Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Science-fiction
Shepard : Aliénation
 Publié le 09/05/18  -  9 commentaires  -  9390 caractères  -  70 lectures    Autres textes du même auteur

Unheimlich.


Aliénation


L'éveil


Je suis soumis à une langueur doucereuse. Je ne me souviens plus pourquoi. Les autres me tournent autour, sans oser me toucher, ils m'observent comme une curiosité, une attraction intrigante et inquiétante. Ce n'est pas plus mal. Avant, j'étais celui qui recevait la curée dès que quelque chose allait mal, ils me battaient jusqu'au sang, parfois même me mordaient sauvagement. Ce répit me permet de faire une découverte frappante : mes congénères sont tous tatoués sur le côté de la tête. Impossible de me rappeler si cela a toujours été ainsi ? Les marques sont dénuées de signification ; dKO, fe ou fefe. La nausée m'emporte et je perds conscience sur le sol froid.


Remis d'aplomb par le sommeil, je parcours la pièce aux murs lisses, préférant rester dans les coins afin d'éviter le regard des autres. Je me sens si différent, je ne saurais expliquer pourquoi ni comment, mais je vois des choses. J'entends par là que ma compréhension s'est accrue. Premièrement, par la réalisation que nous sommes de façon évidente dans un piège ou une prison. Ensuite, que mes semblables, inconscients, vivotent sans même y prêter attention. Au moment même ou j'y pense, ils s'affrontent encore dans un pugilat sans fin. Je détourne le regard pour en contempler un autre manger ses propres déjections, dans l'ombre. Un fou. Ils me dégoûtent. Pourquoi l'absurdité de cette situation m'est-elle claire à présent ? Je ne sais pas ce que l'on m'a fait.


Xbp1-3


Récemment, un nouveau est arrivé dans la cellule, échangé contre deux fe emportés par les geôliers. Il souffre et tente de contrôler sa respiration pour limiter la douleur. Des fils noirs parcourent l'arrière de son crâne. Son tatouage indique Xbp1-3. Je m'approche de lui, le regarde de biais alors qu'il peine à garder les yeux ouverts. Un éclat dans son regard m'interpelle. Il me jauge. Je m'empresse de chasser les observateurs abrutis, en particulier un dKO agressif que je mate avec brutalité. Ma force a grandi, mes réflexes également. Les autres fuient sans demander leur reste.


Xbp1-3 récupère rapidement, comme moi. Il est conscient et capable de communiquer. Contrairement à nos congénères, il ne cherche pas le conflit mais la compréhension. C'est un soulagement de trouver un égal. Pour lui, nous sommes effectivement détenus, nous échangeons sans y trouver un pourquoi satisfaisant. Il me fait remarquer que je suis tatoué, Xbp1-1. Nous devisons des plans d'évasions... Une cause vaine car il n'y a aucune issue, les murs de la cellule s'étirent jusqu'au ciel et les geôliers fondent de nulle part pour nous enlever à leur bon vouloir. Leur pouvoir paraît sans commune mesure.


Tant-en-un


Cette fois, les geôliers sont venus pour Xbp1-3 et moi. Nous n'avons pas lutté, cela n'aurait engendré que du regret. J'ai vu les idiots de dKo tenter de se défendre, se faire attraper à la gorge et couiner comme des minables. Lorsque nous sommes dans les airs aux mains de nos ravisseurs, je prends conscience de l'immensité de notre prison, un dédale monstrueux de cellules placées les unes à côté des autres. Je me sens insignifiant, désemparé face à la structure aberrante.


Des Xbp1 peuplent notre nouveau compartiment, une nette amélioration après la cohabitation avec les autres sauvages. Le plus impressionnant d'entre eux est Tant-en-un. C'est un ancien, il dit avoir parcouru les cellules depuis cinq générations. Il nous conte un récit pour le moins sordide...


« Maintenant que vous êtes regroupés, les geôliers vont vous lâcher dans le labyrinthe et ses pièges. Je l'ai enduré moi-même quand j'étais une jeune tête comme vous ! Mais ce n'est rien en comparaison de ce qui vient après. Ce souvenir est gravé dans ma vieille caboche et pourrit mon existence de sa saveur putride... Ils vous emmèneront dans une autre cellule, la dernière, aux murs invisibles mais bien réels, et un par un ils vous jetteront dans une petite chambre. Une souffrance abominable vous sciera les tripes jusqu'à la mort, vous en crèverez en gigotant dans votre merde. Ensuite, vous serez retournés de l'intérieur vers l'extérieur et disloqués en morceaux. Je me suis imprégné de chaque détail inimaginable avec une fascination morbide, jusqu'à ce qu'ils vous prennent la cervelle et jettent votre crâne évidé avec les autres sur un pilier d'os, de chair et de sang.


Et pour une raison qui me tourmente, alors que j'étais le dernier au fond de la cellule, alors que j’attendais mon tour, ils m'ont ramené ici. Depuis, je vois passer chaque génération qui ne revient jamais. »


Tant-en-un dispose de facultés bien au-delà des autres, il sait et perçoit. Je m'abreuve de ses connaissances mais son caractère fataliste use ma patience. À force de rester avec lui, je remarque qu'il boite malgré ses efforts pour le dissimuler. Je dois longuement insister avant qu'il ne cède, courroucé, à une nouvelle histoire.


« Je vois bien, j'étais comme toi, tête jeune. Tu crois qu'il existe une solution, un remède ? Bien sûr que j'ai essayé de m'échapper ! À la seconde génération de Xbp1, les geôliers m'ont renvoyé dans le labyrinthe, et j'ai trouvé une faille, un trou, un passage que je n'aurais pas dû emprunter, qui m'a conduit quelque part, dans une strate sombre et inférieure, loin du ciel. Mais j'ai chu et me suis brisé l'os, ils m'ont alors retrouvé et depuis je moisis ici. Non, il n'y a aucun moyen de partir, tête jeune. »


L'ancien a donc perdu sa chance. Il suinte l'amertume et souhaite condamner tous les autres avec lui. Je ne compte pas rester ici.


Le labyrinthe


Je m'élance dans l'inconnu. Des tunnels se séparent dans les ténèbres, étroits, secs et râpeux. J'explore, les sens aux aguets. Empruntant un énième détour, me voilà dans un passage plus large. Un kaléidoscope de lumières brille sur les côtés. Fasciné par l'éclairage, je ne prête pas attention à la sonnerie qui retentit. Comme pour punir ma distraction, une violente décharge me traverse, le choc me fait bondir ! Je bats en retraite au plus vite et jette un regard de loin. Le son s'est arrêté. Je m'approche et ça recommence. Anticipant le piège, je recule. Après un long silence, je me précipite mais une nouvelle décharge frappe l'allée, m'envoyant contre une paroi ! Les muscles serrés par la douleur, j'entends le bruit s'élever encore mais je n'arrive plus à bouger. À la fin du son, rien ne se produit. Mon esprit étourdi essaye d'organiser une logique dans les événements... Les lumières, elles, elles changent ! Le bruit n'est qu'un leurre. À force de patience, je retrouve la séquence lumineuse qui m'a épargné et traverse sans encombre. D'autres épreuves, toutes basées sur l'observation, s'enchaînent, mais les solutions me paraissent maintenant évidentes.


Je redoute la fin du labyrinthe, l'histoire de Tant-en-un enracinée dans ma tête. Une faille ? Je cherche mais je ne vois rien. Au bout d'un boyau sans issue apparente s'ouvre une trappe accessible par une longue montée, inondée de lumière blanche : la sortie. Lorsque je m'engage, je détecte un renfoncement sur le côté de la pente, je n'y aurais jamais prêté attention sans inspecter activement pour une alternative. Je me glisse dans le canal et me contorsionne pour ramper dans un tuyau étroit, sans possibilité de faire marche arrière.


Algernon


La lumière est absente des strates inférieures. J'ignore où je me trouve. Après mon évasion, les geôliers ont arraché jusqu'aux murs pour tenter de me rattraper. Je me suis alors terré dans une conduite encombrée de fils et de câbles en espérant le calme. À présent, j'erre dans les ombres, guidé par des grattements, des vibrations, je me perds. Succédant à la peur, arrivent la faim et l'épuisement. Pourtant je ne peux me résoudre à m'arrêter, il faut que je descende toujours plus profondément, loin des geôliers.

Je découvre de nouvelles places, noires et humides, rassurantes après avoir vécu si exposé. L'exploration de ces terres inconnues soulève plusieurs questions au sujet de mon univers. Est-ce l'extérieur de la prison ? Suis-je toujours sur le territoire des geôliers ? En absence de référence, le doute constitue l'unique constante de mes réflexions. Je ne sais combien de temps mon voyage halluciné dure, mais mon corps s'arrête de lui-même et s'affaisse contre une paroi. Un bruit de course m'enlève à la torpeur. Invisible dans la pénombre, une silhouette me percute de plein fouet et grogne. Avant qu'un conflit n'éclate, je m'identifie. Il ricane lorsqu'il comprend que je suis un Xbp1, tout comme lui.


En partageant le chemin, il m'explique que j'ai besoin d'un nom. Un concept que j'avais abordé avec Tant-en-un sans en saisir l'utilité. Il se présente comme Dashurin, un rôdeur très bavard. Je suis le bienvenu dans sa communauté. La colonie est construite dans un renfoncement, au long d'une canalisation chaude recouverte d'une mousse grise. L'introduction au groupe se déroule sous une foule de regards attentifs et curieux. Cet endroit sera donc ma nouvelle maison ? En détaillant les lieux je ne peux m'empêcher de ressentir un malaise. Est-ce donc ça, la liberté ? Au fond, ma conscience me persuade d'avoir quitté une prison pour une autre. Mais pour le moment, je repousse cette pensée et mon nom naît enfin comme une évidence.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Jean-Claude   
16/4/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

Pour l'essentiel, je trouve que tout va trop vite.
Par exemple, les propos de Tout-en-un sont à la fois trop évasifs et trop succincts.
On n'a pas le temps de s'immerger et certaines formulations (le style) me font grincer des dents.
Et je ne comprends pas la partie "éveil" du point de vue d'un premier xbp1, point de vue qu'on ne retrouve plus par la suite puisque tout se passe du point de vue du second xbp1.
Bref, pour moi, il y a de la matière mais elle mériterait d'être développée, un sujet, une histoire, même si elle n'est pas très originale.
Je ressens presque une hâte de finir qui réduit cette histoire à un texte à peine plus développé qu'un scénario, hormis quelques anecdotes qui prennent le pas sur la ligne générale.

Quelques détails entre autres...
"Avant, j'étais celui qui recevait la curée{qui était victime de la curée - plus correct} dès que quelque chose allait mal"
"Et pour une raison qui me tourmente{qu'il ignore, non ? - après, que ça le tourmente, pourquoi pas}, alors que j'étais le dernier au fond de la cellule,"
"je n'y aurais jamais prêté attention sans inspecter{avoir inspecté} activement{inspecté quoi ?} pour une alternative{ce n'est pas vraiment le bon mot}."

Au plaisir de vous (re)lire
JC

   Perle-Hingaud   
24/4/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour,

Ahhh, Des fleurs pour Algernon ! Grand roman...

Bonne inspiration ici, l'écriture est efficace. On saisit vite mais ce n'est pas grave. Par contre, je n'ai pas compris:
- ce que signifiaient les autres tatouages, si je passais à côté d'une référence;
- comment il peut trouver des congénères comme lui échappés, alors qu'il est le numéro 1 a priori (Xbp1-1) ? En relisant le passage du vieux, j'ai pensé qu'il n'était que le premier d'une nouvelle génération de Xbp1, puisqu'il parle de 5 générations... ce n'est pas très clair. Un peu plus de récit m'aurait bien plu.
Malgré ces interrogations, un texte lu avec grand plaisir.

Les Xbp1 finiront-ils comme la souris Algernon ? ou cette fois-ci, l'issue sera-t-elle différente ?

   toc-art   
9/5/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Shepard,

Plusieurs images me viennent immédiatement en tête quand je lis ton texte. D'abord, visuellement, je pense au film Midnight Express. A priori, aucun rapport, mais c'est plus sur l'atmosphère de l'enfermement et la déambulation du héros dans le labyrinthe de la prison avec des pièces différentes où les gens se regroupent selon leur état de conscience ou de rébellion. Ensuite, je pense aussi au mythe de la caverne où le monde qu'on croit voir n'est pas une réalité. Enfin, la référence à Algernon fait le parallèle entre les mésaventures du héros et les recherches scientifiques sur des souris pour améliorer leur niveau d'intelligence.

Ensuite, dans les différents niveaux perçus par le héros, j'avoue que je m'y perds un peu. L'histoire des numéros, tout ça, ça me passe un peu au-dessus, même si je crois comprendre qu'à chaque numérotation correspond un niveau de conscience spécifique. Mais le savoir de l'éclopé m'étonne un peu. S'il n'a pas été confronté à son sacrifice et si personne n'en est revenu, comment peut-il en être conscient ?

Tu l'auras compris, mais tu le savais déjà, je n'ai pas de références dans le domaine de la SF. Là, ce qui m'a plu, c'est d'une part que le texte n'est pas trop long et vu ma capacité à enregistrer des données très loin de mon univers, c'est très bien, et d'autre part, c'est l'ambiance qui se dégage du texte.

Bizarrement, le sentiment de ne percevoir qu'une faible partie de ton intention ou d'être même totalement à côté, loin de me vexer ou de me désorienter, me rend le récit plus intrigant et intéressant.

   Robot   
9/5/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Dés le début dans cet univers carcéral j'ai pensé à un laboratoire ou l'on teste des êtres (peu importe qui et ce qu'ils sont) afin de mesurer leur intelligence. Les sigles correspondraient au niveau atteint. Les moins performants étant incapable d'un bon raisonnement ils sont regroupés et sont analysés, disséqués.
Les meilleurs, ceux qui ont atteint l'objectif, "les xbp" subissent des tests de plus en plus compliqués pour savoir s'ils peuvent encore se dépasser.

La fin, je la vois comme ceci; L'être testé a pu sortir du labyrinthe, il hésite, il peine à croire être libre. Peut-être n'a-t-il pas tort de douter, est-ce un test supplémentaire pour savoir ce qu'il fera de cette liberté ?

Je vous ai donné ma manière de vivre cette SF. Probablement suis-je complétement à côté mais vous avez la preuve que j'y ai trouvé un intérêt certain, même si par moment entre les désignations j'ai eu du mal à me retrouver. Par exemple, je crois peu utile la digression avec xbp3 qui n'apporte pas beaucoup au récit.

   hersen   
9/5/2018
Bonjour shepard,
Même si j'ai beaucoup aimé l'écriture, je ne sais pas sur quel pied danser; Parce que d'une part, je suis dans un élevage de souris de labo, à mon avis, je me suis dit ça à partir de couiner, et les différentes générations, rapides, me l'ont confirmé; J'aime bien mon interprétation (tant qu'à faire, autant se faire plaisir !)

Par contre, je perçois au bas mot trente tonnes de références, je les pressens mais je n'ai aucune idée de ce à quoi elles se rattachent dans le texte;
je n'ai aucune culture SF. ce qui ne m'empêche pas d'en lire et d'apprécier. Mais ici, je me sens trop larguée, la faute à mes méconnaissances, et je me sens prisonnière de mon interprétation à laquelle je ne peux pas donner une dimension plus vaste puisque aller plus loin serait forcément faire fausse route, puisque tout est dans le texte et je ne le vois pas.

Donc ce n'est pas un texte pour moi ! Je ne suis pas assez conditionnée, un comble au vu de mon interprétation :))

   Pepito   
10/5/2018
Bonjour,

Quelques relâchements dans la kriture :
- "Je suis soumis à une langueur doucereuse" (et aussi, peut-être, à l’ISF) … peut-on être « soumis » à une langueur ?
- "une attraction intrigante" me semble redondant par rapport au reste de la phrase et cé pas joli. ^^
- "participer à la curée" ça, je vois, mais "recevoir la curée" … quoi ça y’en a vouloir dire ? Surtout dans le sens utilisé…
- "rester dans les coins afin d'éviter le regard des autres" dans une pièce circulaire, c’est sûr, on ne pourrait pas éviter le regard des autres. ;-)
- "Premièrement, par la réalisation que nous sommes de façon évidente " heingue !
- "vivotent sans même y prêter attention" > "s'affrontent encore dans un pugilat" faudrait se décider (à noter : "encore" + " sans fin") ^^
- " que je mate avec brutalité" que je « toise », non ?
- "sans y trouver un pourquoi satisfaisant" oh putaingue ! et pourquoi pas " sans y trouver de satisfaction" ;-))
- "devisons des plans d'évasions" > " de" , non ?
...

Fond : l'histoire d'Algernon de Daniel Keyes, revue de l’intérieur. Ma foi, pourquoi pas.
Juste que les "perceptions" restent toujours celles d'un animal plutôt court sur pattes. Meme si on est très intelligent, difficile appréhender la notion de "tatouage" par exemple. ^^
... sans parler des lettres et chiffres.

Bonne continuation

   Jano   
11/5/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Enfin je reconnais ta patte, faite de mystère, de scènes dures et d'imagination, le tout servi par une écriture sans faille. Autant ta dernière nouvelle m'avait laissé dubitatif, autant celle-ci m'emporte dans sa noirceur. Car franchement, mis à l'écran ça pourrait devenir un film d'horreur, entre cruels geôliers et détenus proches de l'animalité. Tu campes juste ce qu'il faut d'environnement, de cadre, pour laisser le lecteur construire à sa guise ce monde désespéré. J'apprécie quand un récit ne s'épuise pas à expliquer mais donne les faits directement, c'est comme ça et à vous de vous débrouiller avec ! Rien de tel pour enflammer l'imaginaire, mais il faut tout de même des éléments solides et on les trouve ici malgré la brièveté de l'intrigue que je regrette. Ce sera ma seule critique car au bout du compte on reste en suspend.

   Alcirion   
14/5/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Shepard,

j'ai bien aimé ta nouvelle malgré la fin trop ouverte (une suite à venir peut-être ?).

L'ambiance, au-delà de la référence à Algernon, m'a fait penser à l'esprit de la collection Anticipation de Fleuve Noir dans les années quatre-vingt (qui au milieu de romans "commerciaux", donna leur chance à Pelot, Brussolo, Jeury...) : c'est dark, post-apocalyptique, "cyber-punk" comme on disait à l'époque.

L'écriture est intrigante et maintient bien le suspens jusqu'au bout, le style ampoulé des paroles de l'ancien ne m'a pas choqué, ça convient bien au côté nihiliste et sentencieux du personnage.

Bonne continuation !

   Donaldo75   
18/6/2018
Bonjour Shepard,

L'incipit m'a fait espérer un peu de terreur. A la place, j'ai ressenti une impression de dédale narratif, un début mais pas de fin, presque pas de milieu, juste un labyrinthe. A cet égard, la nouvelle est bien construite. Que puis-je dire, si ce n'est que le contexte est tout sauf humain ?

Quant à l'aliénation, je ne l'ai pas vraiment perçue. Peut-être que le titre est une fausse piste. Je me pose encore la question.

Bref, j'ai l'impression de ne pas avoir compris grand-chose mais c'est bien écrit et agréable à lire.

A bientôt,

Donaldo


Oniris Copyright © 2007-2018