Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Absolue : Une étoile
 Publié le 13/10/20  -  5 commentaires  -  415 caractères  -  116 lectures    Autres textes du même auteur

Chasse et gastronomie.


Une étoile



Un rai de lumière
Coule de ta bouche
À ta boutonnière
L'ultime cartouche.

La botte brutale
Froisse l'herbe folle
Éteint la luciole
Dans tes yeux d'opale.

Ce n'est pas l'étoile
D'un tendre poète
Au bord de la carte
Au fond de l'assiette.

Mais l'astre écarlate
Dans le gras d'un rire
L'aube qui expire
Dans un aromate.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Lebarde   
25/9/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Il y a un ton, il y a une atmosphère, il y a de la poésie dans ces vers courts de cinq syllabes, bien équilibrés et rythmés . Dommage pour les rimes du troisième quatrain qui dérapent un peu.

Dommage aussi que le propos aussi léger que le petit plat au creux de l’assiette d’un restaurant gastronomique étoilé, soit quelque peu obscur et le sujet énigmatique.
En tous cas ses aromates et sa « lumière écarlate » ne m’ont pas éclaboussé et je reste circonspect quand je ne comprends pas tout!!

En EL
Lebarde

   socque   
13/10/2020
 a aimé ce texte 
Bien
Je trouve intéressant le choix d'un rythme de pentasyllabes, cela donne un côté haletant qui m'évoque l'agonie de la bête traquée, destinée à l'assiette. Le dernier quatrain me paraît le plus réussi, un raccourci saisissant que cette aube expirant dans un aromate !

Cela dit, j'ai du mal à comprendre le premier quatrain. J'imagine que la lumière qui coule de la bouche représente le sang de l'animal abattu luisant au soleil, mais cette histoire de boutonnière je pige pas. La blessure ? S'agit-il d'un terme technique de chasse ? Le troisième quatrain, pour moi, est faible ; il faut dire que lire le mot "poète" dans un poème me crispe très vite, comme si le poète ne pouvait supporter d'écrire seize vers sans ramener sa fraise.

EDIT : Commenté en Espace Lecture, repris ce jour pour corriger une faute de frappe.

   Corto   
13/10/2020
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Chasse/Gastronomie/Poésie: voici une recette rarement explorée.

Je ne trouve guère ici d'images attrayantes. Dès la première strophe le "rai de lumière coule de ta bouche" ne parait guère séduisant et suivi de "La botte brutale Froisse l'herbe folle" semble un hymne à une virilité exacerbée et revendiquée. Le ton est confirmé en troisième strophe.

En dernière strophe je trouve "le gras d'un rire" plutôt rustique, confirmé par "un aromate" final qui nous amène vers le piano, non celui du musicien mais celui du cuisinier.

Je ne critique évidemment pas la chasse a priori. Pourtant ici elle ne me parait pas présentée sous son meilleur jour.

Une autre ambiance, d'autres images auraient pu me faire apprécier.

A vous relire.

   Zeste   
13/10/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Le véritable luxe de l'art culinaire est que son produit est voué à la "destruction" et ce, sans grand risque et dommages pour celui qui s'en rend coupable...
Une étoile pour une "ode" à la beauté de la gastronomie faite art avec cette allusion aux plats de chasse servie par une belle plume pour une littérature "culinaire" s'il en faut et strophes succulentes.

   Atom   
16/10/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Un poème assez stylé qui je pense dénonce à sa manière la chasse et quelque part.... les étoiles du fameux guide Machin ?
le rapport entre les deux me semble cependant assez flou.
Un seul mot me vient qui pourrait servir de lien - Gibier
Tué, dans les deux premières strophes / Consommé, dans les deux autres.

Finalement, j'aurais autant aimé ne pas connaitre l'incipit afin de mieux laisser agir le mystère de ce poème.


Oniris Copyright © 2007-2020