Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Réalisme/Historique
gaelle078 : Mystère
 Publié le 07/05/16  -  13 commentaires  -  7275 caractères  -  82 lectures    Autres textes du même auteur

Un matin, Martin découvre une lettre étrange dans sa boîte aux lettres…


Mystère


Un matin de juillet, Martin proposa à ses parents d’aller chercher le courrier. En ouvrant la boîte aux lettres, il découvrit avec surprise une lettre qui lui était adressée. Au dos de l’enveloppe ne figurait pas le nom de l’expéditeur comme à l’ordinaire, mais simplement ces mots :

« Si tu ouvres cette enveloppe, tu sauras quelle est la magie qui t’enchante à partir de maintenant, mais elle cessera. »

Martin crut d’abord à une plaisanterie. Qui pouvait bien lui envoyer quelque chose de si étrange ? Il pensa à ses amis du collège ; mais en cette période estivale, tous étaient partis en vacances. Les commerçants du village, eux, avaient certainement mieux à faire que de s’amuser à écrire des bêtises, se dit Martin. Il décida de ne pas parler de cette lettre à ses parents. Après avoir déposé le reste du courrier sur la table de la cuisine, le garçon s’enferma dans sa chambre et voulut ouvrir l’enveloppe. Mais au moment de la décacheter, il revint sur sa décision, soudain envahi par le doute. Et si la phrase disait vrai ? S’il possédait une réelle magie ? Si tel était le cas, il avait tout intérêt à en profiter. Ce qui supposait donc de commencer par découvrir la nature de cette magie.

Il passa une nuit agitée, ponctuée de sursauts de curiosité. Plus les heures défilaient, plus il était convaincu que la magie dont parlait l’enveloppe était bien présente en lui. Le lendemain, il s’éveilla excité et ravi, déterminé à commencer ses recherches.

Il pensa d’abord à une sorte de don qui lui serait apparu la veille. Il réfléchit aux talents spéciaux qu’il avait toujours rêvé de posséder. Lire dans les pensées était sans doute celui qu’il désirait le plus. Depuis sa plus tendre enfance, Martin espérait en secret acquérir un jour ce don. Aujourd’hui âgé de douze ans, son rêve ne l’avait pas quitté et il pensa que le moment était peut-être venu.

Il décida de tester cette hypothèse sans tarder. Il rejoignit sa mère qui œuvrait dans la cuisine et réfléchit à une question qu’il pourrait lui poser.


– Dis-moi, maman, que vas-tu faire cet après-midi ?


À peine eut-il interrogé sa mère qu’il tenta de sonder ses pensées. Il pressentit immédiatement une grande fatigue chez elle, et fut soudain persuadé qu’elle allait lui affirmer qu’elle allait se reposer, ne se sentant pas très en forme.

Mais elle répondit tout autre chose, d’une voix enthousiaste :


– Eh bien, quand nous aurons mangé, j’irai courir dans les bois, puis peut-être faire des courses. Tu voudras m’accompagner ?


Martin refusa d’un signe de tête et monta dans sa chambre, dépité. Visiblement, il n’avait toujours pas la capacité de lire dans les pensées d’autrui. Il s’était même complètement fourvoyé !

Il s’arrêta à cet échec, jugeant inutile de réitérer l’expérience avec son père. Il en conclut qu’il était vain de poursuivre ses recherches du côté de la télépathie.

Ce soir-là, il s’endormit déçu, mais déterminé à percer le mystère de l’enveloppe. Son sentiment de la veille s’était amplifié : il avait la nette intuition que la phrase de l’enveloppe n’était ni une plaisanterie, ni un mensonge. Plusieurs fois dans la nuit, il alluma sa lampe de chevet pour relire les mots mystérieux, animé du désir ardent de découvrir la fameuse magie.

Au petit matin, il se réveilla de bonne humeur et prit son petit déjeuner en compagnie de ses parents. Il en profita pour leur demander la permission d’aller se promener sur les falaises.


– Tu peux, répondit son père, mais tiens-toi éloigné des corniches. Certains endroits sont dangereux.


Martin promit qu’il ne quitterait pas les sentiers et s’en alla vers les falaises. S’il avait choisi cet endroit pour flâner, ce n’était pas par hasard, mais pour une raison bien précise. Durant son sommeil, une nouvelle idée avait germé dans son esprit ; et s’il possédait un pouvoir magique plutôt qu’un don ? Après tout, l’enveloppe parlait bien de magie. Une petite voix avait beau lui souffler que la magie, ça n’existe que dans les contes ou les films, Martin était décidé à vérifier cette possibilité.

Ainsi, il était habité par un espoir fou : et s’il pouvait voler ?

Au fond de lui, il savait bien que c’était physiquement impossible, mais il avait envie d’y croire.

Cependant, sa tentative d’envol fut un échec cuisant. Il avait choisi de sauter du haut d’une falaise relativement petite, anticipant une éventuelle chute. Il avait pris son élan, couru jusqu’au bord de la paroi et s’était jeté dans le vide, battant des bras et guettant leur transformation en ailes. En quelques secondes à peine, il s’était retrouvé dans l’eau calme et froide de la mer, et dut se rendre à l’évidence : il ne pouvait pas voler.

Les jours suivants, il ne cessa de penser à l’enveloppe qu’il fut tenté d’ouvrir à maintes reprises. Mais à chaque fois il se ravisait en songeant que s’il l’ouvrait, il saurait enfin quelle était cette fameuse magie, mais qu’elle ne lui servirait à rien.

Un matin, il pensa que ses capacités musculaires avaient peut-être augmenté ; mais en s’essayant aux lourds poids de musculation de son père, force fut de constater que sa vigueur n’avait pas changé.

Le lendemain, il tenta de courir à une vitesse très élevée, car il songea qu’il était peut-être devenu un éclair ; sans plus de succès.

Le soir même, épuisé par ses recherches et ses vaines tentatives, Martin relut de nouveau la phrase sur l’enveloppe. Dévoré par le doute et la curiosité, il finit par conclure : « Posséder une magie dont j’ignore le caractère ne m’est pas d’une grande utilité. Pourquoi ne pas ouvrir cette fichue enveloppe, pour être fixé ? ».

Néanmoins, il ne parvint pas à l’ouvrir dans l’immédiat, retenu par la prémonition que la magie allait cesser. Car cette magie, même s’il ne pouvait la définir ni s’en servir consciemment, il la sentait vibrer dans son corps et son esprit. Était-il prêt à y renoncer ?

Durant toute une semaine, il réfléchit à la question. Il abandonna l’idée de découvrir la magie par lui-même. Mais la curiosité ne le quitta pas.

Le dimanche soir, il n’y tint plus. Soudainement pris d’un besoin imminent de savoir, il attrapa nerveusement l’enveloppe, la décacheta et en sortit le contenu. Il s’agissait d’une simple feuille de papier pliée en quatre. Il attendit de longues minutes avant de l’ouvrir, hésitant, le cœur battant. Des perles de sueur coulaient le long de son front et de ses tempes.

L’instant de vérité était arrivé.

Les doigts tremblants, il déplia la lettre. Une citation avait été écrite à l’encre noire :


« L’expérience la plus belle et la plus profonde que puisse faire l’homme est celle du mystère. » Albert Einstein


Juste en dessous étaient tracés ces mots, d’une écriture similaire :


« Martin,

Si tu as ouvert cette enveloppe, c’est que tu as fini par céder à la curiosité. La magie du mystère vient de te quitter ; ce que tu as découvert n’est plus à découvrir. »


Martin reposa calmement la lettre sur son lit. Il comprit qu’il ne s’était pas trompé : la phrase de l’enveloppe avait dit vrai. Dès l’instant où il l’avait lue, il avait été animé d’une forte curiosité, qui l’avait poussé à expérimenter de nombreuses choses, toujours habité par cette fameuse sorte de magie fascinante. Mais qui était donc l’auteur de la lettre ? Mystère.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   placebo   
15/4/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'aime beaucoup ce texte qui propose une vision de la phrase de sagesse d'Einstein a travers ce court recit, comme le ferait une parabole.

J'etais curieux de la categorie alors qu'on attend du fantastique apres les premieres lignes, mais le "realisme" est bien.

Je pense que c'est un tres beau cadeau ; que j'enverrais bien a plusieurs personnes :)
Dans les paroles d'Einstein, le mystere semble plus grand, celui de l'univers, de la vie ou du sens de la vie, peut-etre, et il est a priori insoluble ; c'est bien une magie pour celui qui prend la peine de s'en rendre compte, ou a qui on le fait decouvrir.

Rien a redire,
Bonne continuation,
placebo

   Bidis   
7/5/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Très astucieux petit texte. On ne peut que le lire jusqu'à la fin. Une fin un peu décevante bien entendu, et l'on se dit "Mais c'est bien sûr !" N'empêche que j'ai passé un bon petit moment.
Ceci dit, l'écriture aussi est toute simple mais, ma foi, bien plaisante.

   Donaldo75   
7/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Gaelle078,

J'ai bien aimé cette histoire. Elle est bien racontée, on se met facilement dans la peau de ce gamin de douze ans et on s'imagine bien essayer les possibilités que des dons lui fourniraient. C'est sobre, frais, sans prétention.

Merci pour ce bon moment de lecture.

Donald

   hersen   
7/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Si j'aime beaucoup le sujet, je suis un peu déçue par le traitement.

j'aurais aimé être emportée par quelque chose de plus, je ne sais pas, de plus décalé, de plus dingue.

Même si à travers ce jeune garçon on comprend cette idée du mystère volatil dès qu'il est percé, pour ma part on reste un peu trop dans un conte du quotidien, en quelque sorte. Il manque une envolée.( sans jeu de mots par rapport au passage de la falaise !)

Mais, si je ne me trompe, c'est le premier texte de l'auteur publié sur le site. j'aurai plaisir à lire son prochain texte.

Merci pour cette lecture

   Anonyme   
7/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Une nouvelle toute mignonne où le mystère est percé et où la fin ne me surprend pas. Le traitement aurait sans doute mérité d'être un peu plus original, mais l'histoire a quand même su me tenir en haleine.

Wall-E

   Anonyme   
11/5/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour,
J'ai aimé l'idée (déjà traitée dans une autre nouvelle parue sur Oniris datant de quelques mois ou années et dont je ne me souviens ni du titre ni de l'auteur) de cette lettre qui fait courir l'imagination du destinataire.
Le truc qui m'a déçu un peu, c'est justement cette imagination qui ne court pas bien loin.
Et puis l'écriture est sans magie, elle est simple, sans faute, bien sûr, mais sans surprise, sans poésie.
C'est dommage pour une histoire qui cherche à nous emporter vers quelque chose de magique justement.
A vous relire, peut-être.

Un petit mot après recherche: j'ai retrouvé l'auteur et le titre de la nouvelle qui a traité de ce même thème. Il s'agit d'Hectorludo et de sa nouvelle publiée en Février 2014 : "Le choix de Chloé". Je vous invite à lire ou relire cette histoire qui a quelques similitudes avec "Mystère".

   plumette   
10/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↓
bonjour Gaëlle 78

C'est très fort de piquer la curiosité du lecteur autant que celle de Martin!
Pas d'autre solution que d'aller au bout du texte, que d'accompagner Martin dans ses expériences et ses hésitations.
on chemine agréablement.
Mais c'est là que j'ai été tout de même un peu déçue par le récit. Martin reste très sage dans ses tentatives et l'écriture de son parcours jusqu'à l'ouverture de l'enveloppe me parait un peu appliquée. Manque un peu de magie peut-être?

Plumette

   Tailme   
12/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je me suis amusé à essayer de deviner la solution durant tout le long du texte. Et du coup, la fin ne m'a pas du tout surpris. Peut-être que je suis gâché la surprise tout seul...
Sinon le texte est agréable. Je suis moins fan de la structure. J'ai trop l'impression de lire un conte.

   Chicopn34   
13/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Jolie petit conte et d'accord avec sa "morale"

   widjet   
13/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien
L'idée est jolie et l'auteur ne cherche pas à "péter plus haut que sa plume". Humblement, mais avec un art consommé du suspense il parvient a maintenir l'intérêt jusqu'au bout.

Preuve également qu'il ne faut pas en faire des louches (en nombre de signes) pour produire un texte de qualité.

C'est simple sans être scolaire, court, efficace et atteint son objectif : nous faire passer un moment agréable.

On dirait du Coehlo. En mieux.

Je n'en demandais guère plus.

Merci

W

   Lulu   
15/5/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Gaelle,

j'ai bien aimé lire ce texte, même si on se doute bien, au fil de la lecture, que le jeune personnage va céder à la tentation...

Ce que j'ai aimé, c'est la tension de ce texte que je trouve très équilibrée. A peine plus long, je pense, toutefois, que je me serais ennuyée car on comprend très vite l'issue de la nouvelle.

Cela dit, même si l'issue n'est pas étonnante, elle est bien racontée - comme tout le récit -, et cela fait plaisir.

Bonne continuation !

   carbona   
20/5/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

Un conte sympathique avec une chute qui donne le sourire. Néanmoins, l'écriture m'a paru assez "pataude", disons trop scolaire ou explicative. Elle se lit facilement mais manque de spontanéité ou de laisser aller. Ce n'est pas évident puisqu'un conte se raconte. J'aurais sans doute été plus captivée si j'avais vu et entendu cette histoire.

Merci pour la lecture.

   Louison   
22/8/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

au gré de mes promenades Oniriennes, je tombe sur ce joli conte. L'écriture est simple et plaisante et l'histoire narrée sans prétention, sans tralala. Le vocabulaire employé n'est pas rempli de fioritures inutiles et c'est parfois bien aussi.

Seule la catégorie choisie ne m'a pas parue la bonne. C'est un conte, peut-être aurait-il été plus juste de le mettre dans une catégorie fantastique, mais je ne connais pas moi-même la liste des catégories offertes par le site.

Merci pour cette agréable lecture.


Oniris Copyright © 2007-2020