Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
MissNeko : Et le démon frappe à ma porte
 Publié le 31/05/08  -  8 commentaires  -  1039 caractères  -  110 lectures    Autres textes du même auteur

Entre Ciel et Enfer : resister ou succomber ?


Et le démon frappe à ma porte



Et le démon frappe à ma porte,
Se glisse en moi, mais peu importe,
Car mon ivresse soudain s’exporte
Et teinte mes souvenirs à l’eau-forte.

Je peins le Diable sur la muraille,
Tandis que l’angoisse toujours m’assaille.
J’infuse le venin du tréfonds des entrailles,
À l’instar d’un ange brûlé qui défaille.

Amant imprévisible, de décadence se repaît,
À mesure que je succombe à son attrait.
Je résiste, il insiste, je suis emmurée ;
Vivante ou mourante, un soupçon décalée,
J’use de manœuvres dilatoires pour l’éviter.

Mes sens sont sourds à ses prétextes fallacieux,
Et j’esquive sans cesse ce mal insidieux.
Mais le malin en moi tourbillonne : l’orgueilleux !
Je m’enlise, il m’enlace dans ses bras sulfureux.

Sa perfide insolence me brise, mais que faire ?
Pliant à ses caprices, je me rapproche de l’enfer.
Il me consume, me dévore et me parle à l’envers,
Pour qu’en mille particules explose mon univers.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   TITEFEE   
31/5/2008
 a aimé ce texte 
Bien
première lecture de MissNeko que je découvre.. peinture forte et envoûtante.
pour le plaisir et pour l'écouter les yeux fermés je l'ai enregistrée avec une musique lancinante qui sied je pense à cette lente descente aux enfers

http://www.archive-host2.com/membres/up/1086141494/ONIRIS/diable.mp3

   strega   
31/5/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Un peu trop terre à terre pour moi. En revanche, l'opposition entre l'humain et le malin est plutôt pas mal évoquée, ça reste classique comme sujet ou je me trompe ?

Bref, les images sont sur la bonne pente descendante effectivement.

"See you in hell"... ;)

   Anonyme   
31/5/2008
 a aimé ce texte 
Un peu
J'aime bien le démarrage au quart de tour qui reprend le titre.

Le mal n'est jamais loin, il est en nous. Il frappe à la porte,oui, mais, ne lui ouvre pas alors ! Mais si tu lui as ouvert cette porte, c'est qu'il ne t'était pas inconnu, tu l'as laissé entrer, tu ne l'aimes pas forcément, mais puisqu'il est là autant lui ouvrir, car l'on peut toujours discuter un moment ! cet amant de malheur, on l'aime toujours un peu !

"À l’instar d’un ange brûlé qui défaille." Je trouve que le "qui" en fin de phrase (de plus en fin de strophe) donne de la lourdeur. c'est là mon sentiment.

A part cela, je trouve le thème assez recurrent ! mais y'a pas de mal !

   Absolue   
31/5/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je pense qu'il s'agit ici d'un mal pernicieux...La dépendance alcoolique...Je trouve le poème intense et même si le rythme est parfois inégal. Avec plus de travail, ça aurait pu être encore mieux!

   mimich   
1/6/2008
 a aimé ce texte 
Un peu
j'ai relu le texte.Je ne comprends pas trop en quoi consiste ce"mal".C'est toujours le manque de cohérence qui me gêne dans ce genre de texte, je n'arrive pas à saisir une pensée directrice On succombe d'abord aux attraits du mal, puis on l'esquive, on résiste ensuite ...Qu'est-ce que c'est donc finalement ici que l'Enfer Je crois que cette confusion provient d'un abus d'alcool...

   clementine   
1/6/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Les mots, les vers frappent fort pour exprimer la dépendance...
Le titre m'a attiré et je trouve le justifié. J'ai vraiment apprécié.

   Anonyme   
18/11/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un démon nommé dépendance? Je ne saurai le dire.

Mais j'ai aimé ces vers bien rimés et tournés.

Je découvre depuis ce matin MissNeko et vraiment j'apprécie!

   Opium   
23/2/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Superbe, j'apprecie beaucoup ton style.
On ressent ton combat pour malgré tout succomber, la nature et l'alcool ayant pris le dessus sur ta volonté.
Mais n'est ce pas ton démon intérieur qui a ouvert la porte?


Oniris Copyright © 2007-2020