Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Alfin : Respire
 Publié le 30/11/19  -  13 commentaires  -  966 caractères  -  177 lectures    Autres textes du même auteur

Ma première publication. J'ai écrit beaucoup de choses, je voudrais ici commencer par un poème simple et doux.

C'est l'endormissement vu sous l'angle physique principalement.


Respire



Respire

Enfin un peu de temps léger,
Relâcher la tension des épaules
S’affranchir de tout contrôle
Dans un mouvement modéré

Respire

Le corps s’allonge sur le dos
Le sang circule sans destination
Dessinant de tendres circonvolutions
Comme l’encre entrelacée dans l’eau

Respire

Absence d’idées et de passions maudites
Repos de l’esprit à présent tranquillisé
Le cerveau s’est lentement cristallisé
Dans la torpeur du moelleux, il médite

Respire

Figé dans une contemplation sans heurts
Comme les ailes d’un papillon dans les frimas
S’ouvrent et se ferment en attendant le glas
Ralentir doucement les battements du cœur

Respire

Le silence ne sera plus perturbé
Les paupières abandonnent à l’ombre
Les images sur la rétine en nombre
Le jour peut maintenant se refermer

Rêve


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Corto   
12/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Il y a un peu d'hypnotisme dans ce poème.
Il fait penser à ces mots souples et apaisants qu'un thérapeute prononce à mi voix pour amener à la relaxation.
J'ai ressenti ce phénomène dès la première lecture, c'est dire que l'auteur a visé juste.

Les expressions sont bien trouvées "Enfin un peu de temps léger,
Relâcher la tension des épaules S’affranchir de tout contrôle".

Une image m'a un peu froissé car (comme d'habitude) je n'aime pas qu'on compare le "sang" et "l'encre". J'aurais préféré l'évocation d'une goutte de peinture tombée dans l'eau.

"Le cerveau s’est lentement cristallisé
Dans la torpeur du moelleux, il médite", ici aussi le terme "cristallisé" appliqué au cerveau peut être un peu violent.

J'ai bien aimé "Le silence ne sera plus perturbé
Les paupières abandonnent à l’ombre": il y a ici le meilleur symbole de l'abandon espéré.

Le rythme du poème par "Respire" et finalement "Rêve" est très bien imaginé.

Bravo à l'auteur.

   grandin   
18/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Pour un premier texte, cela me semble être réussi. Une plume experte n'aurait fait guère mieux. L'endormissement, un thème qui peut paraître difficile à décrire tant il semble désuet. Pourtant on suit les étapes qui mènent au rêve avec plaisir, tant c'est doux, calme, apaisant.
Belle écriture d'un profane doué.

   Gouelan   
18/11/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

On en ferme les paupières à la fin.
Un poème paisible.
On respire.
Trop descriptif pour moi, J'aurais préféré imaginer.
Mais l'ensemble est toutefois plaisant.

   Lebarde   
18/11/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Séance de yoga ou quelque chose de similaire!

Je me détends, je respire, je m'allonge, je respire, je ne pense plus, je respire, mon esprit s'égare, je respire, mes paupières tombent, je rêve.

C'est doux, c'est relaxant, c'est pas mal écrit: pourquoi pas à défaut de somnifère.

C'est original alors pourquoi ne pas apprécier.

En EL

Lebarde va-t'il se réveiller?

   papipoete   
30/11/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour apprenti Alfin
une première parution ( ça vous a plu le message " nous avons décidé de l'inclure dans le catalogue " ? ) et vous verrez que cet effet ne vous quittera plus !
Comment s'endormir de la plus douce des façons ? écoutez-moi et faites ainsi !
respire.......
respire.........
et rêve ! te voilà parti !
Et chaque strophe dénoue les noeuds de ce qui nuit à Morphée, jusqu'au stade extrême...dodo, l'enfant do...
Il ne manque que les " gong " tibétains à ce cours poétique d'endormissement !
NB pour qui vous lit très attentivement, pas sûr que ses yeux tiennent le coup jusqu'à " rêve "...
des vers aux assonances douces comme plumes, tel " figé...comme les ailes d'un papillon dans les frimas "
je vois un premier poème prometteur dont l'auteur verra certainement souvent son nom dans ces colonnes !

   sympa   
30/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Une douce poésie libérée bien écrite et apaisante .
Le soir semble être un moment d'apaisement pour l'auteur, où l'endormisement semble etre une sorte de libération :
On oublie les tracas de la vie, la pression au travail ou dans la vie privée , ses idées noires, aussi.

"Relâcher la tension des épaules,

Absence d’idées et de passions maudites
Repos de l’esprit à présent tranquillisé".

Et le silence, quand tout dort, n'est plus perturbé , et laisse place au rêve.

Et surtout, apprendre à respirer, se relaxer.

On sent poindre un côté angoissé de la part du narrateur qui se libère de ses angoisses, et tente de les oublier la nuit.
A moins que ce ne soit une séance de relaxation...
Je me trompe peut être, c'est un ressenti.

Un début prometteur.

   Provencao   
30/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
'"Respire

Absence d’idées et de passions maudites
Repos de l’esprit à présent tranquillisé
Le cerveau s’est lentement cristallisé
Dans la torpeur du moelleux, il médite"

J'aime beaucoup cette invitation à la meditation associée à la respiration....même si
la respiration est en nous, sans que nous soyons parfois , nous, présent à notre respiration.


Belle expression en vos vers de la vie en liant à cette respiration exprimant la vie de notre corps et de notre âme.


Bravo pour ce premier écrit parmi nous....plein d'encouragement.

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   Hananke   
30/11/2019
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour

Je pense que le sujet méritait mieux poétiquement parlant.
Alors qu'on dirait ici un traité de science naturelle sur l'endormissement
ou un CD zen que l'on vend aux insomniaques.
Heureusement que la fin du texte rehausse le niveau poétique
ce qui permet de finir la lecture sur une impression meilleure.

   Lulu   
30/11/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Alfin,

Un poème écrit pour soi ou pour endormir ? Ah sûrement pour détendre le lecteur… En tout cas, sur moi, l'effet est garanti pour l'endormissement. Très happée par les temps forts marqués par "Respire", les yeux se ferment en douceur jusqu'à presque se réveiller, mais en toute tranquillité, sur le verbe "Rêve".

Il est vrai que poétiquement, je n'ai pas ressenti très fortement ce qui, pour moi, fait ou peut faire un beau poème, mais j'ai été très touchée par cette quiétude maîtrisée qui nous enroule avec elle au long des verbes et des muscules.

Cela dit, à partir de l'image du papillon qu'on voit apparaître dans une comparaison, on se laisse aussi porté par cette douce fragilité, même si c'est dans "les frimas". Le dormeur est allongé "sur le dos…

En définitive, et après relecture, j'apprécie ce poème pour son effet apaisant, qualité que j'aime particulièrement dans les poèmes en général. Ici, l'originalité est d'apaiser au sens propre du terme.

Merci du partage, et bonne continuation.

   Davide   
30/11/2019
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour Alfin,

On pourrait croire à une méditation, avec cette attention toute particulière donnée à la "respiration". Le moment de l'endormissement est décrit d'une manière froide et scientifique, dépersonnalisée, comme en témoignent les nombreux verbes à l'infinitif et l'absence du "je" faisant l'expérience ("Le corps s’allonge sur le dos", par exemple). Mais le texte s'enrichit de belles comparaisons pour appréhender au mieux ce moment de bascule.

Je m'étonne cependant du mot "Respire" répété, qui lui, n'est pas à l'infinitif. Il pourrait être un impératif, transcrivant une exhortation, une injonction. Mais pourquoi ? Dans la logique du texte, "Respirer" (à l'infinitif) m'aurait semblé plus adéquat.

Je le disais, je regrette le figement de ce poème, qui paraît se coaguler plus que respirer, avec ces quatrains compacts. J'aurais aimé y voir "l'inspiration" donner sa réplique à "l'expiration" dans un mouvement vagulant, ondoyant. A mon sens, le poème aurait gagné en puissance et en pertinence si la mise en page avait été plus aérée, voire calligrammée (par exemple - mais ce n'est qu'un exemple) :

"Inspirer

Enfin un peu de temps léger,
Relâcher la tension des épaules

S’affranchir de tout contrôle
Dans un mouvement modéré


Expirer"

Je ne sais pas si les rimes étaient nécessaires, je les trouve encombrantes au regard du sujet traité, d'autant plus que la longueur des vers est aléatoire. Mais j'ai trouvé l'écriture sympathique, "détendue", très agréable en somme. Et le "rêve" en conclusion est une belle idée !

   BlaseSaintLuc   
1/12/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
endormissent bien mené, aussi bien pour la méthode que pour la poétique, des dons d'hypnotiseur ce cachent sous la plume, reposant, calme, limpide,un rien de self contrôle, pour l’abandon je ne sais pas ,mais le rêve n'est pas oublié .

   Eclaircie   
3/12/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour Alfin,

J'ai aimé vous lire et aimerai vous suivre.
Détails :
À mes yeux les vers sont un (trop) d'inégales qualités.
Mais à la réflexion, ce peut être pour accompagner le souffle et donc l'arrivée du sommeil, dans leur composition avec plus ou moins d'images ou de "banalités"/simplicité.
Le mot "maudites" me surprend un peu, tant la relaxation tend à employer des mots doux, calmes, sans heurts pour être efficace, il me semble. un peu même impression pour "perturbé", plus loin.

L'anaphore est judicieuse et rythme le souffle.
Le dernier mot vient à point nommé.

J'ai beaucoup aimé :
"Le sang circule sans destination
Dessinant de tendres circonvolutions
Comme l’encre entrelacée dans l’eau"

"Le jour peut maintenant se refermer"

Merci du partage,
Éclaircie

   krish   
6/12/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je pense que pour quiconque pratique le yoga et la méditation tout y est... Que dire de plus si ce n'est que la grâce de ces mots nous entraînent dans un voyage intérieur et extérieur sans limite...
C'est rigolo de le lire.
Merci


Oniris Copyright © 2007-2019