Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Réalisme/Historique
embellie : Camille
 Publié le 31/12/18  -  10 commentaires  -  8356 caractères  -  133 lectures    Autres textes du même auteur

Une femme rend visite à une amie.


Camille


Juillet en Provence. Tout est calme, pas de vent, rien ne bouge. La chaleur accablante stimule les cigales qui scient le temps, inlassablement. En ce début d'après-midi, une femme aux cheveux gris, vêtue et chapeautée de noir, avance avec précaution sur un chemin caillouteux, arrive devant la grille d'un établissement et murmure : « Ah, c'est donc ici ? Quelle austérité ! » Elle tire sur le cordon de la petite cloche. Rien ne bouge. Elle sonne à nouveau, sans résultat. À la cinquième tentative, un homme en blouse blanche, la mine sévère, vient lui ouvrir.


‒ Je suis Jessie Lipscomb. Je viens rendre visite à mademoiselle Claudel.


La grille s'ouvre sur une grande allée bordée de platanes avec une bâtisse d'un étage de chaque côté. Vers où se diriger ? Immobile, elle interroge l'homme du regard qui, sans un mot, lui désigne du menton le côté gauche.

Un peu déstabilisée par un accueil aussi peu chaleureux, elle pénètre dans le bâtiment où une infirmière à comportement humain l'accompagne avec quelques mots et un sourire jusqu'à la chambre de Camille.


‒ Enfin quelqu'un qui vient la voir ! Mademoiselle Claudel va être agréablement surprise.


Elle est assise pour écrire devant une petite table, ses beaux yeux tristes perdus dans le vague. Comme elle a changé ! Amaigrie, pas coiffée, le teint pâle, une tenue fripée... Elle est à peine reconnaissable. À la vue de son amie, elle se lève, se précipite dans ses bras ; une longue étreinte unit les deux femmes.


‒ Oh, Jessie, c'est donc vous ? Est-ce possible ? Comment m'avez-vous...

‒ C'est simple.


Elle sort de son sac un journal, L'avenir de l'Aisne et lit :


‒ «… en plein travail, en pleine possession de son beau talent et de toutes ses facultés intellectuelles, des hommes sont venus chez elle, l'ont jetée brutalement dans une voiture malgré ses protestations indignées, et, depuis ce jour, cette grande artiste est enfermée dans une maison de fous. » J'étais outrée. Une maison de fous ! Il fallait absolument que je vous retrouve. Je me suis renseignée, et me voici.

‒ Quel bonheur pour moi de vous voir là, quel réconfort ! Asseyez-vous sur mon lit. Je pense souvent à vous. Je nous revois dans notre atelier de la rue Notre-Dame-des-Champs. Je vous entends vous plaindre du manque de place quand j'occupais tout l'espace avec mon Âge mûr et mes Causeuses... On travaillait beaucoup, mais c'était le bon temps, comme on dit... C'est là qu'est née La Valse, vous souvenez-vous ? Valse noire, de terre, de plâtre, de marbre, d’onyx ou de bronze, valse brillante, valse folle, qui continue à me faire entendre ses pas, ses tremblements, son pouls, sa grande joie ! Savez-vous que j'ai encore en tête le poème que vous aviez écrit pour moi quand j'ai sculpté La valse ? Je me le récite quelquefois. Écoutez et dites-moi si c'est bien ça :

Tu me prends dans tes bras pour valser avec toi

Un deux trois, un deux trois, et déjà je m’envole

Ton sourire est si beau, je sens un doux émoi

Pied léger tête en feu vois mon cœur caracole

Un deux trois, un deux trois, et déjà je m’envole

Poussée par la musique dans un tourbillon

Pied léger tête en feu vois mon cœur caracole

Serrés l’un contre l’autre ensemble nous tournons...

‒ Quelle mémoire, Camille ! À vrai dire j'avais écrit ces mots avec l'espoir que vous les liriez à Auguste, que ces mots lui rappelleraient vos dimanches à la guinguette de Nogent, qu'ils seraient complices de votre relation amoureuse et j'ai été bien peinée un peu plus tard, en apprenant que vos rapports n'étaient plus les mêmes. J'ai beaucoup pensé à vous.

‒ Ainsi va la vie, Rodin n'a jamais voulu quitter sa « beurrée »*. Je ne veux plus penser au passé, c'est trop déchirant, mais mon présent ne me satisfait pas ; je voudrais partir d'ici, dormir seule et non dans un dortoir d'une dizaine de lits, je voudrais faire ma cuisine, sortir me promener quand il fait beau... Savez-vous que ce lieu se nomme Montdevergues les Roses ? Avez-vous vu un seul rosier ? C'est sinistre.

‒ Votre frère Paul est-il venu vous voir ?

‒ Pensez donc ! Il a tant à faire avec ses responsabilités, ses voyages... Mais il viendra, j'espère.


Après quelques phrases se voulant réconfortantes, Jessie Lipscomb, le cœur lourd, quitte Camille, bien décidée à faire tout son possible pour prouver que son amie est saine d'esprit et victime d'un enfermement abusif. Il lui est insupportable qu'on la laisse croupir parmi des déséquilibrés.


Quelques jours plus tard, la voici rue Victor Hugo, dans le cabinet du docteur Michaux. L'accueil est plutôt froid. D'entrée il lui dit avoir reçu une lettre de mademoiselle Claudel, qu'il lui répondrait, et qu'il était inutile qu'elle lui envoie une amie pour essayer de le convaincre.


‒ Vous convaincre de quoi docteur ? De la bonne santé mentale de Camille ? J'espère bien que vous en êtes convaincu, vous qui la connaissez depuis son enfance ! Il me paraît inadmissible qu'elle demeure dans cet asile d'aliénés. Je viens seulement vous demander d'user de votre influence en sa faveur, comme docteur en médecine.

‒ Mais cette décision ne dépend pas de moi !... Son dossier renferme de nombreux certificats médicaux attestant de la dégradation, de la fragilité de son esprit. Mademoiselle Claudel ferait mieux d'accepter son sort, les décisions médicales étant toujours prises en faveur du bien-être des malades.

‒ Du bien-être des malades ? Mais docteur, Camille n'est pas folle, vous le savez très bien...

‒ Voyons, mademoiselle Lipscomb, votre amitié vous aveugle. Vous n'avez pas sur elle le même regard que sa famille, je le comprends, mais vous ne l'avez côtoyée qu'en atelier, vous l'avez vue absorbée par son art. Ses gestes, ses attitudes étaient toujours les mêmes, par la force de l'habitude. Il n'empêche que dans le reste de sa vie courante, ses proches ont constaté chez elle des dérèglements notoires.

‒ Mais vous ne les avez pas constatés vous-même, et vous croyez ce qu'on vous dit sans...

‒ Sans pouvoir le vérifier, c'est exact, mais il ne viendrait à l'idée de personne de mettre en doute la parole de madame sa mère, bonne chrétienne, et encore moins celle de son frère Paul, dont la célébrité...

‒ La célébrité n'a jamais mis personne à l'abri d'antagonisme au sein d'une fratrie !

‒ Oui, mais laissez-moi terminer… son frère Paul, dont la célébrité exige la plus stricte honnêteté. J'ai eu avec lui de longues conversations au sujet de sa sœur et ce n'est qu'après mûre et déchirante réflexion que sa mère et lui ont résolu de la faire interner.

‒ Ces dérèglements dont vous parlez n'étaient que quelques tics ou manies, comme nous en avons tous, et ne nécessitaient pas cette odieuse mise à l'écart dont vous vous êtes rendu complice. Cela n'aurait jamais eu lieu si monsieur Claudel son père était encore de ce monde. Je lui ai rendu visite. Quelle pitié ! Elle est méconnaissable. Qui se douterait, en la voyant, que cette pauvre créature démunie est une grande sculptrice, une des plus grandes artistes de tous les temps ? Ce jour-là, elle écrivait à son cousin Charles Thierry. J'ai pris la liberté de regarder par-dessus son épaule et voici ce que j'ai pu lire : « C’est bien la peine de tant travailler et d’avoir du talent pour avoir une récompense comme ça. Jamais un sou, torturée de toute façon, toute ma vie. Privée de tout ce qui fait le bonheur de vivre et encore finir ici. » Ces réflexions me paraissent émaner du cerveau d'une personne totalement sensée, qu'en pensez-vous ?


On ne saura jamais ce qu'en pensait le docteur Michaux. Sans états d'âme, il mit fin par une pirouette à cette gênante conversation, laissant Jessie Lipscomb amère et dépitée.


Camille Claudel vécut trente ans à Montdevergues et mourut dans l'anonymat le plus complet. Les pensionnaires de la Maison de Santé ont assisté à l’enterrement, il faisait froid ce 21 octobre 1943. Cette artiste hors du commun, délaissée de tous, a rejoint la fosse commune du petit cimetière de Montfavet, dans la partie réservée à l’hôpital. Il était dix heures et demie du matin.



(*) La femme légitime d'Auguste Rodin s'appelait Rose Beuret.



 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Louison   
7/12/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai bien aimé ce texte, peut-être parce que j'aime Camille Claudel et que j'ai toujours trouvé sa fin insupportable. Vous auriez pu appuyer davantage sur cette vie de recluse,sur la médecine à cette époque mais cela se lit bien et c'est ce que le lecteur demande.

   plumette   
8/12/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Le personnage de Camille Claudel est très touchant et j'ai apprécié que vous mettiez en scène cette visite de son amie et sa tentative pour la faire sortir d'internement, dont j'imagine qu'il s'agit d'un épisode réel, en tout cas, cela me plairait que Camille ait eu quelques soutiens, ce n'est pas ce que l'on retient habituellement de son histoire.

je me demande seulement si Camille était vraiment désignée et reconnue comme une grande artiste à son époque ?

Ce texte est bien écrit, le dialogue entre l'amie et le médecin est une bonne idée pour rendre ce récit plus vivant et ce que l'on apprend est édifiant sur les méthodes de l'époque.

Plumette

   Robot   
31/12/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un écrit plaidoyer de qualité qui nous est proposé pour la mémoire de Camille Claudel. Il est certain que de nos jours (du moins il faut l'espérer) ce traitement ne lui serait probablement pas infligé. Le récit montre bien cet aspect arbitraire d'une décision controversée. Il est sûr que l'enfermement n'a pu qu'aggraver les troubles dont elle souffrait réellement.
Sans prendre partie sur la justification ou non de l'internement dont on abusait à cette époque, ce qui est finalement déplorable c'est l'abandon dans lequel ses proches l'ont laissé de si longues années.
J'ai visité il y a deux ans le musée Rodin ou sont exposées des miniatures de Camille Claudel. On ne peut douter aujourd'hui de son grand talent d'artiste. Si Rodin exerçait dans le monumental, Camille excellait dans le délicat.

   stony   
31/12/2018
J’aurais aimé vous apporter quelque chose de plus agréable pour ce réveillon de Nouvel An. Désolé par avance, donc.

Je vois ce texte comme un pseudo-documentaire sur une artiste célèbre sous la forme d’une pseudo-histoire tricotée pour l’occasion. J’écris « pseudo-histoire » car d’histoire, il n’y a point. Il ne m’apporte donc rien, ni d’un point de vue documentaire ni d’un point de vue littéraire.

Pour qu’il m’apporte quelque chose littérairement, il aurait fallu qu’il y ait une véritable histoire, de véritables personnages et de vraies interactions entre ceux-ci, mais il n’y a rien de tout cela. Tout y est artificiel. Des dialogues qui n’en sont pas, mais uniquement une suite de répliques destinées à distiller quelques éléments au lecteur. Les personnages ne sont pas respectés, ils n’existent pas. Seule existe l’intention de l’auteur.

Un exemple parmi d’autres :

J'ai pris la liberté de regarder par-dessus son épaule et voici ce que j'ai pu lire : « C’est bien la peine de tant travailler et d’avoir du talent pour avoir une récompense comme ça. Jamais un sou, torturée de toute façon, toute ma vie. Privée de tout ce qui fait le bonheur de vivre et encore finir ici. »

C’est quand même terriblement maladroit, cette façon d’inventer une fausse action juste pour introduire ce que vous vouliez introduire. Je note d’ailleurs à cette occasion une contradiction dont on peut sourire. Plus tôt, Jessie s’étonnait en ces termes lorsque Camille venait de lui déclamer à la virgule près un poème entendu des années plus tôt : « Quelle mémoire, Camille ! ». En effet, quelle mémoire, Camille ! Mais aussi, quelle farceuse, cette Jessie, n’ayant rien à envier à la mémoire de Camille !

Le contrat entre auteur et lecteur est très fragile parce que, quand même, c’est vachement culoté, de la part d’un auteur, de débarquer chez le lecteur en lui disant « Dites donc, je vais vous faire lire un truc qu’est bidon - je le sais, vous le savez - mais auquel je vais vous faire croire ». Moi, je veux bien, parce que je connais les termes du contrat avant de débuter la lecture, mais là, franchement, c’est l’auteur qui rompt unilatéralement le contrat.

Juste deux autres exemples, de natures différentes, pour que vous ne pensiez pas que je fonde mon impression sur un seul élément :

1. « Elle tire sur le cordon de la petite cloche. Rien ne bouge. » -> c’est donc une cloche virtuelle ? :-)
2. « La grille s'ouvre sur une grande allée bordée de platanes avec une bâtisse d'un étage de chaque côté. » -> un peu plus d’inventivité littéraire, que diable ! Evitez au moins l’utilisation d’un verbe aussi faible que le verbe avoir, ce serait un minimum.

Je ne fais pas tout le catalogue, mais oui, vraiment, la rupture du contrat est unilatérale. J’étais pourtant prêt à faire des efforts, réveillon oblige.

Le cru 2019 sera certainement meilleur.

   FrenchKiss   
31/12/2018
Bonjour Embellie,

J’avoue que je ne comprends pas votre cheminement narratif.
Au début je lis une nouvelle, cette visite de Jessie à Camille semble vouloir contenir l’intrigue et le nœud d'un épisode à l'intérieur d'une plus vaste histoire. Et ben non, la fin est celle d’un publi-reportage dans un magazine branché qui vanterait une exposition de Camille Claudel au Musée privé de la maison de santé de Montdevergues les Roses. J'ai honte de ne pas très bien connaître Camille Claudel, je pensais même que son vrai nom était Isabelle Adjani. Alors Jessie Lipscomb…

Le style est direct, sans chichi, ça m’a fait un peu penser aux enquêtes d’Agatha Raisin, de M.C Beaton. On a donc le sentiment que vous voulez plutôt jouer votre tête sur l’intérêt de l’intrigue. Que nenni, débrouillez-vous braves gens, je vous résume la suite vite fait, ça a duré trente ans et un jour elle est morte.
OK merci, combien d’œuvres seront exposées ? demanda finalement le quidam.

Ça me rappelle une nouvelle que j’ai écrite la semaine dernière, je vous la livre en entier :
« - Bonjour docteur, j’ai un problème d’érection.
- Très bien, tournez-vous.
Léon vécut trente ans avec ça. Quand il mourut, sa femme ne se déplaça même pas. »


FrenchKiss
Amateur de micro-nouvelles

   FANTIN   
1/1/2019
Un texte aux intentions tout à fait louables: rendre hommage à une grande artiste et dénoncer la décision et les conditions de son enfermement dans un asile d'aliénés, trente ans durant, jusqu'à sa mort. Ce que vous imaginez souligne et condamne l'injustice et l'inhumanité d'une telle décision prise à la fois par la propre famille de Camille et par le milieu médical de l'époque.
En somme, les méchants d'un côté et la pauvre victime innocente de l'autre. Cela me paraît un peu trop sommaire et nécessiterait, il me semble, une enquête approfondie, et non pas une courte nouvelle mais une oeuvre plus longue et documentée qui prenne le temps d'explorer ce que le film ne montre et ne dit pas. Votre plaidoyer y gagnerait en crédibilité et en force.
Voilà un beau chantier pour l'année qui commence si le cœur vous en dit.

   Corto   
3/1/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Cette évocation de Camille Claudel est séduisante surtout bien sûr pour ceux qui connaissent l'excellence de son oeuvre. On y décrit bien le comportement odieux du corps médical de l'époque qui vient conforter celui de la famille de l'artiste.
Malheureusement on ne trouve guère d'éléments sur la démarche créatrice de Camille qui aurait mérité un développement car c'est bien pour cela qu'elle vivait pleinement, au-delà de ce que la bonne bourgeoisie estimait convenable.
La nouvelle ne dit rien non plus sur la misogynie extraordinaire que révèle le destin de Camille.
L'auteur aurait pu écourter le passage avec le médecin, pour nous entraîner davantage dans le vécu de l'artiste. Oui, on aimerait côtoyer Camille, voir ce qu'elle réalise, sentir ses inspirations si elles sont toujours présentes. C'est elle le vrai sujet.
A vous relire bientôt. Merci pour bon moment.

   Ocean   
12/1/2019
Commentaire modéré

   senglar   
6/2/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonjour Embellie,


Evoquez Camille Claudel et vous me faites fondre. Je suis persuadé que Rodin, cet homme aculturé, lui doit les trois quarts de son génie car celui-là était un génie brut, bien sûr capable de cisailler, son visage buriné en témoigne et son Balzac ccntroversé.

Mais la culture, la porte de l'enfer, c'est à Camille qu'il en doit les thèmes, les allégories, les idées.

Bien sûr l'on vivait alors dans un monde d'hommes, machisme démesuré, exacerbé, au millénaire sextuplé.

Oui l'amie anglaise - Lipscomb - n'a pas été dupe et lui est restée fidèle.

Et Rodin a bien été duplice, lâche en ménage qui voulait une ménagère... sinon une lavandière.

Et ce docteur Michaux, complice de Claudel le beau, le croyant, vibrant et fade, vouant la femme aux gémonies, lâche, insipide... insignifiant à la postérité. Sa soeur était païenne et le catholicisme de nos jours agonise. Impitoyable retour des choses.

Et c'est cet Etat d'entre post Second Empire, République assassine de la Commune et simili phalange qui la laissa agoniser et de faim et de froid, de maladie et d'inanition dans un asile de misère !

Ah Merci Embellie vous ressuscitez mon icône, mon idole... et je valse :))))


Senglar


Bon... j'admets la légitimité de Rose à aimer Rodin ; Camille fut cruelle à vouloir le lui voler. Camille fut en ce sens égoïste et possessive peut-être et elle perdit face à une femme plus terne, plus légitime, celle des premiers combats, de la survie. Peut-être Rodin avait-il peur d'une égérie trop flamboyante pour lui, qui fut une partie de sa gloire et peut-être a-t-il craint d'être lui-même consumé. Il était en fin de compte assez rustre.

"N'est-il pas ?" eût dit Mistress Lipscomb...


Senglar

   Lulu   
9/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Embellie,

Je viens de parcourir ce texte qui m'a réjouie… J'ai adoré cette écriture dont j'ai aimé le style. Le récit lui-même m'a aussi beaucoup plu, de par le thème - il aurait pu s'agir de quelqu'un d'autre que l'artiste -, mais j'ai aussi aimé qu'il s'agisse d'elle, ici.

Mon regret ? Le sentiment que tu as rompu ce récit très vite… La narration est si plaisante qu'on prolongerait bien avec une suite qui n'aurait pas manqué d'intérêt.

En tout cas, tu as attisé ma curiosité et mon enchantement de parcourir ces mots, et ces phrases dont la tonalité m'a enchantée. Le ton est superbe et me donne une belle leçon d'écriture. Je suis notamment sensible à cette alternance de phrases longues et courtes, qui posent un ton intéressant, et qui va bien avec Camille : Exemple : "Avez-vous vu un seul rosier ? C'est sinistre." Ce "C'est sinistre" placé en fin de paragraphe ajoute à sa force.

La complicité entre les deux femmes m'a aussi beaucoup plu. Le vouvoiement également.

Je trouve que le style nous ramène bien à l'époque concernée.

Au plaisir de te relire...

   CyrilRodriguez   
13/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai aimé la légèreté de votre style pour traiter d'un drame si cruel. Votre histoire se lit sans pause, d'une traite, simplement. Certes, le coup de la petite cloche aurait dû être expliqué afin qu'il soit mieux compris par le lecteur, mais vous le saurez désormais !


Oniris Copyright © 2007-2019