Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Absolue : Les fils de la nuit
 Publié le 05/09/07  -  4 commentaires  -  730 caractères  -  98 lectures    Autres textes du même auteur

Qu'il est doux de dormir...


Les fils de la nuit



J'ai croisé les fils de la nuit
L'un, chevauchant un papillon
Et l'autre tenant contre lui,
Une corne versant du plomb.

Ils se sont glissés sous mes draps,
Soufflant sur mes paupières closes
Pour chanter des airs d'opéra,
Dignes des plus grands virtuoses.

De loin, Thanatos me regarde
Glisser dans un profond sommeil
Il frôle, de sa main blafarde
Mon corps du cheveu à l'orteil.

L'heure n'a pas encore sonné
Où il prendra le doux repos
Offert par Hypnos et Morphée
Pour des songes en adagio.

C'est dans un battement de cils
Que mes rêves s'envoleront,
Chiffonnés par les bras virils
Un croissant sous l'édredon.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
8/9/2007
 a aimé ce texte 
Un peu
Oui un petit régal, tout gentil, tout tendre.
Dommage que certains mots pour la rime ne soient pas bien adaptés au goût plutôt agréable que ce régal laisse en bouche

   daphlanote   
4/12/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Doux, agréable.

Je n'ai pas regardé grand chose à part la fluidité en fait..

Et.
"Et l'autre tenant contre lui,
Une corne versant du plomb."
=> je pense que tu peux te passer de la virgule (idem ailleurs.. ai pas copié le texte.. ^^')

   Bidis   
30/5/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Fort joli, ça me plaît bien. Mais j’ai trouvé ce poème un peu inégal.
Exemple :
« J'ai croisé les fils de la nuit
L'un, chevauchant un papillon » : ravissant
« Pour chanter des airs d'opéra,
Dignes des plus grands virtuoses. » : « chanter des airs », « dignes de »… paraissent faibles et ternes à côté

   Anonyme   
8/12/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ce poème-ci semble différent, il est fait d'une autre écriture,
moins légère, un peu moins accessible à la première
lecture.

Je dois dire pour être honnête que seule, la dernière strophe,
a retenue mon attention. C'est là que mon ressenti vous
retrouve :

" C'est dans un battement de cils
Que mes rêves s'envoleront,
Chiffonnés par les bras virils
Un croissant sous l'édredon. "

Cependant ce poème, ne manque pas d'intérêt.


Oniris Copyright © 2007-2020