Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Policier/Noir/Thriller
Ninjavert : Héritage
 Publié le 27/10/07  -  29 commentaires  -  28550 caractères  -  210 lectures    Autres textes du même auteur

Les aveux d'une meurtrière vont s'avérer plus lourds à porter qu'il n'y paraît...


Héritage


Edgar fait irruption dans le commissariat, et balance son manteau sur la rangée de sièges fixés au mur, face au guichet.


- Lieutenant Hanquet, quelle classe !

- La ferme, Sophie ! Dubreuil est dans son bureau ?

- Euh… Oui.


La jeune femme le suit des yeux un instant et se replonge dans la consultation des dernières mains courantes


- Entrez !


La porte se referme derrière Edgar qui s’avance jusqu’au bureau du commandant, plongé dans l’étude d’une série de photographies.


- Commandant je…

- Je sais Hanquet : vous aviez quelque chose de prévu, et ça vous emmerde que je vous ai rappelé.

- C’est un dîner de gala très important pour ma femme, commandant. Ça ne pouvait pas attendre ?


Dubreuil lève les yeux : il ne l’a jamais vu si élégant, dans ce smoking trois pièces surmonté d’un nœud papillon.


- Écoutez Hanquet, une femme s’est présentée au guichet il y a une heure : elle nous a dit avoir un meurtre à confesser.

- En quoi ma présence est-elle nécessaire ?

- Elle a déclaré ne vouloir parler qu’à vous. Je suis désolé, mais votre gala passe après une histoire de meurtre.

- Est-ce qu’elle a dit de qui il s’agissait ?

- Elle n’a pas rouvert la bouche depuis qu’elle nous a donné votre nom.


Edgar pousse un soupir, et se dirige vers la porte.


- Elle est en salle deux, lieutenant.


***



Hanquet referme la porte, et se dirige vers la table située au centre de la pièce. Il s’assoit sans un mot, et finit de parcourir la feuille que lui a remise le flic en faction devant la salle d’interrogatoire. Lorsqu’il a terminé, il lève les yeux vers la femme qui lui fait face.


- Patricia Guidoni… C’est d’origine italienne ?

- Corse. Vous êtes très élégant, lieutenant.


Il soupire, et s’accoude sur la table.


- Écoutez Patricia, je vais être franc avec vous : j’ai un dîner très important qui m’attend alors expliquez-moi ce que vous avez à me dire rapidement, ou nous allons remettre ce petit entretien à demain. Vous souhaitiez confesser un meurtre je crois ?

- Plusieurs.


Edgar s’adosse à la chaise, et prend un instant pour étudier la fille. Elle est plutôt petite, brune, et ses cheveux courts sont rejetés de part et d’autre de son front. Elle n’est plus toute jeune, la cinquantaine d’après le dossier, et les quelques rides qui plissent le coin de ses yeux gris confèrent à son regard un air étrange, entre malice et austérité.


- Plusieurs meurtres ?

- Cinq, à ce jour.

- Et vous souhaitez les avouer ?

- C’est ce que j’ai dit.


Le lieutenant soupire – profondément cette fois - et croise les bras derrière la tête.


- Très bien Patricia, je vous écoute : dites-moi tout.

- Djamel Kaddour, Julien Maret, Henri Baquelot, Juliette Maire, Sofia Coelho. Je les ai tués.


Edgar s’attendait à une vaste farce, un canular, ou au délire d’une déséquilibrée : l’assurance avec laquelle Patricia énumère les victimes le déstabilise.
Il connaît déjà deux des cinq noms : Juliette Maire, une fillette de huit ans retrouvée morte étouffée dans la cage d’escalier de son immeuble et Kaddour, un jeune père de famille abattu sans raison apparente en sortant de chez des amis.


Hanquet se lève et se dirige vers la porte.


- Je vous demande un instant.

- Je vous en prie lieutenant, nous avons toute la soirée.


Lorsque Edgar refait irruption dans la salle quelques minutes plus tard, son sourire a disparu.
Il balance cinq dossiers devant lui, et se rassoit en frappant la table du plat de la main.


- Tous ces gens sont morts, merde !

- Je viens de vous le dire, c’est la raison de ma présence ici.


Il la regarde fixement dans les yeux, mais son regard ne vacille pas.


- D’accord Patricia. Je ne sais pas à quel jeu vous jouez, ni pourquoi vous avez insisté pour me raconter ça à moi, mais je vous écoute. Prouvez-moi que vous avez tué ces gens.

- Que je vous le prouve ? Est-ce bien nécessaire alors que je reconnais l’avoir fait ?

- Ça l’est pour moi. Je ne compte pas vous inculper pour un crime que vous n’auriez pas commis.


Patricia rejette la tête en arrière, son visage s’éclairant d’un sourire.


- Quelle charmante attention, Edgar ! Vous permettez que je vous appelle Edgar ?

- Si ça peut faciliter vos aveux…

- Très bien, laissez-moi vous convaincre.


Son sourire s’évanouit. Froidement, elle reprend.


- Je les ai tués, Edgar. J’ai abattu Kaddour alors qu’il sortait de chez des amis. Je crois qu’il était à une soirée où il s’est bien amusé car il ne marchait pas très droit. Il s’est arrêté sur le bord du trottoir pour rajuster sa veste, et j’en ai profité pour l’abattre de deux coups de revolver.


Elle baisse les yeux, et continue en fixant la table.


- J’ai poignardé Julien Maret dans le parc des Buttes-Chaumont. Je lui ai porté trois coups au thorax, je visais le cœur mais comme j’ai vu qu’il bougeait encore, une fois au sol, je l’ai frappé à nouveau. Dans le dos, cette fois.


Voyant qu’elle hésite, Edgar intervient.


- Et pour Baquelot, que s’est-il passé ?

- Nous attendions le RER. Le quai était désert. Je me suis approchée pour lui demander l’heure et je l’ai poussé sur les rails au moment où le train arrivait. Puis je me suis enfuie. J’ai suivi la petite Juliette depuis l’école jusqu’à chez elle : je suis entrée dans l’immeuble à sa suite et pendant que nous attendions l’ascenseur, je l’ai attirée derrière le local à poubelles en lui mettant la main sur la bouche et l’ai empêchée de respirer jusqu’à ce qu’elle arrête de se débattre.


Elle relève la tête, les yeux brillants de larmes.


- Pour la dernière, Sofia, j’ai attendu qu’elle sorte de la boîte de nuit où elle avait passé la soirée et je l’ai renversée avec une voiture que je venais de voler.


Patricia se mure ensuite dans un long silence, qu’Edgar met à profit pour réfléchir : elle a pu lire les noms et les circonstances générales des meurtres dans la presse. Mais elle vient de donner des détails qui n’ont pas été rendus publics lors de l’enquête. Le nombre de coups de couteaux, ou encore certaines localisations très précises qui ne peuvent être connues que de l’assassin ou d’un témoin.


***


- Reprenons.


Hanquet se rassoit et dépose devant lui les deux gobelets de café qu’il vient d’aller chercher.


- Admettons que vous les ayez tués.

- C’est le cas.

- Bon : vous les avez tués. Pourquoi ?


Elle le fixe dans les yeux. Il fait un effort pour ne pas détourner le regard.


- C’était la seule chose à faire.

- La seule chose à faire ?! Merde Patricia, vous n’avez rien de mieux à m’offrir ?! Un mobile ! Quelque chose ? Les victimes n’ont pas été dévalisées. Elles n’ont aucun lien entre elles. Elles ont été tuées de manières différentes. Quelle est la logique ? Pourquoi cette folie meurtrière ?

- Vous ne pouvez pas comprendre lieutenant, je devais le faire.


Pour la première fois, Edgar se dit qu’elle est cinglée. Son air assuré tantôt chaleureux, tantôt hautain l’a perturbé, mais ses propos deviennent évasifs.


- Très bien Patricia. Je vais consigner vos aveux, vous faire signer votre déposition et demander à ce que vous rencontriez un de nos experts. Il vous verra demain.

- Un psy ?

- Oui. On ne tue pas cinq personnes sans mobile. Il établira un premier bilan de votre responsabilité mentale dans cette triste histoire.

- Je ne suis pas folle, lieutenant.

- Ce n’est pas à moi de le déterminer.


Voyant qu’il va sortir, la femme l’arrête d’un geste.


- Edgar, s’il vous plaît !

- Oui ?

- Vous avez mes aveux. Je voudrais vous parler un instant… En privé.

- En privé ?

- J’aimerais que vous arrêtiez l’enregistrement.


Le lieutenant hausse les épaules.


- Je n’en ai plus besoin.


Il revient dans la salle quelques minutes plus tard, et reprend sa place face à elle.


- L’enregistrement est coupé : ce que vous me direz restera entre nous.


Patricia le voit jeter un œil à sa montre, et enchaîne.


- Je ne serai pas longue Edgar, merci. J’aimerais que vous me donniez la main.


Elle rit de son hésitation.


- N’ayez pas peur, je n’ai rien sur moi. Ni stylo, ni rien. Je veux juste vous prendre la main.


Avec réserve, Edgar lui tend le bras. Patricia avance la main, prend la sienne entre ses doigts et ferme les yeux.


***


Edgar se retrouve dehors. Il fait nuit et le vent agite les feuilles dans les arbres. La rue est déserte, le fond de l’air frais, mais il n’a pas froid. Il se sent bien. Il aime ce quartier, ses petites rues, calmes et désertes.


Arrivé à sa voiture, il met le contact, allume la radio et démarre. Cette salope de Julie n’a pas arrêté de l’allumer durant toute la soirée… Il connaît sa réputation de chaudasse, ce qui rend la situation encore plus excitante. Bien plus que sa femme qui l’attend sagement à la maison, devant la télé.
Edgar repense à la façon dont Julie s’est collée à lui en dansant, à la façon dont elle a frotté son sexe contre sa cuisse…


Une silhouette jaillit devant la voiture : le faisceau des phares fige la scène pour l’éternité.


***


Edgar est saisi par le froid. Il fait à peine jour, l’herbe est humide de rosée et une légère brume s’élève entre les arbres.


Il frissonne et se remet à courir pour se réchauffer.


Quelques instants après, il achève de grimper les marches du sixième étage, en sueur, luttant pour reprendre son souffle. Il se dirige vers la cuisine et met la casserole d’eau sur la plaque. Il passe ensuite dans la salle de bain, se déshabille et entre dans la douche. Lorsqu’il ressort quelques minutes plus tard, l’eau ne frémit même pas.


Ces putains de plaques électriques !


Il sort le petit réchaud de camping, relié à la bouteille de butane planquée sous l’évier. Il pose la casserole sur le feu, et ouvre le frigo.


Merde, plus de lait…


Il s’habille en vitesse et ressort. La supérette est pleine de monde.


À croire que tous les cons du quartier ont décidé de faire leurs courses ce dimanche matin.


Vingt minutes plus tard, il est enfin face à la caissière. Et il entend la déflagration.


***


Edgar regarde sa montre, et boutonne la veste de son costume. Il replie son journal, et attend que le train s’immobilise pour s’y engouffrer. Son visage se plisse d’un rictus, alors qu’il anticipe les délices de la soirée à venir.
Une semaine plus tard, il est assis dans une salle d’attente et repose le numéro de l’Express qu’il vient de terminer.
Il repense à la soirée du samedi : « l’Opéra Vertical » a de nouveau rencontré un franc succès. Les invitées étaient belles, cultivées et délicieusement voraces. Il se revoit avec plaisir prendre cette blonde par derrière, pétrissant ses seins lourds alors que son sexe va et vient entre ses fesses, sous l’œil amusé de Pierre et de Marc qui besognent ses copines avec le même engouement. Il n’a pas compté combien de fois il a joui cette nuit là, ni combien de femmes il a aimé. Mais c’était une bonne soirée, et il attend le mois suivant avec impatience.


Il soupire et regarde sa montre. Il déteste cette formalité mais il faut s’y plier, invariablement. Il n’a pas eu le temps de refaire un test pour la dernière soirée, aussi a-t-il falsifié le précédent pour le représenter. C’est passé, mais l’œil soupçonneux du maître de cérémonie lui a fait redouter une nouvelle tentative : il vaut mieux se présenter avec un papier en bonne et due forme pour le mois prochain.


Ce serait trop bête d’être banni du club pour une simple histoire de paperasse.


La porte s’ouvre sur une femme entre deux âges, qui lui fait signe d’entrer dans le cabinet. Elle attend qu’il soit assis et, après lui avoir demandé ses nom et prénom, vérifie que ses résultats se trouvent bien parmi les enveloppes. Elle parcourt la feuille un instant et son air s’assombrit.


- Si vous le permettez monsieur, j’aimerais que nous procédions à un second test, en utilisant une autre méthode.

- Il y a un problème ?

- Il peut s’agir d’une erreur, c’est pourquoi j’aimerais procéder à une autre vérification.

- Une erreur ? Comment ça ?

- Le dépistage du HIV est positif.


***


Edgar court le long du trottoir, son cartable bondissant sur son dos. Il slalome entre les flaques d’eau, sa petite robe virevoltant autour de lui comme une corolle de fleur. Son dessin animé va commencer, et il ne veut surtout pas rater le début…


Se hissant sur la pointe des pieds, il pianote sur le digicode et s’engouffre dans le hall de l’immeuble.


Devant l’ascenseur, il se rappelle qu’il a oublié d’acheter le pain comme le lui a demandé sa mère.


Il se précipite hors du bâtiment, et traverse la rue en courant vers la boulangerie.


Le hurlement des freins ne lui laisse même pas le temps de se retourner.


***


Edgar titube jusqu’à son lit et se laisse tomber dessus. Il allume quelques bougies, et commence à se masser les pieds, malmenés par plusieurs heures de danse.


Il va se coucher lorsque son téléphone sonne. C’est Anna.


- J’allais me coucher chérie, qu’est-ce que tu veux ?

- Bouge tes fesses ! Je suis avec deux types super sympas, ils m’emmènent en after, on sera en bas de chez toi dans cinq minutes !

- Anna, je ne sais pas, je suis claquée et…

- Tu as cinq minutes chou ! Dépêche-toi, tu ne vas quand même pas me laisser seule avec deux beaux mâles ?


Elle raccroche. Edgar sourit et se frotte le visage. Il retire sa jupe, enfile un jean et met ses baskets : ses chaussures lui font vraiment trop mal.


Il attrape sa veste et se faufile hors de l’appartement.


Sans éteindre les bougies.


***


Edgar est dans la salle d’interrogatoire. Il ouvre les yeux, incapable de dire s’il a rêvé, halluciné, ou si rien ne s’est passé. Patricia le regarde, un sourire triste aux lèvres, tenant toujours délicatement sa main.
Le lieutenant sursaute, comme s’il s’était brûlé, et retire son bras d’un geste sec.


- Putain de merde, qu’est-ce que c’était que ça ?

- Ce qui se serait passé si je ne les avais pas tués.

- Ce que… C’est du délire !

- C’est juste la triste réalité. Kaddour aurait écrasé une mère et ses deux enfants. Six personnes seraient mortes dans l’explosion de l’appartement de Maret. Baquelot aurait contaminé huit femmes avec le virus du HIV, avant qu’on n’apprenne son état et qu’il ne soit banni de ces soirées. Une voiture aurait foncé dans une boulangerie en essayant d’éviter la petite Juliette… Trois enfants seraient morts, en plus de la boulangère. Quant à Sofia Coelho, toute sa famille aurait péri dans l’incendie provoqué par sa négligence.


Hanquet recule d’un pas, et regarde sa main avec appréhension.


- Je n’en crois pas un mot…

- Vous y étiez Edgar. Vous avez VU ces situations.

- Je ne sais pas comment vous avez réussi ce petit tour, mais vous ne vous en tirerez pas avec ce genre d’histoires…


Patricia se détend, et repose ses mains sur la table.


- Je ne tiens pas à m’en tirer, lieutenant. Je ne serais pas venue me livrer sinon.

- Bon dieu, mais à quoi jouez-vous ?

- Je vous l’ai dit : j’ai tué ces gens pour empêcher quelque chose de pire d’arriver. Je ne prétends pas que ce soit bien, mais c’est toujours mieux que de laisser les choses se dérouler sans rien faire.

- Vous avez des dons extralucides ? Vous pouvez voir dans l’avenir des gens ?


Edgar a reculé jusqu’à la porte. Il ose à peine regarder dans les yeux la femme qui lui fait face.


- Je n’ai pas la faculté de voir l’avenir des gens. Je suis juste victime de flashs. Ces visions me préviennent quand quelque chose de grave va arriver. Il m’est impossible de le laisser se produire…


Elle baisse les yeux et termine dans un souffle :


- C’est trop dur.


Edgar a soudain la vision d’une femme démunie, perdue loin d’elle-même et du monde. Sa frayeur se dissipe, alors que le caractère effroyablement réaliste de ces visions commence à s’atténuer, n’ayant bientôt plus dans sa mémoire que les contours éthérés d’un rêve. Il se rassoit face à elle.


- Qui croyez-vous être, Patricia ? Vous pensez avoir le droit de punir les gens pour des choses qu’ils n’ont pas encore commises ?

- Je ne suis pas une justicière, Edgar. Je ne punis pas les gens. J’étais une femme normale jusqu’à l’an dernier.

- Que s’est-il passé l’an dernier ?

- Je suis devenue ce que je suis aujourd’hui. Ce que nos… Croyances… Désignent comme des « anges gardiens ».

- Les anges gardiens ne tuent pas les gens Patricia, ils les protègent.

- Ça n’est pas aussi simple… Il y a un prix à payer, pour sauver ces vies. Et les conséquences peuvent être dramatiques en cas d’échec.

- Comment pouvez-vous dire ça ? C’est invérifiable !

- L’histoire comporte plein d’échecs tragiques d’anges gardiens. Celui de Johann Georg Elser, qui tenta d’assassiner Adolf Hitler en 1933 est probablement l'un des plus représentatifs.

- C’est un peu facile…. Il suffit de choisir un criminel quelconque qui a survécu à un attentat ou à un accident et de dire que si un « ange gardien » ne l’avait pas raté il n’aurait pas commis ses crimes…

- Sauf qu’il ne s’agit pas de hasard, Edgar. Il s’agit de certitudes. Nous savons que ces accidents vont se produire. Ça n’est pas une probabilité.


Edgar regarde l’heure et se lève.


- C’est de la démence, Patricia. Je ne peux rien faire pour vous. Vous reprendrez cette conversation avec nos spécialistes.

- Vous ne devez pas me faire interner, lieutenant.

- Pardon ?

- J’ai une dernière tâche à accomplir : il faut que j’empêche une émeute qui va faire plusieurs morts en prison.


Le lieutenant secoue la tête, et tend la main vers la porte.


- Je ne peux pas vous aider Patricia, ce n’est plus de mon ressort.

- Edgar attendez ! Je ne vous ai pas dit toute la vérité.


Hanquet lâche la poignée et se retourne une fois de plus.


- Je ne vous ai pas dit pourquoi j’ai tenu à ne parler qu’à vous.

- Allez-y.

- Lorsque je vais tuer la fille responsable de cette émeute, je vais mourir.

- Je…

- Laissez-moi finir ! Ça n’a aucune importance, il y a longtemps déjà que je devrais être morte. Le sacrifice fait partie du prix à payer pour que la relève se fasse.


Elle contourne la table et s’approche de lui.


- Je dois choisir mon successeur. Et ce successeur, c’est vous Edgar.

- Moi ? Pourquoi moi ?

- Je l’ai vu.

- Écoutez, j’ai suffisamment perdu mon temps. On va vous raccompagner en cellule, je repasserai vous voir demain.


Il s’approche à nouveau de la porte mais se fige quand elle reprend.


- Ce soir vous alliez à une soirée de gala, avec votre femme. C’était un dîner très important pour elle. Vous regardiez par la fenêtre, pendant qu’elle conduisait. Au fond, aller à ce dîner vous ennuyait profondément.


Elle s’avance vers lui, tout en débitant ça sur un ton monotone. Edgar fait un pas en arrière mais bute contre le mur.


- Elle s’énervait, ne trouvait pas l’adresse. Elle a tourné la tête un instant, pour lire le nom d’une rue. Vous avez entendu le coup de klaxon. Vu le bus foncer sur vous. Vous vous êtes jeté sur le volant pour l’éviter.


Elle est tout contre lui maintenant, son visage à quelques centimètres du sien. Edgar retient son souffle, sa gorge se dessèche.


- La voiture a heurté l’angle du mur. Vous auriez dû attacher votre ceinture, car vous êtes mort sur le coup.


Edgar la repousse, cherchant à dissiper le malaise qui l’étreint.


- C’est de la folie furieuse !


Patricia l’attrape par les mains, l’attire contre elle.


- Vous n’étiez pas avec elle ce soir. Vous n’avez pas dévié la voiture de sa trajectoire. Elle a percuté le bus de plein fouet.


Elle plante son regard dans les yeux d’Edgar, ses lèvres à quelques centimètres des siennes.


- Laisser votre femme mourir était le seul moyen de vous sauver la vie. Je suis navrée.


La porte s’ouvre brusquement, sur le visage fermé du commandant.


- Hanquet, il faut que vous partiez, je vais terminer l’interrogatoire.


Le lieutenant tourne la tête vers lui, incapable d’articuler un mot.


- C’est votre femme, Hanquet. Il est arrivé quelque chose.


La pièce se met à tourner, le sol se dérobe sous ses pieds. Il distingue le visage de Patricia penché sur lui et croit voir ses lèvres articuler silencieusement « je suis désolée ».


C’est la dernière fois qu’il la voit.


***


Théo lui serre la main, échangeant quelques mots pour simuler une conversation. Le sachet de cocaïne passe dans la main de l’homme, qui lâche les billets pliés dans le creux de sa paume.


- POLICE ! ON SE FIXE !


L’homme en survêt s’enfuit en courant. Théo se retourne brusquement, sa main glissant par réflexe vers la poche de sa veste. Deux flics en civil avancent vers lui, arme au poing, l’œil noir et menaçant de leurs flingues pointés sur sa tête.


- Déconne pas fils ! Laisse tes mains en évidence !


Un des deux flics part en courant à la poursuite de l’autre type, le premier approchant avec précaution sans le perdre des yeux.


- C’est ça Théo, garde les mains bien en vue.


Il le fait se retourner et, lui attrapant les bras sans ménagement, lui passe les menottes. Il palpe ses poches, en extirpe plusieurs sachets de drogue et un 9 mm.


- Je croyais que t’avais décroché Théo… C’est nouveau le flingue ?

- C’est pas c’que vous croyez inspecteur… Ces sachets sont pas à moi, vous v’nez de les mettre là !

- C’est ça… Et le pétard c’est mère Térésa qui te l’a refourgué ?


Edgar empoche le flingue et la drogue, avant de pousser le jeune homme vers la voiture banalisée garée un peu plus loin. Le gamin à l’arrière, il ressort pour attendre son collègue. Philippe finit par arriver, à bout de souffle.


- Pfffff… L’enfoiré m’a largué sur le marché… Pfffff… Ça s’est bien passé avec l’autre ?

- Ouais. Il avait plusieurs sachets de came sur lui, y a de quoi le sortir de la rue un bon moment avec ça.

- Au moins j’ai pas couru pour rien… Allons-y.

- Tu me déposeras sur l’avenue Georges Gosnat, faut que je récupère ma caisse avant de passer au commissariat.


***


Edgar est perdu dans ses pensées, assis au volant de sa voiture garée le long du trottoir. Il contemple la photo de sa femme, scotchée au tableau de bord.
Ça fait déjà deux mois qu’elle est morte, tuée sur le coup dans ce stupide accident de la route.


Le lieutenant secoue la tête pour chasser ses idées noires, et allume la radio.


« …sur France-Inter. Tragique incident à la maison d’arrêt de Fresnes, ce matin. Une détenue en a mortellement blessé une autre à la gorge, avant d’être à son tour poignardée par deux autres prisonnières. Patricia Guidoni était en attente de jugement pour plusieurs affaires de meurtre, mais les gardiens ne s’expliquent pas les causes de cet acte, de la part d’une détenue jusque-là sans histoires. L’enquête a été… »


Edgar est saisi de vertiges, la voiture se met à tourner dans tous les sens. Durant les quelques jours qui ont succédé à la mort de sa femme, il n’est pas parvenu à distinguer le cauchemar de la réalité. Tout ce dont il se rappelle, c’est le visage de son épouse, allongée nue sur le lit de la morgue, défigurée après avoir traversé le pare-brise de la voiture et percuté la calandre du bus. Des bribes de conversation lui reviennent de sa discussion avec Patricia, des visions surréalistes, des propos incohérents.


« J’ai une dernière tâche à accomplir : il faut que j’empêche une émeute qui va faire plusieurs morts en prison. »


« Lorsque je vais tuer la fille responsable de cette émeute, je vais mourir. »


« Le sacrifice fait partie du prix à payer pour que la relève se fasse. »


« Je dois choisir mon successeur. Et ce successeur, c’est vous Edgar. »


Hanquet ferme les yeux et tente de faire le vide dans sa tête.


Je suis en train de perdre les pédales…


Lorsqu’il parvient à reprendre son souffle, le flash-info est terminé. Il coupe la radio et décide de se renseigner à son arrivée au commissariat. Il met le contact, son clignotant, et commence à sortir de la place où il est garé.


Il s’interrompt pour laisser passer la 207 bleue qui arrive dans le rétroviseur extérieur.


Tout bascule.


Edgar est assis au volant de la 207 bleue. Il roule sur l’autoroute, le compteur bloqué à 130 km/h. Un air vif et piquant déferle par la fenêtre ouverte, permettant l’évacuation de la fumée de cigarette. Il jette un œil au panneau annonçant l’inclinaison de la route, et lève le pied pour ne pas dépasser la vitesse autorisée dans la pente. Aux premiers accords de sa chanson préférée, il se met à fredonner joyeusement et monte le son de l’autoradio.


Le disque saute.


Hanquet se penche sur le côté et tapote la façade de l’autoradio. Sans succès. Il appuie sur le bouton d’éjection et retire le cd qu’il frotte contre sa veste et remet dans l’appareil.
Le coup de klaxon le fait sursauter : il se déporte sur la droite, vers l’énorme camion citerne qu’il est en train de doubler. Edgar panique et braque le volant à gauche. Trop tard : son rétroviseur éclate contre la carrosserie de l’engin. Déstabilisé, il tente de redresser sa trajectoire mais part sur la droite, coupant la route au semi-remorque.
Le conducteur tape dans les freins pour l’éviter, et tourne violemment le volant sur la gauche. Edgar aperçoit avec horreur dans le rétroviseur le camion, emporté par sa vitesse et l’inertie, se pencher dans la pente et basculer sur le flanc. Il entend plusieurs chocs très violents, avant que le camion n’explose.


***


Edgar n’est plus dans la 207 bleue. Il est dans la tête des gens. Non. Il est les gens. Il est cette mère éplorée, qui hurle à s’en déchirer les cordes vocales en apprenant la mort de son mari et de ses deux enfants, carbonisés dans l’accident après avoir percuté de plein fouet la remorque d’essence. Il est ce jeune garçon, les articulations des doigts blanchies à force de serrer sa peluche, en comprenant qu’il ne reverra jamais sa mère, encastrée vive dans la remorque en flammes. Il est ce jeune père de famille, miraculeusement rescapé du carnage, apprenant sur son lit d’hôpital que sa femme est morte sur le coup et que son bébé, arraché au siège enfant fixé à l’arrière, a traversé la fenêtre et ricoché à plusieurs reprises sur l’asphalte de l’autoroute. Il est ce motard, jeté au sol le long de la bande d’arrêt d’urgence, qui apprend en ouvrant les yeux qu’il ne remarchera plus jamais.


Il perd le fil, noyé dans un torrent de souffrance, défilant dans la peau des dizaines, puis des centaines de personnes concernées par l’accident. Victimes, famille, amis, proches, leur douleur se mêle en un magma insupportable, sans visage et sans nom. La douleur est intolérable, interminable. Il ne peut rien faire, il ne peut pas fermer les yeux, il ne peut pas tourner la tête ni se boucher les oreilles. Il doit supporter chacun de leurs cris, verser chacune de leurs larmes. Il s’ouvre les veines, comme cette jeune fille partie en colonie de vacances qui a tout perdu à son retour. Il se laisse mourir, comme ce grand-père agonisant qui ne luttait plus que pour voir naître son petit-fils, qui ne naîtra jamais, incinéré dans le ventre de sa jeune mère brûlée vive.


Il prie pour perdre conscience, pour que tout s’arrête, pour qu’il puisse mourir lui aussi. Mais personne ne répond à ses prières. Et ça ne s’arrête pas.


***


Edgar est au volant de sa voiture. Sa chemise colle à son dos ruisselant de sueur. Ses mains sont tétanisées sur le volant, des crampes lui tordent les bras. Sa bouche est pleine de sang, il a dû se mordre la langue pendant qu’il hurlait. Il baisse les yeux, et s’aperçoit qu’il s’est pissé dessus.


Relevant la tête, il distingue la 207 bleue tourner au coin de la rue. Il démarre et la rattrape rapidement, les jambes encore tremblantes. Il n’a pas le choix. Il n’y a qu’une seule chose à faire. Il doit empêcher ça.


Il attrape son pistolet, se place derrière la voiture et attend une occasion de la doubler. Puis, se ravisant dans un éclair de lucidité, il range son arme de service.


Edgar met son clignotant et double la Peugeot. Il ralentit à sa hauteur et, saisissant l’arme confisquée à Théo, la pointe vers le conducteur.



 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   nico84   
31/3/2008
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
Nouvelle captivante que j'ai lu rapidement avec plaisir.
Je n'ai rien a t'apprendre sur le fond ni la forme.
J'ai juste remarqué cett phrase qui m'a stoppé un petit moment.

Je sais Hanquet : vous aviez quelque chose de prévu, et ça vous emmerde que je vous ai rappelé.

La fin de la phrase ne me semble pas apropriée. Enlevée "que je vous ai rapellé" tout simplement aurait permis d'eviter un coté lourd ou maladroit de la phrase selon moi.

Tu vois donc que je n'ai rien à redire sur ce texte plein de suspense de bout en bout.

   Anonyme   
29/10/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Histoire passionnante et surprenante. Beau travail d'imagination. Un bémol pour moi, si j'ai bien compris, le passage de théo pour justifier le port de l'arme par Edgar donne une impression de surajouté. Le style d'écriture colle assez bien avec ce texte

   Togna   
29/10/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J’ai été pris complètement par l’histoire. Ce qui prouve bien l’efficacité de l’intrigue. Ninjavert a su, comme je lui ai dit par ailleurs, à partir d’un sujet bateau (le coup de l’ange gardien), construire une super intrigue. .
L’incise est rapide et précise. Le style sobre parfaitement adapté. Au début, j’aurais aimé plus de descriptions du commissariat (atmosphère, ambiance, un peu comme le faisait Simenon) mais ensuite le suspense m’a tenu et je n’y ai plus pensé.
C’est du super bon Ninj’

   Bidis   
1/12/2007
 a aimé ce texte 
Passionnément
Comme je l'ai écrit par MP à Ninjavert, le plaisir de cette lecture a été perturbé par le fait qu'au moment où la femme met la main sur celle du commissaire, j'avais à peu près tout compris. Or, pour l'intrigue de cette nouvelle, le sel réside principalement dans l'effet de surprise...
Et j'étais d'autant plus frustrée que le style est emballant et l'action bien menée.
Généralement - et cela vaut pour toutes mes lectures - dès qu'un style me semble extrêmement vivant, je chipote beaucoup moins sur les détails à moins qu'ils ne soient criants dans un texte particulièrement bien écrit (comme la confusion syntaxique des personnages qui avait perturbé ma lecture du "Le Diable n'a qu'un oeil") . Ici, rien à dire. Les images parlent, on est au cinoche, c'est gai... Si j'avais eu l'effet de surprise j'aurais mis un 18 ou un 19.
Edit 26/11 : Après tout, y a pas de raison qu'une coïncidence m'ait empêchée d'apprécier ce texte à sa juste valeur. Je mets tout de même une note.

   Ninjavert   
5/11/2012

   Hrivewen   
30/10/2007
C'est la première nouvelle que je lis et vraiment j'aime beaucoup. Moi qui est plus l'habitude du passé simple, ça m'a fait un peu bizarre sur le coup, mais en fait, le temps employé rend la lecture plus vivante...

   Anonyme   
1/11/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Superbe récit!

D'une force incroyable. En tant que correcteur j'en avais perçu l'originalité et en tant que lecteur apaisé j'ai vois toute la symbolique 'onirique'..

De plus le style de Ninj est toujours à la fois sobre et brillant.

   guanaco   
2/11/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
J'ai lu les com et le forum.
Que les plus grands écrivains de tous les temps me jettent la première pierre s'ils n'ont pas commencé un jour en faisant comme, ou en s'aspirant de.( sauf peut-être pour le 1er mec qui a écrit le 1er texte LOL)
Toi, tu as dépassé ce stade. Tu prends des ingrédients mais ta recette est unique, c'est du Ninj', point!
J'admire cette capacité à faire avancer un récit par des dialogues percutants et sobres tout comme les descriptions (celle du carambolage par ex)
On retrouve une autre technique ninjavertienne: les flashs. Après ceux de la lettre de "Papa nous écrit...", on a ceux ici qui nous renvoient vers le futur et qui torturent le récit et l'intrigue. C'est pour moi une réelle prouesse technique.
Maintenant la façon dont je la perçois me pose problème dans cette nouvelle. J'avoue que j'ai pensé à une charade à tiroirs et j'ai du mal à rassembler les éléments entre eux. C'est un style cinématogarphique où l'on montre différents plans, à différents moments et qui finiront par se téléscoper. C'est un choix que je respecte mais qui me gêne pour la lecture.
En tout cas, magnifique travail d'écriture.
Merci Ninj'

   victhis0   
6/11/2007
Un vrai scénario!
Percutant, intriguant, amusant, passionnant : çà vaut un long métrage (à la réflexion il y en a un ou deux pas très éloignés).
Rien à redire, c'est un excellent texte. Chapeau bas.

   oxoyoz   
13/11/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
(je n'ai pas lu les autres comm et le forum).

J'ai adoré le texte, c'est très cinématographique comme construction. Et le huit clos et son dialogue sont bien menés. Les choix sont cornéliens, on marche sur le bord de la morale mais le dialogisme et efficace. Pour ce qui est de la maîtrise des mots, c'est très bon. Il y des petits truc ou j'ai ralenti, mais rien qui ne mérite d'être relevé dans la qualité de l'ensemble.

   BGDE   
26/11/2007
Belle intrigue que j'ai aimée. La construction est particulièrement astucieuse.

   Werther   
30/11/2007
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Trop de gros mots, on se croirait dans un film américain...sinon histoire astucieuse!

   doriankova   
22/12/2007
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
C'est excellent...

Il est possible d'améliorer certaines tournures mais ça reste très bon.

Merci

   Lariviere   
22/12/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Ninj' !

Je t'avais promis de faire un commentaire de ta (très bonne) nouvelle "Héritage".
Un com., comme tu les aimes et comme tu sais les faire si bien : étoffé, développé, pointilleux, sourcilleux (parfois) languissant, exaspérant (aussi), constructif, appliqué et tout et tout...

Il n'en sera rien pour l'instant, j'essaierai d'y revenir, peut être...

Il n’en sera rien parce que je n’ai pas vraiment réfléchi et construit la critique que je vais te faire ici, à chaud, si l’on peut dire… ( vu que j’ai lu le texte plusieurs fois déjà)... Disons que je n’ai rien préparé de construit et d’articulé dans mes argumentations… Tu me pardonneras, j’espère… Donc je vais te dire les choses comme elles viennent, même si ce n’est pas très pros…

Le problème pour te commenter, vu le niveau et la dextérité d'écriture que tu as atteint, c'est que maintenant il faut aller chercher les choses très loin, disséquer le récit au scalpel (oui, ca coupe mieux qu'un bic ) et encore, avec de toutes petites lames vachement précises, pour en extirper des menus détails qui te permettraient d'avancer encore... Mais est ce bien utile ?...

Bon, ce que je peux dire déjà, d'ensemble, c'est qu’ « Héritage » est une excellente nouvelle. Avec une intrigue passionnante et intelligente. C’est donc une nouvelle, qualité maximum, comme tu as l'habitude de nous en pondre avec une facilité et une productivité aussi hallucinante que rageante (pour le laborieux que je suis… merdre !) !

Tout est maitrisé dans ton écriture... Je sais à quel point tu es soucieux de la crédibilité de tes écrits... Ici, comme souvent, le tout s'emboite parfaitement, je dirais miraculeusement (même s’il n’en est rien, car j’imagine le travail d’écriture, de correction que cela peut représenter…), en tous cas, tout se déroule s'en faire tiquer un seul instant, le lecteur le plus sceptique ou le plus titilleux...

C'est une prouesse compte tenu de la complexité de l'intrigue et du découpage dans la progression dramatique que tu as choisi...
La progression justement, est un exemple du genre... Rien à redire... Bravo…

A propos de cette nouvelle, ce qui sera maintenant intéressant, je pense, c'est d'aborder deux points essentiels :

D'abord, l'application avec brio dans l'écriture de cette nouvelle d'un style voulu plus sobre, plus direct, menant les phrases à l'essentiel en laissant de coté pas mal d'adverbe parasite ou pompeux (tout le contraire de moi !) qui alourdissent souvent le récit...
Tu as gagné ton pari là dessus, le style est épuré, les phrases aussi, on gagne en rythme et en mouvement... Le récit se fait plus limpide et plus emballé... C'est pas mal...

Ici.. Je vais revenir sur ce que te dit Guanaco plus haut, dans son com... D'ailleurs si je voulais être synthétique et faire un résumé de ma pensée, je crois que je reprendrais mot pour mot son commentaire... Je partage tout à fait son analyse...

Il me semble qu'avec ce style plus "sobre" tu arrive à terme, disons tu te dirige vers une écriture qui est certainement la tienne... Un style singulier... Un style qui ressemble (si ce n'est pas déjà lui) à ce qui te correspond le mieux en écriture... Je me permets ce genre de réflexion, parce que je le pense... Mais, effectivement, je peux me tromper... Tu ne fais peut être qu'explorer, là encore...

Ce que je veux dire aussi, c’est que l'on voit apparaitre avec cette sobriété, ce débarrassage d'adverbe et de mot inutile un rythme complètement propre à l'imagée et au visuel. Un rythme cinématographique...

D'ailleurs, je n'ai pu m'empêcher à la première scène, de voir planter un décor très « film policier » à la "Lautner" (désolé, je sais c'est chiant les comparaisons, mais vu que les gens a qui je fais références sont que des bons, prend ça, aussi comme un compliment...)... La scène d'intro et la rencontre entre le flic et la fille me fait penser à "Garde à Vue" avec Michel Serrault et Lino Ventura... Excellent film au demeurant...

Comme Cyb, dans son style, tu es bourré de références que tu ingurgites et que tu ressors à ta sauce, c'est à dire de façon originale et singulière... Ce n'est pas du resucée... Tu assimile. Tu t'inspire et tu crées un univers propre... Il n'y a pas de problème...


Maintenant,

Je ne sais pas vraiment comment l'exprimer avec acuité, mais ce style cinématographique m'attire autant qu'il peut me gêner un peu...

Il m'attire parce que je pense sincèrement que c'est un style dans l'air du temps, moderne, porteur, enrichi de ce que le cinéma nous a donné à assimiler a nous tous, génération issu du septième art et que tu arrive si bien, (à la perfection, presque... le presque est pour ne pas faire obséquieux...) à manier et à retranscrire en écrit...

Ton style est incroyablement visuel... Ca lui donne un palpitant et une force aussi incommensurable qu'universelle...

C'est aussi la preuve d'un style et d'une écriture talentueuse qui peut s'adresser à un grand nombre de lecteur... Je ne crois pas me tromper en disant que tu a un style qui est prometteur, et que, si tu le désire... Un public assez large t'attend...
Ce succès potentiel à l'avenir, si tu décides de mener ta barque, un jour, dans cette direction, sera la résultante d'un savant mélange de travail, de pugnacité, de talent et d'influence diverses et notamment, cinématographique...


Le petit bémol, maintenant...
Je vais te le dire franchement, mais cette épuration stylistique, ce coté cinématographique, trop visuel, malgré son efficacité incontestable, m'a parfois gêné... Bien sur pas au niveau de la lecture... Là encore, on ne peut pas faire plus fluide.

Mais justement, il me semble, ne le prend pas mal, de voir et non de lire…
Et, en plus, il me semble de regarder un « film à gros budget »... Ce n’est d’ailleurs pas qu’une critique… C’est aussi une force et un mérite…
Le film marche. C'est efficace, c'est bien servi par les personnages, le scénario pourtant complexe reste génial et plutôt fin, la réalisation est talentueuse, mais malgré tout, un sentiment de "lisse", me reste comme un arrière gout...
J'aurais aimé lire et me trouver devant un style plus "écrit", parfois moins visuel, plus romancé, avec quelques aspérités d'écriture si besoin... En fait, ton style, même épuré et rendu plus proche de la pellicule que de la feuille papier, n’est pas froid pour autant, il reste même coloré, émouvant, mais j’ai l’impression qu’il perd quelque chose au niveau des « reliefs » quand à ces mêmes émotions. Je ne sais pas si je me fais comprendre... Disons que les émotions sont plus faciles à appréhender, elles restent fortes, mais moins subtiles, elles manquent de « granuleux »…
C’est aussi dû au fait, je pense, que tu n’aimes pas trop rentrer dans les cheminements psychologues de façon trop profondes… Mais il me semble que c’est dû aussi au fait que tu ais épuré le style, le faisant passer en même temps d’un style écrit à un style plus cinéma…

J’ai l’impression que ce faisant, tu as gagné en limpidité ce que tu as perdu en subtilité…

Je sais que les deux sont peut être contradictoires et que peut être, il y a ici divergences de gout entre nous tout simplement...

Dans ces cas là, mon avis importera peu, mais c’est toi qui le jugeras, car là encore, le seul but d'un com, c'est de faire progresser l'auteur...
Ceci dans la direction voulu par celui-ci...

Je te laisse quand même l’impression qui est la miene, puisqu'elle est sincère et que peut être (en dénouant) tu arriveras à en faire quelque chose de constructif...

Ce n'est pas simple, car tu es arrivé (avec une rapidité déconcertante qui montre le bosseur talentueux que tu es) à mettre en application les conseils donné sur "Papa nous écrit du ciel", pour faire ici, une nouvelle dans un style plus épuré et qui réussi à donner une force et un rythme incontestable au récit...

Ma critique maintenant, est donc dans l'autre sens, le style devient trop cinématographique... (on est chiant hein ? Mais on est obligé avec toi, tu es devenu trop fort...)...

Ceci dit, c’est le Larivière qui se fout De la charité… Parce que je dis cela, alors que je me sers moi aussi, parfois à outrance du visuel et des évocations par l'image, dans un registre un peu similaire (flashs, découpes et montages des actions façon plans cinéma..). Je m'en sers beaucoup en poésie...

En écrit romancée, il me semble qu'un peu de fioriture rhétorique ne fait pas de mal, car le cheminement de lecture d'une œuvre écrite n'est pas forcement le même que celui d'une lecture cinéma...

Ceci dit, la clé doit certainement se trouver entre un mélange subtil des deux, bien évidemment...


Donc, monsieur Ninj’ !

Pour faire plus simple et en résumé :

Tu as gagné, grâce à cette "sobriété", un rythme et une puissance d'écriture qui, il me semble contribue fortement à donner de la puissance à la lecture, ceci dans un style qui te va bien, qui te va peut être le mieux, il me semble… Cette nouvelle est la plus forte en terme d’intensité, que tu a eu à nous donner pour l'instant... Tout cela t'octroyant en prime, un style très visuel te permettant d'agrandir ta palette de lecteur jusqu'à l’infini. Le style devient universel. Très accessible...

Tu as perdu en même temps, il me semble, une caractéristique plus romancé et des tournures de styles (peut être ringarde) qui doivent représenter à mes yeux (embourbés de ringardiseries ?) les choses écrites...

Bon, je ne sais pas si tout cela sera clair... J'espère que tu arriveras à te servir de tout ca malgré tout...

Je ne t'aide pas en restant dans du flou, mais j'ai du mal à synthétiser l'ensemble...

Ce com. est long. Pattie va encore râler, et elle à toujours sa règle d'école avec elle... Ca fait mal aux doigts, mais bon... Les coups de règles, quand on aime, on compte pas !...

Sinon, lit le com. de Guanaco deux fois... Une fois c'est de lui, et la deuxième fois ca sera de moi...


De toute façon "Héritage" est du très bon Ninjavert, un de tes meilleurs textes, sans aucun doute...

Bravo !

   Anonyme   
22/12/2007
Très bonne nouvelle. A un moment, j'ai failli la trouver mauvaise mais... en réalité, tu es très doué ! Il fallait juste que je continue la lecture pour comprendre. En fait, c'est le passage pendant lequel Edgar vit ce qui aurait dû se passer si Patricia n'avait pas commis ces meurtres qui m'a trompée. J'ai failli décrocher... jusqu'à ce que je lise "Anna, je ne sais pas, je suis claquée et…". "claquéE" ? Pendant une seconde j'ai pensé à une faute d'inattention. Puis je me suis rappelée que tu étais un mec... puis je me suis rappelée que les textes étaient scrupuleusement corrigés... et au final, j'ai compris, en continuant. Ca m'a déstabilisée, je l'avoue :P

Bref, tout ça pour dire que j'ai vraiment aimé lire cette nouvelle. La scène de l'accident à venir sur l'autoroute est prenante, les descriptions sont brèves mais parlent avec dureté et réalisme.

Bravo en tout cas, je sens que je vais aller voir tes autres écrits, s'ils sont aussi bien, je vais sûrement passer de bons moments !

   Anonyme   
18/1/2008
Comme je n'ai pas encore proposé suffisamment de commentaires je ne peux pas te noter sinon je t'aurais mis 18 !!!
c'est une des premières nouvelles que je lis et j'ai failli en rater mon arret de RER ce qui est révélateur.
je ne suis pas réellement capable de juger l'ecriture mais j'ai passé un excellent moment en te lisant et c'est ce qui compte à mes yeux. Je voyais au fur et à mesure les différentes scènes défiler devant moi et je n'avais qu'une envie; savoir la suite.
Bref, merci !!

   fisoag   
25/1/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'adore ta nouvelle. Bien écrite, très cinématographique avec des personnages en relief. Un petit bémol cependant. Lorsque Patricia pose sa main sur Edgar, elle lui lègue ses pouvoirs, un peu comme un témoin. Il doit continuer le travail de justicier. Il a été choisi. Lorsqu'il retire sa main, il redevient normal, il perd ses visions. A la fin de l'histoire, je trouve qu'il manque un deuxième contact avec Patricia, par exemple, être présent lors de sa mort à la prison pour endosser complètement le rôle. Patricia n'est pas morte, elle vit dans un deuxième corps, celui d'Edgar. Pour cela, il faut un contact physique pour que la magie, les pouvoirs se transmettent définitivement. La première fois était juste une initiation.
Mais ce n'est que mon avis. Félicitation pour ce très bon moment de lecture.

   widjet   
15/2/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Première histoire que je lis de cet auteur. Ca promet !
Captiver en si peu de temps relève de l'exploit. Tout est très bien mis en scène. C'est intense, rythmé, original (même si c'est du déjà vu - DEAD ZONE de David Cronenberg a probablement inspiré NinjaVert ! -)

Un bémol ? Le titre, trop sage, compte tenu....du contenu :-)

Un grand bravo pour ce thriller de bonne facture

Widjet

   Bliss   
14/5/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonsoir Ninjavert (sympa ce pseudo!)
J'ai lu attentivement cette magnifique nouvelle (la première que je lis de toi), sur les conseils de Widjet qui connaît bien mes goûts, j'en suis maintenant convaincue!

Très belle histoire, très poignante à l'évocation de cette ultime vision cauchemardesque, j'ai beaucoup pensé à John Coffey et ses pouvoirs insupportables dans La Ligne Verte (après Dead Zone, encore une comparaison avec le génialissime Stephen King)

J'espère que tu en as écris d'autres de cet accabit...

Bravo!

   Flupke   
22/9/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Impossible de s’arrêter quand on a commencé. Très bien construit. (« An unputdownable page turner » comme diraient les anglophones). Merci de m’avoir captivé. Bravo !

   Maëlle   
26/10/2008
Je ne vais pas noter juste parce que j'ai passé la moitié du texte avec un élément parasite en arrière-plan, ce qui du coup fausse mon jugement.

Cela dit, je me suis prise au jeu, et même si le texte n'est en effet pas très surprenant, il est bien construit. C'est assez cinématographique.
Je trouve que ça manque un petit peu de chair. La première scène, notamment, manque de quelque chose (j'ai absolument pas compris le "quelle classe" avant de lire la description du personnage plusieurs ligne plus tard).
Mais comme tu le dis dans le sujet, l'épure est un choix, avec des qualité et des défaut, et le fait que je trouve que ça pourrait être un peu plus rond n'est qu'une préférence personnelle.

   Menvussa   
16/1/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Superbe et raconté avec brio. J'avais deviné... une partie seulement. mais n'y avait-il d'autres moyens de prévenir ces catastrophes et de les empêcher, bon, c'est vrai, il n'y aurait peut-être plus eu de quoi écrire une histoire. Le policier rentre dans le jeu malgré lui, mais lui, a d'autres cordes à son arc, alors pourquoi continuer de même.

   horizons   
6/5/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
Après ce concert de louanges, je vais vraiment paraître pisse froid mais moi je me suis crue dans un livre de M.Lévy. Exactement les mêmes histoires d'anges gardiens qui se refilent le relais, qui cherchent à infléchir le cours des choses, qui sacrifient des vies pour en sauver d'autres...etc Remarque quand on sait le succés qu' a eu cet auteur avec ses histoires à dormir debout...pas étonnant que cette nouvelle plaise aussi.
Qt au style, il a le mérite d'être simple en effet.
Désolée mais je n'aime pas M. Lévy.

   littlej   
21/10/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
J'ai eu l'impression - assez désagreable - de regarder un épisode de la série "Ghost whisperer" ou bien de "Joséphine, ange gardien".

Ca manque de descriptions, un peu trop de dialogues - qui rajoutent à l'impression de lire un scénario - et trop de détails au niveau de la gestuelle des personnages. Ca semble voulue mais je n'ai pas aimé.

Après bien sûr, la nouvelle est très visuel (trop visuel peut-être à l'instar de "Edgar fait irruption dans le commissariat, et balance son manteau sur la rangée de sièges fixés au mur, face au guichet" ; "Edgar fait irruption dans le commissariat, et balance son manteau" aurait suffis amplement)...mais il y aussi l'oui, l'odorat, le toucher, le goût laissés en marge de ce récit.

Je pense aussi qu'avec cette intrigue, l'écriture d'un roman aurait été préférable avec des virages "scénaristique" un peu plus poussés.

Une imagination très fertile chez l'auteur toutefois.

A la prochaine...

-j-

P.S. : en regardant sur le forum, je viens de découvrir pourquoi j'avais eu l'impression de regarder "Joséphine, ange gardien"...

   placebo   
1/5/2010
 a aimé ce texte 
Bien
salut ninj'
cette nouvelle date un peu et tu t'es amélioré depuis, je voulais juste laisser un petit truc.

l'histoire se lit bien comme d'habitude, mais j'ai eu à la fois du mal à rentrer dans la peau des personnages et à me repérer dans la nouvelle à cause des changements brusques. Peut être y a-t-il un problème de style, de vitesse aussi : j'ai été perdu. il se peut que ça ait été un de tes buts, une séance de visions brusques qui arrachent Edgar et le lecteur hors de la réalité, mais ça m'a un peu perturbé.

bref, plutôt moyen pour moi, d'autant plus qu'il y a une impression de fatalité : elle devait les tuer, il doit les tuer (si j'ai bien compris) d'autant plus qu'on nous parle d'une organisation un peu mystérieuse...
l'idée est bonne, tu as sans doute pas mal bossé dessus (les personnages, les situations), mais ça manque de fignolage je trouve (sur ce que j'ai dit plus haut) et d'émotions.

placebo

le fait de mettre Edgar à la place des ''meurtriers'' potentiels dans les visions est bon, puisqu'il entretient le doute (encore que, pour des lecteurs attentifs, ils devineront rapidement, je n'ai pas compris sur le coup moi) mais ça rend les choses difficiles à lire. pas trop d'idées pour améliorer, c'est juste mon point de vue aussi

   silene   
26/7/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bon boulot, intelligemment construit, bien articulé, et d'un intérêt qui ne se dément pas tout du long. A telle enseigne que le style, qui existe, s'efface totalement devant l'histoire.
Ce genre de construction n'est ordinairement pas ma tasse de thé, mais là, je dois avouer que si on y jette l'oeil, on ne peut plus la lâcher.
Une simple remarque : une fois que le fond de l'intrigue est révélé, je trouve un peu redondant d'expliciter l'histoire de la prison ; peut-être le récit gagnerait-il en légèreté en l'effleurant tout juste, sans prouver.
Mais ce n'est qu'un avis perso.

   Anonyme   
1/1/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une nouvelle qui a d'abord le mérite d'être "construite" : scénario, personnages étoffés, intrigue... Une écriture précise et assez moderne, presque asséchée, je suis sûre que c'est voulu, une écriture sans fioriture. Ce texte cherche à aller droit au but, ce qui est le propre de l'écriture du roman policier par exemple.

Beaucoup de passages dialogués, ce n'est pas chose facile les dialogues, ce qui donne au texte un aspect vivant, plutôt direct, un côté scénario.

Une lecture que j'ai vraiment apprécié.

Ah, pour la petite histoire, je ne peux m'empêcher de citer ce passage :

"- Lieutenant Hanquet, quelle classe !

- La ferme, Sophie ! Dubreuil est dans son bureau ?

- Euh… Oui."

   Cyclid   
27/4/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Nouvelle très captivante! L'attention est habilement retenue, le suspens bien mené. Je ne suis pas une adepte des nouvelles encore moins du genre policier (mêlant surnaturel et crime ce qui est encore plus compliqué) mais quelle réussite! Il faut le dire enfin plutôt l'écrire. Mon commentaire n'ira pas plus loin car je n'ai pas les connaissances "techniques" pour approfondir. J'ai aimé vous lire et c'est déjà pas mal me concernant.

   matcauth   
27/10/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
allez, je me suis calé un petit Juno Reactor pour être en condition Ninjavertesque et je vais continuer mon exploration.


Ce qui est difficile dans ce texte, c'est de ne pas se laisser, comme auteur, dépasser par l'histoire, soit inconsciemment, soit parce que la tentation est trop grande.

il y a dans cette histoire un côté lynchien, une certaine torpeur, sorte de rêve éveillé qui doit aider à nous faire gober le côté science-fiction de l'histoire. Je ne sais pas si c'est un fait exprès où si ça vient naturellement, en tous les cas, cette histoire "flotte", elle n'est pas ancrée, et je trouve ça très important.

et donc la tentation serait grande de laisser le lecteur face aux multiples interprétations possibles : le héros rêve t-il ? passe t-il d'une réalité à l'autre ? d'une niveau de conscience à l'autre ?

mais la fin est solide et ne laisse pas la place aux conjectures, alors que, justement, tout le reste du texte est une sorte de rêve (je ne sais pas si je suis clair), d'où une fin qui m'a parue étonnante. On ne peut pas plaire à tout le monde, si vous n'aviez pas résolu l'énigme à la fin, on vous aurait jeté des cailloux. On en arrive donc aux limites de ce genre de texte, par rapport aux affinités de chaque lecteur face au fantastique. Car, pour ma part, j'aurais aimé que ce flottement laisse la voie à une liste de fins hétéroclites, me laissant dans la réflexion plus que dans le divertissement.

je remarque également ce qu'un autre commentateur a dit et qui est juste.
Et qui, peut-être rejoint ce qui est dit plus haut :
il y a un côté scientifique très prononcé, un côté littéraire beaucoup moins prononcé. De ce fait, la lecture est particulière, on voit de manière trop... visible, le plan qui transparaît, qui suinte des lignes.

aller dans l'efficacité ou dans le lyrique, ce n'est pas une mince interrogation, il n'y a pas de réponse autre qu'une réponse personnelle.

je retiens donc la recherche, le travail du scénario, vous vous inscrivez dans ces gens qui aiment faire des cadeaux, pas ceux qui font un emballage inouï pour planquer un gâteau sec.

je retiens aussi l'écriture, qui ne tombe dans aucun écueil, et Dieu sait qu'ils sont nombreux.

j'apprécie, je suis un peu pareil (mais en bien plus modeste) et cela me fait dire que la conception de scénarios est une voie intéressante.


Oniris Copyright © 2007-2019