Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Réflexions/Dissertations
Vince : Ebauche d’embauche
 Publié le 31/03/07  -  16 commentaires  -  10413 caractères  -  69 lectures    Autres textes du même auteur

Un entretien d'embauche et quelques réflexions...


Ebauche d’embauche


- Très bien Monsieur… Constant… Tout d’abord merci d’avoir postulé pour cet emploi et de vous être déplacé aujourd’hui.

- Merci à vous de me recevoir…

- Oui… nous aimerions que vous vous présentiez en quelques mots, puis nous verrons de plus près votre CV et parlerons ensuite de l’emploi mis au concours.


J’ai écrit un courrier de trois pages, mentionnant point par point tout ce que j’ai fait. Mon CV regorge d’informations et les annexes ont peine à tenir dans un si petit classeur souple. Tu veux quoi, en plus, l’historique de mes parents, le parcours de vie de mon chat, l’adresse de mon pédiatre quand j’ai eu la rougeole ?


- Volontiers… Comme je l’écrivais dans ma lettre de postulation, j’ai suivi…


Et patati et patata. Toutes les écoles dans cette région où j’habite, un bac, une maturité fédérale, une licence, un brevet. Comme dans Pretty woman, je suis allé jusqu’où on peut aller. D’ailleurs le titre parle de lui-même : avocat… c’est suffisamment difficile à obtenir pour qu’on s’en souvienne. Non, c’est plutôt parce que ça coûte cher d’aller en voir un. C’est ça, on se souvient du prix des choses, ça dénote leur prestige. Si les médecins, les notaires, facturaient moins, ils auraient l’air moins brillants, certainement le reflet de l’argent.


- J’ai ensuite…


Travaillé. Toujours, encore et toujours. S’ils me demandent si j’aime ça, je serai bien emmerdé. Non, décidément non, c’est alimentaire tout ça, sans le montant à trois zéros qui tombe tous les mois sur mon compte, j’aurais certainement oublié d’aller bosser. Ce n’est pas un sacerdoce, c’est juste un boulot. Et le vôtre ne vaut pas mieux que celui que j’occupe maintenant, mesdames, messieurs les recruteurs. À tout le moins quand j’en aurai fait le tour…


- Très bien. Et sur le plan personnel, votre situation de famille ?


Mes grands-parents sont décédés à l’âge de… Faut pas qu’je déconne maintenant. Leurs questions sont débiles, mais allez faire connaissance de quelqu’un sans passer par les lieux communs ! Je suis marié, père de trois enfants. Un sourire sur le visage de Madame la recruteuse… recrutrice… enfin celle qui recrutise, quoi ! J’insiste. Les prénoms. Elle est attendrie.


- Ce travail me permettra de me rapprocher de ma famille, d’être plus présent, car voyez-vous, maintenant je…


Maintenant j’ai un horaire tellement libre que je n’ai même pas l’impression de travailler et je peux passer tout le temps que je veux en famille. Je vis parfois dix heures par jour dans un placard doré qui sent le renfermé depuis trop longtemps. D’autres jours, je pars très tôt, parfois je ne vais pas travailler. J’étouffe et je veux à tout prix me casser de cette tour d’argent qui se dit efficace, alors qu’elle congèle les ambitions et stérilise les idées fécondes. Je veux partir, au plus vite, de peur de sentir comme mon placard, de peur de m’y endormir vraiment. Alors oui, je serai kilométriquement plus près de chez moi, mais je serai surtout plus près de moi, j’aurai peut-être l’impression de servir à quelque chose. L’espace de quelques mois au moins. Avant que la lassitude me reprenne, comme à chaque fois. Alors au fond, je ne lui mens pas, à cette femme attendrie devant ce père qui considère sa famille… Ma famille, c’est mon trésor.


- Je vois que vous travaillez depuis cinq ans chez…


Oui, cinq ans ! C’est vite dit, c’est vite écrit, mais quand on vit ces cinq années-là, on a l’impression de prendre dix ans d’un coup. Monsieur Constant est constant, non, je ne vais pas la faire, elle est trop facile, trop nulle. Elle me correspond un peu trop. Et je ne dois pas montrer que je suis abattu, fourbu, conquis, vaincu… Ce qu’ils doivent voir dans mes yeux, ce sont des attitudes de jeunes loups, ceux qui croient encore qu’ils vont changer quelque chose, ceux qui pensent que l’avenir leur appartient, ceux qui espèrent s’installer sur la chaise de celui à qui ils sont en train de se vendre. Une pute, j’ai l’impression d’être une pute sur le trottoir de ma carrière.


- Bien entendu, j’ai acquis de l’expérience dans les domaines de prédilection de votre entreprise.


Et même si j’en avais pas, comment tu le saurais derrière ta moustache et ta cravate à deux balles ? Tu penses me percer à jour avec tes questions de spécialiste en ressources humaines ? Vas-y pour un test de Rorschach, tant que t’y es ! Si tu penses que comme ça je défendrai mieux tes intérêts. Enfin ceux de l’entreprise. Et d’abord, t’y connais quoi, aux intérêts de l’entreprise, ce sont avant tout ceux des actionnaires, non ?


- Je vois, Monsieur Constant, que vous avez des capacités en allemand.


Cinq ans dans une région alémanique, encore heureux que j’aie acquis un peu de cette langue, sinon, je ferais mieux de postuler aux abonnés absents, comme membre honoraire !


- Oui, effectivement, la plupart de mon activité s’est déroulée…


La plupart de mon activité : c’est pitoyable. La plupart de mon activité, ç’a été de faire ce qu’on attendait de moi, en fermant ma gueule et en tendant l’autre joue. Et j’en ai eu plein des autres joues, autant que mon personnage à multiples facettes. J’en ai pris sous tous les angles, des baffes morales. Si bien qu’aujourd’hui, je sais encaisser les coups mais j’ai plus envie de les rendre. Une armure qui permettra de passer outre les tracasseries, pour ramener l’essentiel de cette fonction qui n’est pas mieux qu’une autre : le salaire.


- Je suis vraiment motivé par le travail en équipe et pour répondre à votre question, je n’ai aucun problème à travailler sous les ordres d’une femme… au contraire.


Madame la recrutesseuse me lance un regard gris, c’est-à-dire blanc d’étonnement et noir de cet humour qu’elle juge bien trop grivois pour un entretien d’embauche. Pourtant, là je suis sincère. C’est bien plus agréable de travailler avec une femme, qui montre souvent une sensibilité plus adéquate dans les rapports de travail. Bref, on n’a pas besoin de se la mesurer en permanence en laissant croire au chef qu’il a la plus longue. Et souvent c’est le cas, mais passons.


- Je dis ça parce que j’ai eu l’occasion de travailler sous les ordres d’un homme, puis d’une femme et que les deux expériences se sont révélées positives.


Je n’allais quand même pas leur dire qu’à chaque fois, les nouveaux chefs sont arrivés avec plein d’idées nouvelles, qu’aucune n’a vraiment été suivie et que leurs successeurs ont toujours remis en cause les chefs précédents. J’ai bien fait de fermer ma gueule, Madame m’a souri, l’équivoque n’est plus.


- Je voudrais maintenant que vous me donniez une qualité et un défaut, vous concernant.

- Ah… pas facile, ça…

- Eh non, c’est sûr…


Il doit se dire que je suis le dernier des demeurés, si l’entretien était facile et détendu, quelle idée j’aurais de l’entreprise ? Une bande de légumes qui se la coulent douce dans leurs bureaux impersonnels, attendant la fin du mois comme le glas de leurs envies ? Peut-être, moi je dois me chercher des qualités, des défauts. Il faut trouver une connerie à dire pour les faire patienter, un truc qui marque, un truc qui flashe.


- Difficile de se trouver des qualités… les défauts sont plus évidents si l’on est honnête.


Quatre yeux arrondis ponctuent ma phrase, lâchée avec une nonchalance qui confinerait à la sincérité. Effet de manche, les amis et vous avez plongé comme des beaux ! Je vous fais passer le test de Rorschach tant que j’y suis ?


- J’ai tendance à ne pas assez approfondir ma réflexion lorsque le cas me semble très clair. Peut-être un excès de pragmatisme.


Si ça veut dire quelque chose, je suis prêt à me les couper debout sur un billard à une heure de grande affluence. Mon défaut, c’est que je ne suis pas motivé par ce boulot, que j’ai fait ça plutôt qu’autre chose, que défendre des causes perdues, c’est comme défendre des causes gagnées, ça rapporte un max et ça donne l’impression d’être utile. Sauf que là, ça rime avec futile. Mon défaut, c’est le regard que je porte sur le monde du travail en général, sur ce qu’il est devenu, sur ce qu’il a toujours été. Mon défaut, c’est que je déteste les ronds de cuir et les salamalecs, que j’abhorre ces réunions exsangues abreuvées de statistiques stériles et de discussions fallacieuses, mon défaut, c’est peut-être de ne pas dire tout cela.


- Sinon, je suis assez rapide dans l’exécution de mon travail. C’est une qualité, parce que…


Et là c’est vrai, d’ailleurs c’est pas pour rien que je m’emmerde comme un rat mort dans mon placard aux couleurs d’or. C’est justement parce que les cas, je les traite rapidement. Trop rapidement selon les chefs, ahuris de me voir abattre un boulot important si rapidement. Ça ne peut être que mal fait, ils renvoient l’ascenseur pour des défauts minimes et inconsistants. Le même dossier avec trois jours de traitement en plus sera reçu avec des honneurs insoupçonnés. L’élève n’est pas plus rapide que le maître, on peut le féliciter. Alors j’ai vite compris ce rythme de travail. Un dossier traité doit traîner quelques semaines sur mon bureau. L’important, c’est d’avoir toujours quelque chose à filer au chef, il a l’impression que l’on déborde de travail, alors qu’en fait on ronronne sous l’or de ce placard.


- Et vous seriez libre à partir de quand ?


Tout de suite, file-moi un bureau, un ordinateur et je te ponds des décisions à la pelle. En vrai, je dois encore dormir quelques mois, pour permettre aux autres tarés de trouver le dormeur qui prendra mon placard.


- Merci beaucoup de votre sincérité et nous vous tiendrons au courant pour un éventuel second entretien.

- Merci à vous, j’espère vraiment que vous retiendrez ma candidature.


Sincérité. Peut-être quand j’ai dit que baisser mon salaire en rejoignant leur boîte était moins important qu’une nouvelle orientation professionnelle. Quand j’ai parlé de mes perspectives d’avenir à court terme, que leur boîte n’était pas une fin en soi. Aussi lorsque j’ai évoqué l’aspect humain, et le fait qu'être avocat au barreau me posait un réel problème moral. C’est vrai que là, j’ai été sincère. Et je suis presque déçu qu’ils n’aient pas relevé une mention figurant sur mon CV : que je fais partie d’une association internationale regroupant les hauts QI. C’est ma force et mon fardeau, mais on n’en parle pas. C’est presque un secret. C’est déstabilisant.


Hier au courrier, j’ai reçu une convocation pour un deuxième entretien. J’irai.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   roxyleen   
31/3/2007
 a aimé ce texte 
Bien ↑
beaucoup d'humour, j'adore

   Fattorius   
31/3/2007
Eh! bien, je serai le second. En effet, un certain humour, voire un certain réalisme entre les réponses (mais qui ne sont qu'esquissées) et ce que pense le personnage du récit. Je suis certain que tout lecteur qui bosse se reconnaîtra, à un moment ou à un autre, dans ce récit pourtant bien ancré dans la réalité suisse (il n'y a que là-bas qu'on passe une "maturité", comme s'il fallait prouver sa maturité par un diplôme, et qu'on va apprendre l'allemand en Suisse alémanique - i. e. la Suisse dépourvue de Léman, dixit Yves Laplace). Tout ça pour dire qu'on a là un bon moment de lecture.

   Marsupilmi   
31/3/2007
Certes un excellent moment de lecture, "pour valoir témoignage aux générations futures", quoique, comme le dit l'auteur lui-même, "le monde du travail n'à pas tellement changé". Pourrait être écrit par J Attali (le coté "surdoué), du même coup nous manque "qu'est-ce qui vous fait vivre ?" Seulement le montant du virt de fin de mois ?

   Iris   
1/4/2007
Génial. Le texte se lit vraiment facilement, et c'est très agréable. En plus, c'est le genre de texte qui me fait bien rire : les réflexions personnelles de quelqu'un quand on lui pose des questions stupides.. J'ai adoré !

   Nico   
3/4/2007
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Mon commentaire est contenu dans l'image suivante. Que cela évoque-t-il pour vous ?...

   Anonyme   
6/4/2007
Excellente , je me suis bien marré! Seul petit bémol , à un endroit ou deux , ta recruteuse devient "il" mais ça n'en lève rien à ton texte , c'est juste des fautes de frappe qui arrivent, merci pour ce bon moment.

   Pattie   
6/4/2007
Je crois plutôt qu'ils sont au moins deux recruteurs.

   Anonyme   
20/5/2007
Excellent exposé qui illustre encore une fois l'évidence que l'entreprise est le lieu où les relations humaines sont les plus aliénantes et délirantes qui soient...il y a des situations plus flagrantes certes, que celle-ci...mais tout de même , chaque matin "Débarquer" sur une autre planète , ça déstabilise..

   passiflore   
20/5/2007
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Texte fluide, agréable à lire. On a presque envie d'être à la place du recruté!...

   Sharyann   
26/5/2007
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Tes phrases sont fluides et bien construites. On sent que c'est naturel et en plus c'est amusant. Continue :)

   Anonyme   
14/6/2007
Nico, moi je vois un loup alors je ne sais pas si ça va m'aider pour mon commentaire ou pour saisir ton opinion sur le texte mais je note quand même.
Il y a bien deux recruteurs, d'ailleurs Pattie : ' quatre yeux '.
Fin de parenthèse.

Bon alors ce texte : sympathique, oui. Bien sympathique. Les pensées du personnage saisissent au vol chaque intervention pour rebondir à chaque fois sur un passage de sa vie, une considération à propos de son passé ou des recruteurs en question : un vrai ping-pong interne.

Ca se lit assez bien même si j'ai mis un peu de temps à 'accrocher' au début. Les derniers paragraphes sont pour moi les plus importants, du moins les plus profonds me semble-t-il.
La remise en question atteint un stade supérieur d'introspection à ce moment-là sans manquer de mettre en exergue un certain nihilisme généralisé, fruit d'années de courbettes et de conventions stériles.

La lassitude morale est bien servie dans ce texte et je pense que c'est cela qui m'a plu au final.
Et en parlant de final, il est sans réelle surprise, acquis tout en étant dérisoire, évident tout en étant effectivement des plus réalistes.

Je reviens rapidement pour parler de l'image du placard : un peu trop récurrente quand même mais d'un autre côté, elle sert bien l'impression de confinement et ce n'est pas trop envahissant. Donc, ça 'passe'.

J'ai omis de dire que ce texte était humainement drôle ?
Honte à moi.

La pensée la plus hilarante pour moi :

- J’ai tendance à ne pas assez approfondir ma réflexion lorsque le cas me semble très clair. Peut-être un excès de pragmatisme.

Si ça veut dire quelque chose, je suis prêt à me les couper debout sur un billard à une heure de grande affluence.

Excellent.

   widjet   
23/3/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Ah les entretiens d'embauche ! Fallait forcément en faire une histoire !

Quelques bonnes idées même si l'originalité n'est pas trop de mise ici (les phrases "ON" et les phrases "OFF" sont des procédés efficaces mais assez usités) mais qu'importe !

C'est plaisant, amusant et un chouia caustique. Je regrette juste que l'auteur ne soit pas allé plus loin (surtout sur les phrases pensées, là il pouvait se lacher !!)

Distrayant à défaut d'être hilarant.

W

   xuanvincent   
19/7/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Ce texte, qui décrit bien le vécu d'une personne en recherche d'emploi, m'a intéressée et par moments amusée (même si la situation du personnage n'est pas drôle).

Un récit susceptible de rappeler à certains lecteurs pas mal de souvenirs (pas forcément bons !) d'entretien d'embauche.

   patapapier   
6/8/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Du fond du placard doré qui bvient de sonner le glas de mes envies, je m'installe sur oniris pour rencontrer des gens comme vous, qui savez si bien décrire ce monde du travail absurde et que seuls l'humour et le recul peuvent combattre , peut-être.

Merci.

   Anonyme   
6/8/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Mon commentaire sera d'une part pour dire que ce texte date du 6 août 2008, qu'il y a un com d'un anonyme qui date de ... 2007 ??? Peut-être d'autres, je n'ai pas fait attention, plus une chauve souris de nico, et moi j'ai peur des chauves souris.
Bon, je me calme.
Et que d'autre part, j'ai trouvé ça bien écrit, plein de subtilités, rien à redire.
Cependant, je n'aime pas ce personnage désabusé. Je sais que le monde du travail est assez impitoyable, mais son mode de pensée ( mépris ) concourt, je pense, à le rendre encore pire.

   Anonyme   
11/8/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
j'ai beaucoup aimé, en particulier tout ce qui tourne autour de l'absurdité des tâches qu'on nous demande d'éxecuter dans le monde du travail. On ressent bien dans votre texte le décalage entre les qualités évaluées (enfin, que les recruteurs croient évaluer...) et les qualités de soumission et de fadeur qu'il va falloir développer, par exemple dans un "open space" !


Oniris Copyright © 2007-2019