Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Bastien : Sans gêne ni déboire
 Publié le 30/10/18  -  11 commentaires  -  354 caractères  -  138 lectures    Autres textes du même auteur

Qui donc ? C'est la question.


Sans gêne ni déboire



Qui donc a croqué ces collines
Morcelé ces nuages
Découpé ces tas d'arbres
Fait fleurir ces bâtisses
Teint l'atmosphère
D'une putride mélancolie
Quand on matraque nos soirs.
On vit dans le décor
Le regardant devenir d'encre
Et regermer au matin
Sous d'étranges lueurs
Sans gêne ni déboire.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   INGOA   
17/10/2018
 a aimé ce texte 
Pas
Poésie très courte au fil conducteur ténu et qui ne mène nulle part.
On matraque nos soirs… On vit dans le décor… n'apportent aucune élégance à un texte à l'écriture paraissant bâclée et dont la teneur n'offre ni surprise, ni intérêt.
J'aurais aimé plus de caractère et moins de banalité.

   izabouille   
18/10/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je n'ai pas bien compris où l'auteur a voulu m'emmener... mais c'est joli, un peu court, lu trop vite, mais je l'ai relu avec plaisir.
J'ai bien aimé les trois premiers vers.
Merci pour le partage

   Brume   
21/10/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour

Et c'est tout? C'est frustrant.
Que dire? Pas grand chose.
C'est mignon tout plein...voilà...
Les images sont jolies.

Désolée, je n'ai rien de constructif à dire.

   PIZZICATO   
30/10/2018
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Il ne reste plus qu'à identifier le dessinateur afin qu'il nous explique ce qu'il a voulu transmettre avec ce tableau...

" putride mélancolie " étonnante cette image !

" On vit dans le décor
Le regardant devenir d'encre
Et regermer au matin " se rapportant au " décor ", je trouve "regermer " assez surprenant aussi...

Je n'ai pas su m'intéresser à ce texte.
A vous lire une prochaine fois.

   David   
31/10/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir Bastien,

Il m'a bien plus ce poème et son ton que je trouve assez noir mais posé avec douceur. Le "Qui donc" n'a pas son point d'interrogation dans les vers, comme une question rhétorique, comme un "vous avez vu l'heure !" alors ce qui me vient en premier, c'est le spirituel, dieu qui disparait, pour répondre au "qui donc" mais ça ne semble pas tant le thème - peut-être à cause de "matraque", je ne sais pas... - il est plus simple d'y voir un miroir, un "Pourquoi je me reflète dans le décor", une poésie d'état d'âme. Comme ça, le titre prend tout son sens, enfin je pense au bouquin Dune et sa maxime "le dormeur doit se réveiller", et ce poème en serait comme une autre version.

Il y a une lecture sociale peut-être aussi, révoltée.

   Queribus   
31/10/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

C'est très court et ramassé mais j'ai l'impression que tout y est.Bien-sûr, il aurait été possible de développer un peu plus mais le texte en serait peut-être devenu fastidieux et il est vrai qu'on pourrait attendre la suite, vous avez choisi de faire court et c'est votre droit .

En espérant le prochain texte.

Bien à vous.

   siracolan   
31/10/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Si ce poème peut présenter quelques petits défauts selon moi ("matraque" bof , "le regardant devenir d'encre" un peu poussif), il porte une voix, un ton, une couleur qui relève de la poésie.

Bonne continuation

   papipoete   
31/10/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
bonjour Bastien
Gageure que de faire court, car il faut y loger l'introduction, le développement et la conclusion ... afin de ne pas laisser le lecteur sur sa faim !
Je le connais celui qui croque les montagnes, teint l'atmosphère, mais le personnage à la " matraque " m'interroge ( par ce jour d'Halloween où l'on rit à faire peur aux autres ) !
Le lendemain germe d'un décor tout neuf ( sans gêne, sans déboire ) oui, même au-dessus du Bataclan, même sur la Promenade des Anglais ...
" putride mélancolie " me semble inapproprié, car cet état d'âme n'est plus mélancolique, mais " dramatique " !

   Raoul   
31/10/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un beau texte questionneur qui parle de responsabilité.
Qui est pour l'érection de(s) frontières, qui fait avec, qui les "défend" et au prix d'une certaine indifférence. C'est en tous cas ce que j'y lis...
Une forme énigmatique qui s'insinue, une lecture écharde qui fonctionne bien sur moi.
Les qui, c'est comme les pourquoi, ça pique souvent.
Un texte pas gratuit, j'aime bien.

   Eki   
1/11/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Vous avez haussé le ton dans le bon sens.
Je n'ai pas aimé la "putride mélancolie", ni "le regardant devenir d'encre".
Ce texte me donne envie de lire vos prochains écrits. Probablement que vous avez révélé en moi un écho de poésie.

Au plaisir de la découverte

   Donaldo75   
2/11/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Bastien,

Ce n’est pas facile de composer un poème aussi court. Dans celui-ci, il y a un ton.
L'ensemble est surréaliste, avec une dimension picturale.
La réflexion est là. Elle n’est pas facile à entendre parce que justement le format court, aussi bien décliné, frappe fort, appuie là où ça fait mal, amplifie les images et leur interprétation dans un sens ou dans l’autre.

Bravo !

Merci pour le partage,

Donaldo


Oniris Copyright © 2007-2018