Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Fantastique/Merveilleux
pounon : L'ombre d'un doute...
 Publié le 08/01/10  -  15 commentaires  -  17569 caractères  -  70 lectures    Autres textes du même auteur

Le commerce de ombres est devenu lucratif depuis que le Ministère des ombres à décidé de prélever une taxe... Mais l'amour s'en mêle et la belle Ombeline se trouve dans une situation difficile...


L'ombre d'un doute...


L’ombre d’un doute…

Toujours, marcher à l’ombre…


Aujourd’hui, quelqu'un a marché sur mon ombre. Je crois que c’était un malfaisant, car il est venu par-derrière, sans attirer mon attention, en marchant doucement sur le sable, et a posé le pied dessus. Je l’ai bien senti.


Je dormais ou plutôt somnolais sous mon parasol dont l’ombre était censée me protéger des prédateurs. En effet, avoir son ombre dans l’ombre d’autre chose vous protège des agents du ministère des Ombres.


Bref, ce salopard a tenté de me voler mon ombre pendant ma sieste. D’autres essaieraient de vous voler votre serviette de plage ; lui, c’était mon ombre. Comme la terre avait tourné depuis mon installation sur le sable, mon ombre dépassait un peu de l’ombre du parasol.


Vendre une ombre au marché noir peut rapporter gros depuis que des petits malins ont découvert la vertu thérapeutique de l’ombre.


En effet, ceux ou celles qui avaient la chance de vivre dans l’ombre des stars se voyaient transformer physiquement et progressivement à l’image de la star.


Fini les liftings et les cures d’amaigrissement. On se transformait gentiment. Il fallait seulement de la patience.


N’allez pas chercher plus loin si vous voyez avec étonnement une cohorte entourer les stars. Ces parasites vivent dans leur ombre.

Le pire ce sont les agents du ministère des Ombres. Comme les recettes de l’État sont en baisse, ils chassent les ombres et taxent les citoyens qui les laissent traîner n’importe où. La meilleure période de la journée est le coucher du soleil quand les ombres s’allongent. À midi, on ne risque pas grand-chose ; pas plus que ceux qui « tiennent les murs » dont l’ombre colle au mur.


Les jours de pluie ou par temps couvert pas de recette possible. C’est pourquoi les régions pluvieuses et brumeuses sont les plus prisées. Les noctambules ne risquent rien s’ils évitent les lampadaires.


Bref, la vie devient vite infernale dès que l’on se déplace à pied pour satisfaire le ministère de l’Écologie. Le vélo est une bonne alternative, car il est difficile de séparer l’ombre du cadre de son propriétaire.


Le pire est de se faire voler son ombre ! C’est ce qui a failli m’arriver.


Sans votre ombre, vous êtes un type fini, non taxable, transparent.


Essayez de parler à quelqu’un sans votre ombre, vous n’aurez pas de réponse ; il ne vous voit pas. Vous n’avez plus qu’à voyager la nuit. Tout le monde est gris (comme les chats).


Que deviennent les ombres volées ? Eh bien elles sont vendues ou échangées afin de se refaire une silhouette. Une grosse contre une fine, un beau profil contre un profil tordu, etc.… Petit problème, dans le cas de l’échange, il vous reste une ombre dont personne ne veut sauf… le ministère de la Guerre !


Celui-ci recycle les ombres ! Il les passe au broyeur pour les formater selon ses critères : résistance, férocité et docilité. Son armée est invincible.


Essayez, pour voir, de tirer à la Kalachnikov sur une ombre ; les balles passent à travers. Même Duky Luc n’a pu y arriver.

Le ministère de l’Intérieur est lui aussi demandeur pour juguler les banlieues. Les commandos de l’Ombre entrent en action et étranglent proprement les agitateurs qui brûlent les bagnoles.

Le ministère de L’Écologie qui, lui, fournit les cocktails Molotov voit son plan carbone partir sans fumée. Plus de voitures plus de pollution !


D’ailleurs les gens importants, pour ne pas être taxés sur leur ombre, ne se déplacent qu’en voiture qui d’ailleurs ne risque pas de brûler, car ils sont bien protégés par les ombres du ministre de l’Intérieur : le célèbre Markoski qui marche plus vite que son ombre.


Qui la lui prendrait me direz-vous ? Personne n’en voudrait ! En tout cas pas moi puisque la mienne me convient parfaitement, bien qu’un peu usée.



Dernièrement alors que je faisais mon jogging, j’ai heurté une jolie joggeuse et nos ombres se sont mélangées. Son ombre était délicieusement parfumée et j’ai mis le pied dessus pour en profiter un peu. Elle m’a dit inquiète :


- N’essayez pas de me voler mon ombre, je sais que vous pourrez en tirer un bon prix, mais je travaille au ministère des Ombres en CDD, je deviendrais alors transparente et je n’aurais plus d’emploi.

- Ne craignez rien lui dis-je, je ne suis pas un voleur et de plus vous êtes charmante, voir disparaître votre sourire serait une punition pour moi.

- Monsieur, je vois en vous un séducteur, aussi il faut que je continue ma course. Au revoir !


Il ne restait qu’un faible parfum de son passage. Aussi, je résolus de la revoir à l’occasion. Le plus tôt possible !



La seconde rencontre eut lieu à l’ombre d’un porche. Par hasard… Enfin pas tout à fait, car je l’avais repérée et suivie depuis un moment. Elle me regarda de haut en bas évaluant ma musculature et sourit. Son ombre parfumée était toujours aussi entêtante. Son costume de jogging ne cachait rien de ses formes qui étaient parfaites. Je pensais un moment lui voler son ombre et la tenir à ma merci. De fait, je crois que je devenais amoureux.

Sur ce, le soleil disparut derrière un nuage. Plus d’ombres, celle du porche devenait inutile et je l’accompagnais dans sa course sous un grain, qui mouilla le trottoir.


Au coin d’une rue, nous tombâmes sur un contrôle de police. Il nous fallut exhiber notre carte attestant de la redevance des ombres. Chance, je l’avais sur moi. Ma compagne sortit sa carte du ministère des Ombres et eut droit à un salut réglementaire, elle dit :


- Ce monsieur m’accompagne.


J’avais eu le temps de lire son prénom sur sa carte : elle s’appelait : Ombeline… Joli prénom en effet !

Les policiers enregistrèrent les codes-barres des cartes et nous saluèrent avec respect.

Ombeline se tourna vers moi :


- Je crois que je vais continuer seule, je suis dans mon quartier. Merci de m’avoir accompagnée.


Cela fait un mois que je ne l’ai pas vue. Elle a changé son parcours et je ne sais pas où elle loge. Sûrement un endroit chic, car pour travailler au ministère des Ombres, il faut être pistonné.


Moi je traîne ma misère au chômage en alternant des petits boulots : vendeur de journaux pour allumer le feu. Le papier est devenu rare et je ramasse les journaux gratuits dans la rue pour les revendre au poids ; brancardier dans les hospices de vieux, ils ne sont pas trop lourds et mon dos ne souffre pas trop ; porteur de pancartes favorables aux ministres en déplacement (bien payé) ; arracheur d’affiches électorales de l’opposition (un peu risqué) ; mais pas gigolo, je suis trop vieux pour ça.

Pour m’occuper un peu la plage au soleil et surtout ne pas se faire voler son ombre.


Je bricole aussi un peu, et dernièrement j’ai mis au point une canne à poinçonner les ombres. Je me mets dans l’ombre de quelqu’un, je pose l’extrémité de ma canne vers un bord, j’appuie discrètement et j’obtiens une belle découpe ronde comme à l'emporte-pièce. C’est indolore et le trou se comble aussitôt. Le soir, je vide l’extrémité de la canne et j’ai une pluie de gros confettis que je range dans une boîte.


Pourquoi collectionner des gros confettis de la même couleur me direz-vous ? C’est simple, ils ont une odeur !


Par exemple, le confetti d’un évêque a une odeur de sainteté. Celui d’Ombeline un parfum étourdissant qui m’envoûte et dont j’ignore le nom. Celui d’un actionnaire, la naphtaline. Celui d’un trader de l’argent. Il y a des odeurs repoussantes, mais je n’en dirai pas plus. J’adore les confettis d’ombres de femmes, ils sont tous parfumés ; si elles habitent les beaux quartiers évidemment.

Ce que je veux faire de ma collecte ? À vrai dire, je n’en sais rien ; comme tous les collectionneurs d’ailleurs ! Je crois que c’est le fait de voler quelqu’un qui m’excite ! Je suis un peu pervers, d’autres diront que je suis fou ! C’est possible.


Je cherche toujours Ombeline.


Je sillonne les rues, car je me suis acheté (au noir) des rollers. J’ai cru l’apercevoir et mon cœur a sauté dans ma poitrine. Dans mon émotion, j’ai embrassé un poteau indicateur qui se trouvait devant moi et je l’ai perdue de vue. J’ai récolté une bosse au front. Bien fait pour moi !


En fin d’après-midi, cette fois je la retrouve. Je viens de faire un demi-cercle avec mes rollers juste devant elle. Elle a l’air contrariée :


- Ne restez pas là, je ne veux plus vous voir. Vous êtes un loser, fiché au ministère des Ombres. Vous allez me compromettre.


Elle est si belle dans le soleil avec son ombre qui s’allonge jusqu'à moi. Je lui dis dans un souffle :


- Je reviendrai, je ne vous lâcherai pas.

- Partez la police arrive ! Ils me surveillent.


Les « milichiens » sont là, mais sans rollers…

Cette fois je dois partir.


Assis dans ma cabane de jardin que je squatte, je médite : si j’enlève mon ombre, je deviens invisible et comme je n’ai pas de travail je ne risque rien, sauf avec les chiens policiers. Ceux-là ont un flair terrible. Je roule mon ombre soigneusement et je la cache sous le toit.


À toutes fins utiles, je mets dans ma poche une poignée de confettis d’ombres et je glisse la boîte sous le plancher de « ma » cabane.

En fait, je ne squatte pas vraiment cette cabane. Je rends service à un retraité qui a bien du mal à passer son motoculteur. Je surveille aussi les pillards éventuels qui se manifestent la nuit. Ils se sont fait voler leur ombre, n’ont pas de travail, ont souvent faim alors ils volent des légumes. Je dois les empêcher. Je fais l’épouvantail.


Moi je me nourris un peu sur le jardin. D'ailleurs, je l’entretiens. J’émonde les tomates, cueille les haricots qui sont à point, je tue les limaces et je l’arrose. Mon logeur est content, il me confie une clé du cadenas de la cabane. Je suis devenu végétarien et fin comme un haricot vert.


Invisible je sillonne les rues à la recherche d’Ombeline, j’évite les « milichiens » et fuis leurs chiens. Je me demande combien d’autres dans ma situation circulent dans la ville ? D’après la rumeur, ils seraient plutôt dans les bois. Personne ne sait ou ne veut pas savoir !


En tout cas dès que les « milichiens » avec chiens en coincent un, ils l’affublent d’une ombre synthétique qui sent la merde et l’envoient en centre de rétention, histoire de se dorer au soleil. C’est ce qui se dit ! On les nourrit c’est déjà ça.


Je me décide à rôder vers le ministère des Ombres pour apercevoir Ombeline à l’heure de la sortie. Je la vois, elle sort par la grande porte en bronze qui pèse des tonnes. Elle discute quelques secondes avec un type chauve et moche, puis part à pied seule.


Je n’ose m’approcher, car j’aperçois deux « milichiens » avec chien et qui la suivent sans en avoir l’air. Ils patrouillent en sifflotant.


Enfin, je vois la porte de son domicile. C’est bien une demeure bourgeoise. Je me propulse sur mes rollers et j’arrive en même temps qu’Ombeline pour me glisser dans la porte. Je suis dans son parfum. Dans le porche d’entrée sans concierge, je la coince par le bras et lui mets la main sur la bouche. Elle essaie de me mordre la main alors je l’embrasse sur la bouche en disant : « C’est moi ! »


Elle va tomber dans les pommes, aussi je la soutiens, et je glisse sous mes rollers des confettis d’ombres pris au hasard dans l’une de mes poches. Elle va me voir c’est sûr ! Elle me voit, le regard terrorisé ! Va-t-elle crier ?

Elle poussa un soupir :


- Je ne sais même pas votre nom monsieur le loser ! dit-elle.

- Mon nom est Personne ! Arthur Personne.

- Vite, suivez-moi, les chiens sont derrière la porte, ils ont senti votre odeur, et les policiers ont tous les codes d’ouverture.

- Je vais les calmer un moment ! J’ai ce qu’il faut dans ma poche.


Et de répandre aussitôt une poignée de confettis à odeurs multiples.

Elle me prit par la main et m’entraîna au fond du couloir pour déboucher dans une cour et ensuite un autre couloir dont la porte donnait sur une rue.

Dans l’entrée, les chiens tournaient en rond, inutilement, au désarroi des « milichiens ».


Je l’implorai du regard et la suppliai :


- Venez avec moi, je vous aime. Nous vivrons dans les bois où dans ma maison de jardin, nous mangerons des légumes frais. Ce sera bon pour votre santé.

- Vous êtes un utopiste. Je ne vous suivrai pas. D'ailleurs, ceci est trop bouleversant pour moi. Adieu Arthur !


Elle claqua la porte derrière elle et je me retrouvai seul dans la rue.

Toujours invisible je décidai de rentrer dans mon abri de jardin. Les quelques chiens rencontrés furent dissuadés par mes confettis et j’arrivai à destination sans accrocs.


Les jours qui suivirent, je m’occupai à faire de la confiture de mûres sur le réchaud à gaz de mon logeur retraité. Il allait avoir quelques bocaux à emporter.


En touillant la confiture, j’avais réfléchi à mon avenir. En utilisant mes talents d’invisibilité et de brouillage de piste, je pouvais devenir un cambrioleur aussi célèbre qu’Arsène Lupin. On ne trouverait ma trace dans aucun fichier puisque mon nom est Personne. Sauf au ministère des Ombres. Serai-je protégé ?


À moins que je ne devienne fou d’amour évidemment.

Ombeline, viens me retrouver dans ma cabane de jardin !

Je cultive aussi des fleurs. De lupins précisément.


Maintenant, l’automne arrive. Je me demande ce que je vais manger à présent. Des conserves probablement ! Mon logeur est arrivé aujourd’hui avec une nouvelle acquisition. Comme beaucoup de retraités, il achète ; car cela peut servir… un jour !


Cette fois, il s’agit d’un souffleur aspirateur, pour les feuilles mortes à ce qu’il dit. Il en fait la démonstration illico. Il faut d’abord souffler, monter un petit tas et ensuite aspirer. Enfin, vider le sac sur le compost. Seulement, son truc qu’il porte en bandoulière et qui dispense du râteau produit un bruit d’enfer. Ce n’est pas très écologique, mais tout le monde en veut. Voyez par exemple les employés municipaux en veste jaune qui constituent des petits tas. Ils sont pourvus d’un casque sur les oreilles.


Nous nous amusâmes à récolter les feuilles des arbres fruitiers tombées dans les allées ; puis le vacarme fini nous discutâmes de mon avenir autour d’un thé à la menthe cueillie dans le jardin : « Tu crois que tu vas tenir le coup, l’hiver arrive », dit John ; car il s’appelle John.


Il est un jardinier émérite comme on dirait dans l’ex-URSS. Il a hérité de ce lopin par sa mère qui elle-même le cultivait pendant la dernière guerre où l’on mangeait des rutabagas.

John est le fils naturel d’un GI, qui aimait le jardinage et la belle jardinière, qui lui apprit l’art de cultiver son jardin.


- Mon cher John prête-moi encore ta cabane juste pour dormir c’est mieux que des cartons dans la rue. Je vais m’embaucher dans un restaurant chinois et je mangerai les restes de pâtes. J’irai au Secours Populaire pour demander une doudoune ; je voulais me rassurer. Et puis il fallait bien que je puisse ranger mon ombre sous le toit de la cabane, quand le besoin s’en ferait sentir, et aussi cacher la boîte à confettis.

- Comme tu veux, reste et protège mon matériel. Garde la clé du cadenas.


En rangeant l’appareil à feuilles, germa une idée. J’allais me dissimuler en ramasseur de feuilles municipal et me poster à côté du passage des employés du ministère des Ombres. Mon plan serait machiavélique ! Il fallait profiter de l’automne et de la langueur de fin de saison quand les ombres s’allongent.


Le travail paraissait immense ; des feuilles partout. Je me confondis dans la masse après avoir subtilisé une casaque jaune dans une voiture en stationnement dont une porte n’était pas verrouillée. Je ne possédais pas de casque et faillis me faire repérer par le chef qui me fit signe d’approcher pour m’en fournir un. Il m’apostropha :


- Alors et la sécurité ! Tu es nouveau, cela se voit ; demain n’oublie pas ton badge !

- Oui merci ! formulé d’un air idiot, ce qui n’eut pas l’air de le surprendre bien que je supputais qu’il y eut des bacs + 5 parmi les ramasseurs.

- Présente-toi demain au camion.


Je tournai les talons pour construire mes petits tas. Je n’étais pas loin de la sortie du ministère des Ombres et je craignais qu’Ombeline me reconnût. Des pas s’approchaient en craquant dans les feuilles encore éparses. Une ombre passa vers moi ; je poussai l’interrupteur et hop ! Je passai en aspiration juste sur l’ombre.


L’autre, ne s’aperçut de rien et devint transparent en trois pas.


Seul le craquement des feuilles indiquait sa progression.

Je continuai ma collecte et bientôt j’eus à ma disposition une dizaine d’ombres. Le moteur connut des ratés et commença à chauffer. Je coupai le contact, puis le remis. Il me fallait filer d’ici. J’aspirai mon ombre. Je coupai à nouveau le contact et rentrai chez moi invisible. Enfin, dans la cabane de John !


Je fis l’inventaire ; des ombres étaient froissées et je dus les glisser sous mon matelas pour les remettre à plat. Je récupérai la mienne non sans mal, car coincée à l’entrée du moteur.

Je sortis un vieux fer à repasser solaire et j’enlevai les plis.


Demain, je porterai dans un vieux carton à dessin, les ombres collectées au ministère de la Guerre. Ces gens-là paient bien et ne posent pas de questions. C’est tout ce qui m’intéresse !


Un conseil, si vous croisez un ramasseur de feuilles un soir d’automne.

Fuyez ! Fuyez !

Ne laissez pas traîner votre ombre…


J’ai encore collecté des ombres du ministère des Ombres que j’ai à nouveau revendues au ministère de la Guerre. Je me suis fait un joli pactole pour partir en vacances dans les îles Sous-le-Vent, car je vais enlever Ombeline, c’est décidé…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   ANIMAL   
3/1/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Une histoire décalée, un texte plein de clins d'oeil (parfois un peu trop clichés, ex : Ducky Luc, milichiens) servi par un style simple qui se lit facilement.

J'aurais aimé que l'auteur aille plus loin dans le délire pour décrire ce système totalitaire, que ce soit dans le fond ou dans la forme. Le traitement est un peu trop plat pour servir le propos.

C'est au moment où le héros ne veut plus être un looser que l'histoire s'arrête et c'est dommage.

Des idées mais un potentiel à développer pour rendre l'histoire plus attractive.

   Bidis   
3/1/2010
 a aimé ce texte 
Bien
C'est bien écrit, à part "bien que je supputais" au lieu de "bien que je supputasse". Deux trouvailles ("milichiens " et "bacs + 5").
Mais ce texte ne m'a ni accrochée, ni amusée.
Le surréalisme est un genre très difficile et, pour ma part, je serais bien incapable de m'y frotter. Pour que cela fonctionne, je crois qu'il faut un lien plus fort que je ne le vois ici avec la réalité. Je crois qu'il faut faire appel à l'inconscient, cette partie immergée de l'esprit, à la manière de l'iceberg, beaucoup plus importante que la partie "conscient". Je conseille à l'auteur de s'inspirer de récits de rêves de façon à pouvoir embarquer son lecteur dans une histoire plus "scotchante".
Pour l'écriture : très bien +
Pour le fond : moyen -

   colibam   
3/1/2010
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
L'idée de fond de cette nouvelle est originale. L'auteur nous embarque à la découverte d'une société étrange dans laquelle chaque personne vit pour, grâce et avec son ombre. Ceux qui ont la malchance d'en être démunis sont considérés comme des parias. Le narrateur nous entraîne dans des situations souvent loufoques avec un humour sous-jacent.

Le style employé est simple et le rythme régulier mais malgré l'originalité du sujet et de certaines inventions (la canne à poinçonner les ombres par exemple qui permet à son possesseur de collectionner des portions d'ombres dont le parfum révèle le caractère de leur propriétaire), je ne suis pas parvenu à décoller. Le texte souffre d'un excès de banalité, d'un manque d'audace. Le final est par ailleurs très convenu.

J'ai enfin relevé quelques changements de temps inopportuns et des répétitions (le mot « ombre » est par exemple répété 11 fois dans les 8 premières lignes).

Je suis donc plutôt déçu car avec une telle idée de fond, il y a matière à pousser sa plume vers l'exotisme, le fantastique, le thriller, le merveilleux ou la SF.

   Maëlle   
4/1/2010
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai relevé pas mal de problème d'écriture, mais je n'avais pas envie de lâcher cette histoire. Je trouve l'idée formidable et très poétique.

quelques exemple de truc qui bidouillent (pris au hasard, je n'ai pas relevé en lisant):
énormément de répétition du mot "ombre", mais j'ai pas d'alternatives
"En effet, ceux ou celles qui avaient la chance de vivre dans l’ombre des stars": j'aurais mis un présent de généralité
"Pourquoi collectionner des gros confettis de la même couleur me direz-vous ?": manque une virgule
'Mon cher John prête-moi encore ta cabane juste pour dormir c’est mieux que des cartons dans la rue. ': manque des virgules
"Assis dans ma cabane de jardin que je squatte, ": la cabane, non?

Il y en a comme ça une quinzaine qui m'ont fait tiquer à la lecture (je ne les retrouverais pas tous). C'est dommage...

   florilange   
8/1/2010
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai trouvé que la 1ère partie, jusqu'à la rencontre avec Ombelline, était excellente, malgré la répétition du mot "ombre" car, en effet, moi non + je ne trouve pas d'autre mot.
Ensuite, l'idée se dilue 1 peu avec le fantastique, c'est dommage. La chute n'est pas terrible non +.
Mais j'aime bien le style, simple au possible, comme si tout cela était normal, ce qui donne 1 sorte d'humour malicieux.
J'aime aussi l'idée, très originale, sans l'ombre d'1 doute.
Florilange.

   Anonyme   
8/1/2010
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
des idées interessantes autour des ombres, des confettis, et des odeurs ..
Mais j'ai l'impression que l'histoire se cherche entre fantastique (les ombres etc.;), du romanesque (ombeline) et du réalisme (le chomage)..et rien ne décolle vraiment...tout semble éffleuré...
et est ce une histoire, on dirait davantage une ballade ...on se demande où le narrateur veut nous emmener ...
L'écriture est agréable mais cela manque de piquant ...
Bonne continuation

   shanne   
9/1/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,
J'ai passé un agréable moment, j'ai bien ri. Pour moi, une bonne critique, vous n'existez pas vraiment et même votre ombre ne doit pas être présente, surtout si vous n'avez pas de titre, en haut de l'échelle, oui, c'est permis mais seulement en cet endroit, sinon, vous devez devenir invisible et surtout gardez vos rêves pour vous, ne faites pas d'ombre...

   Anonyme   
9/1/2010
 a aimé ce texte 
Un peu
Je suis mitigé à la fin de cette lecture particulière que je ne qualifierai non pas de merveilleuse mais d'humoristique.

Cette histoire d'ombres est dénuée de logique en effet, et parfois scabreuse, cependant j'ai bien aimé la lire.

   MissGavroche   
10/1/2010
 a aimé ce texte 
Un peu
Impossible de rentrer vraiment dans cet univers, est-ce la répétition parfois un peu lourde du mot "Ombre" des premières lignes? ou simplement parce que l'univers décris n'est pas, par moment assez décalé?
Cependant l'idée est originale il faut à mon sens perseverer pou rmaîtriser ce style si particulier et difficile

   xuanvincent   
10/1/2010
 a aimé ce texte 
Bien
(Après une lecture rapide) Merci à l'auteur pour cette nouvelle dont le thème m'a plu et qui m'a amusée.

Le texte m'a paru dans l'ensemble bien écrit. Le début et la chute notamment m'ont semblé assez réussis.

. "le ministère des ombres" : j'ai apprécié cette expression.

Bonne continuation.

PS : Il s'agit là d'une des nouvelles que j'ai préférées, surtout pour le thème, de l'auteur.

   Perle-Hingaud   
12/1/2010
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,
J'ai eu envie de laisser un commentaire sur ce texte attendrissant. Oui, je trouve qu'il y a une grande tendresse envers ce personnage marginal au pays des ombres. Une imagination fertile, pointilleuse, poétique. Je suis particulièrement séduite par les confettis d'ombres. J'ai moins aimé le ministère des ombres, j'ai pensé à Harry Potter... Je trouve par contre que l'écriture souffre de quelques faiblesses, parfois l'idée est peut trop répétée, et certains jeux de mots m'ont paru lourds dans le contexte (milichiens, markoski, arsène Lupin et les fleurs "lupin").
Reste tout de même une lecture bien agréable,
Merci.

   veldar   
13/1/2010
 a aimé ce texte 
Bien
Merci à l'auteur
Première remarque
"pas plus que ceux qui « tiennent les murs » dont l’ombre colle au mur. " répétition de mur mais je précise que la répétition du mot ombre accorde au texte un côté Devos qui a son charme.

Quelques défauts de ponctuation mais une écriture agréable qui porte une histoire amusante, de jolies fléchettes décochées ici et là, une imagination fertile, une histoire gentillette. Un gag éculé, mais qui fait toujours rire, (la bicyclette)

Sauts intempestifs entre présent passé simple et ce "bien que je supputais" qui vaudrait bien un "bien que je supputasse"
Une histoire sympathique.

   Anonyme   
14/1/2010
 a aimé ce texte 
Un peu
De l'idée vraiment pour une histoire plutôt comique mais quelques petites choses m'ont gênée et qui m'ont empêché de profiter vraiment :

"Celui d’Ombeline un parfum étourdissant qui m’envoûte et dont j’ignore le nom" la fin de la phrase me laisse un peu perplexe.

Deux ou trois problèmes de temps aussi.

Rien de méchant cela dit. Voilà, donc ça, c'était pour la forme.

Concernant le fond: j'aurais juste un regret.
Je suis sûre qu'il y a avait moyen d'aller encore plus loin dans le décalé.

Bonne continuation à l'auteur en tout cas.

   placebo   
22/2/2010
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Je ne sais pas si l'idée est originale, j'ai lu trop peu de nouvelles pour en juger, mais elle m'a bien plu. Il y a un véritable effort d'explorer le monde des ombres autant par les expressions que par un inventaire de toutes les conséquences possibles, mais comme cela a déjà été dit, l'ensemble mériterait un peu de travail supplémentaire. Je me suis notamment embrouillé un peu vers le milieu du texte.

Le style m'a un peu surpris, plus vers la fin. Les sauts de paragraphes y sont peut être trop abusifs. certes il y a une fluidité qui en découle, mais elle est à l'image du texte: on papillonne. L'action est longue à se mettre en place, c'est un peu dommage je trouve, et la fin un est brève.

Il y a quelques problèmes de style, j'en relève deux: ''Personne ne sait ni ne veut savoir'' (pas de négation supplémentaire), et ''je me fondis dans la foule'' (je trouve cela mieux que confondis)

Les idées de rapprochement avec l'actualité (écologie, taxe carbone) sont louables.

   Anonyme   
20/2/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'est vraiment une histoire originale, j'ai bien accroché dès le début. Et lorsque les deux ombres se mélangent, la description de son odeur, presque on pourrait y goûter. La répétition du mot ombre montre bien son obsession, ce qu'il doit faire ce qu'il doit éviter pour ne pas finir transparent.
C'est vraiment un chouette histoire qui mérite d'être approfondie et prolongée.


Oniris Copyright © 2007-2020