Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
arigo : Détails de cendre
 Publié le 28/10/16  -  15 commentaires  -  740 caractères  -  292 lectures    Autres textes du même auteur

L'oubli comme inspiration.


Détails de cendre



Je répétais souvent à qui voulait l’entendre
Une histoire incroyable aux airs d’un autre temps.
Une vie, souvenir, tout de noir et de blanc,
Embellie par l’oubli d’un amour à revendre.

Je me perds aujourd’hui dans ces détails de cendre
Qui renaissent parfois mais s’effacent toujours.
J’égare vos prénoms, des visages d’un jour,
Des morceaux d’existence à n’en plus rien comprendre.

Je répète souvent que la vie me fatigue,
Mais il me reste à vivre une dernière intrigue.
Pour le moment, j’oublie, un peu, beaucoup, encore.

Perdu dans mes pensées aux couleurs délavées,
Le jour où je m’en vais est bientôt arrivé.
Je quitterai mes jours, regrettable trésor.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Proseuse   
2/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un poème très touchant , l' oubli dit avec une grande délicatesse, j' aime particulièrement le deuxième quatrain qui montre bien l' errance qui guette et qui choisit le chemin de l' oubli !
Un très beau poème , j' aime vraiment beaucoup !
Merci à vous

   Lulu   
28/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Arigo,

j'ai bien aimé lire ce poème si fluide qu'il se comprend à la première lecture. C'est de ce point de vue très réussi.

Je trouve que vous rendez bien compte du fait que l'on puisse se sentir désarmé face à l'oubli quand on oublie soi-même "J'égare vos prénoms, des visages d'un jour, / Des morceaux d'existence à n'en plus rien comprendre"... Mais n'est-il pas normal d'oublier un peu de son existence ? Il me semble que la mémoire fait le tri, que nous ne sommes pas à même de tout garder.

J'ai trouvé dommage de lire ce vers "Je répète souvent que la vie me fatigue". Je trouve ce passage vraiment peu poétique. Il confine au constat dans une vie. "... que la vie me fatigue"

Mais j'aime la façon dont vous avez repris la suite de la strophe avec notamment la rime du mot "intrigue" et le vers suivant avec son énumération.

L'ensemble, en relecture, me paraît tout à fait agréable. Je reverrais seulement le vers que j'ai relevé plus haut pour rendre le passage moins déprimant.

Bonne continuation.

   Anonyme   
28/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'ai beaucoup aimé ce poème, désarmant et touchant dans le sens où l'on voit une pensée se déliter, et ce, dit par l'être concerné.
J'ai un peu regretté les sons en "en" répétés dans le premier quatrain, qui l'alourdissent un peu.
Dans un ensemble nostalgique et triste, ce vers :
"Pour le moment, j'oublie, un peu, beaucoup, encore"
apporte une petite touche de fantaisie et rend le locuteur attachant.
Le choix du temps dans "le jour où je m'en vais" est surprenant. J'aurais peut-être mis : Le jour de mon départ.
En dehors de cela, le poème m'a beaucoup plu.

   MissNeko   
28/10/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Vous m'avez touchée ! J ai tout aimé : le thème, la prosodie. Un poème que l on sent inspiré, touchant Et vrai.
Bravo

   Robot   
28/10/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
D'abord sur la forme j'ai ressenti un véritable attrait pour cette composition classique qui n'a rien de désuet et dont je trouve l'expression très poétique.
L'oubli mais surtout une difficulté à voyager dans "ces détails de cendre. qui renaissent parfois".
"La vie me fatigue" mais outre cette fatigue, "je quitterai mes jours, regrettable trésor"
Ce sont ces nuances qui m'ont fait apprécier positivement le fond de ce poème.

   Pouet   
28/10/2016
 a aimé ce texte 
Un peu
Bjr,

Je ne suis pas réellement convaincu. Je trouve que l'entame notamment, le premier vers, est d'une très grande banalité, une expression toute faite.

Ensuite, deux fois "vie", une fois "vivre" qui suit immédiatement "vie", une fois "existence" qui fait un peu redondant, trois fois "jour" dont deux à la suite. Une rime "jour/toujours" qui est plus qu'usée à mon sens...

La forme ne me parle pas trop en définitive.

Le fond reste sensible et intéressant mais je demeure un peu bloqué sur cette histoire de forme.

   Ora   
28/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Votre écriture est fluide et la lecture de votre poème aisée, agréable. Il m'a semblé entendre le témoignage d'une personne atteinte d'Alzheimer suffisamment lucide pour en témoigner, qui vit dans les souvenirs de son passé et qui sent le monde autour lui échapper avec regret mais sans apitoiement. Un passage toutefois reste opaque à ma compréhension: "Mais il me reste à vivre une dernière intrigue." De quoi s'agit-il? Bravo et merci pour ce poème à mon sens très réussi.

   Arielle   
28/10/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Un présent de cendre coincé entre un vieux film en noir et blanc et une dernière intrigue aux couleurs délavées ... L'empathie est immédiate avec ce personnage touchant qui nous ressemble tant !
La langue est belle et simple si proche du parler quotidien que là encore on s'approprie vos mots sans efforts "à ne plus rien comprendre", "la vie me fatigue". J'ai juste un bémol pour cet "amour à revendre" Ce qui est à revendre sous-entendant, pour moi, une idée de superflu.
Magnifique dernier vers qui illumine toute la grisaille de ces instants d'oublis qui se multiplient et ternissent l'histoire qui reste cependant le seul trésor palpable.

   PIZZICATO   
28/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime la poésie quand elle dit bien ce qu'elle veut dire, quand elle est fluide comme ici.
Un titre bien trouvé.

mon passage coup de coeur :
" Je me perds aujourd’hui dans ces détails de cendre
Qui renaissent parfois mais s’effacent toujours.
J’égare vos prénoms, des visages d’un jour,
Des morceaux d’existence à n’en plus rien comprendre."

J'aime moins ce vers " Je répète souvent que la vie me fatigue " assez plat, à mon sens, comparé au reste.

   Anonyme   
28/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La simplicité, la fluidité du propos…j’aime beaucoup.
Surtout qu’il y a une vraie profondeur dans chaque quatrain, de choses non dites, seulement effleurées, bien que l’ensemble laisse cette impression de clarté…tout ça avec des rimes…C’est très bien.
Et cette dernière intrigue n’est-ce pas la rencontre avec la mort ?
À vous relire

   papipoete   
28/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour arigo,
Je racontais à mon auditoire mes exploits dignes de Casanova et sa ribambelle de conquêtes sans lendemains .
Il m'arrive de les revoir passer dans ma tête, mais si fugaces qu'un clin d'oeil, mesdames alors s'effacent !
J'ai consommé tout le crédit de ma vie et bientôt mon livre de comptes se refermera sur ce trésor pour n'être plus, qu'un détail parmi la cendre ...
NB il ne manquait de presque rien, pour que votre poésie soit " classique ", mais ce sonnet est très bien tourné .

   Anonyme   
28/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien
J'aurai mis trois points à la fin du deuxième vers de la dernière strophe, afin de magnifier le dernier vers, qui est un pur chef d'oeuvre.
Tandis que là, il paraît seulement, pour être dans les normes.
C'est l'impression que ça m'a fait à la lecture, mais ne craignez rien, je me trompe sûrement.
En tous cas j'ai bien aimé votre sonnet.

   Vincendix   
1/11/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Une certaine platitude dans ce sonnet, une sorte d’acceptation de la fatalité à laquelle je n’adhère pas.
« Qui renaissent parfois mais s’effacent toujours », ce vers illustre une démission de la mémoire.
« Que la vie me fatigue » confirme cette lassitude morale, c’est triste vraiment.
Etant donné que ce texte est classé en contemporain, je ne m’attarde pas sur la forme mais tout de même quelques aménagements concernant les rimes et la métrique seraient salutaires.

   Curwwod   
29/10/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
une belle écriture, coulante, fluide, musicale et une atmosphère élégiaque et mélancolique du plus bel effet. Des images un peu inégales dans leur valeur poétique mais au total un texte réussi.
J'ai beaucoup aimé :
"Je me perds aujourd’hui dans ces détails de cendre
Pour le moment, j’oublie, un peu, beaucoup, encore.
Perdu dans mes pensées aux couleurs délavées,"

   Anonyme   
30/10/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Un magnifique poème sur la mémoire,extrêmement sensible, très dur et très doux. Ca c'est fait tout seul, dans le ressenti, j'y ai vu aussi vu la vanité révélée des rêves que l'on se crée lorsqu'on est seul et décalé.
-'Une vie, un souvenir tout de noir et de blanc
Embellie par l'oubli d'un amour à revendre" m'a renvoyée aux fantasmes d'amours que l'on projette sur x ou y alors qu'on est oublié et qu'on s'oublie toujours. Et toute une vie d'oubli ?

   Anonyme   
5/11/2016
Commentaire modéré


Oniris Copyright © 2007-2019