Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
archibald : Je ne suis pas poète
 Publié le 06/04/19  -  21 commentaires  -  1349 caractères  -  244 lectures    Autres textes du même auteur


Je ne suis pas poète



https://www.aht.li/3350247/13_-_Je_ne_suis_pas_poete.MP3


J’écris à tort et de travers
Des vers à l’endroit, à l’envers,
Où est la queue ? Où est la tête ?
Non, je ne suis pas poète.

Je suis peintre de faux-semblants,
Joueur d’échecs sur papier blanc,
Maître d’école analphabète,
Mais je ne suis pas poète.

Avec du vin, je fais de l’eau,
Avec des cartes, des châteaux,
Des Tour Eiffel en allumettes,
Mais je ne suis pas poète.

Je suis funambule amateur,
Clown-illusionniste-jongleur,
Je suis dompteur de girouette,
Mais je ne suis pas poète.

Je vais de Cabourg à Balbec,
Je traduis Aristote en grec,
Je dis l’avenir aux prophètes,
Mais je ne suis pas poète.

Je jette en offrande au néant,
Quelques gouttes dans l’océan,
Trois mots cueillis à la sauvette,
Mais je ne suis pas poète.

Je suis orateur sans discours,
Trop long, même quand je fais court,
Menteur sans doute, escroc peut-ête,
Mais je ne suis pas poète.

Voilà bien qui le montre assez,
Mes strophes faites pour lasser
Se perdront dans vos oubliettes…

Non, je ne suis pas poète.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Annick   
17/3/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Un coup de cœur pour cette chanson et l'on sait que les coups de cœur ne se commandent pas.

En gros, le narrateur sait faire plein de choses... qui ne servent à rien ("...Je dis l’avenir aux prophètes..."). Il fait penser à un looser sympathique qui se saborde lui-même :

"Je suis peintre de faux-semblants,
Joueur d’échecs sur papier blanc,"...

La voix est belle, l'interprétation légère et humble semble signifier "voyez, je ne suis pas grand-chose" :

"Avec du vin, je fais de l’eau,
Avec des cartes, des châteaux,
Des Tour Eiffel en allumettes,..."

La musique trottine à la manière de certaines chansons de Brassens, guillerette.

L'écriture est belle, et la chanson, un vrai plaisir.

   BlaseSaintLuc   
17/3/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
il y à là comme du Brassens , du Prévert, j’adore! d’abord lu j’appréciai déjà ,mais à l'écoute je ne m'en lasse pas et j'écoute et réécoute avec un plaisir certain ,merci pour cet instant !
il y à de la joie , de la liberté , de la légèreté, merci ,merci merci !

   FANTIN   
18/3/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Une lecture agréable. Des vers primesautiers et fantasques comme les bonds d'un poulain lâché dans la prairie. Cet homme-orchestre qui prétend ne pas être poète jongle plaisamment avec les mots et les images et, bien sûr, contrairement à ses dénégations, écrit avec beaucoup d'humour et d'aisance un vrai poème en habit d'arlequin. On en redemande...

   VictorO   
21/3/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Des vers qui glissent impeccablement sur la mélodie de la guitare, non sans rappeler le Maître Georges Brassens. Des assemblages de mots subtils, inattendus, drôles parfois (de Cabourg à Balbec par exemple). L'art de faire de la poésie en jouant sur sa définition, ses limites. Effectivement, personne n'en a exactement la même conception, la même définition. Mais oui, à mon sens aussi, le poète est un illusionniste, un joueur, un malicieux, qu'il invente ou qu'il évoque son vécu. Ce poème en chanson nous fait réfléchir et rêver. Bravo et merci.

   Queribus   
23/3/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Voilà qui est joliment dit avec humour et sans prétention avec une belle écriture régulière et des strophes qui s’enchainent bien les unes les autres.L'ensemble nous prouve que, contrairement à votre affirmation, vous êtes bien poète et votre écrit nous le prouve.

Pour ce qui est de la musique, on sent de façon très évidente (presque trop) l’influence de Brassens mais il y a bien pire comme référence.

En conclusion, de jolis mots, une musique qui se laisse facilement écouter et un bon moment passé avec votre chanson.

Bien à vous.

   TheDreamer   
6/4/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une agréable et charmante comptine sur des octosyllabes. Le joli travail sur la mélodie à la guitare sèche fait clairement penser au grand Georges.

L'entame du poème "J'écris à tort et de travers" se confirme à l'écoute où l'on remarque que les strophes sont voyageuses : la troisième grille la politesse à la seconde et la cinquième à la quatrième. - Sourire.

   Hananke   
6/4/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

On dirait une chanson tout droit sortie du répertoire de maître Georges.

J'ai bien aimé tous les enchaînements. Seul bémol, c'est que le chanteur n'interprète pas les strophes dans l'ordre de leur présentation.

Mais bon, cette gêne est vraiment minime.

Oui, une belle mélodie sur un bon texte, que demander de mieux.

   papipoete   
6/4/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour archibald
Bien que le chanteur inverse le dessert avec l'entrée, et ainsi de suite, cette chanson semble monter d'une rue de Sète, et la guitare accompagne jovialement tous ces quatrains ;
L'auteur conjugue tous les métiers, même celui du Christ, et à la fin le pire de tous, " menteur " !
Mais ces lignes ne lasseront pas, car leur strophe les retient comme les chevaux d'un quadrige !
NB l'auteur n'est pas poète ( puisqu'il le dit ! ), mais je crois qu'il se trompe ! les octosyllabes rouspètent après cet heptasyllabe qui revient en 6e position, et les assonances semblent dire " on compte pour du beurre ? "
Les couleurs du Printemps vont bien à cette ritournelle !

   Vincente   
6/4/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Entre Brassens et Anne Sylvestre il y a donc Archibald, un poète chanteur qui ne se dit poète.
Mais ce n'est pas grave s'il ne réclame cette qualité, puisqu'il a la poésie chevillée dans son texte, la dérision sur la langue et la sensibilité dans le cœur. Avec un côté abouti qui n'a rien à envier à ces ainés.

Cette ritournelle est bien agréable à écouter. Sa mélodie enjouée convient plaisamment au propos qui, soit dit en passant, joue aisément des contre-temps sémantiques à l'instar de "Maître d'école analphabète" ou "dompteur de girouette", etc... Cette écriture "à tort et à travers" donne adroitement le sourire, c'est très aimable (au sens propre comme au figuré).

   senglar   
6/4/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour archibald,


De l'inventivité, de la créativité, de l'originalité dans les images tout au long d'une dénégation qui démontre a contrario que l'auteur l'est bien, POETE ; mais cela c'est plus classique.

- j'aime beaucoup les 2ème et 3ème strophes, le "dompteur de girouettes", "Balbec". J'aime aussi les "oubliettes".
Chouette cette rime en "ette" !

- je n'aime pas "illusionniste" : trop long, traduire "Aristote en grec" : du grec ? , les "strophes faites pour lasser" : trop courtes pour ça.


La bande son n'est pas suffisamment audible, elle m'a semblé jouée dans une tonalité un peu sage, charmeuse, là encore très poétique. Un peu de bousculade aurait peut-être été intéressant. lol


senglar

   Luz   
6/4/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'est une bien belle chanson ; Brassens ou l'un de ses disciples aurait pu la chanter. Sympa la rime peut-ête/poète. Je trouve que les deux derniers vers de chaque strophe donne une rythme gai à cette chanson.
Bravo !

Luz

   PIZZICATO   
6/4/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
En réponse au titre j'ai envie de dire << bien sûr que si ! >>

Une ballade ou l'humour se balade, dans le style du Tonton Georges.
De bonnes trouvailles comme :
" Je suis peintre de faux-semblants "

" Je suis dompteur de girouette "

" Je dis l’avenir aux prophètes ". Un petit + pour celle-ci.

Le côté musique est agréable lui aussi. La voix est juste, bien posée ; la guitare remplit son contrat.

Une chanson qui détend.

   jfmoods   
7/4/2019
Au fil de ces 8 quatrains, le dernier vers de chaque strophe, brisant la douce régularité de l'octosyllabe par son rythme impair, bancal, de 7 pieds, semble corroborer l'échec que le poème ne cesse d'affirmer.

Cependant, bien loin de fixer un achoppement, ce texte met au contraire en exergue les traits caractéristiques d'un poète...

Ouvrant une passerelle entre le réel et l'imaginaire ("Je vais de Cabourg à Balbec"), maniant volontiers l'absurde ("Je suis dompteur de girouette", "Je traduis Aristote en grec"), il a une liberté totale d'inspiration ("J’écris à tort et de travers / Des vers à l’endroit, à l’envers, / Où est la queue ? Où est la tête ?", "Je suis peintre de faux-semblants", "je fais [...] Avec des cartes, des châteaux", "Je suis orateur sans discours, / Trop long, même quand je fais court", "Menteur sans doute, escroc peut-ête").

Modeste dans ses ambitions ("Maître d’école analphabète", "Avec du vin, je fais de l’eau", "je fais [...] Des Tour Eiffel en allumettes"), considérant l'écriture comme une activité avant tout ludique ("Joueur d’échecs sur papier blanc", "Je suis funambule amateur, / Clown-illusionniste-jongleur"), il s'inscrit dans le présent et n'a pas l'oeil fixé sur la postérité ("Je jette en offrande au néant, / Quelques gouttes dans l’océan, / Trois mots cueillis à la sauvette", "Je dis l’avenir aux prophètes", "Mes strophes faites pour lasser / Se perdront dans vos oubliettes").

Merci pour ce partage !

   hersen   
7/4/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un déni pour rire !

ce texte+interprétation a quelque chose de très léger, de très rafraîchissant. Un auteur qui se prend pas la tronche à deux mains, qui n'explique pas les affres de la création, mais qui nous sort une 'tite chanson toute pleine de poésie !

il y a aussi une belle lucidité, non, ces vers ne seront pas éternels. ça tombe bien : moi non plus !

merci pour un sourire le temps de cette écoute !

   leni   
7/4/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
salut Archibald
C'est bien écritbien musiqué Bien chanté
Cela ma fait un peu penser à Brassens mais peu importe
J'ai vraiment apprécié les images
J'aime le dompteur de girouettes
Je dis l'avenir aux prophètes
Lee vers de 7 pieds me perturbe

J'aurais dit Non je ne suis pas un poète

Merci pour ce bon moment Bravo et salut cordial Leni

   Davide   
7/4/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour archibald,

J'adore la manière dont l'auteur s'amuse avec les mots sans se prendre au sérieux.
Le premier vers donne le ton humoristique et léger : "J’écris à tort et de travers".
Une belle voix posée sur des accords de guitare.
C'est charmant !

Merci du partage,

Davide

   STEPHANIE90   
7/4/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour archibald,

j'ai vraiment apprécié votre chanson, Brassens le retour ?!? vu que je ne savais qu' apprécier son écriture et sa façon de la mettre en musique. Alors évidement...
"J’écris à tort et de travers
Des vers à l’endroit, à l’envers,
Où est la queue ? Où est la tête ?
Non, je ne suis pas poète."

Poète un grand peu quand même !!!
Merci pour ce musical poème...

StéphaNIe

   Pouet   
8/4/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bjr,

je ne vais pas faire dans l'originalité fulgurante en notant l'analogie possible avec ce bon vieux moustachu amateur de gorille et de gougoutte aux chats.

Des tours Eiffel en allumettes comme monsieur Pignon.

Une bonne 'tite chansonnette.

Ludique, sympathique.

Mention spéciale poilade pour le "peut-ête".

Un peu poète quand même.

Pouet pouet

   emilia   
8/4/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
A l’instar de Brassens dont il emprunte la mélodie à la guitare, le narrateur affirme humblement « Je ne suis pas poète » », car disait Brassens : « Un poète, ça vole quand même un peu plus haut que moi », même s’il reste l’un des maîtres incontestés de la chanson française ayant reçu le grand prix de poésie de l’Académie française et qu’il se soit toujours appliqué « à faire danser les mots » sans hésiter à couper, inverser, modifier son adaptation … sans tomber dans les « oubliettes » ! Merci à vous pour cet hommage mérité et cette belle inspiration qui en restitue le ton et l’univers poétique et musical…

   Cristale   
9/4/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Parce que j'aime la voix qui chante, parce que j'aime la guitare qui l'accompagne, parce que j'aime ce poète qui jamais ne se la pète je mets la note la plus gentillette "Au maître d'école analphabète" et parce que tout me plaît j'emmène ses "strophes" dans mes "oubliettes" personnelles.
Voilà,c'est tout.

Cristale

   Kodiak   
18/5/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Après 3 ans d'absence sur Oniris, je reviens jeter un coup d'oeil par curiosité et tombe par hasard sur cette chanson que je trouve très réussie à tous les niveaux.
Vous commencez très fort avec "J'écris à tort et de travers" qui d'emblée nous fait comprendre que si le "je" de votre chanson prétend ne pas être poète, celui qui le fait parler en est bel et bien un.
Mais j'adore cette modestie teintée d'humour que l'on retrouve chez les meilleurs auteurs-compositeurs (dont Brassens qui manifestement a eu une certaine influence sur vous).
Votre chanson mériterait un meilleur enregistrement.


Oniris Copyright © 2007-2019