Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Réalisme/Historique
Meyer : Review
 Publié le 02/12/15  -  9 commentaires  -  3373 caractères  -  83 lectures    Autres textes du même auteur

Une nouvelle sur le manque de dialogue dans le monde de l'entreprise.


Review


Le son était bien net, « super bien mixé », voix suave, un peu feutrée, mélange de présentatrice météo et de film érotique.

Pour un peu ça m’aurait excité mais j’écoutais ça en mode « blasé » comme disent les intellos de la télé-réalité.


En fait, je la connaissais bien cette voix. C’était Sophie, une des filles du market.


… ton attitude n’est pas compatible avec le travail en équipe…


Sans me l’avouer, j’avais pris goût à ces entretiens sonores. Les mots n’avaient pas de sens, pas d’intérêt mais le flow était plaisant.

Antidote à la musique bourrine que je m’injectais habituellement dans les oreilles c’était aussi l’idéal pour se frayer un chemin parmi la foule, un peu comme la voix d’un GPS qui ne mènerait nulle part.


… pas assez proactif…


Cela avait commencé fin 2016 ; sous prétexte de ne pas avoir le temps de s’occuper de ça , les « cadres » de ma boîte avaient réussi à refiler les entretiens d’évaluations aux RHs. C’était mieux pour tout le monde. Ça faisait une corvée de moins pour les petits chefs (+1 d’XP en glande) et les employés étaient contents qu’on leur accorde enfin du temps (« quality time » dans le texte).


… parfois tu frises l’insolence…


Et puis les RHs, c’étaient quasiment toutes des filles, plutôt jeunes, plutôt mignonnes… Ça passe vachement mieux quand une petite nana te dit que tu ne vas pas être augmenté en te faisant des yeux de biche.


Mais la lune de miel n’a pas duré longtemps. On a vite compris que les RHs n’y comprenaient rien à notre boulot.

Elles avaient réussi à donner le change pendant un certain temps en enchaînant les formations de « bullshit mastering » mais il fallait se rendre à l’évidence, l’exercice restait pénible. Pour nous, tout le monde s’en foutait. Mais aussi pour elles et là, il fallait que ça change.


… Alain trouve que tu ne communiques pas assez…

… on compte sur toi pour remonter la pente…


C’est alors que Pierre, un des grands boss du HQ, a eu LA bonne idée. Qui arrive à vendre du rêve aux clients ? hein ? Le service market, Ducon.

On va faire les évals des employés par des vrais pros de la comm : le service marketing.


… que cette année, vu l’état du marché…


Fini le temps perdu. Plus d’entretien. 100% d’efficacité. Les reviews arrivaient chaque mois sous forme d’un petit link audio vers l’intranet où l’historique des mp3 finissait par ressembler à un spotify lugubre. Vous savez quoi ? Comme on était dans une boîte « 2.0 », on pouvait même les downloader sur nos smartphones. Pas besoin de pirater : c’était gratos.


… et que tu n’as pas atteint tes objectifs…


Bien sûr, l’employé ne pouvait pas répondre ni se défendre, mais c’était pareil avant non ? Là, c’était juste plus clair. La sentence était tombée, pas de recours possible.


Même pas de bouton « Like » à la Facebook pour nous laisser croire que notre avis les intéressait.


… pas augmenté…


Demain j’irai prendre mon café au service market, voir Sophie, lui dire que j’ai bien aimé son dernier single mais que musicalement je trouve ça toujours un peu « limite ».


Elle va rigoler et me faire sa choré « c’est pas de ma faute, j’y suis pour rien » 1, tête sur le côté, 3, épaules levées, 5, bras écartés, 7 et 8 et 1…

Puis elle ira rejoindre ses collègues pour leur rappeler quel pauvre type je suis.


Pas grave.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Donaldo75   
15/11/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonsoir,
Je suis mitigé sur ce texte que je trouve vraiment intéressant à lire, parce que justement il est différent.

La critique sociale, celle de l'entreprise et l'autodérision associée sont vraiment bien vues. En plus, l'idée des évaluations conduites de cette façon est grandiose. Rien que pour ça, j'achète le texte.

Le style, par contre, qui se la joue rocker, est en fait un peu trop forcé, au point d'en devenir même ringard (désolé, ça doit faire mal pour un rebelle) tellement il est déjà daté.

Mais, l'un dans l'autre, c'est quand même un bon texte, avec un excellent rythme de surcroit. Il aurait pu être excellentissime sans ce style caricatural et surchargé de poncifs.

Merci pour la lecture.

   hersen   
21/11/2015
 a aimé ce texte 
Un peu
Je trouve que l'idée est bonne de se projeter ainsi dans un futur proche, si proche finalement, où des changements vont intervenir.
Prendre ceux du market pour faire de la com' et asséner du ton le plus suave des remarques aux employés sur leur comportement et leurs résultats.
Cependant, je ne m'y retrouve pas tellement, il me manque quelque chose.
Je comprends que le ton se veut détaché, mais que le narrateur dise à la fin " pas grave ", je ne saisis pas.
Je voudrais pouvoir davantage appréhender la réaction de ce narrateur.

Merci pour cette lecture

   carbona   
24/11/2015
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Bonjour,

Le lexique employé contient trop d'abréviations et est trop spécifique ( RHs, HQ, XP, spotify, une boite "2.0"...) pour que je parvienne à me plonger dans cette courte scène qui pourtant, je pense, m'aurait plus si je m'en réfère au rythme, aux phrases courtes, au ton "blasé" et à la vivacité que vous avez instauré.

Dommage,

Merci.

   aldenor   
2/12/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Au fond, l’entreprise n’évalue pas tant ses employés dans un souci d’équité que dans celui d’accroitre la productivité. On mesure les performances, sous le couvert de récompenser les champions, pour traquer les trainards. Une forme d’hypocrisie. Personne ne tient à faire ce boulot. On se passe la patate chaude de service en service. Des cadres aux Relations Humaines au Service Marketing.
Et l’employé s’amuse de ce défilé. C’est toujours la même ritournelle. C’est devenu comme une musique à son oreille, vide de sens.
La nouvelle tourne sur ce thème. Je trouve que c’est bien vu.
Mais pourquoi dire que « Cela avait commencé fin 2016 » ? Comme si la situation était futuriste, alors que j’imagine que les choses se passent déjà ainsi dans les entreprises.

   Vincendix   
2/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ce n’est pas un texte futuriste, il colle à une certaine réalité, le dialogue est de moins en moins pratiqué dans les entreprises, mail, sms.... l’ont remplacé.
La discussion, c’est du temps perdu, les décisions sont prises au dernier étage et personne n’a le droit de faire des observations, celui qui aurait le culot d’en faire est brimé par la direction, raillé par les collègues.
Pire, quand de nouvelles directives sont communiquées au personnel, ce qu’elles préconisent est déjà appliqué depuis une semaine, votre ordinateur est déjà dans le coup à votre insu, c’est insidieux mais efficace.

   Anonyme   
3/12/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Beaucoup trop de vocabulaire pour initiés a freiné ma lecture. Ce qui est d’autant plus dommage que les premières phrases m’ont happée vite fait.

L’analyse que vous faites de l’entreprise est on ne peut plus juste. Le management moderne dans toute sa splendeur et son ridicule ! ^^

Votre style original, une fois allégé des acronymes et autres anglicismes trop présents, me plaît beaucoup. Je suppose que si je maitrisais toutes ces appellations barbares, le réalisme serait perçu à un top niveau encore plus agréable.

Merci.

   bigornette   
3/12/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Bien, bien bien. J'aime bien le côté épuré de Review, sans chichi. J'aime bien le jargon spécifique qui nous plonge dans le microcosme de l'entreprise. Et j'ai trouvé la chute excellente. C'est un bon petit texte sans prétention. Sans ambition ? Vous pourriez nous faire entrer dans l'univers de cette grosse boîte en étant plus ambitieux la prochaine fois (à moins que ce soit déjà fait, je ne sais pas, c'est la première fois que je vous lis). Merci en tout cas, c'est réussi.

   widjet   
5/12/2015
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Critique du monde déshumanisé de l'entreprise (notamment celles en mode anglo saxon) avec son petit lot de vérités bien senties (ah la RH, c'est bien vrai qu'il ne pige pas grand chose aux jobs des salariés).

Cela aurait pu être plus cinglant, mais l'auteur a le mérite d'aborder un sujet peu exploité sur Oniris, ça change un peu.

L'écriture aurait mérité elle aussi d'être plus percutante pour que la dénonciation soit plus marquante.

Widjet

   vendularge   
18/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,

J'ai décidé de revisiter les textes sans "plume".

J'aime beaucoup celui-là parce que c'est l'exact reflet de ce qui se passe en terme de management dans la plus part des entreprises. On broie à coup d'objectifs non atteints et de remarques "pilon" qui vous tassent. Le plus souvent les salariés sont comparés les uns aux autres avec des sortes de "félicitations au mérite".

Concernant les jeunes recrues qui sont souvent une dizaine surdiplômés pour un poste où ils seront payés au smic, c'est très difficile parce que si tu veux garder ton poste, tu la fermes et tu marnes en souriant. Quelle déception quand on a cru qu'il suffisait de bien travailler à l'école, d'être honnête et courageux pour réussir. Tu te retrouves à enchaîner les CDD avec des promesses à la con qui ne sont jamais tenues, tu parts à pétaouchnoc avec tes 3 meubles sous le bras pour 3 ou 6 mois. Bref, ça m'irrite très fort de voir tant de vrai détresse avec en prime " ne te plains pas, pour la plupart, ils n'en ont pas du taf...".

Donc, merci de nous avoir montré ce lieu si particulier qui donne envie de réunir une bande de potes et d'aller acheter un village abandonné pour y refaire le monde. La "révolution des caves", c'est une belle idée...


Oniris Copyright © 2007-2019