Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Fantastique/Merveilleux
Leandrath : Retour aux Sources
 Publié le 29/06/10  -  5 commentaires  -  30643 caractères  -  63 lectures    Autres textes du même auteur

Quelques mesures de Fantasy pour la section Fantastique.


Retour aux Sources


Le cavalier descendait lentement vers la vallée. Sous le ciel gris, la sente rocailleuse serpentait le long des flancs fleuris de la colline de Thiellon. Le voyageur venait de dépasser les ruines de la place forte qui en avait autrefois garni le sommet. Les blocs couverts de mousse rappelaient le caractère éphémère de ces constructions humaines soi-disant inébranlables.


Une véritable leçon pour nous tous, pensa ironiquement Markus Blackthorne en éperonnant son cheval.


Devant lui s’étendaient les terres de sa famille. Il distinguait, au bord du fleuve Ysalis qui courait au fond de la vallée, la silhouette du manoir Blackthorne entouré de sa muraille de granit. Il y serait avant la nuit. Il attendait ce moment depuis plus de deux ans.

Troisième fils du comte Élenthor, il avait quitté la Malakie pour parcourir le monde et acquérir l’expérience que ses précepteurs ne pouvaient lui apporter. Il n’était appelé à nul haut destin, ses frères y pourvoiraient avant lui. Aussi avait-il été avide de prouver sa valeur d’une autre façon. Car en Malakie, nul ne gagnait le respect de ses pairs s’il ne faisait montre d’une égale habileté dans les arts de la Lame et de la Sorcellerie. Le pays des chevaliers-mages était une terre belle, sûre, mais dont la jouissance se méritait, et ce depuis la fin de l’Âge Sombre qui avait lui-même suivi la chute de l’Empire. Le jeune noble portait dans son sang l’obligation de se montrer digne de son rang, aussi insignifiant soit-il sur le plan politique. Il pouvait paraître regrettable que cette valeur soit basée sur des critères martiaux et non humains. Mais avant toute autre chose, les frontières de la contrée devaient être défendues. Les ombres du chaos de l’Âge Sombre planaient encore dans tout l’Ancien Empire.


Il traversa bientôt un village. Dans sa tenue de voyage, rien ne laissait transparaître ses origines. Mais quelqu’un remarqua le blason des Blackthorne qui ornait le harnachement de son étalon noir. Ou peut-être était-ce le pommeau de l’épée familiale qui dépassait de ses hanches. Quoi qu’il en fût, avant qu’il n’ait atteint la sortie du village, une longue file d’hommes et de femmes s’était rassemblée en silence, et ployait le genou à son passage.

Il se redressa sur sa selle et rabattit la capuche de sa pèlerine, révélant ses cheveux bruns courts sur la nuque, mais dont les mèches encadraient le visage, et ses traits réguliers. Il jeta quelques pièces dans la boue et, sans un mot, laissa la bourgade derrière lui. Rien que pour ça, il appréciait de fouler à nouveau le sol de sa patrie…

Percebranche, son faucon familier vint se poser sur le pommeau de la selle et chanta.


- Oui, mon ami. Nous sommes de retour…


À la tombée du jour, le ciel se dégagea enfin, et une chaude lumière filtra depuis l’horizon. Lorsqu’il se présenta au pied de la muraille, son visage rayonnait. Devant lui se dressait une lourde et haute porte de chêne, bardée d’acier, et en son centre, comme il s’y attendait, un visage d’écorce et de nœuds se dessina.


- Portail, salua-t-il, je ne pensais pas dire ça un jour ; mais je suis content de te voir.


Le visage sylvestre fronça les sourcils et soupira, comme s’il peinait à reconnaître l’individu qui se tenait là, et que cela représentait pour lui un effort épuisant.


- Maître Markus, croassa-t-il finalement. J’aimerais pouvoir en dire autant. Mais je suis une porte, être content ne fait pas partie de mes attributions. Vous arrivez à point nommé, presque toute la famille s’est rassemblée. J’annonce votre arrivée.


Le jeune homme remercia le portail magique d’un signe de tête et attendit que celui-ci s’ouvre, soufflant et ahanant comme un serf ployant sous le fardeau. L’étalon clopina sur les pavés irréguliers de la cour.


L’agitation des grands jours y régnait effectivement. Les serviteurs allaient et venaient pour s’occuper des montures et attelages de tous les invités déjà arrivés, les intendants criaient leurs ordres pour nourrir, loger et distraire toute cette population supplémentaire, le temps que dureraient les festivités. Tous les cinq ans, la famille Blackthorne au complet se rassemblait pour l’anniversaire de leur ancêtre. La dernière fois, Markus avait vingt ans. Il s’arrêta, descendit de cheval, et attendit à nouveau. Un serviteur s’approcha enfin. Il lui jeta sa pèlerine. Dessous, il portait une cape fruste qu’il ôta également, révélant la robe de sorcier renforcée, rouge sombre et noire, ornée de runes, retenue à la taille par une large ceinture où était passée, dans son dos, l’épée dont il ne se séparait jamais. L’anneau des Blackthorne brillait à l’index de sa main gantée de noir. Dans sa main gauche, il prit le bâton orné d’une pierre azur qui était attaché à sa selle. Les serviteurs s’évaporèrent en s’inclinant, emportant avec eux monture, bagages, et vêtements marqués par la route.


Au centre de la cour se dressait une fontaine surplombée par une statue équestre. Quand Markus avait quitté le manoir, elle était en triste état. Mais visiblement quelqu’un s’en était occupé récemment. Cette tradition quinquennale avait au moins pour avantage de conduire à un entretien régulier de l’ensemble des bâtiments.


Derrière la fontaine, s’élançait vers le ciel la principale tour du manoir, qui comptait trois parties. Les logis réservés aux domestiques, dédiés aux écuries, aux ateliers et aux gardes étaient eux répartis autour de la vaste cour ainsi que dans les murailles elles-mêmes.

Il dépassa le cheval cabré et son jet d’eau, pour distinguer une silhouette connue…


- Aldonius ! appela-t-il.


L’homme en robe bleue et col de fourrure se retourna, surpris.


- Markus ?

- Lass’ Ardrann !


Avec un geste complexe de la main droite, Markus envoya sur son frère trois projectiles incandescents. Celui-ci leva d’un simple mouvement du bras un bouclier de force sur lequel ils s’écrasèrent. Tendant les mains en éventail devant lui, il incanta à son tour. L’air miroita un bref instant puis des flammes rugissantes bondirent vers Markus. Celui-ci frappa le sol de son bâton et pointa la pierre vers les flammes. D’impressionnants pieux de glace jaillirent du sol sur une ligne, à la rencontre du feu. Les sortilèges se neutralisèrent l’un l’autre dans un grand nuage de vapeur sifflante.

Les deux hommes se toisèrent. Un sourire narquois apparut sur les lèvres du plus âgé.


- Que de progrès, mon frère.

- Et encore, tu serais surpris. Les voyages forment la jeunesse, dit-on.

- Ou la raccourcissent de manière drastique, dans les terres d’Elgenval.


Le pays voisin avait la réputation d’être une contrée infestée de monstres dangereux et vicieux. Markus avait pu mesurer à quel point la légende n’était pas exagérée.


- Néanmoins me voici, ainsi qu’il l'avait été promis.

- Et j’en suis heureux, répondit Aldonius en s’avançant pour serrer l’avant-bras tendu de son frère. Père sera ravi de te revoir.


Ils devisèrent gaiement alors que son aîné conduisait Markus à travers le manoir familial jusqu’à l’étude de leur père. Ce dernier cependant se trouvait avec quelques-uns de ses invités dans l’ancienne salle d’audience, reconvertie pour l’occasion en hall de réception. Ils coupèrent par le jardin qui séparait les deux parties du bâtiment. Les jardiniers étaient encore à l’ouvrage alors que la nuit s’annonçait. Tous saluèrent les deux nobles.

Markus s’arrêta au milieu d’une allée.


- Une grande partie de notre famille est déjà là, n’est-ce pas.

- Oui. Seuls manquent à l’appel le vieil oncle Duvner, et les cousins de l’Est, Oyned et Fiona. Pourquoi ?

- Umh. Parce qu’il me semble apercevoir la cousine Adalphia au balcon du premier étage.


Il souligna ses paroles d’un geste évasif et Aldonius ne put s’empêcher de lever le nez.


- Ma foi, tu as raison. Mais je me demande bien ce que tu trouves à cette vipère arrogante.

- En dehors de son opulente poitrine et de ses yeux de braises, tu veux dire ? Il se fait que nous avons différents centres d’intérêts communs. Après une si longue absence, je m’en voudrais de ne pas aller lui présenter mes hommages.

- N’essaie pas de me faire croire que tu ne t’es pas acoquiné pendant ces deux années.

- Si tu savais ; les gens du monde vivent d’une façon… Après tout cela, un peu de distinction ne m’en sera que plus agréable.


Markus connaissait en effet bien la jeune femme aux cheveux auburn et à la moue aristocratique. Son père, le chevalier Landris, gérait un petit domaine aux abords du fleuve. Il n’avait pas d’autre enfant. Mais lui, en tant que troisième fils, devait se poser certaines questions pour assurer son avenir. Ce ne serait pas un titre extrêmement important. Mais c’était mieux que rien. Car la fille du baron Dasst était d’une laideur repoussante. De plus, elle avait un jeune frère.


Ils atteignirent finalement la grande salle. Il y eut un moment de silence parmi les présents, alors que Markus Blackthorne s’avançait.


- Je te l’avais dit, chuchota Aldonius, personne ne s’attendait à te voir.


Puis quelqu’un lança son nom, et tous vinrent saluer le jeune homme dans un joyeux brouhaha.


Un noble à la barbe grise, patriarcale, portant une cape de tissu précieux ornée d’un lourd fermoir en or s’approcha :


- Le retour du fils prodigue, dit-il.


Il avait le même profil régulier que son jeune fils, et la mine sévère. Mais ses yeux brillaient de joie.


Markus s’inclina poliment devant le comte Élenthor Blackthorne. Et dans l’ombre de celui-ci, une copie conforme du jeune homme, mais aux longs cheveux noirs.


- Père, dit simplement Markus. Lother…,


L’héritier salua à son tour le benjamin.


- He bien, il semble que ce voyage d’apprentissage ne t’ait pas enseigné la façon de s’annoncer. Un simple sortilège aurait…

- Un simple sortilège ? Mais je peux faire bien plus, frère…


C’était la voix de Markus, mais il n’avait pas remué les lèvres. Il le regardait simplement en souriant. Lother était surpris, mais il se rendit compte que la plupart des gens autour de lui partageaient cette stupeur.


- Je voulais simplement ménager mon effet, conclut Markus à haute voix.

- J’ai du mal à croire que se tient devant moi le même homme que celui qui peinait à allumer une chandelle il y a deux ans seulement.


Aldonius hocha la tête d’un air entendu. Les deux frères s’étaient beaucoup amusés aux dépens du plus jeune.


- Et qu’en est-il de ton escrime ?


Markus ouvrit les bras avec suffisance.


- Libre à toi de t’y frotter, Lother.


Instinctivement, un cercle se dessina autour d’eux.

Avec un regard débordant de supériorité pour son frère, Lother tendit la main pour demander une arme. Quelqu’un lui fit passer la sienne.


D’un geste d’une lenteur calculée, Markus tira son épée familiale. Elle paraissait courte. Mais en un tournoiement, elle sembla avoir gagné deux empans. Personne ne protesta, les lames enchantées étaient monnaie courante au pays des guerriers sorciers de Malakie.

Lother attaqua en premier, Markus esquiva. En garde haute, il attendit l’assaut suivant. Son aîné visa les jambes, il recula encore. L’attaque vint ensuite de côté. Markus para et enroba la lame de son adversaire, l’entraînant vers le sol. La pointe heurta le dallage. Sans attendre, il mit un pied sur l’arme qui échappa à la main de Lother. Il lui appliqua le bout de sa propre épée sous le menton.


Personne ne souffla mot. Une simple poignée de secondes s’était écoulée entre le début et la fin du combat.

Tous regardaient la scène d’un air ébahi. Comment Lother avait-il pu être défait aussi vite ? Markus se rengorgeait, se délectait de leur étonnement.


- Fils, applaudit le comte, j’ai du mal à croire ce que je viens de voir. Lother est un des meilleurs duellistes de notre Maison. Ton habileté est bien digne des Blackthorne ! Mais laissons là ces jeux, et viens, raconte-moi ton voyage. Où as-tu appris à te battre ?


Durant les deux jours qui suivirent, dans l’attente des derniers convives, Markus reprit ses marques dans le manoir, discuta d’abondance avec son père et bon nombre de vieux amis parmi la famille. La cousine Adalphia se montra fort aise de le savoir de retour. Ils passèrent de longues heures ensemble, lors de balades à cheval ou dans les jardins. Tant et si bien que peu avant l’aube du troisième jour, alors que le soir même les festivités du jubilé commenceraient, l’ombre furtive de Markus Blackthorne se glissa hors de la chambre de la jeune femme pour regagner la sienne. Il ne voulait pas l’embarrasser, et à cette heure, les couloirs étaient encore déserts.


Lorsqu’il se leva, plusieurs heures plus tard, il adressa un sourire satisfait à son reflet dans le miroir. Il passa des vêtements frais, et descendit voir ce que le monde lui offrirait en cette belle journée de fête. Il allait rapidement déchanter.


Il se rendit compte que quelque chose clochait alors qu’il se dirigeait vers la grande salle. En ce jour entre tous, il aurait dû croiser une foule de serviteurs affairés. Or le manoir était étrangement calme. Il y avait des gardes aux portes de la grande salle. Ils le saluèrent en silence, comme s’ils ne remarquaient pas son regard interrogateur.

Markus pénétra dans la salle et tomba sur une réunion de famille en bonne et due forme. Devant leurs airs à la fois préoccupés et surpris, il eut l’impression d’arriver alors qu’ils parlaient de lui, en mal, cela allait sans dire. Il y avait foule, bien que cela ne suffise pas à remplir la salle. Autour de la table centrale, le comte, ses frères, fils, et neveux. Ils étaient penchés sur différents parchemins. Lother était celui qui avait la mine la plus contrariée.


- Que se passe-t-il ? interrogea Markus. Ne me dites pas que c’est la guerre, ajouta-t-il en plaisantant.


Il le regretta aussitôt.


- Le cousin Gilroy…


Markus se souvenait de lui, un blond efféminé ; un bâtard que son père, cousin du comte, avait reconnu car sa femme ne lui donnait que des filles. Markus le méprisait depuis des années. Gilroy le lui rendait en animosité. Il ne savait pas qu’il était dans la place.


- … a été retrouvé mort dans sa chambre ce matin.


Par respect pour son père, Markus s’obligea à paraître désolé :


- C’est une tragédie. Que s’est-il passé ?


Alors seulement il remarqua le poignard ensanglanté au milieu des parchemins.


- Par les ancêtres ! Qui ?


Il était hors de lui. Qui s’était permis de commettre un meurtre dans sa Maison ?!

Beaucoup trop de monde le dévisageait. Ce n’était pas normal.

Lother soupira, le comte s’agitait, mal à l’aise.


- La chambre de Gilroy a été fouillée, commença l’héritier. Visiblement son assassin cherchait quelque chose de précis, car nul bien de valeur n’a été emporté. Or notre cousin était venu me parler dès son arrivée au palais ; il voulait que je conserve des documents pour lui, promettant de tout nous expliquer plus tard. Je les ai placés dans un coffre de la salle du trésor. J’ai immédiatement pensé que c’était là l’objet de la convoitise de l’assassin. Je suis allé les quérir ce matin. Et voilà, conclut-il en désignant d’un geste ample les parchemins étalés sur la table.

Markus était de plus en plus sur la défensive :


- Qu’est-ce donc ?


De là où il était il distinguait déjà différents sceaux qui n’auguraient rien de bon.


- La preuve qu’un Blackthorne a pactisé avec des seigneurs d’Elgenval au détriment de sa propre patrie et de sa propre maison. Informations stratégiques, accords économiques et militaires occultes, et j’en passe, le renseigna Aldonius.


Le jeune homme sentit son sang se glacer. Il avait bien rencontré des nobles du royaume voisin, bien qu’il n’ait jamais tissé de lien avec eux, mais qui savait comment ces agissements avaient pu être interprétés ? Heureusement, il avait un alibi solide, mais il préférait ne pas mentionner la cousine Adalphia s’il pouvait l’éviter. Il se préparait donc à interroger plus avant son frère quand l’oncle Goldorff, un colosse qui s’était empâté avec l’âge, se leva et brandit son poing ganté dans sa direction :


- Alors peux-tu nous expliquer pourquoi une servante vous a entendus, Gilroy et toi, vous quereller vivement dans sa chambre cette nuit ?


Le cœur de Markus manqua un battement à cette accusation.

Absurde ! pensa-t-il, réprimant l’envie de foudroyer son oncle dans l’instant.


- Comment pouvez-vous m’accuser sur les simples dires d’une domestique ? s’insurgea-t-il. C’est tout bonnement ridicule, je n’ai eu nul contact avec Gilroy depuis mon arrivée ici.

- Lorna, appela l’oncle. Veux-tu répéter à Markus ce que tu as déclaré à cette assemblée ?


Une jeune femme dont Markus se rappelait bien apparut entre les nobles. Elle décrivit d’une voix éteinte comment elle avait croisé le seigneur Markus dans le couloir aux environs de minuit, qu’il avait paru contrarié de la voir et lui avait enjoint d’aller se coucher ; comment, ayant oublié quelque trivial chiffon, elle avait néanmoins fait un détour et entendu les seigneurs Markus et Gilroy qui avaient un échange vif, bien qu’elle n’en comprît pas la teneur. Elle n’avait malheureusement pas attendu la fin du débat pour s’éclipser.

Rigoureusement impossible ! Pourquoi ment-elle ? Qui peut avoir intérêt à m’accuser d’un tel crime ?

Une fois l’étonnement dissipé, l’esprit du guerrier-mage envisagea les différentes hypothèses. Néanmoins, il ne pouvait se laisser insulter de la sorte :


- Maudite menteuse, dit-il bien trop calmement. Qui te contraint à tenir ce discours ? Parle !


La jeune femme se recroquevilla.


- Mes excuses, Seigneur. C’est la stricte vérité, répondit-elle d’une voix à présent tremblante.


Le comte s’interposa entre son fils et la servante.


- Alors, que peux-tu opposer à cela ?


Le doute qu’il lut dans ses yeux heurta Markus plus violemment que s’il l’avait frappé.


- Père, tout cela est insensé. J’ai passé cette nuit en compagnie de Dame Adalphia.


Aux grands maux… Il s’excuserait auprès d’elle plus tard.


- Dans ses appartements.


Il y eut un murmure, aussitôt interrompu par un cri indigné :


- Comment ? Mais c’est totalement faux !


Adalphia venait de se lever à son tour, la colère déformait ses traits. Markus ne l’avait pas aperçue en entrant.


- Sous-entendre que j’aie pu ouvrir ma couche à ce… ce… J’ai passé la nuit seule, Messires. Et si je l’avais passée en quelque compagnie, ce n’aurait pu être celle de cet individu, ce traître et ce menteur !

- Quoi ? Mais, voyons…


Markus pensa d’abord qu’elle tentait de conserver une image de vertu, et qu’elle choisissait bien mal son moment pour ce faire. Mais rapidement il constata que cette colère était trop ardente, trop vive. Elle semblait le détester vraiment. Celui qui avait utilisé la domestique avait tout aussi bien pu se servir d’elle. Peut-être même était-elle complice…

Dans ce cas, il était grillé. Il devait bien pouvoir trouver une trace de sa présence dans la chambre de la jeune noble… Mais apparemment les membres de sa famille s’étaient fait leur idée. Le chant des épées sortant du fourreau retentit.


- Puisque vous le prenez ainsi…


Markus tira sa lame en prononçant une incantation élémentaire :


- Ess Thalarann Hag’nath !


Son épée s’embrasa aussitôt. Il tenait une flamme menaçante de plus d’un mètre. Et n’entendait pas s’arrêter en si bon chemin.


Il plia la magie à sa volonté, gonflant ses muscles et améliorant ses réflexes. Puis d’un mouvement fluide, alors que ceux qui avançaient fourbissaient leurs défenses mystiques, il saisit une poudre rare dans une pochette à sa ceinture. Il l’égrena devant lui en murmurant :


- Dyl’naoss Kehev’lenn tyssarakh Ogg’nah.


Les dalles du pavement se soulevèrent dans un bruit d’enfer. Des murs de briques jaillirent du sol, formant dans la grande salle un labyrinthe aux multiples méandres, qui retarderait ses adversaires. Il entendait leurs cris qui l’invectivaient, qui ordonnaient…

Ce sortilège le plaçait dans une position avantageuse, car un seul homme à la fois pouvait se présenter devant lui par l’unique étroite issue du petit espace où il se tenait. Toutefois, il n’avait pas le cœur à décimer sa propre famille. Sans compter que son stratagème ne tiendrait pas longtemps face aux pouvoirs combinés d’autant de chevaliers-mages. Mais il savait quoi faire. Il s’engouffra dans le corridor qu’il venait de créer.


Dans son esprit, l’itinéraire brillait avec évidence. Il rencontra deux hommes sur sa route. L’épée de flamme les dissuada de l’attaquer seuls. Il sortit du dédale de poche. Face à lui, dans une alcôve, une statue de femme. Il y avait des alcôves similaires dans toute la grande salle. Mais celle-ci avait un secret : Markus se colla contre elle et appuya sur l’épaule dénudée. Elle se déboîta, et la statue pivota, emportant le jeune homme dans un tunnel que bien peu connaissaient. Elle se trouva aussitôt remplacée par une copie conforme. Il leur faudrait un moment avant de constater qu’elle était un peu moins usée et davantage poussiéreuse. Mais cela lui accordait de précieuses minutes. Le tunnel débouchait sur le chemin de ronde du second étage. Markus lança l’appel mental à son familier. Il sentit le faucon prendre son envol dans les jardins du manoir, et venir vers lui, évitant de justesse une ferronnerie proéminente.


Par ses yeux de rapace, il eut une vision précise de l’extérieur. Il se drapa dans un charme d’invisibilité et sortit au soleil. L’alerte ne semblait pas encore avoir été donnée. Il fila en direction de la tour voisine, il lui fallait examiner les appartements d’Adalphia.

Malheureusement pour lui, Percebranche ne put le guider bien longtemps. Il était loin d’être le seul sorcier doté d’une affinité particulière envers un animal. Les couloirs et les jardins grouillèrent bientôt de chats, rats, busards, et autres créatures que les magiciens affectionnaient. Ensuite seulement, les gardes furent mobilisés.


Son faucon sagement posé sur l’épaule, Markus entra dans la chambre de sa cousine. Le sortilège qui le dissimulait aux yeux du monde avait pris fin lorsqu’il avait dû forcer la porte.

Le volatile se transporta jusqu’au montant du lit, comme s’il voulait profiter d’une vue d’ensemble.


- Tu pourrais m’aider, maugréa le jeune homme en commençant une fouille expéditive de la pièce.


Le faucon ne prit pas la peine de répondre.



Les secondes s’égrenèrent sans qu’il ne puisse mettre la main sur le moindre élément probant. En derniers recours, il utilisa un complexe sortilège de révélation, dans l’espoir qu’il lui permette de percevoir d’éventuelles cachettes magiques. Mais rien.

Par dépit, il s’assit sur le lit encore froissé. Son épée brûlait toujours et il manqua provoquer un incendie. Il se releva vivement, et un parfum étrange lui monta aux narines. L’odeur lui était familière… Il saisit les draps et les renifla.


Nymphéa Blanc. Sortilège d’amnésie. Le rituel consistait à brûler une certaine dose de ces fleurs autour d’une personne endormie en psalmodiant une incantation qui devait comprendre tous les éléments que le sorcier entendait modifier dans les souvenirs de la victime. Cette sorte de magie n’avait pas les faveurs des mages martiaux de Malakie. Elle était plus prisée par leurs voisins du sud, les enchanteurs d’Elmaraldie ; ces sorciers décadents qui avaient par trop pactisé avec les Djinns et les entités élémentaires. Qui, au château, avait pu apprendre ce tour ?


Lorsque Markus était parti, les échanges entre les deux pays étaient rares, sa seule connaissance – théorique – de la magie elmaride venait de son vieux professeur. La situation ne pouvait pas avoir changé au point qu’un enchanteur se promène en liberté dans les provinces malakes. Il ne voyait qu’une personne susceptible de lui répondre. Et pour ça, il devait gagner le sous-sol où se trouvait la bibliothèque.

Le tumulte qu’il entendait dans le couloir lui annonçait que ce ne serait pas chose aisée…


Les gardes brillaient, auréolés qu’ils étaient de leurs boucliers mystiques. Les armures qu’ils portaient étaient superflues, mais au combat, il était bon de pouvoir se reposer sur l’acier quand l’énergie magique se dissipait. Ils espéraient bien, cependant, qu’ils n’auraient pas à en faire l’expérience aujourd’hui. Le fugitif, tout noble qu’il était, ne pourrait leur échapper longtemps. Ils encerclaient le quartier des invités. Le fils du comte n’avait aucune issue.

Une fenêtre du troisième étage vola tout à coup en éclats. Une forme rouge tombait au milieu des débris de verre et de bois. C’était un homme. À la main, il tenait une lame de feu.


- Il a sauté ! cria quelqu’un.


Tous les gardes filèrent en direction du jardin.


Markus Blackthorne faisait face à une fenêtre intacte. Devant lui, un parchemin noirci fumait légèrement. Il conservait ce sortilège d’illusion depuis un moment, avec toute une série d’autres, inscrits sur des vélins spécialement traités pour recevoir la langue complexe des arcanes. Il n’en était pas l’auteur, certes, mais ça ne l’empêchait pas de pouvoir façonner les sortilèges qui y étaient figés, en attente d’être relâchés. Les sorts complexes coûtaient une petite fortune, et il avait bien l’intention de se faire rembourser celui-là. En attendant, il se dirigea d’un pas mesuré vers l’escalier secondaire, en colimaçon, qui le conduirait jusqu’aux niveaux les plus bas du manoir.


Il poussa la lourde porte de la bibliothèque, qui grinça doucement. L’air sentait le vieux parchemin, l’encre, et la cire. La salle, d’une taille respectable pour une cave, au plafond voûté, était garnie de rayonnages où s’entassaient rouleaux et volumes divers. Des lanternes sans flamme éclairaient le tout.


- Maître Nale ? hasarda Markus.


Il n’obtint pas de réponse. Le vieil homme ne devait plus avoir l’ouïe très fine.

Devant le silence qui régnait, Markus décida d’entrer. Il découvrit rapidement son ancien professeur. Allongé sur le sol, au milieu d’une mare écarlate. Il se précipita, en vain. Il retourna le corps et aperçut la dague qui gisait près de lui. Il retint un juron inspiré par la frustration plutôt que par le chagrin.


- Non ! cria quelqu’un.


Markus releva les yeux. Aldonius se tenait devant lui.


- Qu’as-tu fait ? Notre maître, pourquoi ?

- Comme c’est commode, cher frère, répondit Markus, cynique. Tu apparais à l’instant critique, pour me trouver, l’arme à la main, à côté du cadavre de Nale. Et rideau.


Il se releva lentement. Aldonius pointa vers lui son épée :


- Ne bouge pas, Markus. Tu seras jugé pour tes crimes.


Le sang du jeune homme ne fit qu’un tour.


- Mes crimes ?! Par les ancêtres, plutôt tremper le blason des Blackthorne dans le sang que de vous laisser me discréditer ! Asshar’akk !


Il avait vivement croisé les poignets au-dessus de sa tête avant de les abattre devant lui, projetant une onde de choc azur sur son frère.

Cette fois, le second fils d’Élenthor ne réagit pas assez vite. Le coup initial lui coupa le souffle et le souleva de terre, l’envoyant contre le mur. Il heurta la pierre violemment et s’assomma. Avant de quitter la bibliothèque, Markus lui adressa un dernier regard de dédain, et ralluma la flamme de son épée.


Pourtant quelque chose retint son attention. La main gauche du défunt était crispée contre sa poitrine. Elle était couverte de sang, ce côté du corps s’étant trouvé contre le sol avant qu’il ne le retourne. Il se pencha à nouveau sur Nale et écarta les doigts. Ce qu’il y identifia acheva d’attiser sa colère. Le fermoir de cape où figuraient les armes de la famille, agrémenté du Lambel, cette brisure qui était le propre… du fils aîné.


- On dirait que je n’ai pas cogné le bon frère… commenta simplement Markus, étrangement calme.


- Là ! Le faucon ! criait Lother depuis la plus haute terrasse du manoir.


Percebranche filait droit vers l’Est, bientôt suivi par tous les corbeaux et autres familiers volants de la Maison.


- Où se cache ce misérable ? vociféra l’oncle Goldorff à l’adresse des autres élites rassemblées là.

- Le misérable est juste devant vous, dit une voix désincarnée. Quant à moi, je suis ici.


Les sortilèges de dissipation plurent sur la plateforme et Markus apparut, adossé au mur.


- Lassé de fuir, mon frère se rend ? pérora Lother.

- Ton frère exige de savoir ce que faisait ceci dans les mains de feu Maître Nale.


Il montra le fermoir à l’assemblée. Et Lother porta bêtement la main à son col. Geste qui n’échappa qu’à quelques distraits.


- Que comptais-tu faire quand les effets du rituel subi par Adalphia s’estomperaient ? La tuer elle aussi ?

- Lother ? Que veut-il dire ? demanda Élenthor.


Le fils aîné ricana :


- Évidemment. Dès le premier signe d’espoir, sa seigneurie s’accroche à son fils préféré. Et au diable les preuves. J’ai sous-estimé votre aveuglement, père.


Devant la mine étonnée du vieil homme, Lother poursuivit :


- Ne faites pas l’innocent. Nous avons tous vu comme vos yeux brillaient en se posant sur lui, comme votre fierté était luisante. Pendant des années, Aldonius et moi avons travaillé et étudié pour nous montrer dignes de notre rang. Et lui ! Lui, il disparaît pendant deux années, et revient, fort de je ne sais quelle expérience acquise sur les routes, à courir la gueuse et à chasser les créatures des marais, et vous l’encensez. Il devient le centre de toutes les attentions. Avez-vous oublié à quel point ses médiocres talents lui valaient votre déception ? Nous avons appris à commander et à administrer un comté, mais vous admirez à ce point la force que vous voilà tout prêt à bouleverser l’ordre établi à son profit. Je ne pouvais l’accepter, père.

- J’ai peur de comprendre, émit Goldorff d’une voix funèbre.

- Assez ! Aucun d’entre vous ne voudrait voir ce vermisseau aux rênes de notre Maison. J’ai simplement eu l’audace d’agir, là où vous vous laissiez endormir par ses prouesses.


Markus soupira.


- Tu t’es condamné toi-même, Lother. Je respecte nos traditions et je n’ai jamais eu l’intention de briguer la place d’un de mes pairs. Celui qui est aveuglé, c’est toi. Par la jalousie et l’orgueil. J’en porte une part de responsabilité. Je n’aurais pas dû te donner une telle leçon l’autre jour. Tous ces complots et ces stratagèmes pour en finir comme ça ; si personne ne t’exécute, la honte t’emportera. Tu as sali notre nom. Je n’ai plus rien à te dire.


Il jeta le fermoir métallique aux pieds de l’homme qui était autrefois son frère et quitta la terrasse dans un silence de mort.


Décidément, le retour au pays n’était pas aussi plaisant qu’il l’avait envisagé…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   florilange   
15/6/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Cette histoire est intéressante, l'auteur a créé un cadre complet où la situer, des personnages, une famille et une action vivante.
Il a également modelé son style pour l'adapter à une époque supposée lointaine. Il faudrait le revoir pour le parfaire et en enlever des expressions récentes, comme : "... il était grillé."
Le tout se lit aisément et assez agréablement

   Anonyme   
15/6/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Effectivement, les codes du genre sont ici parfaitement maîtrisés. Tous les ingrédients de la fantasy sont rassemblés dans cette histoire : Un monde dessiné en quelques pages que l'on devine complexe, un mage-guerrier pour personnage principal. Tout est là et cela se savoure avec un réel plaisir.

Mais il y a plus. Il y a la patte de l'auteur qui s'esquisse. Personnelle et qui petit à petit se détache des standards du genre. Comment ? Peut-être à l'aide du caractère marqué de Markus. Peut-être grâce à l'écriture.

"le retour au pays n’était pas aussi plaisant qu’il l’avait envisagé" Vraiment ? Moi j'ai adoré ce retour aux sources ! Merci pour cette histoire comme j'aime en lire.

   LeopoldPartisan   
21/6/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Voila un récit qui se tient et se lit agréablement. Pour cela bravo. Pour l'originalité, disons que l'auteur nous ressert tous les ingrédients du genre épique et héroic fantasy. C'est peut être là que le bas blesse. Disons que personnellement je n'ai jamais trop vibrer pour ce genre de despotes qui jette un peu dégoutté une poignée de piecettes à des gueux. Il nous ressert à sa sauce le mythe du fils prodigue, y allant de sa morale personnelle. Bon soit. Disons que c'est à chacun ses idées. Moi je suis bien content qu'un jour en 1789, le tiers état ait dit :"il suffit..."

   Marite   
7/7/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai adoré cette histoire mais l'ai trouvé trop courte. J'aurais volontiers accompagné ce guerrier-mage pour découvrir les mille et une choses de Malakie, non seulement d'autres personnages mais aussi vivre des évènements extraordinaires ponctués de
personnages inédits.

Un peu déçue par cette histoire de jalousie du frère aîné Lother. Je m'attendais à la présence d'un traitre servant les intérêts des enchanteurs d'Emalradie qui souhaitaient détruire la Maison Blackthorne et que notre héros réussirait à démasquer et à déjouer ce complot. Le sortilège d'amnésie, nymphéa blanc, m'orientait dans cette direction... c'est pour cela que j'ai trouvé la fin trop brève. Ah! aussi un regret: il y a très peu de femmes dans l'histoire. Merci néanmoins de nous avoir transportés, le temps d'une lecture, dans ce monde fantastique.

   Anonyme   
6/8/2010
 a aimé ce texte 
Bien
Il est difficile de présenter la Fantasy dans un format aussi restreint. Seulement, l'auteur s'applique à planter le monde qu'il a conçu dès les premières lignes.
Le protagoniste est un personnage de caractère, hélas trop vite limité par la longueur du récit.
L'intrigue est prenante, mais la trame se profile rapidement.
N.B : Le pommeau de l'épée ne peut dépasser des hanches si elle est portée sur le dos.
J'ai bien aimé le portail magique qui m'évoque celui de Lewis Carrol.
Néanmoins le thème des mages guerriers fait écho à d'autres romans courants de la Fantasy bien qu'il soit décrit d'une façon propre à l'auteur.
L'idée de la statue est par contre nouvelle, là j'ai été bluffée, excusez-moi l'expression. Il fallait y penser !
Retour aux sources mériterait une suite approfondie. Ce nouveau monde a du potentiel. Bonne continuation à l'auteur.


Oniris Copyright © 2007-2019