Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Fantastique/Merveilleux
zorglub : Complainte du proton
 Publié le 24/04/10  -  17 commentaires  -  7510 caractères  -  82 lectures    Autres textes du même auteur

Les pensées d'une particule élémentaire qui file vers sa destinée.


Complainte du proton


J'étais né pour être immortel, ou presque. Avec une espérance de vie d'environ deux cent milliards de milliards de milliards d'années, je dois avouer que j'avais plutôt eu de la chance à la grande loterie des demi-vies. Être proton était une bonne situation.


Et voilà que, à peine une minuscule quinzaine de milliards d'années après ma naissance, mon destin était scellé. Mon existence allait probablement toucher à sa fin. Par rapport à ce que j'aurais pu vivre, ces quelques années ne représentent pas même une nanoseconde de votre propre vie.


Et pourtant, j'en ai vu, des choses ! Au début, j'étais presque seul, j'avais tout juste un électron pour me tenir compagnie. Nous nous entendions bien, nous formions un bel atome d'hydrogène. Mais ensuite, il est devenu volage, et j'ai appartenu brièvement à une molécule. C'est à cette époque que j'ai rejoint le nuage de gaz qui allait devenir une étoile. Puis, est venue la première fois, celle que tout proton attend avec impatience et excitation. La première fusion ! Enfin, je n'étais plus seul ! L'interaction électrostatique était vaincue, et, ensemble, nous étions de l'hélium. Après, il y en eut tant d'autres... La vie là-bas était la meilleure que je pouvais espérer. Quand je fus éjecté de mon étoile, que vous nommez Soleil, je n'étais plus qu'un des nombreux nucléons de notre atome de fer.


J'ai eu la chance de faire partie du nuage de gaz qui a créé votre Terre. Et c'est là que, par une ironie du sort, et par le passage d'un petit rayon cosmique, j'ai été chassé de mon noyau. Bien vite, j'étais revenu à mon état de simple atome d'hydrogène, seul ou presque. Tout est redevenu monotone pour moi. Cela n'a pas été la meilleure période de mon existence, croyez-moi. Je vous ai d'ailleurs à peine remarqués lorsque je vous ai vus sur votre planète. Tout cela était si rapide, insignifiant et éphémère par rapport à mon ennui.


Jusqu'à ce jour où, à ma grande surprise, alors que je folâtrais, je me suis retrouvé prisonnier de cette bouteille métallique. Elle était fort remplie, uniquement d'hydrogène comme moi. Étant donné que nous étions, comme souvent, dans notre état gazeux, c’était plutôt remuant à l’intérieur, mais malgré nos efforts, impossible de sortir… C'est là que j'ai appris quelle funeste destinée vous me réserviez.


Je n’y ai pas cru au début. Cela ressemblait un peu trop aux histoires que l’on raconte aux jeunes pour leur faire peur. Mais tout le monde semblait très sérieux, et, lorsque vous avez commencé à nous injecter dans votre accélérateur, j’ai compris. Je vais disparaître ici. Mais, voyez-vous, je ne vous en veux pas. Grâce à vous, ma fin sera la période la plus excitante de toute ma vie.


Voilà que les réjouissances commencent ! Je n'ai jamais été un grand fan des champs électromagnétiques, j’ai toujours trouvé que ça chatouillait un peu. Néanmoins, il faudra bien que je m'y habitue, car voilà vos premières étapes d'accélération. Pas mal, je dois dire… ça secoue bien, et pourtant, je m'y connais en sensations fortes. Et puis on change souvent d’endroit. D’abord en ligne droite, puis en anneau, un premier, un deuxième, combien d’autres encore ? Mais, déjà finies ces formalités préliminaires, car voilà le plat de résistance : l'anneau principal du LHC. Nous nous engouffrons tous dans ce minuscule tunnel, à une vitesse et une énergie déjà tout à fait respectables. Par contre, il n’y a vraiment rien à faire, ce champ magnétique aussi fort, je n’aime décidément pas. Cela faisait bien quelques milliards d’années que je n’en n’avais pas rencontré un aussi intense. Et ça continue de m’accélérer et de me communiquer de l'énergie, en plus.


Fichtre ! C'est dommage qu'il y ait si peu de photons par ici. Je pense qu'ils feraient moins les malins en voyant que nous sommes presque capables de les rattraper maintenant. Oui, oui, je sais, nous ne les aurons jamais vraiment, comme l'a expliqué votre scientifique à moustache blanche, là, Einstein. Mais, entre vous et moi, ils trichent. Ne pas avoir de masse, c'est trop facile.


Bon, il va vous falloir un peu de temps pour terminer l'accélération et stabiliser nos faisceaux. Cela me laisse un peu de temps pour penser au futur. On ne dirait pas, comme cela, mais dans l'ensemble, la vie d'un proton est plutôt contemplative. Alors, on a souvent le temps de penser. Lorsque je rencontrerai un de mes semblables, mes trois quarks, qui ont toujours fait partie de moi, se désolidariseront. Ce qu'ils deviendront, je n'en sais rien, et vous non plus, d'ailleurs. À la base, ce ne sont que des probabilités. Et, peut-être que nous vous réservons une surprise, qui sait ? Mais, ne comptez pas sur moi pour vous la dévoiler, cela ne serait plus drôle. Allez, vous m'êtes sympathiques, vous méritez de le trouver, votre boson de Higgs.


Si je n'avais pas déjà mon spin, je pense que ces onze mille tours par seconde dans l'anneau principal m'auraient donné le tournis. Cela fait déjà presque une heure que nous sommes là-dedans, je vous laisse faire le compte du nombre de fois que nous avons déjà vu chaque endroit du tunnel.


Ah, mais voilà que je me sens un peu secoué par de subtiles variations du champ électromagnétique. Sans doute êtes-vous en train d'aligner les deux faisceaux, pour préparer les collisions. Je ne sais pas exactement si j'aurai le temps de voir le proton de l'autre faisceau qui me rencontrera et sera ma fin. Ces histoires de relativité sont un peu complexes pour moi, qui ne suis qu'un fermion. Je suis sûr que les photons comprennent cela, eux.


Statistiquement, il me faudra passer un bon nombre de fois devant vos détecteurs avant que l'événement que vous attendez tous ne se produise pour moi. Très beau, votre ATLAS, au fait ! Pour un peu, j'aimerais bien mourir sous ses yeux.


Je suis prêt. Puisse ma mort vous être utile.



-o-


Le proton est une particule élémentaire chargée électriquement. Avec les neutrons, ils forment le noyau de l'atome. Un atome dont le noyau est constitué d'un seul proton est de l'hydrogène. Lorsqu'ils sont deux, c'est de l'hélium. Les matériaux les plus "lourds" en comportent plus de cent.


L'espérance de vie estimée de cette particule est d'environ 200 milliards de milliards de milliards (2x10^29) d'années. Par comparaison, notre univers n'est âgé que de 15 milliards d'années. L'immense majorité de la matière qui nous entoure a été créée en même temps que lui.


On a découvert assez récemment (dans les années 1960) qu'il n'est pas indivisible. Il se compose de particules encore plus simples, appelées quarks, au nombre de trois. Quand deux protons se percutent à une gigantesque énergie (mesurée en électronvolts), ils sont détruits, les quarks sont libérés et se recombinent pour former de nouvelles particules. Parmi celles-ci, le modèle physique standard prévoit l'existence d'une particule appelée "boson de Higgs".


Grâce à de gigantesques champs électromagnétiques, le LHC accélère des protons à une vitesse proche de celle de la lumière (environ 99,9999991 % de celle-ci), puis les fait se percuter, sous l'œil attentif de détecteurs (ATLAS étant le nom de l'un d'eux) qui analysent les particules créées. La mise en évidence du boson de Higgs confirmerait une grande partie du modèle standard, ce qui explique les immenses attentes des physiciens nucléaires du CERN.


Le spin est une notion complexe de physique quantique, qu'on peut plus ou moins assimiler à une rotation "interne" à chaque particule.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette nouvelle sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
9/4/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Comme quoi se lever dès potron-minet ne garanti pas une longue vie contrairement à ce que dit le proverbe. Je me suis vraiment complu à lire cette complainte.
LHC : Lu, Harponné, Commenté

   florilange   
10/4/2010
 a aimé ce texte 
Bien
Cette courte nouvelle bien écrite est amusante, en ce qu'elle parvient à intéresser la béotienne que je suis à un sujet difficile par nature : la physique, pour rester au terme général de la chose.
Si l'on nous expliquait toujours les phénomènes de façon aussi vivante, sûr qu'on s'intéresserait davantage au sujet.

   Anonyme   
11/4/2010
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour

J'ai lu avec plaisir et intérêt, même si je ne suis pas certaine d'avoir tout compris.
L'explication en fin de texte est bienvenue.
J'aime bien le style soigné et le désir évident de simplifier les choses, de mettre la physique quasi à la portée de tous, je trouve que c'est une excellente approche pédagogique.
(Un peu trop de "voilà" mais c'est mon seul bémol)
Bonne continuation à l'auteur.

   Anonyme   
12/4/2010
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Pas vraiment de la science-fiction tout cela, mais plutôt une façon élégante de parler de Physique. Ce qui est toujours réjouissant !
Je salue la tentative -pas totalement réussie- de nous faire partager cette réalité-là.

   Faolan   
18/4/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↓
C'est dans l'ensemble bien écrit, instructif - cela fait peut-être quelque peu "pavé" à la fin, mais c'est un mal pour un bien - et l'humour est assez présent.
Une petite préférence pour le début du récit, la fin est un peu trop "technique".

   Maëlle   
19/4/2010
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Je trouve que c'est une très bonne idée, mais la réalisation n'est pas à la hauteur.

Je trouve la gestion des temps des verbes mal adaptée: en fait, je m'attends à ce que chaque passage qui parle du présent soit au présent. Ça me choque que "mon destin était scellé" soit au passé. Au contraire "j'ai toujours trouvé que ça chatouille un peu" pourrait être à l'imparfait.

Par ailleurs, le style parlé conduit à des utilisation de barbarisme qui me chatouillent aussi.

   placebo   
25/4/2010
 a aimé ce texte 
Bien
j'ai trouvé que le début était un peu court, alors que les batifolages de cette particule sont surement intéressants ; la toute fin est un peu technique, mais elle ne dure pas longtemps et est entrecoupée d'anecdotes plaisantes.

En fait rien ne dure longtemps, mais j'aime bien, je n'ai pas compris si c'était un hommage au LHC ou au proton mais l'ensemble est sympa.

Le titre (et peut être la catégorie) devrait être changé à mon avis.

pour la forme, quelques temps m'ont aussi dérangé, mais pas si grave dans l'ensemble, dommage juste pour un texte court.

ennob noitaunitnoc bulgroz,
obecalp

   Mistinguette   
24/4/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La physique expliquée par un proton ça donne envie de retourner à l’école.
Je l’ai trouvé très sympathique cette particule, même si je n’ai pas tout compris ce qu’elle racontait.
Je me suis donc régalée à lire ce récit à l’humour sous-jacent.
Un texte réussi dont j’aime énormément l’écriture.
Bonne continuation à l’auteur et Merci pour cette lecture.

   Anonyme   
24/4/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↑
D'accord avec Mistinguette. Expliqué comme ça c'est bien plus amusant. Il est sympa ce photon !

J'ai souri souvent. Une jolie histoire avec à cette écriture fluide qui coule tout doucement au travers de ce récit extrêmement agréable sans se faire remarquer. Plus de mots sous mes yeux, juste cette particule qui se ballade dans l'accélérateur et philosophe gentiment.

Rempli d'optimisme. J'aime beaucoup.

Merci.

   Margone_Muse   
24/4/2010
 a aimé ce texte 
Bien
J’ai bien aimé le titre, ainsi que la première phrase du texte. Elle m’a promise à trois pages de « rêve »…

Mais après, j’ai vite vu que sans les connaissances, ben fallait que je m’accroche quoi, lol.

Etes vous prof de physique ? Ou élève assidu ? Ou même physicien nucléaire de CERN ? ;)

Moi, la physique… heureusement qu’il y avait la chimie à côté en fait…

Concrètement, j’ai tout suivi jusqu’à l’enfermement dans la bouteille métallique. Après, j’ai carrément rien suivi… Un LHC, il n’y a que moi qui ignore ce que c’est ? *confuse* Heureusement que les explications de fin éclairent un peu les choses. Je comprends bien qu’elles ne soient pas mises au début (ça aurait été n’importe quoi), mais du coup, ben j’ai du le relire une seconde fois pour pouvoir mieux l’apprécier, votre texte.

Bref, un poil compliqué.

Mais je salue l’originalité, même si j’ai moins aimé que le proton nous parle à nous, assez constamment. Et le « votre » planète m’a perturbé… Ok, il fait partie de l’Univers, au même titre que nous et la planète, mais j’aurais bien vu un « notre » planète. Ou carrément une autre formulation. Je ne sais pas.

J’ai aimé le passage ou en gros (si j’ai bien compris), il nous regarde évoluer de l’homme préhistorique à nos jours (chose passionnante pour nous et dont l’Homme est apparemment fier aussi) et qu’il se fait c****… mdr. Ca nous remet à notre place, j’aime bien.

C’est un bon texte dans l’ensemble, merci :)
Et bonne continuation !

M&M’s

   Wencreeft   
24/4/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,
Un texte très original. Scientifiquement assez réaliste, malgré quelques "défauts" dû au style littéraire, comme le "Au début, j'étais presque seul, j'avais tout juste un électron pour me tenir compagnie." Je ne vois pas ce que le "presque seul" vient faire là dedans, sans doute pour renforcer l'idée de solitude, mais s'il s'agit d'un atome d'hydrogène neutre, le neutron est toujours avec son électron.
De même pour "j'étais revenu à mon état de simple atome d'hydrogène, seul ou presque." Ainsi scientifiquement le proton ne sera jamais seul (à moins que ce ne soit un ion hydrogène acide), ce qui porte préjudice à l'histoire qui le veut mélancolique et solitaire.

Cela mis à part, les monologues d'une particules prêtent au sourire, vraiment. Surtout qu'on remarque qu'il ne pense pas comme nous, il semble se résigner à la mort avec une déconcertante facilité.
Un cours de physique vraiment particulier, et ô combien plaisant.

   LeopoldPartisan   
28/4/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Personnellement j'adore ce type de vulgarisation pour les cancres rêveurs de mon style. Si en physique chimie, on nous avait parfois intéressés par le biais du fun, de l'anecdote comme préalable à l'étude dite sérieuse, il y a bon nombre de notions que je pourrais restituer et qui plus est je suis certain que mon intérêt à aller plus loin se serait développer.
Mais là on entre dans un débat qui n'a pas lieu d'être ici. Merci Zorglub pour cette bien belle histoire et pour le petit glossaire de notions de base.

   Meaban   
28/4/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
ce titre à eu le même effet sur moi que l'effet des gluons qui maintiennent ta structure cher proton

c'est un beau chant physique que voilà et une manière presque poétique d'aborder la physique

merci pour cette lecture réjouissante

   caillouq   
30/4/2010
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Délicat de commenter ce texte. Bon, c'est correctement écrit, mais ça me donne un peu l'impression de lire une nouvelle rubrique de "Pour la science". Il est dommage que hors la SF et certains thrillers la science soit, en général, totalement absente du contexte culturel des fictions qu'on peut lire, mais là c'est un peu l'excès inverse. J'ai l'impression de lire un petit texte sympa du genre "apprenez en vous amusant", mais pas une nouvelle. Une nouvelle, ça implique de la fiction, non ?
Bref: pas assez d'implication émotionnelle de l'auteur pour que je puisse apprécier ce texte pour autre chose que ses qualités pédagogiques, et pas assez de relief dans le style pour compenser ...
Je me pencherai avec intérêt sur une prochaine tentative, en espérant que l'auteur se mouillera un peu plus.

   dvb   
11/5/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↓
C'est original cette idée de personnifier un élément subatomique et de voir défiler son petit monde.

Le ton léger et techniquement abordable en fait un texte sympathique à lire.

Dommage que tu n'aies pas défini l'acronyme LHC, le grand accélérateur du Cern (oui j'ai dû googler pour me le remettre à l'esprit :p ) mais pour le reste c'ets tout à fait digeste.

En fait, le final n'est qu'un simple prétexte pour mettre en scène tous ces éléments, si j'ai bien compris.

   Mellipheme   
13/5/2010
 a aimé ce texte 
Un peu
Cela pourrait être (mais peut-être est-ce bien l'intention ?) de la vulgarisation scientifique à l'usage des lycéens, écrite par un prof de physique plein d'enthousiasme.

Dans ce genre, c'est bien fait, bien enlevé.

   Dark_Nolas   
17/5/2010
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Une lecture agréable qui se laisse amener doucement vers sa fin. Pourtant, il manque quelque chose.

L'idée est bonne mas je pense qu'elle n'est pas assez exploitée. Qui est ce petit proton ? Pourquoi mérite-t-il d'avoir une histoire à raconter ? Les péripéties de son voyages tiennent en une phrase ou deux. Parfois on vit avec ce petit proton par ses exclamations, ses impressions mais parfois on se perd : "Grâce à vous, ma fin sera la période la plus excitante de toute ma vie." mais on ne sent rien de si excitant. Au contraire puisque l'accélération lui est désagréable.

Je pense aussi que l'explication scientifique n'a pas forcément besoin d'être si on développe un peu plus les notions de bosons de Higgs dans l'histoire.

Bref, un personnage bien sympathique que ce proton mais qui mériterait d'être un peu travaillé ainsi que ses épreuves de la vie qui sont les durs loi de la réalité.


Oniris Copyright © 2007-2020