Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie en prose
Absolue : Le dernier métro
 Publié le 03/07/07  -  8 commentaires  -  1335 caractères  -  69 lectures    Autres textes du même auteur

Quand l'autre s'en va...


Le dernier métro



Toutes les nuits, je l'entends. J'entends ce grondement régulier, menaçant. Ce grondement qui résonne dans ma tête comme un déchirement.

Toutes les nuits, je le vois. Je vois ce monstre d'acier qui t'a engloutie, me laissant seule dans l'obscurité. Je repense au contact de ta main dans la mienne, à ton souffle chaud voulant sécher mes larmes et n'y parvenant pas. Tes derniers mots. Noyés dans la foule. Petites bulles crevant la surface de ma solitude.

Brutalement, la porte s'est refermée sur toi. Un rempart entre nous. Je me souviens de nos derniers regards. Tes regards. Les plus beaux. Et déjà, derrière la glace, tu ne m'appartenais plus. J'ai frissonné tandis que le monstre emportait ton visage. J'ai senti mon cœur glisser dans une crevasse. Mon cœur au bout d'une corde. Mon cœur jeté sur les rails...

Depuis ton départ, il gît. Inanimé et glacé. Prisonnier de ce souterrain. Cherchant une issue à sa souffrance. À ma souffrance.

Car au fond de moi, il ne reste rien. Ou presque. Juste cette lueur surnaturelle. Cette petite lumière vacillante, au milieu de ma nuit. Un mot qui brille et qui réchauffe. Un mot qui se murmure. Un mot fragile. Éclat de cristal au doux nom d'espoir. L'espoir que tu reviennes parce que, tout simplement, je t'aime.



 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Ama   
3/7/2007
j'aime bien les petits poèmes en prose, façon Baudelaire. Celui-là est certes un peu trop lyrique mais l'idée est belle et je la ressens bien. Continue comme ça :)

   Anonyme   
5/7/2007
 a aimé ce texte 
Bien
j'aime bien ce petit texte plein de sentiments et d'émotions

   macada   
25/7/2007
j'm bcp. je vais essayer d'etre constructive dans ma critique: peut etre aurais-tu pu augmenter le coté monstrueux de la bete en feraille qui happe ton amour et l'emporte au loin et augmenter le coté fragile de cette amour. jouer sur cette opposition, notamment par la vision des mains freles, par exemple.
mais ce n'est qu'une idée. loin de moi toute prétention.

   mandine   
9/8/2007
j'aime beaucoup ce style c super emouvant felicitations

   clementine   
6/2/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bon, c'est souvent comme cela.
Avant de commenter ton dernier poème , j'ai eu envie de lire ce que tu avais déjà écrit, histoire de se mettre un peu dans la peau de l'auteur pour mieux comprendre le texte.
J'aime énormement ton récit, c'est très bien exprimé et tu arrives parfaitement à nous faire ressentir le moment de l'adieu.

   Maëlle   
29/5/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↓
L'image est belle, on entends les ambiance. C'est juste dommage pour la dernière phrase, qui est complètement inutile. On le sait déjà, et du coup la chute est mièvre.

   Bidis   
30/5/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
À mon ressenti, les sentiments, exprimés ici de fort belle façon, laissent dans leur sillage un parfum de réalité.
J’ai aimé aussi le commentaire de Macada. Je n’aurais pas pensé à ce contraste métro/fragilité de l’émotion amoureuse, mais j’ai trouvé que c'était très bien vu.

   Anonyme   
23/3/2016
 a aimé ce texte 
Pas ↑
"Le dernier métro", j'ai eu l'impression de lire le scénario d'un film relatant un drame amoureux, le décor est planté, les scènes se succèdent les unes aux autres, on est en plein dans l'émouvant, tout est fait pour nous toucher artificiellement. Pourquoi voir ainsi votre écrit, à cause des phrases insistant sur l"événement, comme celles-ci :

- Tes derniers mots.
- Noyés dans la foule.
- Un rempart entre nous.
- Tes regards.
- Les plus beaux.

Et puis d'autres phrases encore, elles me font penser à un jeu de scène, du fait d'un verbe absent.

Tout cela enlève au texte une certaine spontanéité, c'est dommage, cela fait formaté et le vrai ressenti pour moi s'éloigne.


Oniris Copyright © 2007-2020