Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
ANIMAL : Petra [Sélection GL]
 Publié le 15/08/20  -  13 commentaires  -  1570 caractères  -  209 lectures    Autres textes du même auteur

Le site de Petra fut découvert en 1812 et sa décrépitude d'alors inspira ces vers.


Petra [Sélection GL]



Des souvenirs...

Brûlante métropole
perdue dans les mouvances de ce désert immense,
trop belle magicienne tissée d’enchantements
où des hommes sans amour rêvent de beautés qui dansent,
où des femmes au harem vivent et meurent en silence,
perles rares et précieuses murées dans leur écrin.

Dédale sinueux
où mènent les errances, en lentes transhumances,
où les pas des marchands poussent dans les venelles
des cortèges d'ébène et d'ivoire et de miel,
gazelles nues vendues sous le regard absent
de murs indifférents.

Farouche cité de pierre
dissimulant tes geôles, tes palais merveilleux
aux entrailles parsemées de jardins florissants,
gardienne des trésors de l’Inde et d'Occident,
riche de l'or et du sel, des épices, de l’encens,
des soieries du Cathay, des joyaux des sultans.

... aux regrets.

Rêveuse délaissée,
terre des mille fragrances emplie du souvenir des roseraies d'antan,
aux creux des monts ocrés de porches ciselés,
tes Édens pétrifiés n’ont jamais oublié
les sonnailles des chevaux, les parfums d’oliban
et le vent et les chants à jamais avalés par les dunes ondulées.

Aux ombres du silence, loin des puits de lumière,
le soleil n’atteint plus le cœur des chambres closes.
Seuls demeurent au secret des façades rongées
les temples égarés dans le vertige du temps
et toujours, entêtants,
les rêves et les regrets d’un glorieux passé.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Corto   
24/7/2020
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je suis fasciné par Petra depuis fort longtemps.
J'y ai imaginé une vie secrète cachée dans le désert, des tombeaux mystérieux, des constructions incroyables arrachées à la pierre, un royaume inconnu sauf des caravaniers etc.

Le ton et les mots de ce poème que je trouve trop sage ne m'ont pas rendu l'écho de mon imagination. Il me manque de l'angoisse, de la mort sans doute, de la rudesse, de l'inaccessible que je ne retrouve pas dans "Les sonnailles des chevaux, les parfums d’oliban" etc.
L'auteur a son approche propre et c'est très bien comme çà.

Rien que pour le choix de ce thème, j'ai apprécié.

Merci pour cette vision.

   Pouet   
30/7/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Slt,

une superbe écriture que voici, d'une incontestable maîtrise.

Lyrique en diable sans trop d'emphase, ce poème très mélodieux se lit avec plaisir.

Les belles images se superposent à l'émotion.

Pour moi c'est la quatrième strophe qui emportera ma totale adhésion, mais l'ensemble est sans aucun doute de très belle facture.

Bravo.

Pouet

   sauvage   
2/8/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Jolie maîtrise de la métrique avec ce rythme en hexasyllabes qui berce l'oreille.
J'aime particulièrement pour ces subtilités rythmiques les deux vers suivants :

"des cortèges d'ébène et d'ivoire et de miel" 4+2+3+3
"riche de l'or et du sel, des épices, de l'encens," 3+3+3+3

J'ai moins compris le découpage de la 4° strophe comme :

"terre des mille fragrances emplie du souvenir des roseraies d'antan"

Mais ce n'est qu'un détail!

Pour le reste, vous avez réussi à me faire voyager jusqu'à mon dictionnaire pour en savoir plus sur Petra qui ensuite s'est dévoilée en images sur mon écran! Merci.

sauvage en E.L.

   bipol   
15/8/2020
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonjour ANIMAL

J'ai adoré en tous points votre texte

pour son écriture sa puissance son lyrisme

mais surtout pour votre éloge à la femme blessée enfermée

comment peut-on encore faire souffrir à ce point

c'e qui est le plus beau sur terre et qui nous a portés

je vous dois toute mon admiration

merci

   IsaD   
15/8/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J’aime beaucoup ce poème dont les vers dansent de leurs mots.

Dépaysement total dans les souvenirs et les regrets.

Merci pour ce partage.

   papipoete   
15/8/2020
 a aimé ce texte 
Passionnément ↓
bonjour ANIMAL
en ces temps très obscurs, on nous recommande de ne pas sortir de nos frontières ; et comment ! Sans bouger de notre fauteuil, promenant nos yeux sur une oeuvre poétique, l'on prend les chemins de fort loin, tels ceux de Petra...
Et retournant à l'époque où cette ville bruissait, on sent les effluves envoûtants, on entend les bruits des rues, et aussi ceux des cris des marchands de " femmes " au plus offrant ! Alors, notre regard monte jusqu'aux moucharabiehs, où l'on devine ces recluses...qui attendent le bon vouloir de leur maître...
NB il ne manque rien dans cette carte postale " d'avant " ; même la tristesse a une odeur, et celle-ci nous prend au coeur, alors que l'on " commerce " tranquillement dans la rue sel, épices et " gazelles nues " d'ébène et d'ivoire...
Mais les images tragiques ne font pas oublier la beauté de ce qui fut ici majestueux ; le poète se fait guide à l'écriture photographique, sur papier sépia.
La première strophe, sans que ses soeurs aient à rougir, est ma préférée !

   Angieblue   
15/8/2020
 a aimé ce texte 
Passionnément
Waouuuuh ça me fait rêver les villes qui ont une âme, un passé, une histoire, une mémoire!
Votre description restitue très bien cette âme, et puis on ressent un mystère, une magie, cette beauté orientale qui fascine et trouble.
C'est vraiment très réussi, très inspiré.

J'ai tout aimé, mais encore plus les deux dernières strophes avec:
"et le vent et les chants à jamais avalés par les dunes ondulées."
"et toujours, entêtants,
les rêves et les regrets d’un glorieux passé."

Vraiment bravo! Il y a tout, la beauté, la poésie, l'émotion.

C'est vraiment un exercice très difficile ce que vous avez réalisé.

ça m'a aussi fait penser aux descriptions de Théophile Gautier dans ses nouvelles fantastiques en moins pompeux. Je pense à Pompéi, l’Égypte etc.

Merci pour le voyage et la magie!

   Annick   
15/8/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un poème dense qui recrée à merveille l'atmosphère de la cité alors florissante.
Des souvenirs émergent en même temps que des images qui s'animent. La cité reprend vie sous une plume riche. C'est quasiment cinématographique. Mais pas seulement. Il y a des impressions, des sensations, des couleurs, des parfums, une atmosphère à la fois affairée et languissante où le luxe, l'or côtoient les geôles et ces femmes au harem qui meurent en silence.

Une deuxième partie nous montre une cité oubliée, désertée, rongée par le temps. La pierre seule recèle "les rêves et les regrets d'un glorieux passé".

Merci pour ce beau texte qui a su me faire voyager dans l'espace et le temps.

   Dugenou   
15/8/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Animal,

D'une falaise érodée par le sable surgit, sous l'oeil médusé des archéologues, le joyau de la Jordanie, cité antique hantée par les souvenirs, ceux de sa grandeur passée...

Active, florissante, magnifique.

Mais le travail de restauration fut immense pour que ses murs puissent en témoigner à nouveau au regard du touriste contemporain !

Tant de siècles d'abandon que les murs de la cité pardonneront ils un jour ? Ici Petra revit, dans toute sa splendeur.

   pieralun   
15/8/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Très beau texte
Je ne parlerai pas du fond du poème, Petra, qui mérite sans aucun doutE que l’on s’y arrête.....
Je suis plutôt fervent des vers classiques, mais j’ai trouvé ici de superbes sonorités:
« Oú les pas des marchands poussent dans les venelles »
« Des soieries du Cathay, des joyaux du sultan »
« Les sonnailles des chevaux, les parfums d’oliban »

J’ai été emporté....

   Bellini   
16/8/2020
.

   Myo   
15/8/2020
Bonjour Animal,

Un voyage passionnant dans le temps, dans une autre culture, dans un décor qui exhale des parfums, des lumières, des sonorités nouvelles.

Ces pierres parlent, chantent, crient ... et vous transmettez avec beaucoup de brio leur message.

Un poème libre, mais une liberté "contrôlée" qui cultive une musicalité à mes yeux, essentielle pour ressentir cette poésie.

Merci du partage

   Castelmore   
16/8/2020
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Petra ... lieu mythique ...

« Objets inanimés avez-vous donc une âme
Qui s’attache à notre âme et la force d’aimer? »

À vous lire on ne peut douter de la réponse !

Quel voyage ... tous nos sens sont caressés, secoués, emportés, éblouis par le souffle de sa présence, le poids de sa « minéralité » et de son humanité, « des rêves et des regrets d’un glorieux passé »

Maîtrise, lyrisme contrôlé, puissance évocatrice ...

un grand moment de lecture et d’émotion !
Merci.


Oniris Copyright © 2007-2020