Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Sentimental/Romanesque
Neclair : Eau, je t'aime [concours]
 Publié le 03/02/09  -  16 commentaires  -  5074 caractères  -  78 lectures    Autres textes du même auteur

Quand une séduisante cascade vous fait chavirer le cœur...


Eau, je t'aime [concours]


Ce texte est une participation au concours nº 8 : Les brèves d'eau (informations sur ce concours).



Imaginez. Un monde. Un décor plus ou moins terne. Une sensation de mal-être dû à une certaine lassitude. Une vie avec des rebondissements en tout genre certes, mais pas cette montée d’adrénaline, ou du moins plus depuis un certain temps.


Je traversais le cours de la vie par de petits ruisseaux, rarement de longs fleuves, car cela me donnait une certaine indépendance, un choix de parcours, une liberté de mouvement tout bêtement. J’espérais apercevoir quelque chose d’inhabituel. Le genre de chose qui bouleverse le cours de votre vie en un instant.


Et un jour il arriva un malheureux évènement, ceux qui vous coupent le souffle et vous laissent sans voix. Ceux qui vous font perdre vos repères et tous vos moyens. Alors me prirent des envies d’ailleurs. Allant de ruisseau en ruisseau, accompagnée de pensées plein la tête, je me suis retrouvée dans un endroit complètement inconnu. Après avoir été blessée de part et d’autre, après avoir supporté ce cœur lourd si longtemps, fait couler autant de larmes, je me suis sentie vide, puis étonnamment presque légère car libérée de cette tristesse envahissante… Et fin prête à redécouvrir ce que la nature avait à me proposer.


J’errais, sans trop savoir ce que j’attendais, je laissais mes pas s’aventurer là où bon leur semblaient. Les secondes, les minutes, les heures passèrent et soudain je reconnus un bruit plus ou moins familier. J’ouvris grand mes yeux et aperçus, pour mon plus grand bonheur, cette petite cascade.

Qui l’eut cru ? Derrière ce milieu urbain aux allures sinistres, se cachait à l’abri de tout, ce cadre idyllique, mais ce n’est que plus tard que j’en apprécierais les bienfaits. En cet instant il ne s’agissait là que d’un point d’eau, un endroit où se revitaliser quelques instants, se reposer de tous ces efforts.


J’ai commencé par garder mes distances afin d’observer au mieux ce décor. Premières impressions il s’agissait d’une rivière où une cascade venait s’y jeter, un décor plutôt joli mais assez ordinaire. Puis je me suis mise à regarder plus attentivement, cette chute qui me paraissait rustre m’est apparue avec plus de douceur, je ne pourrais expliquer ce changement de regard, c’est peut-être lorsque j’ai pu admirer ô combien chaque goutte éclaboussait et rafraîchissait délicieusement ces rochers dorant au soleil, comment elle arrosait délicatement la verdure qui l’entourait. Elle était modeste et généreuse. Et plus je m’en approchais, plus je devenais comme ces hommes en plein désert, assoiffée et terrorisée par l’idée que cette étendue d’eau ne soit qu’un mirage. Les jours passaient et… la phase d’observation en était finie, je décidai de me laisser aller et d’aller goûter la température de cette eau somptueuse. Je me souviens cet air surpris lorsque je me suis aperçue qu’elle était à température idéale. Et là j’ai cessé de m’écouter et fini par balayer mes craintes, peu importe que l’on puisse me surprendre, je devais m’y baigner, sentir cette eau m’envahir un court instant. Une jambe, puis l’autre. Cette rivière m’invitait à la rejoindre, et sans plus aucune retenue je m’y aventurais. Hors du temps et de l’espace. Un véritable délice. Plongée dans ce fond marin les bruits extérieurs m’étaient devenus complètement inaudible. J’avoue même m’être oubliée un instant car pour la première fois depuis longtemps, je me sentis vivante.


Puis la vie reprit son cours, les obligations, les activités quotidiennes mais cette image me hantait, pire encore, elle me troublait. Sentiment de plénitude, de légèreté absolue, de… Il me fallait y retourner ! C’est alors que, sans plus attendre, je repartais me ressourcer. Seulement, cette fois là, j’aperçus le propriétaire des lieux. Il se baignait à son tour, moi, impuissante, je le regardais faire. J’aurais pu prétexter qu’il n’était pas à la hauteur mais… il se mariait plutôt bien dans ce décor. C’est pourquoi je fis demi-tour. Malheureusement mes pensées ont fini par avoir raison de moi, désormais seuls mes sentiments et mes pulsions me guidaient. J’y retournais et m’y suis baignée encore et encore. Ça devenait essentiel, voire vital. Il m’en fallait plus, toujours plus. Un besoin insatiable malgré cette culpabilité qui m’envahissait, à chaque brasse, à chaque souffle… Je ne voulais en aucun cas abuser de ce qui m’était défendu, certaines limites m’étaient fixées car, au fond, je n’étais pas sans savoir que tout cela était hors de portée. Je voulais juste… sentir cette eau ruisseler entre mes doigts, sans pour autant la porter jusqu’à mes lèvres.


Mais toutes les bonnes choses ont une fin. Ce que je redoutais par-dessus tout finit par arriver, je ne pouvais plus m’approcher de cet endroit tellement fréquenté auparavant. Des rondins de bois dûment fixés se dressaient tout autour de mon havre de paix me laissant seulement entrevoir une petite parcelle de ce qui ne m’appartenait plus…



 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Faolan   
3/2/2009
 a aimé ce texte 
Pas
La rivière un fond marin ?

Je n'ai pas été transporté par ce texte qui, je pense, manque quelque peu de poésie.

Pas été emballé par "Imaginez" et sa suite puis "phase d'observation",...

Navré.

Merci.

   Selenim   
3/2/2009
Dès le premier chapitre, ça me dérange: " Décor terne, sensation...lassitude. Une vie avec des rebondissements". Étrange paradoxe.

Et la suite m'a laissé une grande impression de flou. Je ne comprends pas la finalité du texte.

Désolé, mais j'ai dû rater quelque chose.

   Anonyme   
3/2/2009
Et ça parle de quoi au juste?

Certes c'est bien écrit, ça se lit bien, donc on poursuit, on porsuit et....c'est la fin! et soit je suis stupide (ce qui est possible), soit ce n'est pas clair du tout!

J'avoue n'avoir rien compris du tout.

Je ne noterai pas pour cette raison.

   Ephemere   
4/2/2009
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
Bonjour, on se sait pas ce que veut dire l'auteure ; tout est abstrait : quel "malheureux évènement", on l'ignore.
le style est faible, le texte nous adresse la parole "mais qui l'eut cru", ça surprend... pas moi ! Des lourdeurs,"plus ou moins familier" même le narrateur ne sait pas où il va "J’errais, sans trop savoir" ; " il s’agissait d’une rivière où une cascade venait s’y jeter", pas français ; "Une sensation de mal-être dû", faute d'accord. "je n’étais pas sans savoir", lourd.
"Mais toutes les bonnes choses ont une fin", je m'arrête.
Un poème serait pê une forme plus adaptée.
FMR

   marogne   
4/2/2009
 a aimé ce texte 
Pas ↓
Un potentiel certains dans cette écriture, un vocabulaire riche, même si employé un peu n'importe comment parfois (ah! cette rivière marine!)....

Mais dès le deuxième paragraphe j'ai regardé ce qui me restait à lire. Désolé, mais il aurait peut être fallu mettre plus en relief le message, ou l'histoire, qui a motivé ce texte.

   Menvussa   
4/2/2009
 a aimé ce texte 
Pas
" là où bon leur semblaient. " Bon serait-il pluriel ?

Non, là, j'accroche pas du tout. Les tournures me semblent assez maladroites.

NE pas CLAIR

   widjet   
4/2/2009
 a aimé ce texte 
Pas
L'eau est présente sous toutes ses déclinaisons : ruisseau, fleuves, rivière, gouttes...A part ça, je ne dirais pas que le texte ne raconte rien, mais seulement que c'est pas très bien raconté peu aidé il est vrai par une écriture "très light".

Les précédents commentaires ne sont pas très flatteurs non plus, je n'en rajouterais pas.

La route sera longue, mais courage...J'attends un second texte.

Widjet

   Anonyme   
5/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Certes le texte comprend quelques maladresses, cela doit être surement du à la faible expérience ainsi qu'à la jeunesse de l'auteur.
En ce qui concerne la face "abstraite" de ce texte... l'écriture n'est elle pas bien souvent un moyen abstrait et pudique de pouvoir s'exprimer? Personellement je n'en doute pas...
Un texte imparfait oui mais également prometteur.
Les défauts ne sont pas irremédiables, le style et les idées sont là. Un travail qui mérite d'être appronfondi et suivi!

   melonels   
5/2/2009
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
Il manque quelque chose à ce texte...une histoire. Il ne se passe rien. Pas de style littéraire particulier, pas d'enthousiasme. Désolé.
Cependant rien n'est figé, on s'améliore.

   Bidis   
6/2/2009
Les états d’âme du personnage ne m’ont absolument pas intéressée et je crois que c'est dû au fait que le personnage lui-même n’a pas été dessiné.
Reste le sentiment donné à grand peine mais qui ressort d’une sorte de paradis perdu. C’eût donc été plus poignant et moins laborieux si l’on s’était d’abord attaché au personnage.

   Nongag   
6/2/2009
 a aimé ce texte 
Pas
Une grande impression de flou, une métaphore imprécise sur la rencontre (?) entre deux êtres. Ce n'est pas franchement mal écrit même si le style est parfois un peu lourd.

Désolé.

   guanaco   
7/2/2009
J'avoue ne pas avoir tout saisi.
Les descriptions sont floues, alambiquées et rendent le récit difficile d'accès.
J'ai particulièrement été gêné par le mélange des temps.
Merci.
Guanaco

   Anonyme   
11/2/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
après avoir relu 4 fois et bien oui je suis dedans texte excellent je ne reviendrais pas sur les commentaires contradictoires entre eux mais je pense que cela est du au manque de temps de lire tous les textes plusieurs fois ou peut etre un peu plus lentement!! merci pour ce merveilleux passage

   David   
12/2/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour Neclair,

Sans doute un déséquilibre quelque part, à mon avis du trop-dit plutôt que le contraire. Elle m'a intrigué un peu l'histoire de cette cascade quand même.

   Anonyme   
12/2/2009
 a aimé ce texte 
Bien
Ce texte imagé est bon je trouve. le thème de l'eau est complétement exploité. j'avoue qu'il y a une phase descriptive assez difficile à suivre mais le texte est bon car tout y est exprimé pour exprimer une joie qui se transforme en malaise et c'est pour cela que l'auteur a très bien choisi les métaphores. ça ne m'étonnerait même pas qu'il y ait une part de vécu vu les emotions qui içi s'incrémentent au fil de ce texte ,globalement, fluide ....comme l'eau :)

   Ariumette   
22/2/2009
D'abord félicitation d'avoir relevé le défi de ce concours !
Mon avis : C'est marrant cette dépendance m'a fait penser à une métaphore sur l'héroine... Je suis sans doute tordue ! Tu as su bien décrire cette envie simplement inaltérable mais je regrette certaines phrases trop longues et certaines lourdeurs.

PAs de note cause concours


Oniris Copyright © 2007-2019