Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Sentimental/Romanesque
Flupke : Rituel territorial d’un primate supérieur
 Publié le 10/08/09  -  15 commentaires  -  8034 caractères  -  71 lectures    Autres textes du même auteur

Petites habitudes, petites manies, quand on s’approprie un nouvel endroit.


Rituel territorial d’un primate supérieur


« Les voyages servent à réguler l’imagination par la réalité et, au lieu de préjuger comment les choses pourraient être, de les voir telles qu’elles sont. » Samuel Johnson


Gabriel m'a demandé si je voulais boire un verre avec lui. J’ai décidé de prendre le taureau par les parties sensibles et je lui ai répondu que c'était beaucoup trop banal. Panne d’inspiration ? Pourquoi ne pas profiter du pont de l’Ascension, pour partir quelques jours à l'étranger ? Rien de mieux que de voyager ensemble pour évaluer nos compatibilités avant de se lancer plus loin. Je pensais le refroidir avec ma proposition audacieuse, l'imaginant attiré par le fugace, le papillonnage, mais il m'a fait comprendre que lui aussi préférait investir dans le développement durable. Grand prince, il m'a laissé choisir la destination de notre escapade : Téhéran, Riyad, Sanaa, Khartoum, Nouakchott ou Venise.


J’ai décrypté dans cette énumération farfelue, une subtile invitation pour des bécotages publics. J’espère qu’il optera pour des endroits discrets quand même. J’ai horreur des grimaces réprobatrices de ces mamies italiennes qui traînent leur mentalité d’avant-guerre comme un boulet inutile. Elles cachent leur besoin de tendresse derrière des regards voyeurs et assassins. J'ai répondu « OK pour la Sérénissime, mais je te préviens, j'ai une peur panique des chats ».


Gabriel a trouvé une pension cossue Via Negroponte. Il m’a transféré l'email de Guido, le propriétaire, assurant qu'il n'y avait aucun animal domestique chez lui. Enfin ! Un homme qui m'écoute sans me juger.


Je ne connais pas grand-chose de sa vie personnelle. Il a un fils prénommé Fabrice. Dix-huit ans, mais déjà assez mature et évolué pour avoir rassuré son père au moment du divorce : « Quoi qu'il arrive, tu resteras toujours mon papa ! »


Aéroport Marco Polo. Il sort son étrange portefeuille en cuir noir et consulte les horaires des vaporettos pour le Lido. Il est très organisé. Toutes les informations utiles à notre séjour ont été imprimées. Les feuilles coupées sur mesure au massicot, perforées, ordonnées dans son minuscule organiseur. Carte des environs de la pension (obtenue sur l’internet, je pense), adresses de restaurants non touristiques, fréquentés par des habitués, qu'une amie lui a communiquées, heures d’ouverture des monuments que nous souhaitons visiter. Tout, tout, tout. Avant de débarquer, il maîtrisait déjà son territoire. Il doit bien avoir quinze ou vingt ans de plus que moi. Je sens l'homme qui a vécu.


Guido nous accueille et s'exprime avec d'amples mouvements de mains. Extraverti et insouciant comme la plupart des Italiens, j'imagine. Son regard lubrique et insistant m’incommode. Aucune classe. Il nous précise quelques points importants, pour les clés, les horaires du petit déjeuner, etc. Il nous mène à notre chambre et nous souhaite, avec un sourire jovial, de profiter de notre séjour.


Gabriel vérifie les interrupteurs, les robinets, l’eau chaude de la douche. Il décroche le crucifix pendu au-dessus du lit, débarrasse la commode de quelques bibelots superfétatoires. Il fourre le tout dans le dernier tiroir, le referme et ouvre celui du haut. Il défait les sangles de sa valise en cuir, en extrait quatre mouchoirs, quatre paires de chaussettes identiques, quatre slips, quatre T-shirts et les range dans le premier tiroir. Au tour de l'armoire : il sort un cintre en bois digne de recevoir sa veste et relègue ceux en fil de fer sur la planche du bas.


Je m'assieds sur le fauteuil et observe son manège comme un zoologue étudierait un primate. J'essaie de ne pas le juger. Je me dis que tout le monde possède ses habitudes et peut-être que dans deux décennies, j'aurai moi aussi développé mon propre rituel territorial, chaque fois que j'investirai un nouvel endroit. Petites manies intimes que personne ne suspecte, mais qui feront partie de mon quotidien.


Il me demande s'il peut prendre le côté droit du lit, le plus proche de la salle de bains. Il m'explique qu'il doit se lever la nuit. Ainsi, il me gênerait moins. J'acquiesce d'un signe de tête avec un sourire. Il dépose une bouteille d'eau minérale au pied de la table de nuit. Ronfle-t-il ? Vais-je bien dormir ?


C'est maintenant le tour du roman qu'il a commencé à lire dans l'avion. Il l’aligne, sur le bord extérieur du marbre. J'espère qu'on prendra le temps de discuter quand même, et qu'il ne passera pas toutes ses soirées à bouquiner. Mais peut-être suis-je trop romantique ?


Il ouvre le petit tiroir, y dépose un tube de gel lubrifiant et y vide le contenu d'une boîte de douze préservatifs condamnés d’avance par le Vatican. Puis il jette l'emballage en carton dans la poubelle. Hé ! Mais on n'est pas en voyage de noces, mon coco. Tendresse, oui. Stand de tir, non ! Et puis, malgré mes idées préconçues envers cette ville-cliché, j’aimerais bien prendre le temps de la visiter, maintenant que j’y suis. Il a l'air si sûr de lui. Il s'imagine qu'il n'a qu'à claquer des doigts pour que je m'offre à lui.


Si ça se trouve, il ne pense qu'à ça depuis l’aéroport. Ou même depuis notre première rencontre, à la soirée anniversaire d’un collègue, quand je l’ai battu aux échecs. Je me souviens de son regard ébouriffé quand je lui ai expliqué mon analyse rétrograde. Il a dû faire un bond dans son évolution s’il avait des préjugés, lorsqu’il a réalisé que la blondeur de ma chevelure ne le mettait pas à l’abri d’un mat en quatre coups. Un simple mannequin de catalogue, statue photogénique vantant les vêtements et les accessoires de la maison, a donné une petite raclée au directeur des ressources humaines. Depuis, quand on se croise dans les couloirs ou à la cantine, j’ai l’impression qu’il me dévore des yeux. C’est une vérité universellement reconnue qu’un homme pourvu d’une certaine assurance ne peut s’empêcher de consommer sa proie d’un œil évaluateur, dans un premier temps. Mais lui, au moins, il procède avec tact et élégance. Il commence par le visage – bref verrouillage oculaire – avant de convoiter ma chair en abaissant son regard, avec retenue. Toute la différence entre un épicurien et un goinfre, je présume. Mais, je le fascine, c’est sûr.


Le déballage continue. Rasoir, blaireau, crème à raser, brosse à dents et dentifrice s'alignent sur la partie gauche de l'étagère en verre située au-dessus du lavabo. Un flacon d'eau de toilette en atomiseur vient se garer transversalement, juste au milieu. À droite de cette barrière improvisée, l’espace libre m’appartient, je présume. J'espère qu’après s’être rasé, il rince bien le lavabo. Pareil pour la douche. Je ne sais pas pourquoi, mais je l'imagine assez velu.


Il se dirige maintenant vers un angle de la pièce. Il ne va quand même pas uriner aux quatre coins de la chambre pour délimiter son nouveau territoire ? Non, il s’approche juste de la porte d’entrée. Il retire le jeu de clés de la serrure. Que n’y ai-je songé plutôt ! Pourquoi s’encombrer du porte-clés lourd et volumineux de l’hôtellerie traditionnelle ? Alors qu’il suffit de le détacher et de passer les clés sur l’anneau de son propre porte-monnaie !


Gabriel me donne l'impression d'être astucieux et sérieux dans ses entreprises. Je réalise que je commence à me tourner mon film dans ma tête. Zoom arrière. Angle de vision : mes appréhensions et mes idées préconçues. Je risque une déception à la hauteur de mes attentes. Il faut que j'arrête de faire phosphorer mon imagination. Je dois vider mon esprit. Allez ! Ça ne sert à rien de continuer à tergiverser. Je me jette à l'eau. Je me dirige vers la fenêtre et ferme les tentures d'un coup sec, exilant un Soleil proche de son zénith.


Il a compris ma capitulation. Je l’entends s’approcher de moi. Ses mains se posent avec douceur sur mes épaules. Je m’enivre de son parfum. Les battements de mon cœur s’accélèrent. Il défait les deux boutons du haut de ma chemise. Il glisse ses doigts sous le tissu et caresse mes pectoraux musclés. Je me tourne vers lui, ému. La place Saint-Marc attendra encore un peu.



 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   jaimme   
10/8/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
L'étude anthropologique du primate Gabriel est aussi maniaque que le Gabriel lui-même.
Allez, je referme la porte et je les laisse tranquille.
Analyse amoureuse, avec un sourire pudique et coquin ("Tendresse, oui. Stand de tir, non !" ), j'ai aimé ce texte en délicatesse.
On imagine une liste dont le narrateur aurait coché des cases. Ok, total très favorable: on y va!!
Bree Van de Kamp aurait été comblée, si en plus, il avait sorti quelques produits de nettoyage :)
Une lecture très très sympa!

   Anonyme   
10/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour,

j'ai beaucoup aimé l'écriture de ce récit, fluide et précise. Juste un peu déçu au fil de la lecture de voir que ça ne débouchait pas sur grand chose, j'aurais voulu au moins une anecdote, une chute qui donne du relief à cette description minutieuse parfaitement maîtrisée. Donc l'écriture, élégante, un rien affectée, mais qui cadre parfaitement au portrait en creux du narrateur. Reste, à mon sens, à développer une intrigue plus consistante.

   florilange   
10/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Flupke,
Une analyse très réaliste, que j'ai appréciée à cause de sa finesse. C'est 1 rencontre, donc, sans aucun romantisme. Pas besoin de savoir la fin, on la connaît. C'est si bien rédigé, qu'on avance avec plaisir dans la lecture. Mes 2 seuls petits bémols : à ma 1ère lecture, j'ai lu "l'émail" au lieu de "l'E-mail". As-tu quelque chose contre le mot "courriel" (courrier électronique)? Moi, je le trouve joli & logiquement construit. Et puis, je ne dirais pas "sur l'internet" mais "sur Internet". À par ces détails minimes, j'ai bien aimé ce texte, révélateur à tous points de vue. Amicalement,
Florilange.

   xuanvincent   
10/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Après une lecture rapide, cette nouvelle m'a plutôt plu et amusée.

De nouveau, l'auteur a choisi le thème du voyage. Cependant ce texte bascule vite vers les sentiments, tout en restant drôle comme souvent.

L'humour du narrateur, relatant ce moment de rapprochement amoureux avec son ami, m'a plu.

Ce récit m'a paru comme les textes précédents dans l'ensemble bien écrit.

La phrase finale, qui rappelle le lieu du récit et ouvre ce dernier, m'a plu.

   Anonyme   
10/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonsoir Flupke ! Tes récits sont toujours les bienvenus et celui-ci ne déroge pas à la règle ! Une écriture très fine au service d'une "histoire" d'aujourd'hui avec une chute que je n'attendais pas...
Merci pour cette agréable lecture ! Alexandre

   poupoune   
11/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
une écriture fluide et plaisante, un récit amusant dans cette observation de l'un par l'autre, mais... tout ça pour ça?
c'est dommage : on a l'impression de lire une introduction de qualité à une intrigue qui ne manquera pas de piment... et puis non.
Pour ma part, je reste un peu sur ma faim.

   kullab   
12/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Flupke,
J'ai bien aimé cette petite tranche de vie, bien servie par ta plume que j'apprécie beaucoup.
J'ai été bluffé par le coup des pectoraux à la fin.
Merci pour ce voyage.

   Anonyme   
12/8/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Flupke

Ca se boit comme du petit lait, c'est rafraîchissant, pertinent, ciselé. Un zoom très précis sur nos maniaqueries et ce que l'on ressent face à l'autre, lorsqu'on le découvre. C'est vrai il me semble que nos regards s'attardent précisément là, cherchant par ces petites choses à décrypter celui qui restera encore quelques temps l'Inconnu.

Le point de vue est "féminin" ; le ressenti, et la vision globale de cette séquence en sont d'autant plus affinés.
Tout cela est très bon, finement observé mais il reste la fin. Un manque, une pirouette trop rapide, un goût de trop peu peut-être parce que l'écriture porte, l'observation plait et que j'en aurai voulu encore.

Ceci dit... Le mot primate dans le titre m'a grandement perturbée. J'ai lu tout ce texte comme on scrute les dessins dans les jeux qui vous disent "retrouvez ceci, cela " et tout le long de ma lecture, je me suis dit : Où est-il ?
C'est pas gentil. Je suis très déçue. Je pense que je vais écrire à la SPA et faire en sorte d'attirer sur toi leur attention. On n'abandonne pas des singes en cours de route, sous prétexte qu'ils sont encombrants et peuvent ruiner vos vacances romaines.

Merci pour ce petit bijou qui me laisse un goût de trop peu.

   brabant   
12/8/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Et me voilà une fois de plus baladé sur les tréteaux, Comedia del Arte cette fois-ci, je crois bien que tu es inimitable.
Style tout en élégance féminine pour deux primates dont l'un apparaît comme un parangon de masculinité et l'autre totalement à l'opposé, la diagonale de la folle en quelque sorte.
Superbement roqué! j'étais battu! Echec et mat en deux coups de cuillère à peaux. Le roi blanc me renverse, je n'avais pas soupçonné qu'il était noir. Et pourtant les indices étaient semés, à en crever les yeux! C'est le coup classique, déjà un certain Edgar Poe... Je me méfierai aussi dorénavant des échecs où j'avais oublié de tenir compte du calcul des probables non identitaires qui ont bien entendu droit à mon entière considération.
Bravo Flupke, merci pour la leçon d'écriture et de navigation.

   Maëlle   
13/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Joli petit texte sur l'approche amoureuse, et qui révèle aussi pas mal le lecteur. Ce n'est pas la première fois que je me fait cueillir par ce type de procédé.

   Menvussa   
15/8/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut Flupke.

Très bien écrit.

Je viens de me rendre compte que j'avais manqué une marche et ce en lisant le commentaire de Brabant.

Je te tire mon chapeau.

   pieralun   
15/8/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir Flukpe,
j'ai rarement été autant captivé par un texte où il ne se passe rien
C'est certainement la vraie marque de la qualité littéraire

   Togna   
26/8/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
C’est de l’arnaque ! De l’intoxe au lecteur !
« un homme qui m’écoute », « je sens l’homme qui a vécu », « son regard lubrique », etc. Je me suis bien fait prendre, si je peux dire, jusqu’aux pectoraux musclés.
C’est comme d’hab, bien écrit. Un peu trop de détails dans les petites manies peut-être. Un poil monotone parfois. J’aimerais plus de variation dans les constructions, surtout dans l’énumération des faits et gestes du primate. Un chouille d’humour en plus, aussi. On devient exigeant envers les bons auteurs…

   Filipo   
30/10/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Il y a pas à dire, Flupke écrit extrêmement bien. Tellement qu'on se laisse bercer par les mots et les impressions même si "l'intrigue" n'est présente qu'en contre-jour (un semis d'indices sur l'identité du narrateur pour prendre le lecteur à contre pied - magistral, cela dit).

J'ai passé un excellent moment de lecture. Moment d'admiration éblouie !

   Faolan   
15/1/2010
 a aimé ce texte 
Bien
Berné, encore une fois ! On a beau s'y attendre...
Bien écrit comme toujours même si je ne le classerais pas dans tes meilleurs récits.
Merci pour cette agréable lecture.


Oniris Copyright © 2007-2019