Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Sentimental/Romanesque
ninja427 : Lavomeetic
 Publié le 09/01/19  -  8 commentaires  -  3699 caractères  -  289 lectures    Autres textes du même auteur

Quand on préférerait le Lavomatic à l'opéra comme cadre d'une première rencontre…


Lavomeetic


Quel imbécile il faisait…

Un opéra… Il l’avait invitée à un opéra…

Franchement il était en dessous de tout. N’importe qui pouvait inviter une femme à l’opéra, apprendre le livret par cœur, la complimenter sur sa tenue et confesser son ravissement devant tant de beauté et de grâce… C’était vraiment à la portée du premier venu… L’erreur… Si avec ça il ne décrochait pas son 06 ! Ne parlons même pas de coucher le premier soir…

Non, s’il avait fait preuve de raffinement, c’est au Lavomatic qu’il l’aurait invitée…

Elle aurait fait semblant d’avoir sa machine à laver en panne. Lui aurait fait semblant de ne pas savoir la réparer, par délicatesse.

Bien sûr, au début, ils auraient mis une machine d’écart entre leurs effets, même si c’est de concert qu’ils les auraient regardés tournoyer, les yeux tournés dans la même direction, priant pour que ces tourbillons ne connussent jamais de fin. Fin qui bien évidemment surviendrait toujours trop tôt, débouchant sur un silence gêné, aucun des deux ne sachant prendre l’initiative d’un franchissement de frontière…


– On se revoit la semaine prochaine ?

– Oui bien sûr ! Même heure même jour ? Ces dépanneurs qui ne sont jamais disponibles, quelle plaie… J’hésite à changer de machine, mais il faut que j’y réfléchisse… Qu’importe, rien ne presse…


Tous deux hypnotisés par les vérités métaphysiques révélées par l’agencement des carreaux du carrelage…

Elle déciderait de passer à la vitesse supérieure… Moins de dessus, plus de dessous. Certains achetés de fraîche date, pas encore portés, affriolants au possible, à damner des saints bien sûr… Bien visibles mais abandonnés en proie au rotor avec un feint détachement…

Lui ne saurait que semer dans le bain de lavage l’idée qu’il se faisait de la virilité, vêtements de sport, boxers plus ou moins moulants, maillots de bain ajustés… Mais qu’importe finalement, car le plus important serait que ces effets seraient prétextes à retrouvailles…

Puis ils oseraient des machines voisines… Après avoir laissé la cohue entériner ce rapprochement, sans se concerter, laissant leur place à l’automate de paiement en faisant preuve d’une amabilité suspecte… Et sans jamais revenir dessus dans les semaines qui suivraient. Toujours sans se concerter, bien sûr.

Leurs visages se rapprocheraient, leurs mains de même, à se frôler, ils ne sauraient guère que chuchoter. Curieusement, les tourbillons ne les attireraient plus guère à ce stade…

Jusqu’à ce jeudi fatidique…


– Ma machine est réparée. Et puis tu sais j’ai toujours détesté les maillots de bain minimalistes. T’aurais au moins pu me dire que tu savais réparer les machines à laver… Ciao !


Je ne sais pas vous, mais moi je détesterais cette fin… Tout l’humour de la Terre ne saurait me la rendre plus sympathique. Rembobinons… :

Jusqu’à ce jeudi fatidique…


– Vous savez, cette semaine je n’ai pas eu beaucoup le temps d’aller au sport… Je me disais que…, se tortillant, plus intéressé par le spectacle des carreaux du carrelage se télescopant que par celui des taches rouges qui marbreraient alors les joues de son interlocutrice.

– Vous savez, vous avez raison, un sou est un sou, et puis avec cette foutue machine à laver qui n’est toujours pas réparée, et moi-même je n’ai guère…


Ce carrelage était probablement le plus beau jamais posé de mémoire de carreleur… Car il serait à coup sûr leur seul point de mire. Jusqu’à ce que leurs yeux se tournent de concert vers le tourbillon où leurs sous-vêtements se mêleraient en une sarabande unique… et qu’enfin leurs mains se rencontrent…

Franchement, qu’était l’opéra à comparer ?

Il était l’empereur des petits bras. Il y avait certains jours où il se giflerait volontiers…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Louison   
10/12/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Un texte sympathique qui se lit sourire aux lévres, que je trouve un peu court mais charmant.

petit conseil : pour les dessous féminins, pas top la machine trop souvent, surtout au lavomatic... Il faudrait au moins les ranger dans un sac protecteur... mais on ne les verrait plus danser derrière le hublot... (humour).

merci pour ce moment agréable.

   plumette   
9/1/2019
 a aimé ce texte 
Bien
un titre rigolo pour un texte agréable à lire.
Distanciation humoristique et joli tableau que ces rapprochements intimidés et légèrement érotisés devant le tambour de la machine à laver.
j'aime bien ce que l'auteur a fait de cette situation généralement plutôt déprimante.

c'est léger, un peu trop court peut-être...

   Femme-Cattleya   
9/1/2019
 a aimé ce texte 
Bien
elle aurait pu avoir une bague en cadeau Bonux^^

j'ai souri en imaginant la scène des sous-vêtements.

la fin est mignonne
un moment de lecture sympa
un lieu où on déballe l'intime et vous le faite bien passer.
J'aime ce que vous suggérez

   hersen   
10/1/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un petit texte qui prend ps la tête, et en plus il fait la lessive pendant qu'on le lit !

Que faut-il de plus ? des petites culottes qui dansent et des boxers qui font les fiers.
Et puis j'aime bien le carrelage, aussi, c'est autre chose que les épaisses moquettes de l'opéra.

Seulement, c'est bien joli, tout ça, mais faut oser ! Encore un qui n'a pas franchi le pas et est resté dans sa bulle !

Merci de la lecture !

   STEPHANIE90   
31/1/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Un texte qui donne le sourire et ne m'a pas prit la tête.

Et puis, qui saurait résister à une invitation au lavomeetic !?! LOL
Ces minutes interminables tout de suite se seraient égayées.

J'ai bien aimé l'histoire des machines voisines...

Merci pour la lecture,

StéphaNIe

J'avais oublié de mettre l'évaluation, voilà chose faite !!! Un bien, évidement...

   stony   
11/1/2019
J'ai du mal à commenter ce texte, mais je m'impose de commenter ce que je lis.
Du mal parce que je le trouve ni bon ni mauvais, tant pour sa forme que pour son fond. Sur le fond, je dois bien vous avouer qu'il ne m'a pas passionné, l'histoire de rencontre dans un lavomatic n'étant pas formidablement originale. Sur la forme, je note une recherche d'originalité narrative consistant à imaginer un début alternatif et ensuite un rebobinage pour explorer une fin différente, mais cela ne m'a pas non plus passionné.

J'ai noté qu'il s'agissait de votre premier texte présenté ici et je ne veux pas vous être exagérément désagréable, aussi j'ajouterais que vous vous sentez aparramment à l'aise dans l'écriture et que la vôtre devrait permettre d'autres choses.

   Donaldo75   
12/1/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Ninja427,

J’ai bien aimé ce texte.
Cependant, il aurait mérité de taper encore plus fort. Je ne veux pas vous dire comment l’écrire, je vous rassure, surtout au vu de l’idée de départ qui est juste excellente, de la tonalité ambiante qui reste dans l’esprit du lecteur, du leitmotiv du carrelage qui semble si réel. Simplement, entre les passages au Lavomatic, c’est moins fort, j’aurais personnellement préféré que le narrateur dise un truc du genre « quel con, quel con quel con » car la scène aurait été plus visuelle. Je sais, quand on est auteur, c’est pénible de lire un commentaire dont le rédacteur dit qu’il a aimé le texte puis passe son temps à en démolir une ou deux scories. C’est pourquoi j’ai mis en préambule que j’ai bien aimé le texte. Oui, j’ai bien aimé son non-sens, sa déconnade sur les rapports amoureux quand ils ne sont que des projets insensés, sur ces rencontres aléatoires dont beaucoup aimeraient qu’elles deviennent plus maitrisables, de cet objet du quotidien qu’est la machine à laver, de ce sketch du Lavomatic dont il est brillamment question.

Donc, bravo !
Mais quand même, s’il vous plait auteur adoré, j’aurais aimé qu’il tape plus fort.

   Canuelle   
12/1/2019
 a aimé ce texte 
Bien
L'idée d'envisager ce qui aurait dû être et comment cela aurait pu se passer avec une intimité croissance (symbolisée par le rapprochement des vêtements) est bien poussée et me semble intéressante. Bon style qui permet une lecture fluide. Rôles sexués (même si je peux l'entendre comme faisant partie de la farce) un peu trop appuyés peut-être.
En tous les cas, prometteur ++ pour un premier texte. Excellent titre, original et intelligent. A poursuive!


Oniris Copyright © 2007-2019