Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Anomel : Ανάμνησις
 Publié le 30/08/17  -  5 commentaires  -  873 caractères  -  190 lectures    Autres textes du même auteur

Un bonheur oublié ne vaudra jamais une souffrance réelle.


Ανάμνησις



1

Ce n’est pas sa souffrance mais celle de l’enfant,
Qu’une mère, en le mettant en ce monde, ressent.

2

Vague semence éjaculée dans cette fange,
Déchue, sur une terre stérile. Jetée !
Déchue d’un Éden où seule l’idée trônait ;
Désormais orpheline sous l’œil creux de l’ange.

Vague réminiscence d’un monde joyeux ;
Dieu, roi onaniste, jouit seul dans tes souffrances ;
Et sans rien donner quémande ses redevances.
Offre tes pleurs, puisses-tu sourire au lépreux !

« Rudesse adamantine, pourquoi dois-je naître ?
Quelle déité chasseresse me pourchasse ?
N’y a-t-il d’énigme digne d’être oubliée ? »

« Enfant du vide et de rancœur, il faut admettre
Qu’un tiens vaut mieux, prends donc ! car à deux tu te lasses.
Il n’y a guère d’énigme, tout est vérité. »


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Damy   
19/8/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Attiré par le titre que je prenais pour un joli prénom de jeune fille, j'ai vérifié sur Google: Ανάμνησις = mémoriser. Eh bé ! Douleur de la mémoire d'avoir mis au monde un enfant malheureux ? Mais il s'agit, si j'ai bien compris, de la douleur du nouveau né lui-même... dont la mémoire aura pourtant toute la vie pour se constituer.
"N’y a-t-il d’énigme digne d’être oubliée ? »: ce vers bien qu'assez mal tourné à mon goût, est en rapport: L'onanisme du père, comme celui du Père, eût-il été préférable si l'énigme n'est pas résolue ?
Bon ! C'est un avis (que je ne partage pas mais que je respecte): ne plus avoir envie de donner naissance dans un monde pourri de peur que sa progéniture n'en souffre me semble relever un peu de la paranoïa.

Si j'ai bien compris: "Qu’un tiens vaut mieux, prends donc ! car à deux tu te lasses.", la mère refuse un frère ou une sœur. Je crois, moi, qu'être unique est plus malheureux encore.

Bien que l’écriture me paraisse par endroits maladroite: répétitions, par ex: Déchue, déchue (encore que là je comprends l’insistance explicative); "Quelle déité chasseresse me pourchasse ?", énigme, énigme, je retiens la perle adamantine: "Dieu, roi onaniste, jouit seul dans tes souffrances ;
Et sans rien donner quémande ses redevances."

Ce texte me heurte: je suis plus optimiste (il faut dire que j'ai 2 filles heureuses de la vie), mais je suis tout près de lui accorder un accessit car il me fait réfléchir sur la méfiance maternelle et l'état de notre civilisation.

Merci pour cette lecture.
Bien à vous malgré tout,
Damy

   papipoete   
30/8/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
bonjour Anomel,
" j'ai pas demandé à vivre " dirait un ado révolté à sa mère peut-être, à son père sûrement, rabaissé au niveau peu glorieux de "vague semence éjaculée sans cette fange " . Mais un tiens vaut mieux que ... , alors je vis mais ne suis heureux .
NB " enfant du vide et de rancœur, il en veut à tout le monde, même à Dieu roi onaniste qui jouit des souffrances de l'homme .
Je ne suis pas certain de ma vision de l'auteur, mais je crois lire un texte très pessimiste sur ce personnage dont la vie semble toute fraîche !

   PIZZICATO   
30/8/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
" Ce n’est pas sa souffrance mais celle de l’enfant,
Qu’une mère, en le mettant en ce monde, ressent."
C'est le point de vue tout à fait légitime de l'auteur.
A mon avis, une femme qui enfante, nonobstant la souffrance physique, est plutôt submergée de bonheur.

" Vague réminiscence d’un monde joyeux " lequel ?

Ce texte, d'une grande noirceur, me semble être un rejet de la vie.

   Anomel   
31/8/2017

   FABIO   
17/9/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bonsoir

Je m'en tiendrais juste a la forme et non au fond, ni au sens de ce texte.
-quelques répétitions
-de belles rimes
-de belles images comme "l'oeil creux de l'ange"
-trop de questions cassent la lecture parfois.

Merci pour ma lecture


Oniris Copyright © 2007-2019