Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Annick : Neige féline
 Publié le 25/02/22  -  16 commentaires  -  1108 caractères  -  250 lectures    Autres textes du même auteur

Quand il y a du tonnerre et des éclairs mais que la précipitation est de la neige, on parle d'un orage de neige.


Neige féline



Le jour brumeux se lève
En froid capuchon blanc,
Un chêne frissonnant
Rêve de sève.

Dans la neige à croquer,
Une patte se pose.
Farouche, le chat n’ose
S'aventurer.

Il tente une roulade,
Enfin, il s’enhardit,
Et se tient, sans répit,
En embuscade.

Un flocon polisson
Sur son museau se pose,
On dirait une rose
Sur un bonbon.

Bientôt le ciel saupoudre
L'échine du félin
D’un nuage très fin
De sucre en poudre.

De petits soubresauts
En détente soudaine,
Il prend ces bouts de laine
Pour des gâteaux.

Pendant ce temps la brume
Rassemble ses troupeaux
De glace et de cristaux,
Dans l'amertume…

Le soir tombe, engourdi,
Les rues emmitouflées
Semblent pelotonnées
Dans leur abri.

Hérissé, sous l'orage,
Le chat noir se tapit,
Un éclair resplendit
Sur son pelage.

Il s'enfuit vers les champs
Puis longe une rivière…
Au cœur de la clairière
Deux yeux luisants !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   EtienneNorvins   
11/2/2022
 a aimé ce texte 
Bien
Lecture très agréable : le tableau est réussi, même si je lui trouve quelques facilités, notamment à la fin ('Pendant ce temps...'). Il y a de jolies images, notamment ce 'chêne frissonnant' qui 'rêve de sève', ou le flocon sur le museau du chat... Le rythme 6/6/6/4 est bienvenu, et relance la lecture à la fin de chaque strophe - pas de ronronnement pour ce petit chat...
[En EL]

   Mokhtar   
14/2/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Très joli travail, d’une élégance certaine, avec une couleur de comptine.

Par le choix du thème (le flocon et le chat : légèreté), la pertinence du choix (3+1/2 sizain par quatrain = rythme plaisant et original), et le choix du vocabulaire ( mots simples mais évocateurs), l’auteur(e) réussit à capter le lecteur qui prend plaisir en folâtrant tout au long de ce récit à l’ambiance et au style rafraichissants.

J’attribue une rose à ce bonbon.

Mokhtar en EL

   socque   
15/2/2022
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je trouve fort bienvenu le tétrasyllabe qui vient à la fin de chaque quatrain réveiller le rythme hexasyllabique. Le poème prend ainsi un dynamisme, un côté sautillant qui me semble bien agréable mais n'est peut-être pas le mieux approprié pour évoquer un phénomène météorologique plutôt rude. D'un autre côté, cela donne un contraste intéressant.

Pour moi, le début est très mignon (rien de péjoratif dans l'adjectif, j'ai passé un bon moment à lire), mon quatrain préféré le quatrième.
Puis on change de ton, le soir tombe, le temps se gâte. Le sucre en poudre laisse place à l'amertume, j'aime bien la manière dont vous dessinez ainsi la trajectoire du poème. Le dernier quatrain est à mon avis nettement en dessous de l'avant-dernier sur lequel, me dis-je, vous pourriez avantageusement conclure. Mon avis, rien d'autre.

Au final une jolie balade que j'ai faite, rafraîchissante. Vraiment je salue le rythme.

   Mintaka   
25/2/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
Un joli poème tout en délicatesse et fines touches impressionnistes comme un tableau. C'est curieux car un des commentateur apprécie le tétrasyllabe en fin de quatrain alors que personnellement il me fait l'effet d'un pied de chaise plus court que les autres..comme quoi le poète choisit sa façon d'écrire et le lecteur sa façon de lire. C'est cela le partage, un peu comme je le développe dans ma "méditation sur la création poétique".
Pour finir on perçoit beaucoup de tendresse dans ces vers et je trouve celà très bien de percevoir l'esprit derrière la main qui écrit.
Au plaisir

   Pepito   
25/2/2022
Coucou Annick,

En version plus petite et plus proche de nous, cela pourrait être inspirée par le Panthère des neiges de Sylvain Tesson ? ^^
"Il prend ces bouts de laine Pour des gâteaux." m'a fait sourire. Une chat à mauvaise vue ?
Toujours aussi délicate et légère.
Pour le reste, ben c'est des vers, quoi... ^^

   papipoete   
25/2/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonjour Annick
Jour de neige, qu'un chat noir découvre sous son capuchon blanc ; et le ciel se fait complice du félin, le parant d'un manteau de mousseline.
Passent les heures sur la nature, tombe la neige au sol et sur ce pelage charbon... bientôt la nuit s'installe sur la ville, aux rues refroidies ; là-bas au lé de la rivière, deux diamants luisent.
NB comme ce texte vient fort à propos, alors qu'à l'Est tonne le canon, résonnent les bruits de bottes, que des enfant pleurent de terreur !
On pourrait les réunir dans une grande chambre gaie, et leur lire ce poème si joli, apaisant.
Les nues saupoudrant la ville de sucre en poudre, et ce matou qui s'en amuse joue avec ces bouts de laine...
Un poème aux images si tendres, alors qu'ailleurs le ciel flamboie ! Ce put être miracle de faire neiger vos vers sur ces têtes blondes, sur ces cheveux gris...
Plein de passages charmants, tels ceux de la première strophe, tels ceux de la septième.
L'avant-dernier quatrain, avec son éclair me rapproche de ma pensée de l'instant, vers l'Ukraine...
la partition en vers de 6 + 4 pieds, confère à l'ensemble une agréable ritournelle !

   Cristale   
25/2/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Quel joli poème !

Bonjour Annick,

On croirait regarder un dessin animé de Wald Dysney fluide, coloré, et émouvant.
J'aime les chats, la neige aussi mais de loin,et ces vers associent le jeu de ces deux là de mignonne façon.

"Bientôt le ciel saupoudre
L'échine du félin
D’un nuage très fin
De sucre en poudre."

Jolie aussi la construction sur des vers cours 6-6-6-4 qui contribuent à la légèreté pétillante pleine de fraîcheur des protagonistes du récit : "Un chêne frissionnant" "Il tente une roulade"(le chat) "Un flocon polisson" "...le ciel saupoudre" "De petits soubresauts En détente soudaine," "...la brume Rassemble ses troupeaux"...je ne peux tout citer.

Merci Annick pour cette agréable lecture.

Cristale

   wancyrs   
26/2/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut Annick,

Ce poème est doux comme un ronronnement, surtout en ces vers :

Un flocon polisson
Sur son museau se pose,
On dirait une rose
Sur un bonbon.

C'est déjà beau de voir les gens contempler la nature ; et si en plus ils transcrivent leurs émotions par ces bouts d'images concoctés, c'est merveilleux.

Ce texte est de ceux qui font voyager ; se trouver en plein cœur de l'action sans quitter son sofa :

Merci pour le partage !

   Vincente   
27/2/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Poème charmant pour les grands assez rêveurs et pour les petits très "regardants" !

J'ai beaucoup aimé le ton "mignon" mais pas que… car aussi émaillé de fraîches, un brin fantasques et inspirées insufflations poétiques. Par exemples celles-ci, mes préférées, savoureuses :
" Un flocon polisson
Sur son museau se pose,
On dirait une rose
Sur un bonbon.
"

" Bientôt le ciel saupoudre
L'échine du félin
D’un nuage très fin
De sucre en poudre.
"

" Pendant ce temps la brume
Rassemble ses troupeaux
De glace et de cristaux,
"

Ce qui participe aussi à cette aimable proposition, c'est le rythme qui se dépose en touches, dans chaque quatrain en trois pleins flocons hexa-syllabiques et un dernier, cerise sur le gâteau, plus léger en un tétrasyllabe, comme un point d'exclamation un peu coquin et primesautier, une sorte de clin d'œil qui marque et accomplit la signifiance du quatrain.
Très plaisante lecture donc.

   ferrandeix   
27/2/2022
 a aimé ce texte 
Passionnément
J'admire la forme et le sujet. Le sujet, tout d'abord, thème du chat entremêlé avec celui de la nature dans un jeu subtil. On suit l'animal, depuis l'aube jusqu'au crépuscule, sans qu'on sache d'où il vient, à quelle activité il se livre, ni où il va. Mais est-ce nécessaire de le savoir? Cela communique du mystère à ce félin en rapport avec le génie propre à son espèce. Je ressens personnellement une empathie et une tristesse indicible à l'égard de ce chat en lisant ce poème, mais est-ce que l'auteur a voulu signifier ce sentiment ou a-t-il voulu simplement écrire une fantaisie? Peut-être plus probablement.

Ensuite, la forme: une forme en mètres courts où la rime devient très efficace - ce qui n'est pas le cas de tout poème rimé, à mon avis. Le contenu ne semble pas asservi à la rime.

Quelques cacophonies, bien sûr, mais pas outrancièrement:

"Une patte se pose". : 2e post-accentuels dans un vers si court, n'est-ce pas trop (essayez de le lire à haute voix)

"Farouche, le chat n’ose" attention au e post-accentuel au niveau d'une coupe, surtout suivi d'une syllabe comportant un e (le). Disons que ça peut passer à la limite oralement en appuyant bien sur l'accent tonique "ou" de "farouche"

sur son : cacophonie en s

..............................

   AnnaPanizzi   
8/3/2022
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Annick,

Une poésie à l'image du chat, fin, racé, élégant et souple. La lecture est incroyablement fluide. L'éclair sur le pelage du chat, j'adore cette image, j'ai envie de ronronner. Vous avez un talent indéniable pour mettre les impressions en mots.

Félicitations et merci pour ce moment aérien

Anna

   Annick   
1/3/2022

   Queribus   
4/3/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Votre poème fait du bien de bon matin (et Dieu sait qu'on en a besoin en ce moment); en effet quoi de plus charmant que cette scène d'un chat et de la nature se mêlant avec un certain aspect comptine pour enfant. La forme me semble parfaite et je trouve que c’est une très bonne idée que ces quatrains en 6-6-6-4) qui donne à l'ensemble un côté sautillant (d’autres diront bancal). En résumé un moment de fraicheur et de bonheur passé à vous lire. Faites-nous en vite d'autres comme ça.

Bien à vous.

   archibald   
4/3/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'arrive un peu tard pour reprendre à mon compte tous les adjectifs des précédents commentateurs : c'est joli, mignon, charmant, léger, élégant, délicat... J'ai tiqué pour la rose sur le bonbon ; pour moi, béotien, une rose c'est rose. Et puis je me suis souvenu qu'il existe des roses blanches (tiens ma jolie maman).
Amical salut d'un amoureux des chats à une autre amoureuse, j'imagine.

   Miguel   
6/3/2022
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Quelle délicieuse petite pièce ! une vraie pépite. j'arrive un peu tard mais j'ai bien fait de venir. Cette structure de strophe, légère, vive, semble faite pour raconter cette histoire. Un plaisir de lecture.

   ericboxfrog   
11/3/2022
 a aimé ce texte 
Bien
Salut Annick,

au départ, je n'étais pas sûr de lire toute la poésie. C'est le quatrième vers de chaque quatrain qui surprend.
"Rêve de sève" gène et "S'aventurer" ne semble pas rimer à 100 % avec "croquer".

Puis le rythme emballe et l'on s'aperçoit que c'est justement le quatrième vers qui fait la différence. La surprise se transforme en envie, en plaisir, en satisfaction.

Je te félicite et te remercie pour cette (ces) lecture(s).

ericboxfrog


Oniris Copyright © 2007-2022