Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Ariumette : Dé-génération
 Publié le 02/06/08  -  5 commentaires  -  594 caractères  -  47 lectures    Autres textes du même auteur

Un constat sur notre humaine condition.


Dé-génération



Oraisons funèbres
Folie du tout
Fragments et amertume
Vénération des fous

L’humanité consciente
S’intronise, amen !
Monarque de l’existence

L’amour cette illusion
Perd son âme salvatrice
Cage de l’adoration
Règne de la milice

Et l’humanité marche
Se jette dans les vides
Un poing levé bien haut

Pour assouvir son être
Elle prend, c’est compulsif !
Les convulsions du plein
Se moquent de l’intuitif

L’humanité se meurt
Drapée de son or noir
Débordante de soi.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
2/6/2008
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
L'humanité joue avec elle depuis trop longtemps. Nous vivons en quelque sorte, dans un "enclos de liberté", je ne peux que saluer ce poème.

La forme ne me passionne pas, mais concernant l'écriture, elle, possède de belles images, sans pour autant m'interpeller. Je pense qu'il fallait être plus "choc" et montrer davantage la dualité honne/nature.

   karminator   
2/6/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
poème intriguant, très bien écrit, l'image qui en ressort est claire comme de l'eau de roche, sans pourtant être divulguée très clairement...

j'ai adorer la lecture de ce poème, très belle tombée, et vers magnifiques !

   strega   
2/6/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Immédiatement, ce qui m'a le moins plus est sans doute aucun la dernière strophe, beaucoup trop conventionnelle, par rapport au reste du poème. J'aurais aimé y lire la même veine, le même esprit.

Sinon, il y a le pendant, j'ai adoré la deuxième strophe dont le deuxième vers représente dans la forme l'écriture qui me passionne. Abrupte, presque violente, une gifle mentale quoi.

La forme générale est somme toute assez classique mais elle sert plutôt bien le fond du poème, qui n'appelle pas selon moi à la fantaisie...

   David   
3/6/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Ariumette,

J'aime bien la musique des mots, je me demande si "humanité", "amour", "l'intuitif" ne sont pas des mots trop grands ou pas assez précis, mais quand même de l'énergie dans ce poême.

   FIACRE   
11/1/2009
J'ai retenu une remarque hier " au pessimisme de l'intelligence, opposer l'optimisme de la volonté ".
Essai à marquer pour notre condition ?


Oniris Copyright © 2007-2020