Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
Ascar : Le carrousel
 Publié le 27/01/15  -  8 commentaires  -  788 caractères  -  267 lectures    Autres textes du même auteur

La petite enfance : je me dis que cette période d'insouciance est l'une des plus belles de notre existence. Nous vivons au jour le jour dans l'oisiveté la plus pure. Seuls l'amusement et le plaisir guident nos actes. Nous répondons à l'instant avec une généreuse spontanéité. C'est l'époque des châteaux forts et des princesses… puis nous grandissons.


Le carrousel



Mains dans les poches,
lacets défaits,
les p'tites âmes s'accrochent
aux nuages muets.

Ours en peluche,
corde a sauter,
les p'tits cœurs s'épluchent
dans l'herbe des prés.

À l'abri des brise-vent,
s'ébrouent les petites ailes.
Ils jouent au cerf-volant,
ils tirent les ficelles.
À l'abri des brise-vent,
tourne le carrousel…

Brides de comptine,
bras de poupée,
la lumière opaline
brûle les fées.

Bouts de racines,
morceaux d'images,
des rivières orphelines
creusent les visages.

S'effacent les brise-vent
et le décor chancelle.
Qui tient le cerf-volant
qui tire les ficelles ?
S'effacent les brise-vent
et fin du carrousel…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Lulu   
5/1/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Comment ne pas être émerveillés devant des enfants qui s'amusent ?
J'aime beaucoup ce texte qui nous montre assez simplement, dans un joli rythme, de belles images :
- "les p'tites âmes s'accrochent / aux nuages muets"
- "les p'tits cœurs s'épluchent / dans l'herbe des prés"

Les deux premières strophes ont ma préférence. Je les trouve superbes.

Il ne reste plus qu'à imaginer une musique...

   Michel64   
27/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
A quoi ressemblera la chanson? En tout cas pour le texte c'est bien réussi. De très jolies images comme :
"nuages muets."
ou
"les p'tits cœurs s'épluchent
dans l'herbe des prés.".
Je me demande si vous n'avez pas voulu écrire "Bribes de comptine" au lieu de :
"Brides de comptine" ?

Une chanson qui me fait penser à celles de Souchon.

Bravo Ascar

   funambule   
27/1/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Les poncifs d'usage sont là, sans doute incontournables pour le thème. Encore fallait-il les assembler en évitant le piège d'une enfilade de clichés... et je suis plutôt convaincu.

L'ensemble se veut (peut-être) léger, aérien mais quelque chose plane, le carrousel s’appète à déposer nos chères têtes blondes. Fin de l'innocence, fin de l'histoire !

Sur le mode comptine, avec j'imagine un détournement musical qui élargirait la cible, il y a sans doute quelque chose d'original à faire.

Les deux premiers couplets en auraient mérité deux de plus avant de sauter sur le refrain et peut-être d'être repris en final pour lancer un refrain supplémentaire et étoffer ainsi un texte qui me semble un peu court, que ce songe fugace et nostalgique déploie un peu plus ses ailes.

Merci pour cette bulle.

   papipoete   
27/1/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour Ascar; dans la cour d'école, d'un côté les filles au hula-hop et cordes à sauter, de l'autre les garçons jouent aux billes. Point de concours de mode, Nike ou Lacoste! Au-delà des murs laïques, lacets défaits, mains dans les poches; jupes à carreaux, vêtent les enfants maniant cerf-volant, gamines coiffant leur poupées, tous s'agglutinent devant le carrousel.
On attrape le ponpon, et refait un tour gratis!
Et passent les années; et passent devant le carrousel les grands enfants sans s'arrêter.
Une page se tourne, l'enfance s'envole.
J'aime la 3e strophe en particulier

   Robot   
27/1/2015
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai surtout retenu de belles images dans cette chanson qui s'achève sur la nostalgie. Oui l'enfance, ce qui devrait aider à devenir adulte. Mais je ne suis pas sûr que l'enfance soit toujours ce merveilleux qui nous est décrit ici... hélas... C'est une enfance occidentale principalement que l'on nous montre dans ce poème et elle n'est pas toujours aussi charmante pour certains même ici en Europe. Question de chance ou de malchance...
Bien pour la réalisation, moins convaincu sur le fond généralisateur.

   Francis   
27/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'est léger comme ces petits oiseaux qui gambillent entre moutons blancs et regain vert. Les deux premiers quatrains sont très beaux ! Des mots simples qui ont la fraîcheur et la pureté de ce moment de vie consacré aux jeux, aux rires dans une douce et belle insouciance.
Tourne, tourne carrousel !

   Edgard   
28/1/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
On a vraiment l’impression d’un manège d’enfants qui tourne, c’est bien mignon !...mais qu’est-ce que ça tourne vite et comme ça s’arrête vite… et pas question de repayer pour faire un nouveau tour !
« Brides de comptine » n’est pas facile à dire…mais il faudrait l’exploiter au niveau de la zique…cette strophe crée des images vraiment belles, même si ce n’est pas vraiment neuf, je trouve que ce sont des flash à peine ébauchés qui marquent bien le précipice du temps qui passe. Habile et poétique.
Le ton enfantin est bien vu. La fin aussi, semblant de rien (…et comme le cerf-volant pour moi génère des tas d’images), je trouve les deux derniers vers très beau. Ça dit des choses sans en avoir l’air. Légèreté et profondeur.
Une lecture très agréable. Merci.

   Pussicat   
5/2/2015
Bonjour Ascar,
Première lecture du matin et je tombe sur votre chanson qui se lit, qui se chante avec Des souvenirs en tête, en fête ?
J'aime la construction des couplets en phrase presque averbale... un seul verbe et cela aurait pu en être une. La présence de cet unique verbe c'est la force des couplets, c'est lui qui donne l'élan.
Et puis vos refrains sont si justes avec leurs images qui jouent comme des miroirs, des appels à l'enfance...
Bravo ! j'aime beaucoup.


Oniris Copyright © 2007-2019