Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Absolue : Promenade en ville
 Publié le 31/08/07  -  3 commentaires  -  335 caractères  -  108 lectures    Autres textes du même auteur

Pour que les rues soient moins sombres...


Promenade en ville



Moi je veux
Du mystère
Accroché aux réverbères.
Des sourires
Tout sauf jaunes
Qui déplacent des pylônes.
Des histoires
Un peu folles
Pour couler dans les rigoles.
Des chansons
Qui résonnent
Pour que les piétons frissonnent.
Et aussi du silence
Pour écouter mon enfance.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Bidis   
31/8/2007
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
C'est trop bien ! Je mets tout de suite un commentaire emportée par mon enthousiasme. Maintenant je vais relire plusieurs fois pour un plaisir renouvelé.
Pourquoi 18 et pas 20 ? Pour que Nico ne m'asticote pas.
(C'est joli asticote si ça vient d'asticot...
Eh bien non, bien sûr, cela vient de "dass dich Gott " que "Dieu te damne")
N'importe quoi... Excuse-moi.
Encore merci pour "Amandine"

   daphlanote   
2/1/2010
 a aimé ce texte 
Bien
- "Moi je veux"
J'aime bien la force de l'amorce. Très joli. Osé. Sincère.
- "Du mystère
Accroché aux réverbères."
Le mystère me semble... trop attendu. Joli mais attendu.
Mais le réverbère pourrait être totalement différent. L'image me plait énormément. Mais sans le mystère.
- "Des sourires
Tout sauf jaunes"
Là. C'est le bol que ce dont on veut parler se prète au rythme employé. Mais c'est pas mal ! ;)
- "Qui déplacent des pylônes."
Par contre. Le coup des pylônes semble approprié. Mais je ne sais pas trop... ça résiste.
- "Des histoires
Un peu folles
Pour couler dans les rigoles."
Les histoires folles, même banales, ont toujours une raisonnance. Agréable.
Au contraire des rigoles et du canivaux...
- "Des chansons
Qui résonnent
Pour que les piétons frissonnent."
Oui. Là, ça passe. J'aurai peut-être utilisé autre chose que "frissonnent" mais c'ets agréable. Pas vraiment choquant. Plausible en fait.

- "Et aussi du silence
Pour écouter mon enfance."
Là. Par contre. Je trouve ça génial. Même si le silence pour l'écoute. Est une image devenue, somme otute, classique, voire très classique... Et bien écouter son enfance a du charme. Un charme indéniable, avec un peu de nostalgie, de bonheur, de sérénité.

Et je pense qu'au final, c'est pas mal réussi. Les deux derniers vers raisonnent bien le poème. Le résument. comem une conclusion "impressionniste". Par touches de sentiments.

Edit :
*Daph relis son com'... Je pense à mon Réverbère à moi ^^.*

   Anonyme   
8/12/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Là, je vous suis les yeux fermés.
Enfin, je les ai ouverts bien grand pour vous lire et vous relire.

Ah ! que j'aime cette "Promenade en ville".
C'est très atypique et très coloré.

Je prends vraiment un très grand plaisir, à vous lire,
je ne regrette pas du tout de m'attarder sous tous
vos écrits, c'est tellement agréable, une belle plume.

"Moi je veux
du mystère"

Cela ne m'étonne pas ...

Tout ce poème est une petite merveille, très savoureux.

Mais vos deux phrases de fin, ont retenu toute mon attention :

" Et aussi du silence
Pour écouter mon enfance "


Oniris Copyright © 2007-2020