Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Asrya : Allongée
 Publié le 06/03/15  -  11 commentaires  -  1432 caractères  -  214 lectures    Autres textes du même auteur

Quelques notes au coucher.


Allongée



Allongée sur l'ivraie
Mademoiselle frissonne
Il fait frais aujourd'hui
Des nuages s'émiettent
Au-dessus des érables

***********************Un temps gris qui l'accable

Allongée sur l'ivraie
Mademoiselle chansonne
Sa douce voix séduit
Un voile de comète
Applaudit l'admirable

***********************Éréthisme incurable

Allongée sur l'ivraie
Mademoiselle passionne
Sa peau ocre éblouit
Des hommes s'intéressent
Aux dépens de leur dame

***********************Arôme polygame

Allongée sur l'ivraie
Mademoiselle illusionne
Elle n'est pas épanouie
Son amour de jeunesse
Singe une grâce infâme

***********************Arôme monogame

Allongée sur l'ivraie
Mademoiselle pardonne
Son amour l'abrutit
Elle maudit cette enviée
À la courbe acrobate

***********************Victime délicate

Allongée sur l'ivraie
Mademoiselle abandonne
Son passé l'engloutit
Elle voudrait oublier
Sa conscience éclate

***********************Désespoir écarlate

Allongée sur l'asphalte


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
13/2/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
quel charmant tableau que le corps allongé de "Mademoiselle" sur l'ivraie pour d'ardents frissons; cette moquette verte qui accueillit tant d'amoureux "en herbe". Me souvenant de ces moments merveilleux dont seule la Lune était témoin, j'accompagne Mademoiselle 50 ans plus tôt, tout au long de ses vers délicats.
Je regrette seulement quelques virgules, points ça et là pour haleter, m'enflammer, dire votre poème du mieux qu'il soit.

   Anonyme   
12/3/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,

Je trouve ce poème d'une grande fraîcheur ; tout en douceur pourrait-on dire, en tout cas très délicat.

Je m'interroge toutefois sur "Mademoiselle chansonne" : "chantonne" serait plus juste, même si je comprends ce que vous voulez dire.

La fin m'a surpris ; je ne m'y attendais pas, et c'est une belle surprise ! Du coup j'ai relu plusieurs fois le poème, pour essayer de comprendre ce que vous avez voulu dire. Littéralement je pense à une femme allongée sur l'asphalte, qui saigne en attendant la fin.

En tout cas je m'interroge, ce qui ne me déplait pas du tout, bien au contraire.

Bien à vous,

Wall-E

   Anonyme   
6/3/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Asrya et merci pour ce poème tout en délicatesse relatant différentes étapes de la vie de Mademoiselle quand bien même la dernière est des plus dramatiques...

Désespoir écarlate

Allongée sur l'asphalte

Une chute qui surprend mais sort ce texte du tout venant...

Au plaisir de vous lire.

   Robot   
6/3/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La construction originale de ce poème lui donne un rythme qui convient à chaque quintil. La phrase séparée vient presque à chaque fois en contrepoint pour souligner les vers précédents. Le contenu est exprimé avec beaucoup de délicatesse, en tableaux qui sont chacun une étape jusqu'au dénouement.
Chansonne est un peu surprenant car chansonner c'est écrire une chanson (souvent satirique contre quelqu'un). Mais pourquoi pas, peut être que c'est réellement ce que fait Mlle qui en pensée compose une chanson pour dénoncer quelqu'un qui lui aurait fait du mal. C'est ainsi que je peux comprendre le vers.

   PIZZICATO   
6/3/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Le cheminement de l'existence de" Mademoiselle "; tout en élégance et sobriété.
Mais elle n'a pu tenir tête à certaines choses de la vie.
" Mademoiselle abandonne
Son passé l'engloutit "
Joli poème empreint de réalisme.

   jfmoods   
6/3/2015
L'anaphore, la distribution des rimes et la construction en tiroir confèrent un charme singulier à ce poème. L'hexasyllabe met en évidence deux procédés : la synérèse (« Mademoiselle », aux vers 20 et 32), qui tend à créer une forme d'intimité entre le personnage et le lecteur et les diérèses (« nuages », au vers 4, « conscience », au vers 35), qui appuient tantôt sur l'espoir porté, tantôt sur l'intensité de la douleur éprouvée. Cette douleur est ailleurs palpable derrière l'assonance en « i », assez prégnante au fil du texte, ainsi que dans le glissement progressif du ciel incanté et ivre de promesses (verbe à connotation méliorative : « séduit », allégorie : « Un voile de comète / Applaudit », périphrase : « l'admirable ») vers la terre revêche, déceptive (négation : « n'est pas », verbe à connotation péjorative : « Singe », oxymore : « grâce infâme », allégorie : « son passé l'engloutit »).

L'ambiance générale du poème, entre envol et noirceur, n'est pas sans rappeler celle, particulière, qui auréole certaines chansons de Babx.

Merci pour ce partage !

   Bleuterre   
8/3/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Il y a un véritable élan dans ce texte, donné par le rythme des vers, construction impeccable.
Ensuite, chaque paragraphe me fait penser à un petit tableau impressionniste, peint par petite touches, des petites scènes de la vie de mademoiselle... L'apostrophe à Mademoiselle n'est pas sans me rappeler la chanson de Bashung, 'Madame R^eve'
Le choix de la progression du texte est bon, on sent poindre le drame final, bref, une lecture intéressante pour moi où je ne me suis pas ennuyée un poil.

   Anonyme   
11/3/2015
 a aimé ce texte 
Un peu
Je trouve cette poésie inégale, qui va du très bon "Des nuages s'émiettent/Au-dessus des érables" au très lourd "Singe une grâce infâme".
Idem pour la structure. Si les quatrains sont plutôt réussis, les vers isolés ne sont pas du meilleur goût, franchement peu musicaux. Cet
"Éréthisme incurable" par exemple m'écorche les oreilles.

Enfin il y a un souci de cohérence. Si "Mademoiselle pardonne" comment en vient-elle à ce profond désespoir qui va lui coûter la vie ?
En général le pardon est signe de guérison.

Le tout dernier vers ("Allongée sur l'asphalte") me semble trop explicite, trop appuyé, comme si vous vouliez absolument que l'on comprenne. Vous auriez dû le faire passer avec plus de subtilité dans le quatrain final.
J'aime bien l'aspect global mais ces petits défauts me freinent quelque peu.

   Fanch   
19/3/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Un style qui bien que "libre" n'en est pas moins rigoureux et construit avec de belles images évitant les effets inutiles

   Anonyme   
3/8/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je vous trouvais très "scolaire" dans l'écrit précédent "Exposé au Soleil", et me voilà très surprise, face à un autre style d'écriture, bien plus affirmé, au phrasé profond, qui m'interpelle.

Un écrit étrange d'une certaine façon, déjà par sa forme, sollicite de l'intérêt, puis vient s'ajouter le fond en accentuant l'émotion dégagée.

"Allongée sur l'ivraie, Mademoiselle..." phrase comme un leitmotiv présente mots après mots, le tourbillon d'une vie, fait de joie et de tourments, succession de tableaux de vie qui s'offrent au lecteur, entre ombre et lumière.

Dans l'ensemble ce poème a su me captiver, en créant un certain mystère autour de ce personnage, qui me l'a rendu émouvant.

   Damy   
6/9/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
L'ivraie n'est pas à séparer du bon grain, elle fait l’essence enivrante de ce poème. L'ivresse des pensées de Mademoiselle qui la fait passer du bonheur à la mélancolie soudaine jusqu'au geste fatal a mis à mal l'estime d'elle-même dont l'origine est un chagrin d'amour où elle se noie. Pourtant la polygamie était pleine d'étoiles. L'amour s'étiole-t-il toujours dans la monogamie ?

J'ai beaucoup aimé la délicatesse de l'écriture dominée par la nostalgie des vers en exergue, dès le premier et surtout "l'éréthisme incurable" qui laisse présager le final "désespoir écarlate".

Un poème qui m'a ému jusqu'à l'âme.

Merci, Asrya.


Oniris Copyright © 2007-2019