.
Dans ce recul apparaît un désert infini de sable et d’eau, vérité de leur monde.
Et ce lieu leur est étranger ; les voilà, étrangers au monde.
Ils cherchaient aux bords extrêmes, là où cessent de s’élever les arbres qu’ils ont chaque jour pour tout horizon, afin de comprendre le sens de leur existence suspendue aux branches de la vie, et n’ont trouvé qu’un illimité d’arène et de mer, un infini horizontal, sans hauteurs et sans relief ; et se sont retrouvés dans l’étendue sans fin d’un vide immense.

Ils ne sont pas des hommes, pas encore, probablement des hominidés, plus proches des primates que des humains, comme semble l’indiquer quelques détails de leur morphologie : leur «museau » ; leurs « pupilles rouges » dans la nuit.
Ils ne sont pas des hommes, mais s’éveillent déjà en eux l’exigence humaine de sens, et la conscience du monde.

L’un d’eux creuse dans le sable, sans raison apparente. D’autres le suivent et l’imitent, bien qu’ils ne voient pas le sens attendu de cet acte, comme de tout acte, comme de toute vie : « Cette absence de quête intriguait son voisin, ainsi que tous les autres culs pelés sur la dune »

Ils ne grimpent plus sur les arbres, leur demeure, ne s’élèvent pas comme Sisyphe poussant son rocher, mais creusent, mais s’enfoncent, explorent le fond de la grève, les profondeurs de la terre, à défaut de pouvoir creuser les profondeurs du ciel.

Que cache le fondement du cul du monde, au monde des culs pelés
?

Ils ne s’élèvent pas comme Sisyphe, ils creusent les entrailles de la terre sablonneuse, ce lieu étranger, cette arène étrange, ‘’inhumaine’’ ; mais comme lui, Sisyphe, ils réitèrent symboliquement leur condition d’existence, l’absurdité de leur condition dans un monde inintelligible, un monde insensé.
Ils ne réussissent pas pourtant à « imaginer Sisyphe heureux » (A. Camus. Le Mythe de Sisyphe).
« La lutte elle-même vers les sommets suffit à remplir un cœur d’homme » : ajoutait Camus.
Mais les culs pelés sur la plage ne luttent plus, leur univers leur paraît trop stérile, à l’image de cette plage, où tout n’existe qu’en vain ; leur pulsion de vie, leur puissance d’exister s’est affaiblie, ils sont las de vivre, épuisés d’avoir à porter le fardeau d’une existence insensée. Ils ne font plus l’effort de monter la colline, de revenir vers la forêt, vers leurs congénères restés là-haut, et d’y jouer le rôle social qui leur est dévolu.
Ils ont coupé déjà avec toute vie sociale, aucune relation ne s’établit entre eux sur la plage ; s’effectuent tout juste des gestes mimétiques. Pas de communication, pas une parole ne s’échange.
Il n’y a que le silence, et la mer. Leur silence et celui du monde dans son ab-surdité, ce monde qui ne répond pas, sourd et muet à l’appel de sens, de clarté, d’intelligibilité des êtres doués de conscience.

Ils n’ont plus l’audace de vivre, le courage d’exister, ces frileux de l’existence, ces culs pelés.
Ils manquent de "culot" et ne trouvent pas le sens de la révolte, du défi qui confère à la vie son prix et sa grandeur, exalte l’orgueil aux prises avec une réalité qui le dépasse.
Contrairement à Sisyphe qui ne renonce pas, ne renonce jamais, les frileux de la vie pour en finir creusent leur propre tombe, leur propre sépulture, s’enterrent vivants.
Et ils se noient dans l’infini de l’océan. Il n’y aura que la mer et le silence.
Ils découvrent une liberté, comme possibilité de fuir dans le néant, dans un arrachement à l’immédiateté et à la spontanéité de la vie ; ainsi s’élèvent-ils au-dessus de leur nature, paradoxalement en creusant, et suivant une logique de mort née du sentiment de l’absurde.

Ils n’ont pas désappris d’espérer, sans sombrer dans le "désespoir" ; quand l’homme absurde apprend lui, dans sa révolte, son courage retrouvé, dans sa persévérance joyeuse d’exister, qu’il n’y a pas de lendemain, que le défi d’aujourd’hui.

   in-flight   
5/6/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Voulant sans doute échapper à sa condition, un cul pelé sort de son espace naturel pour se confronter à l'étendue de l'océan. Ne sachant pas nager ou n'osant pas se mettre à l'eau, il creuse.

On peut y voir une parabole sur l'absurdité de l'existence, un croisement entre l'homme révolté de Camus (Sisyphe a déjà été cité) et les Shadoks. Le dépassement de l'absurdité de l'existence se matérialiserait en creusant dans le sable.

Cela peut-être un projet de vie pour ces êtres peu décrits physiquement (et c'est très bien comme ça) et qui au gré de leurs fouilles ont le sentiment de créer un projet commun, même s'il s'apparente à celui de l'autodestruction (suicide collectif par ensevelissement)

Le texte aborde aussi la question du mimétisme et, en cette période étrange où l'on continue de se mettre des masques sur la tronche sans que grand monde croit à son utilité, je trouve que cela résonne fort bien avec l'époque. Le cul pelé serait l'homme du 21ème siècle qui, voyant ses congénères s'étouffer dans ses expirations à travers une barrière de tissu, adpote le même comportement par convention sociale.

Ma seule réserve réside dans le dernier paragraphe. Au risque d'être radical, je l'aurais supprimé. Mais il y a tellement d'autres dénouement possible avec ce récit.

Bref... Un texte très court à l'ambiance minimaliste qui pose pourtant la question essentielle: "Mais, qu'est-ce qu'on fout là?"

   Luz   
5/6/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Donaldo75,

Très belle nouvelle. J’ai pensé aux plages de l’été où les enfants et leurs parents creusent le sable, juste comme ça, pour faire un trou. Moi-même, j’ai beaucoup creusé lorsque j’étais jeune parent… A part cette activité et la nage, je ne vois pas trop l’intérêt d’une plage… Bon, mais là, il s’agit d’une nouvelle philosophique, je pense, sur l’absurdité de la vie. On creuse toute sa vie, comme les autres, et au final, rien ne reste ou presque, tout passe...
Merci.

Luz

   Malitorne   
6/6/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Moi quand on me parle de « culs pelés » je pense inévitablement aux babouins - animaux peu sympathiques - et à leurs fesses écarlates. C’est donc eux que je voyais s’affairer sur la dune de sable, le derrière en l’air. Je pense que tous cherchaient les bananes égarées par le premier, espérant le doubler et lui faire ainsi la nique. Manque de bol, obnubilés par leur quête alimentaire, ils n’ont prit garde à l’océan qui les a avalés un par un. Moralité, ne pas se fier aux apparences. Les babouins/culs pelés sont en fait de sacrés ânes !
Très bonne nouvelle, j’ai beaucoup aimé malgré le côté poétique trop forcé à mon goût.

   Castelmore   
8/6/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut Don

Le singe est un être creusant ...
L’homme un être pensant !
Je simplifie et ... avec beaucoup d’exceptions des deux côtés... mutants + et régressifs - , en langage tête d’œuf.

L’abstraction est le propre de l’homme car comme chacun sait les singes et les chiens rient beaucoup !

Bon encore une panne de ton système de navigation inter galactique... ou un petit week-end dans ta DeLorean trafiquée et tu nous envoies une cartehyperpostale depuis ton lieu d’arrêttissage...

J’aime beaucoup le paysage et les autochtones.
Merci pour le souvenir !

   Sorsal   
20/6/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Quelle histoire étrange, nous voilà transportés ailleurs, dans un autre univers. C'est très visuel (je vois les culs pelés devant moi!), le texte est ouvert sur de nombreuses interprétations, libérant l'imagination de chacun. C'est, de plus, un petit bijou d'écriture. J'aime beaucoup.


Oniris Copyright © 2007-2020