Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Fantastique/Merveilleux
Jaja : Dans le lavoir [concours]
 Publié le 18/01/09  -  18 commentaires  -  4385 caractères  -  77 lectures    Autres textes du même auteur

Drôle de Prince charmant !


Dans le lavoir [concours]


Ce texte est une participation au concours nº 8 : Les brèves d'eau (informations sur ce concours).



Chaque semaine, Phanie portait au lavoir le linge du château. Pendant que ses compagnes s’activaient, elle s'asseyait sur la margelle du lavoir et en avant pour le rêve ! La vasque se changeait en palais au bord de la mer, la mousse du savon en écume et la planche à laver en voilier. Les créatures qui vivaient dans le lavoir la jugeaient "fêlée", mais tant qu'elle ne les dérangeait pas, elles ne trouvaient rien à redire.


Un jour, Phanie s'assoupit et tomba à l'eau. Les autres lavandières s'en furent rameuter les gars du village tandis que, du peuple de l'eau, s'élevait un chœur de protestations :

- Qu'allons-nous faire d'elle ? se lamenta Washermonster, le triton maniaque. Cette maladroite s'est collée contre la partie que je venais de nettoyer. À cause d'elle, je vais devoir tout recommencer.

- En plus, elle gâche le paysage avec sa face de carême, observa Aguanegro le démon noir.


Fishlady, la naïade, esquissa une moue dégoûtée :

- Oui, cette fille est affreuse. Qui voudrait d'elle, à part un monstre de son acabit ? Mieux vaut la laisser se noyer.

- N'avez-vous pas honte ? intervint Dreamfairy, la nymphe bienveillante. Cette fille, si laide soit-elle, a droit à la vie. Le fils de notre châtelain se languit, faute d'une âme sœur pour partager ses rêves. Pourquoi ne serait-ce pas celle-ci ?

Aguanegro ricana :


- L'as-tu bien regardée, ton âme sœur ? Son nez ressemble à un pied de marmite et la loupe sur sa joue à un cafard.

- Et ses mains ! renchérit Fishlady. On jurerait une paire de battoirs.


Dreamfairy haussa les épaules :


- Je vais lui arranger ça en un tour de baguette.


Et elle effleura de son trident magique le visage de Phanie. Immédiatement, le nez se redressa, les mains s'affinèrent.


- Pas mal ! admit Aguanegro. Mais il reste la verrue. De quoi décourager notre jeune seigneur.

- Qu'à cela ne tienne ! s'exclama Dreamfairy.


D’un seul geste, la nymphe effaça la hideuse excroissance. Puis, se tournant vers ses amis :

- Maintenant, je vous laisse juge. N'était-elle pas digne d'être sauvée ?

Un "oui" unanime lui répondit. Les gens de l'eau unirent leurs forces pour propulser à la surface celle dont ils avaient voulu la perte. Les gaillards du village firent le reste. Quand la rescapée fut étendue sur la margelle, l’un d’eux s’écria soudain :


- On se moque de nous. Cette fille n’est pas la souillon du château.

- C’est pourtant bien elle, confirma une compagne de Phanie. Voyez ses hardes ! Par Neptune, c'est un vrai prodige.

- Prodige ou pas, elle est bien belle, répéta le garçon d'un air rêveur.

- Oui, elle est belle, reconnut un gamin, mais qu'est-ce qu'elle pue !


Blottis au fond du lavoir, les habitants de l'eau n'avaient rien perdu de la conversation :

- Il a raison, dit Dreamfairy. J'ai dû faire une erreur de manipulation.

- Tu veux dire que cette fille gardera notre odeur toute sa vie ? demanda Washermonster.

- Hélas oui. Dans ce cas, mon remède se révélera pire que le mal.


À cet instant, Phanie reprit conscience. Quand on lui eut apporté un miroir, elle s’évanouit de nouveau. Pendant ce temps, la nouvelle de sa transformation avait gagné le château. Le damoiseau mélancolique daigna quitter sa chambre. Il demanda qu'on lui amène la jeune fille. Ses attraits l'éblouirent. Pas au point cependant d'ignorer les effluves nauséabonds dont les ablutions n'avaient pas réussi à la débarrasser.


- Le parfum de la mousse et des eaux vives, s’extasia le père. Je veux le respirer jusqu'à la fin de mon existence. Qu'en pensez-vous, mademoiselle Phanie ?

En réponse, la petite main de Phanie vint se placer dans celle du châtelain. Leurs noces furent célébrées avec éclat, bien que les invités se tinssent à bonne distance de la mariée. Peu après, le châtelain, abandonnant à son fils le gouvernement de ses états, partit vivre avec son épouse au bord de la mer. Le jeune seigneur se trouva trop occupé pour se morfondre.


Et le lavoir, me direz-vous ? Eh bien ! Il est interdit au public depuis que des villageoises avaient pris l'habitude de s'y jeter. Quant à Dreamfairy, Washermonster et les autres, ils ont retrouvé leur légendaire tranquillité.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   dude   
18/1/2009
 a aimé ce texte 
Bien
On sent (sans jeu de mot) que l'auteur s'est bien amusé avec ce conte aux allures de farces!
J'ai trouvé que la fin n'était pas à la hauteur du reste du texte. La limite des 5000 caractères a encore frappé :).
Néanmoins, l'auteur a su créer un ambiance, et ce, en quelques lignes. Les membres du Peuple de l'eau m'ont bien amusé, de leurs échanges jusqu'à leurs patronymes. L'écriture est fluide et parfaitement adaptée au genre.
Peu mieux faire pour le titre par contre, on dirait un des miens ;)
Blague à part, c'est un texte très plaisant. Glop!

   xuanvincent   
18/1/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Voilà un bien joli conte, qui m'a amusée.

Le thème de l'eau, du côté du lavoir en l'occurence, m'a paru bien présent.

   Menvussa   
18/1/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une petite fable agréable et bien tournée. Mais l'eau n'est finalement qu'un décor... non, je rigole, c'est bien réussi.

   widjet   
19/1/2009
 a aimé ce texte 
Pas
Pas convaincu désolé par ce petit conte innofensif, mais dont il ne reste pas grand chose après la lecture. L'écriture, correct, est le seul véritable attrait.

Widjet

   Filipo   
19/1/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai bien aimé la tournure humoristique et légère de ce petit conte. Une lecture vraiment agréable - écriture simple mais fluide - et rafraichissante, de part le sujet traité.
Le plaisir du lecteur, n'est-ce pas après tout le principal ?

   Anonyme   
19/1/2009
 a aimé ce texte 
Pas
Pas convaincu. C'est fade. Et commencer un texte qui comporte deux fois lavoir à trois mots d'intervalle, ça ne donne pas vraiment envie de poursuivre la lecture...

   Ephemere   
19/1/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Bonjour, je n'ai pas aimé cette histoire trop enfantine, ni les personnages aux noms anglo-saxons. Le vocabulaire français est assez vaste.
"et en avant pour le rêve" : pourquoi le "et" avec deux propositions si dissemblables ; j'aurais mis une virgule !
FMR

   melonels   
20/1/2009
 a aimé ce texte 
Pas
Vous avez mis en scène des personnages mais vous ne nous avez pas donné la chance de nous y attacher, surtout Phanie l'héroïne. 5000 caractères c'est court je sais mais un conte ne peut pas être un résumé s'il veut que sa morale s'exprime, d'ailleurs y en a-t-il une ici? Elle est moche, un coup de baguette magique la voici belle, mais elle pue, qu'importe elle sera reine. J'attendais mieux...

   Faolan   
20/1/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
L'idée est sympa et le texte se lit facilement. Certains passages sont vraiment très agréables et les mots bien trouvés. Mais l'ensemble est assez inégal.
Le texte aurait pu être plus travaillé. Davantage tourné en dérision.
Et je n'ai pas compris pourquoi les lavandières partaient quérir les hommes du village. Elle a le temps de se noyer dix fois la pauvre ! A moins que le temps passé sous l'eau ne s'écoule plus lentement que dans la réalité ? Je n'ai pas trop accroché sur ce coup là.
Merci.

   marogne   
20/1/2009
 a aimé ce texte 
Pas
Peut être la limite en nombre de caractères a t-elle frappée? si le texte se lit assez bien, l'histoire elle même, si classique, si banale, aurait nécessité beaucoup plus d'originalité sur le fond ou la forme pour marquer.

Enfin, la bise à fannie ...; petit coucou à de belles parties de pétanques.

   Anonyme   
21/1/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
hahahahahaha
Me suis payé une bonne tranche de rire.
Même si j'aurais aimé plus court, pour moi tout le début peut tomber jusqu'au sort, ou être raccourci.

Les contraintes respectées... le ton léger, ça se lit comme une bonne blague carambar... quand on en trouve...

Bref, merci c'était bien sympa...

   Bidis   
8/2/2009
Je n’ai pas vraiment fait attention à l’écriture. Cela veut dire qu’elle a sans doute porté cette petite histoire, anodine mais pleine d’humour, avec légèreté et efficacité...

   Nobello   
21/1/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un conte pas toujours très cohérent avec lui-même, mais très distrayant, amusant jusqu'au franc sourire :
L'écriture malicieuse parvient à faire oublier qu'elle manque encore un peu de substance, de maîtrise, et j'ai passé un bon moment.
Il me semble, par contre, que l'eau n'est ici présente qu'en tant qu'alibi, interchangeable à volonté avec un vieux chêne ou une taupinière magique.
Reste la symbolique, et si l'idée de celle qui ressort belle de son plongeon (ici néanmoins "accidentel", et pendant qu'elle "dort"...) reste familière parce que souvent rencontrée au cours des contes, le fait qu'elle en sorte malodorante m'a fait sourire... bien moins, cependant, que le fait établi "simplement" que le "père" emporte l'aubaine, et que la perméabilité olfactive du "Prince charmant" l'accule à la gestion des affaires du royaume, laquelle n'est pas forcément la plus tentante des opportunités disponibles...

Et puis j'aime beaucoup cette fin qui fait le constat "ordinaire" de la sottise. C'est elle qui ajoute le "+" à mon appréciation-perso.
Merci, Jaja.

   Nongag   
21/1/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
J'ai trouvé cela amusant, sympathique. Plutôt naïf mais le rebondissement causé par l'odeur de la pauvre héroïne a su capter mon attention.

Ce texte, avec quelques beaux dessins, ferait un joli petit conte pour enfant.

   guanaco   
31/1/2009
Ce conte souffre de la limitation à 5000 car.
J'aimerais davantage d'information sur l'ensemble: les lieux, les personnages... et pour cela, il faut décrire et cela prend de la place.

Quelques maladresses: "la hideuse excroissance." =>à la rigueur mettre hideuse APRES excroissance. "la jugeaient "fêlée""=> fêlée me parait un peu anachronique.
pour moi donc, un conte trop...comment dire....."squelettique".
Merci
Guanaco

   Liry   
5/2/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Un petit conte sympathique plein d'humour, j'ai bien aimé cette idée de souillon devenue belle mais malodorante. Malheureusement, il souffre du nombre de caractères imposé qui limite beaucoup trop les développements et les descriptions.

Quant à la fin, elle m'a aussi semblée trop vite expédiée.

Reste un argéable moment de lecture.

Merci.

   David   
10/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Jaja,

Simplicité, humour, mince... un conte de fée ?! Il fallait oser, bravo !

   Ariumette   
21/2/2009
D'abord félicitation d'avoir relevé le défi de ce concours !
Mon avis : Pas facile d'imposer ce style ici ! Je salue donc cette prise de risque. Malgré tout je n'ai pas été convaincue... Même un conte de fée peut être non conventionnel ! Ca manque un peu d'originalité et l'écriture reste parfois trop simple. Mais merci de faire vivre ce type d'écrit !

Pas de note cause concours.


Oniris Copyright © 2007-2019