Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
BeL13ver : Trompée !
 Publié le 13/03/18  -  13 commentaires  -  1072 caractères  -  227 lectures    Autres textes du même auteur

Au risque de paraître un peu ancien, je ne suis pas certain de vouloir être cocu autant que cette femme fut lâchement abandonnée...


Trompée !



Je ne sais que dire à ce polisson !
Mon âme pudique est toute blessée –
Il brisa mon cœur de lâche façon,
Moi qui craignais tant d’être délaissée !

Mon âme pudique est toute blessée,
Car je suis fidèle à l’humble soupir !
Moi qui craignais tant d’être délaissée,
Devrais-je agréer ce faux repentir ?

Car je suis fidèle à l’humble soupir,
Il a fait de moi sa tendre et honteuse...
Devrais-je agréer ce faux repentir,
Lui dont la musique est fourbe et menteuse ?

Il a fait de moi sa tendre et honteuse,
Sa douceur d’un soir au sucré verni –
Lui dont la musique est fourbe et menteuse,
Il fit de mon âme un être terni.

Sa douceur d’un soir au sucré verni,
Serait-ce donc là la valeur du charme ?
Faire de mon âme un être terni !
Lui laisser l’amer d’une trouble alarme !

Serait-ce donc là la valeur du charme ?
De n’être que garce à ce beau garçon...
Lui laisser l’amer d’une trouble alarme ?
Je ne sais que dire à ce polisson !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Mokhtar   
25/2/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ce marivaudage sous forme de pantoum inspire le respect. L’exercice de style est très délicat, puisqu’il impose des vers à un quatrain qui doit demeurer sensé. D’où la nécessité d’anticiper, de prévoir pour chaque vers une utilisation postérieure qui ne sera pas trop problématique.
Les obstacles ont ici été franchis, et je ne vois rien dans la forme qui puisse s’opposer à un classement en « classique ». On y sent la patte d’un auteur de grande maitrise.
Mais, puisqu’il nous est demandé ici d’exprimer du ressenti, je dois dire que ce genre de texte m’ennuie un peu. Il m’inspire plus considération qu’admiration, plus respect qu’enthousiasme. J’ai l’impression, à la lecture, d’assister à un exercice d’acrobatie où l’on ne cesse de craindre que l’artiste ne retombe pas sur ses jambes.
Je ne doute pas que les experts en poésie, plus familier que moi de ce genre de prosodie, y soient plus sensible.
Et, en fin de compte, je me sens un peu iconoclaste d’avoir choisi la sincérité. Qu’on me présente les verges…

Mokhtar en EL

   Queribus   
28/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Bravo pour ce superbe pantoum(n) qui témoigne d'une maitrise quasi-parfaite de la prosodie et où il est difficile de trouver une faute;
"en pinaillant", j'ai vu toutefois que vous aviez écrit quelque part:"Il fit de mon âme un être terni", puis "Faire de mon âme un être terni" mais peut-être est-ce un effet de style voulu qui n'enlève rien à la qualité de l'ensemble. J'ai constaté aussi qu'il n'y avaient que des participes rimant avec des participes, des noms rimant avec des noms; peut-être aurait-il fallu mettre des adjectifs et des verbes et des adverbes, etc. pour varier un peu mais, connaissant la difficulté de ce type de poème, vous êtes tout excusé et là, aussi, la qualité du texte n'est que peu affectée.

Quant au fonds, pas besoin de dessin pour comprendre: il y en a un dont les oreilles sifflent (un vrai polisson ou un polisson de poésie) mais , sans doute, a-t’il mérité ce relevage de bretelles; en tout cas, il devrait se souvenir du message.

Quoi qu'il en soit, ce poème est une belle réussite qui pourrait servir de modèle à beaucoup.

Cordialement.

   bipol   
13/3/2018
 a aimé ce texte 
Pas
bonjour

je n'ai pas du tout apprécié ce texte

j'ai la nette impression

de revenir au moins deux siècles en arrière

franchement nous somme en 2018

et votre texte est plein de toile d’araignées

   sympa   
13/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,
Voilà une poésie classique qui mérite le respect pour l'auteur!
Ah mon rêve serait de parvenir à écrire une poésie classique avec autant de maîtrise !
Un jour peut être....
Bravo !!!!

   Cristale   
13/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Une poésie élégante dans cette forme fixe ancienne des plus difficiles à maîtriser: le pantoum.
Le ramage romantique que d'aucuns qualifieraient de désuet n'est pas pour me déplaire, bien au contraire, les jolis mots et les soupirs d'autrefois se marient bien à ce style de poésie.
Je plussoie le rendu final de ce joli tableau du coeur à la trame imposée si complexe mais parfaitement brodée et j'adresse mes félicitations à l'auteur qui manie si bien "le point de plume".
Cristale

   papipoete   
13/3/2018
bonjour Bel13ver
Même si je vois une construction technique réussie, ( à part le 16e vers qui ne se répète pas exactement au 19e ), j'ai du mal à suivre la " bonhomie " de vos propos, parlant de cette trahison ; la même qui fait tant rire dans la comédie de boulevard !
" polisson " terme inadéquat pour parler de " goujat ", fausse dès l'entrée ce cri de douleur qu'un être trompé peut pousser !
Personnellement, " cocufiage " ne fait rire que ceux qui ne savent pas, ou le pratiquent à tour de bras ; je ne suis par pour autant partisan du pilori en place publique !
Je trouve que votre " pantoum " colle plutôt à l'image de ces " théatreux empoudrés " qui faisaient rire à gorge déployée, le Roi, la Reine, Marquis et autres Ducs sous les ors de Versailles .
Mais je ne blâme pas votre écriture, dont les vers cherchent à plaire !

   Quidonc   
13/3/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour Bel13ver,

Je ne suis pas un spécialiste, et loin de l'être, mais j'avais cru comprendre que le pantoum était construit sur deux thèmes.
Pour ma part, ici je n'en vois qu'un.

D'autre part, pour une maitresse délaissée je la trouve fort complaisante vis à vis de cet amant volage, ce qui rend le contenu, à mon sens, un peu mièvre.
Le phrasé est certes très bien maîtrisé mais cela manque de passion.

A vous relire

Quidonc

   PIZZICATO   
13/3/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Si le pantoum n'a jamais suscité chez moi un intérêt sensible, je reconnais qu'il demande à l'auteur beaucoup de travail dans son écriture.

Quant au fond, je trouve cette femme " délaissée " assez indulgente à l'égard de son séducteur.
" ce polisson " je doute que ce soit le premier qualificatif qui traverse l'esprit dans ce genre de situation...

"Devrais-je agréer ce faux repentir "
" Il a fait de moi sa tendre et honteuse "
" De n’être que garce à ce beau garçon..."
Elle ne va quand même pas finir par demander qu'i l'excuse ! - sourire-

   Anonyme   
13/3/2018
Pantoum ou faux pantoum, ici je demande à en savoir plus sur l'intention première de l'auteur. Si il/elle a voulu écrire un pantoum classique, il est évident qu'il y a un thème manquant, puisque ce qui fait le "charme" du pantoum, ce n'est pas seulement ses règles de versification, mais deux thèmes étroitement liés. Et dans ce cas il faut être très dur : il faut de suite aller lire des pantoums classiques , pour comparer le poème avec des classiques, pour comprendre l'erreur. Si l'intention était d'écrire un faux pantoum (ça existe chez Baudelaire ou d'autres), alors la catégorie n'est pas la bonne. On n'est plus dans de la poésie classique et ses règles strictes. Pour ma part, je préfère le rondeau et le rondeau redoublé, quant il s'agit de formes fixes et de répétitions. Je n'ai pas eu un regain d'intérêt pour le pantoum en lisant ce poème. Mais un "exercice" à réitérer cependant. Encouragements.

   jfmoods   
14/3/2018
Composé de six quatrains en alexandrins, ce pantoum est à rimes croisées, suffisantes et riches.

J'aurais remplacé le mot "être" par le mot "vase" aux vers 16 et 19.

L'alternance, au fil des strophes, des rimes masculines et féminines, épouse le combat intérieur qui se livre ici.

Les champs lexicaux de l'hypocrisie ("lâche", "faux", "fourbe", "menteuse") et de l'humiliation (titre assorti d'une exclamation : "Trompée !", "blessée", "délaissée", "honteuse", "terni") jalonnent le texte.

Allitérations (b/p, t/d, k) et assonances (on/ou/ain) marquent la lecture, suggérant la violence de la douleur éprouvée.

À cette aune, le souvenir ("Sa douceur d’un soir au sucré verni") semble ne pas peser bien lourd dans la balance.

La question...

"Devrais-je agréer ce faux repentir ?"

... laisse donc augurer une réponse négative.

Merci pour ce partage !

   BeL13ver   
14/3/2018

   Anonyme   
20/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
C'est un très grand plaisir de lire un si beau poème. La forme conduite de belle manière lui donne une élégance qui fait presque oublier le propos.

J'ai en effet été séduit par la dextérité du discours, d'une évidence sans pareille. Aucune embûche ne vient à aucun moment perturber la lecture.

Je ne me suis pas attardé plus que cela sur le fond, celui-ci n'a rien de bien exceptionnel. A chacun son point de vue sur un tel sujet.

Bravo pour la forme poétique remarquable.

   erratum   
1/6/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour, Bel.13ver !
Superbe pantoum écrit dans les règles de l'art, figure poétique que je ne pratique pas, moi qui, en dilettante avéré, me contente généralement de sonnets...
C'est, à première vue, désuet, précieux, affecté mais si agréable à lire, un peu comme le texte d'une chanson d'autrefois...
Amicalement, D.G.


Oniris Copyright © 2007-2018