Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Humour/Détente
Menvussa : Pris en flagrant délire
 Publié le 09/07/09  -  28 commentaires  -  2818 caractères  -  260 lectures    Autres textes du même auteur

La logique de l’absurde.


Pris en flagrant délire


- Mais ! Fais donc attention, tu vas marcher dessus.


Je me fige presque instantanément dans une sorte d’équilibre instable, craignant de causer l’irréparable. Je regarde le sol et cherche ce qui a bien pu causer, chez Mémé, cette frayeur.


Mémé, elle fait presque partie des meubles. Pensionnaire depuis des temps immémoriaux, elle amuse, affole, exaspère, attendrit, mais ne laisse personne indifférent. Elle est parfois l’objet de moqueries entre collègues mais ça n’est jamais méchant car on l’aime bien notre Mémé.


À mes pieds, le carrelage. Un damier noir et crème, quelques carreaux ébréchés. Rien qui puisse retenir mon attention. Je regarde la petite vieille. Elle aussi est un peu ébréchée, ses bras sont marqués de bleus, ses doigts sont tout noueux, ce petit sac d’os semble bien ému et si je ne connaissais pas le personnage, je pourrais craindre de le voir s’effriter. Mais elle a un sacré caractère la Mémé… un véritable paquet de nerfs, pas disposé à se laisser marcher sur les pieds.

Mon regard se porte à nouveau sur le sol, à l’endroit que semblent fixer ses yeux hagards.


- Mémé, il n’y a rien, sur quoi craignez-vous que je marche ?

- Ne fais pas l’idiot ! Triton, mon poisson rouge, il a sauté du bocal. Il est là qui frétille, tressaute… Et fais attention au chat !


Un poisson rouge ! Pauvre Mémé. Pour ce qui est du chat, rien à craindre, le Rouky, son dernier, est mort il y a deux ans. Mémé s’affole, me voilà bien embarrassé, je n’ose plus bouger.


- Mais ramasse-le, crénom d’un chien ! Il va crever.


Je me baisse, je ne sais comment m’y prendre pour récupérer un poisson imaginaire. Je forme un récipient avec mes deux mains accolées. Je m’accroupis puis me relève lentement, pour ne pas renverser cette eau virtuelle et son précieux contenu tout aussi invisible.


- Voilà Mémé ! Je le mets où ?

- Tu te fous de moi ?


Et de son index elle pointe le sol.


- Excusez-moi Mémé, je croyais pourtant l’avoir récupéré.


Je me baisse à nouveau. Qu’est-ce qu’il ne faut pas faire tout de même ; et mes reins qui me font souffrir. La mémé commence à me gonfler un peu ; son poisson, je l’attrape par la queue.


- J’aime mieux ça. Mets-le dans son bocal.


Elle me tend un vase, duquel elle vient de retirer un bouquet de fleurs séchées.


J’écarte le pouce et l’index au-dessus du récipient et j’entends avec stupéfaction un petit plouf ! Mémé serait-elle ventriloque ?


Mémé éclate de rire. Elle a posé le vase sur le bahut et remis les fleurs à leur place


- Ah ! On l’a bien eu ce grand nigaud. Viens Rouky, on s’en va !


Un chat roux frotte son dos sur ma jambe gauche, semble me lancer une petite œillade et s’élance derrière Mémé qui disparaît.


Médusé, je reste sans bouger, dindon de la farce. Dans son bocal, même Triton se moque de moi.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
9/7/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
Ah bon? Heu... Assez perplexe je suis.
"L'absurde" j'aime, surtout avec une "logique". En revanche j'ai eu du mal avec cette dernière, notamment pour la (ré) apparition du matou Rouky (sais bien qu'un chat a neuf vies mais bon).
Qui fait le "plouf" de la fin? Le chat? La mémé?
Tant et tant d'interrogations... Hi hi hi.

Edit: Pour solidane, heu... C'est un peu le but du site quand même de signaler à l'auteur ses impressions, de lui dire ce qui nous semble "aller" ou pas.
Oniris n'est pas une "vitrine" mais un "laboratoire"...

   solidane   
9/7/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Et bien voilà une histoire courte parfaitement ciselée. Thème superbe par sa simplicté, sa poésie et le traitement qui lui est donné. On pourra toujours trouver des choses qui auraient pu être mieux dites, faites, etc, etc;..
Moi j'aime sa fraîcheur.

   Anonyme   
9/7/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Menvussa
Voilà un texte qui se finit en queue de poisson et qui pourtant me fait frétiller du bocal !
Merci pour ces sourires, juré je t'ai vu au prise avec Mémé, et ça me fait encore sourire au moment où j'écris. Merci pour ce texte, sa fraîcheur, sa "visualité" (ça se dit ?) et cette matinée qui commence vraiment bien !

   widjet   
9/7/2009
 a aimé ce texte 
Pas
Ah...Oui, oui, c'est absurde...Mais...bon...Pas de quoi fouetter un Rouky, non plus....Cette phrase "Un chat roux frotte son dos sur ma jambe gauche, semble me lancer une petite œillade et s’élance derrière Mémé qui disparaît" me fait me demander si c'est pas le héros qui a des hallucinations.

Pas convaincu par cette nouvelle qui tourne court, mais content de revoir Menvussa !

Widjet

   liryc   
9/7/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai beaucoup apprécié le retournement de situation inattendu. La lecture est plaisante et chaque ligne livre sont lot de surprise.
Une question malgré tout : Rouky était-il bien mort il y a deux ans? Ce point reste à mon avis confus.
liryc

   Anonyme   
9/7/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut Men ! Le titre résume bien la suite et je trouve que pour commencer la journée, c'est une bonne entrée en matière... Triton, le Rouky et Mémé me sont bien sympathiques !
Je te laisse car ils m'attendent tous les trois pour ma balade matinale, et j'avoue que j'ai rare... Menvussa !

   Anonyme   
9/7/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
C'est totalement absurde mais logique comme le dit le titre! Et moi ça me plait sincèrement.

Je trouve le texte un peu court malheureusement, c'est vraiment mon reproche principal, mais sinon j'aime beaucoup.

   Selenim   
9/7/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Médusé, je reste sans bouger, dindon de la farce.

Une phrase qui résume mon état à la fin de cette lecture. C'est tout ?

L'idée est intéressante, l'écriture alléchante mais j'ai eu l'impression de lire le quatrième de couverture d'un roman.

Un extrait ne fait pas une nouvelle.

Selenim

   Anonyme   
9/7/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Bon, je viens de paumer tout mon commentaire...

Je ferais donc concis.

J'ai aimé. Plus long on aurait tourné en rond. Par contre, je pense que le crescendo se tient, petit à petit on se rend compte de l'absurde de la situation et on en vient presque à se demander si la mémé n'est pas morte elle aussi.

Dans le langage de mamie par exemple y a des choses qui me perturbent, changements de ton, expressions que je trouve déplacées pour une mamie :
- Mais ramasse-le, crénom d’un chien(ça c rigolo dans le contexte) ! Il va crever.
- Tu te fous de moi ?

Sinon une remarque toute Estellienne, je trouve que tu as été à la facilité. Tu aurais pu faire plus absurde encore, je n'en doute pas une seconde. j'aurais aimé que tu oses plus loin... genre au lieu de dire :
"- Mais ! Fais donc attention, tu vas marcher dessus.
[...] Je regarde le sol..."
Moi j'aurais mis
"- Mais fais attention tu vas marcher dessOUs.
[...] Je regarde le plafond..."

Enfin ce n'est que mon avis... voilà

Et en lisant les autres coms je me dis que l'incompréhension vient de la non assumation totale de la part d'absurde... ou en tout cas, son intégration au distille gouttes dans le texte qui n'est pas une mauvaise idée en soi, rend les choses plus étranges, mais aussi moins claires... ce qui est surement l'intention de départ.

Bref, merci ce genre de textes manque... et c'est bien qu'on en ait au moins un de temps en temps...
Voilà.

Merci

   Arnaud   
9/7/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai adoré !... L'écriture est très poétique, et l'absurde nait du quotidien d'une façon très naturelle.
Il n'y a pas d'explication et c'est tant mieux. Vrai ou faux, là n'est pas le sujet !
Bravo...
Mon texte préféré depuis que je viens ici.

   xuanvincent   
9/7/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Merci à l'auteur pour cette histoire qui m'a amusée.

Moins de 3 000 caractères, cela m'a paru à première vue court... Mais il y a bien une histoire, avec une chute, inattendue et drôle.

Le récit, vivant, au style alerte, m'a paru dans l'ensemble bien écrit.

Détails :
. J'ai été surprise que le narrateur puisse dire "je croyais pourtant l'avoir récupéré". J'aurais plutôt vu, ou alors c'est que le narrateur laisse apparaître qu'il n'est pas dupe, "Je l'avais pourtant récupéré".
. Une mémé qui réplique "Tu te fous de moi ?" : elle n'est pas bien polie, cette vieille dame ! J'aurais plutôt vu, pour une personne de cet âge, quelque chose du genre "Tu te fiches de moi ?"

PS : Je n'oublie pas pour autant que perdre la tête - cette vieille dame semble ne plus avoir toute sa raison - n'est pas drôle.

   Anonyme   
10/7/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un très chouette texte... trop court, c'est tout le débat... personnellement je pense qu'il tire au contraire sa force dans la brièveté qui déstabilise et ce dès l'apparition des premiers "troubles" surréalistes. La réalité qui devient floue, toute cette absurdité (et je rejoins Estelle Pour penser qu'il aurait parfois fallu en faire plus !) ,c'est jouissif !

Plus long, le risque aurait été grand de lasser, de forcer le trait, mais ici l'équilibre est impec !

Bravo j'ai franchement bcp aimé... le plouf du poisson qui regagne son bocal et son eau est tout simplement sublime !

   Manuel   
9/7/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Oui ! On arrive à rester accroché jusqu'a la fin, peut être grace à la brieveté du texte.
La mémé est sénile et ses hallucinations sont monnaie courante dans cette pathologie ; c'est triste mais celà reflète la réalité de notre condition d'humain.

   florilange   
10/7/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'adore les mémés pas comme il faut & celle-ci est au petit poil. On en arrive à se demander qui est pris en "flagrant délire", c'est très amusant, ça passe trop vite, on en voudrait encore mais justement, ç'aurait été le piège qui lasse. Bien joué Menvussa!
Merci,
Florilange.

   Marite   
10/7/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Et voilà ! Pour tous ceux qui en doutaient, vieillesse ne va pas forcément de pair avec tristesse. La scène est si bien décrite que si j’étais douée en dessin j’aurais pu facilement la croquer. Pour ma part, je suis persuadée que c’est bien Mémé qui fait « Plouf ! » et qu’elle a bien réussi à désarçonner son interlocuteur…. Merci Menvussa pour cette page plaisante et malicieuse.

   Anonyme   
11/7/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Sur ce coup-là, perso je me régale ! Attendrissant à souhait, drôle, un poil fantastique, un poil réaliste, sans jugement que pourrait porter l'écriture, non, au contraire. Et puis c'est soigné, humble, précis. Je te l'ai dit Menvussa : j'ai entendu le poisson rouge tomber dans l'eau du vase, et ça...

Un bémol ? Un peu court, j'en aurais bien repris un paragraphe :)

   NICOLE   
11/7/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Génial, j'ai moi aussi une grosse faiblesse pour les personnes agées un peu farfelues, celles qui ne sont pas là ou on les attend.
Lorsque je serai vieille, je crois que je profiterai de mon grand age pour m'amuser un peu, en toute impunité.
Elle est parfaite cette petite vieille à la "tati Danielle", vraiment très bien rendue.
Merci,
Nicole

   Flupke   
11/7/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Le titre bien trouvé annonce clairement la couleur, et conditionne le lectorat. Les dialogues sont bons et vivants. On imagine bien la scène. La chute est bien amenée et la farce ne dure pas longtemps. Bien concis, rien de superflu. Je ne boude pas mon plaisir. En plus ça me fait penser aux Koans du bouddhisme zen.

   Anonyme   
12/7/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Les histoires sorties tout droit de la tête d'un agité du bocal me plaisent toujours. La description de la vieille dame fondée sur la comparaison avec le carrelage est un petit régal!
Récit rondement mené. J'aurais aimé un délire encore plus grand.

   Nobello   
12/7/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ça, c'est tout Menvussa.

Tellement clair et frais qu'on s'en oublierait, le nez dans la brise.
Juste avant de s'apercevoir qu'on est à quatre pattes, à humer la poussière...

Je trouve que Mémé s'occupe au mieux de son attardé de petit-fils.

   Anonyme   
12/7/2009
J'avoue humblement que je n'ai pas saisi...
Merci de bien vouloir m'éclairer, menvussa.
Je retiens une écriture enjouée

   Bidis   
12/7/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je ne me sentirais pas trop dépaysée dans ce genre de pension-là, moi...
Surtout s'il s'y passait de plus longues histoires.

   kullab   
13/7/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Menvussa,
Une bonne petite farce, qui se lit très vite et très bien.
J'ai beaucoup aimé le style, direct, clair.
Il en faudrait d'autres, des comme ça.

   prisca   
21/8/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Le thème est original tout autant que le titre !!!
Je voudrais bien avoir l'adresse de cet endroit bien sympa afin d'y réserver pour mes vieux jours !!!
bravo pour cette nouvelle qui se lit sans problèmes et avec le sourire.
Bonne continuation et au plaisir de te lire !

   Anonyme   
24/8/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Ecriture simple mais juste, ambiance sympathique. Cela mériterait peut-être d'être repris pour trouver un meilleur équilibre entre logique et absurde (les critiques sur ce point me paraissent justifiées).

   nyqueldan   
8/9/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Menvussa
Oui, elle me plaît, cette mémé la malice. C'est frais, léger. Je verrai bien une transposition sous forme de planche de BD. A jouer l'absurde pour ménager ce qu'il pense être la sénilité précoce de Mémé, le narrateur est lui-même pris. Et je trouve un peu dure la critique consistant à dire qu'un extrait ne fait pas une nouvelle. Pas si évident de faire court: j'ai trouvé la progression plutôt habile, et savamment économe. Au plaisir!

   Anonyme   
20/4/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Voilà une petite histoire pleine de fraicheur comme l'eau du poisson. Un texte court mais dont la chute dans le bocal m'a surpris.

   in-flight   
14/9/2015
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Bonjour,
Une définition convenable de l'absurde en littérature serait: "du n'importe quoi maitrisé".
Je regrette mais ici, il manque la maîtrise. La chute est sympathique mais en deuxième lecture, l'effet a déjà disparu. Cela s’apparente à une longue blague... Pourquoi pas, remarquez.


Oniris Copyright © 2007-2019