Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Absolue : Madame [concours]
 Publié le 14/02/08  -  19 commentaires  -  640 caractères  -  174 lectures    Autres textes du même auteur

Poème à une dame de papier.


Madame [concours]



Cette poésie est une participation au concours n°4 : Saint-Valentin (informations sur ce concours).




Vous, madame,
Aux songes calcinés,
Á l'histoire fendue,
Aux cils désaccordés.
Vous, si belle,
En talons sentinelles,
Votre nuque de papier,
Sous leurs doigts, chiffonnée.
Vous, trop pâle,
Dans le cuir de la nuit,
Ramassant les pétales
Jetés sur votre lit.
Vous, fragile,
Á l'orée de mes mains.
Vous, ma dame,
Mon soupir clandestin.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
14/2/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Tes poèmes sont toujours très mélodieux, concis, parlants...

Pareil ici.
De très beaux vers désabusés...

Du Saint Valentin au papier de verre.

   Bidis   
14/2/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Elégant, avec de très belles choses ("les talons sentinelles", "à l'orée de mes mains"...)

   David   
14/2/2008
Des images trés belles, court et percutant.

   victhis0   
14/2/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
j'aime sans modération. Simple et émouvant

   Anonyme   
14/2/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Une grande sonorité, un vrai plaisir à la lecture et une écriture toute en finesse. Du beau travail !!!...ou alors un grand-gigantesque amour ! Ghislain

   Anonyme   
14/2/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Ah... j'ai beaucoup aimé ces vers puissants et sobres

amour et dépit mêlés par bonheur

   TITEFEE   
14/2/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
belle madame, belle de nuit, juste quelques mots et l'on vous suit, l'on vous regarde encore un peu, silhouette pâle comme si rien ne pouvait vous retenir. la vie vous a égratignée et ce poème en nous est resté

j'en suis encore toute chose, rêveuse et émue par la puissance des mots

   nico84   
14/2/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Moi j'ai aimé mais je ne l'ai pas trouvé intense mais même si je ne contredit pas le fait que ca soit bien une déclaration d'amour, je pense que j'ai été moins emporté.

Par contre je la trouve originale, aucun doute la dessus et je te félicite sur ce point.

   fisoag   
14/2/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Peu de vers mais intensité des mots, concision de la pensée.
Très belles images .Bravo

   calouet   
14/2/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ah, ce qu'un "soupir clandestin" peut-être puissant s'il est bien amené...

   philippe   
15/2/2008
Les commentaires et les notes mis pour ce poème n'empêche pas le vote dont les règles se trouvent ici:
http://www.oniris.be/modules/newbb/viewtopic.php?post_id=18377#forumpost18377

   clementine   
15/2/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Vers courts qui m'ont ravis. Magnifique.

   Cassanda   
19/2/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Concis mais très joli et efficace ! J'aime beaucoup les images que tu as employé.
MErci et bravo !

   Anonyme   
22/2/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Excellent et original, enfin du VOUS ! bien employé renforce le respect amoureux sans devenir sirupeux et puis c'est fluide !

   lencrier   
25/2/2008
élégance en peu de mots, et énormément d'Amour! un rythme qui me pique le cœur... très très bon.

   Sanderka   
17/5/2008
très agréable à lire, mais j'ai le sentiment d'une certaine retenue.

   FredericBruls   
5/5/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Très beau. Tu excelles dans les rythmes courts, Absolue !

   jfmoods   
4/9/2016
I) Une citadelle en état de siège

1) L'attente

La métaphore ("talons sentinelles") rend compte de la faction attentive d'un soldat. Le lecteur se trouve devant une place-forte menacée d'invasion imminente.

2) Assauts et saccages

Un certain nombre de participes passés ("calcinés", "fendue", "désaccordés", "chiffonnée", "Jetés") manifestent l'expression d'une violence exercée.

II) Une femme admirée

1) Une rose miraculeuse

Infiniment brisable (métaphore : "nuque de papier", adjectif qualificatif : "fragile"), la fleur malmenée se reforme (participe présent : "Ramassant les pétales").

2) Le sentiment tendre d'un homme

Le locuteur est amoureux (litanie du pronom personnel : "vous" x 5, glissement : "madame", "ma dame", marqueurs d'intensité : "si belle", "trop pâle", métaphore : "À l'orée de mes mains").

Merci pour ce partage !

   bolderire   
4/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Curieux, l'interprétation d'un poème et finalement très subjective; moi j'y ai plutôt vu une péri-machin-chose...attendant...un client et le dénouement final, heu !" mon soupir clandestin"
J'ai aimé vous lire


Oniris Copyright © 2007-2017