Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Arielle : La Belle au bois dormant attendant son baiser [concours]
 Publié le 01/03/16  -  19 commentaires  -  2993 caractères  -  216 lectures    Autres textes du même auteur

Extrait des Contes du Pot au Noir de l'ami Perrot.


La Belle au bois dormant attendant son baiser [concours]



Ce texte est une participation au concours n°20 : Larcin Valentin ! (informations sur ce concours).






À moi, mon gentil Prince,
venez à mon secours !

Voyez en quel aride enfer je me consume,
seulette en pâmoisons et secrète rosée,
les fées m'ayant vouée
au vice qui rend sourd…
Oyez mon amertume.

Ma bouche est un brasier
avide du brandon
humide qui saurait à coup sûr l'apaiser
pour peu que vous daigniez céans vous y glisser !

Blanche-Neige livrée par sa noire marâtre
aux frasques des sept nains
eut droit à son baiser,
dois-je me mettre en quatre
afin de me hisser
à l'aune du talent de cette mijaurée ?

Je refuse de croire aux ragots éhontés :
votre langue donnée, dit-on, au Chat botté,
réjouirait ce faquin minaudant du croupion,
qui trousse sans égards chausses ou cotillons !

Je n'ose pas penser
que ce Petit Poucet
vous déliant l'aiguillette
ait pu se voir payé d'une poignée de miettes…

Quant au Chaperon rouge avez-vous oublié
qu'après avoir été honteusement violé
par sa grand-mère indigne, une harpie lubrique,
l'enfant devint d'un loup l'ignoble pique-nique ?

Or ça, me confiez-vous, le pied de Cendrillon
a pour vous plus d'attraits que mes larges arpions
mais imaginez donc à quel point la pauvrette
s'échinant tout le jour à fourbir la moquette,
sans pantoufles ni bas, doit fleurer la poussière…
Je vous imaginais la truffe un peu plus fière !

Suis offensée, Seigneur, par ce manque d'ardeur
alors que mon papa, vous comblant de faveurs,
me dotait grassement,
faisait votre fortune,
vous dont la bourse geint sans l'ombre d'une thune !

Certes je suis scrofule et quelque peu bancroche,
mais vous-même, Riquet, êtes-vous sans reproche ?
Serait-ce mon menton pudiquement velu
ou l'auvent de mon nez qui vous aurait déplu ?

Je vous conseille, ami, pourtant de passer outre ;
de vos dégoûts je n'ai, ce jour d'hui, rien à foutre.
Je ne suis pas pour rien fille de Barbe-Bleue !

Cessez de barguigner, vous me faites languir
et par saint Valentin je vous somme d'agir !
À genoux donc, morbleu,
baisez-moi, je le veux !

S'il faut qu'on vous bouscule
j'ai, parmi mes laquais, un preux de la férule
qui vous attendrira les rognons sans faillir.

Et nous tenons sous clés, en une chambre basse,
quelques jolis trophées des amours de papa
qui n'attendent que vous pour figer dans la glace
une danse macabre honorant vos appâts.

Faut-il pour un baiser risquer de trépasser ?
Je ne saurais vous dire,
c'est à vous qu'il échoit à la fin de choisir.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Bidis   
20/2/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J’aurais bien vu Valérie Lemercier dans le rôle de cette belle… Le début de ce texte m’avait pourtant trouvée plutôt sceptique et sur la réserve bien que tout de même accrochée mais très vite je n’ai pu m’empêcher de poursuivre avec plaisir et rire. C’est amusant, très polisson et gore tout à la fois, l’auteur a du talent.

   troupi   
1/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Arielle.

Ça alors ! J'avais eu sous les yeux ce texte en EL et pas une seconde je n'aurais pu imaginer qu'il fut de toi.

Il m'avait bien fait rigoler mais le temps que je me décide et il avait disparu de mon espace.

C'est donc avec plaisir que je le retrouve ici avec en plus la surprise de l'auteur dans un style que je ne soupçonnais pas.

Je me fourvoie peut-être mais je décèle parfois des accents de Cyrano dans certains de tes vers.

Bonne chance pour le concours chère Arielle et à bientôt.

   PIZZICATO   
1/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
" Les fées m'ayant vouée
au vice qui rend sourd… " Dès lors le décor est planté (euh... non rien)
J'ai bien aimé ce poème élégamment grivois et déluré.
Les sous-entendus, à peine déguisés, m'ont beaucoup amusé au fil de ma lecture ; je devrais dire mes.

" Certes je suis scrofule et quelque peu bancroche,"
" Serait-ce mon menton pudiquement velu
ou l'auvent de mon nez qui vous aurait déplu ?"

"Faut-il pour un baiser risquer de trépasser ?
Je ne saurais vous dire,
c'est à vous qu'il échoit à la fin de choisir."

Entre deux maux il faut choisir le moindre.
Lequel ce prince charmant (!) aura t-il choisi ?

   Robot   
1/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ce texte découvert en pré lecture je l'ai lu plusieurs fois et je l'ai parcouru encore une fois publié car j'ai adoré dans l'esprit du concours ce lien avec les personnages des contes.
C'est vif est bien campé avec un humour noir mais aussi polisson tout à fait approprié.
Madame quel est votre mot et sur le mot et sur "les" chose"s" comme à presque dit l'abbé de Lattaignant.

   Coline-Dé   
1/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Voilà ! Quand on sait ce qu'on veut !
Bravo Arielle pour cet éventaire bien pourvu en héros de notre enfance revus et corrigés à fort plaisante sauce !
J'ai adoré " fourbir la moquette" et imaginé la truffe du galant...
Et commencé sur un ton quelque peu geignard ( quoi, lanterner un peu ne fait qu'attiser l'appétit...)la belle affermit son propos et finit par trouver le ton juste pour galvaniser les esprits... enfin... on peut dire ça comme ça !
C'est drôle, enlevé et ça m'a fait penser à Monique Tarbès chantant :
Il y a longtemps bien longtemps
Jadis vivait une bergère
qui gardait ses moutons bêlants
dans une clairière

Les moutons étaient tout pelés
et la bergère était affreuse,
laide, souillon, mal peignée
et paresseuse !
Le fils du roi vint à passer
C'était un parfait imbécile
Il n'était ni beau ni bien fait
Ni juvé, ni juvé, ni juvénile
etc....
Il faudrait mettre ta Belle en musique...

   Ascar   
1/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Quel longueur ! On vous sent bien inspirée Arielle. Est-ce une vengeance à régler avec les Princesses de Mickey's'house ? Le verbe est piquant, les tournures châtiées, les mots font mouche avec la précision d'un escrimeur.
Pour un thème imposé, c'est une belle prouesse. Je me suis amusé à vous lire.

   Ananas   
2/3/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonsoir,

Le fond me plait : humour et sexe, petite chute un rien mutine assez contradictoire avec le ton général de l'oeuvre, la princesse et le prince charmant, une poésie somme toute assez féminine dans son traitement, même si ...

ça manque de sensualité, pour tout à fait me satisfaire, et les vers bien qu'irréguliers ne me paraissent pas si libres, quoi qu'on en classe !
Je m'attendais à plus de risque, plus de passion, plus de fantaisie dans le verbe.
Les images sont faciles (je ne dis pas qu'elles sont simples, nuance) et ne me transportent que dans l'humour, alors que la fin permettait un vrai plongeon dans un délire riche de sous-entendus... mes excuses à l'auteur ce n'est certainement pas son intention, mais c'est ce que moi, lecteur j'ai recherché tout le long.

Il me manque donc une véritable poétique, une métrique moins travaillée peut-être, ou moins évidente pour me convaincre. Un peu plus de liberté dans la construction n'aurait pas été pour me déplaire.

De toutes les participations poétiques que j'ai lues jusque là pour le concours, c'est néanmoins celle qui me plait le plus.

Je vous remercie donc pour le sourire, pour le début de rictus coquin, et vous souhaite bonne chance pour le concours !

   luciole   
2/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bravo, ce poème met dans le mille ! On est en plein dans le thème.
J'adore les contes parce qu'il y a vraiment matière à dépoussiérage, c'est un tremplin pour l'imaginaire. Et ici le lecteur est gâté, tous ses personnages d'enfance ou presque sont au rendez-vous !
La langue utilisée avec des tournures d'époque me plaît bien, le ton ironique, les allusions bien salaces...
C'est jouissif !

   Lulu   
2/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Arielle,

le titre fait déjà sourire... et le texte est d'une telle qualité. D'ordinaire, je n'aime pas trop le registre familier, mais ici, il n'exclue pas la poésie qui se dégage de l'ensemble. Il est au service de personnages, qu'on connaît par ailleurs, et qu'on est bien contents de retrouver.

J'ai découvert des mots... Ainsi ai-je dû m'arrêter sur le vers suivant : "Certes je suis scrofule et quelque peu bancroche,"... "scrofule" et "bancroche", deux mots qui sortent de l'ordinaire...

J'ai trouvé votre texte très drôle, vraiment bien mené.

Au plaisir de vous lire à nouveau.

   Francis   
2/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Jadis les fées m'avaient fait rêver, sous votre plume, elles m'ont fait sourire ! Pour la Saint Valentin, ces contes sont revisités avec talent et beaucoup d'humour. J'imagine le travail qu'ont nécessité de nombreux vers mais vous avez dû y prendre plaisir. Merci pour le partage.

   leni   
2/3/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
a Arielle
Quelle écriture on s'y croit je citerai

les fées m'ayant vouée
au vice qui rend sourd…
Oyez mon amertume.


e refuse de croire aux ragots éhontés :
votre langue donnée, dit-on, au Chat botté,
réjouirait ce faquin minaudant du croupion,
qui trousse sans égards chausses ou cotillons !


Certes je suis scrofule et quelque peu bancroche,
mais vous-même, Riquet, êtes-vous sans reproche ?
Serait-ce mon menton pudiquement velu


S'il faut qu'on vous bouscule
j'ai, parmi mes laquais, un preux de la férule
qui vous attendrira les rognons sans faillir.


Admiratif Admiratif Leni

   hersen   
3/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
C'est toujours la même chose : on nous fait prendre des vessies pour des lanternes et les contes pour enfants des contes pour enfants.

Je suis bien aise que l'auteur remette les pendules à l'heure, en tout cas en ce qui concerne les contes et que, du même coup, il y ait un amusement amusé (si,si, j'aime bien comme ça) tout au long du texte;

Melle de Rais, empruntant ici le surnom paternel de Barbe Bleue, a bien l'air de la même trempe que son papa que l'on surnommait "le Saigneur du château". Qui, lui, malheureusement, n'était pas un conte, mais un comte. Non, juste baron, mais ça ne va pas pour mon jeu de mot. Et on a quand même fait toute une histoire de sa vie !

Ah, que j'ai été, le temps de votre poème, replongée dans le monde culturel de mon enfance !

   Ramana   
4/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Les amateurs de bandes dessinées pourront retrouver ici quelque chose de Gotlib, qui a lui aussi revisité les contes populaires d'une manière un peu similaire à celle de l'auteur. Je vous laisse imaginer entre autres sa version de la chèvre de monsieur Seguin !
Après cela, qui osera encore soutenir que les victimes de violences conjugales sont uniquement les femmes ? J'espère que ce mari possède assez d'imagination créatrice pour susciter la réaction physiologique voulue, à partir d'une belle image mentale venant enjoliver la réalité, sinon c'en est fait de lui.
Bravo pour ce texte humoristique rédigé avec esprit et maîtrise.

   LenineBosquet   
4/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Merci, je me suis bien marré, du début à la fin ("le vice qui rend sourd", "les frasques des 7 nains", "le brandon humide", le Chaperon rouge violée par la grand-mère lubrique etc... J'en passe, et des meilleurs!).
C'es excellent, même en poésie libre ça coule tout seul. Bravo.

   Anonyme   
4/3/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonsoir,

"Quant au Chaperon rouge avez-vous oublié
qu'après avoir été honteusement violé
par sa grand-mère indigne, une harpie lubrique, "

Voilà l’unique passage qui m'a déplu :
Je le trouve d'une trop facile violence, dans sa volonté de bousculer la sensibilité du lecteur ; le mot "violer" est extrêmement brutal.

En revanche, le reste est nettement plus drôle, plus enlevé, plus gai.
Et bravo pour la richesse de votre poème qui rassemble bien des figures de bien des contes de notre enfance.

A.

   jfmoods   
4/3/2016
Avec une grande jubilation, la poétesse s'amuse à dynamiter les codes du conte pour enfants (expression d'une sensualité exacerbée, laideur physique à contre-emploi du rôle, patchwork des personnages et des contextes, mélange des registres de langue, politesse et vulgarité, violence verbale et sadisme assumé).

Merci pour ce partage !

   Lylah   
7/3/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Iconoclaste et primesautier, ce texte se lit avec le sourire aux lèvres du début à la fin. Merci pour ce défilé de portraits délicieusement acidulés !

   Arielle   
7/3/2016

   silvieta   
21/3/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'avais vu passer devant moi il y a plusieurs semaines cet intéressant poème et je le cherchais vainement depuis. Le voilà.

Très bien écrit, fourmillant de contes, polisson, évocateur, spirituel il n'y manque rien et j'ai particulièrement apprécié dans la dernière partie la révélation inquiétante autant que cocasse ( la fille de Barbe Bleue ).


Oniris Copyright © 2007-2017