Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
belaid63 : À l'absente
 Publié le 13/10/08  -  10 commentaires  -  824 caractères  -  218 lectures    Autres textes du même auteur

Hommage à la mère en majuscule.


À l'absente



Ma mémoire déroule ses images monochromes
De petits bonheurs et de délices en couleurs
De ce kaléidoscope des songes aux arômes
De vanille, de tendresse et de café crème

Je ressasse à l’envi ce souvenir de toi
Aux fourneaux, le matin pour le repas du soir
Dans l’attente de celui qui reviendra très tard
Pour trouver repos sur ton sein maternel

Tu es la reine de cette immense ruche
Dans laquelle ma tendresse a trouvé son école
Et tes gestes et tes yeux et ta main sur ma joue
L’amour qui m’étouffe quand tu me serres contre toi

De toi j’ai hérité tous mes travers et défauts
Et sans doute encore plus ce cœur majuscule
Cette façon de pardonner sans rancune aucune
Reste en moi un peu de toi qui es aujourd’hui là-haut


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Azurelle   
13/10/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Un texte attendrissant pour une mère disparue; la première et la dernière strophe sont bien amenée. L'image de la ruche pour le foyer est bien pensée, sincèrement c'est une belle poésie. La deuxième strophe m'a moins touchée mais ce n'est qu'un avis.

   ristretto   
13/10/2008
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
j'aime.. le fond, comment ne pas aimer ?
mais ce poème n'aurait il pas gagné en force dans une forme plus classique ?
j'ai aimé "images monochromes" pour bonheur en couleurs
et kaléidoscope : nos souvenirs déformés par nos interprétations,


merci

   Anonyme   
13/10/2008
 a aimé ce texte 
Bien
Oui c'est très doux... mais pas assez suggéré, trop dit. Enfin je le prends tel qu'il est.

   fuseau   
14/10/2008
Moi j'aime beaucoup ce texte, tres joli hommage à une mère!!!!
je devine parfaitement bien le tableau avec cette mère aux fourneaux, les couleurs chaleureuses , les aromes...

tendresse et douceur sont les maitres mots de ce texte...

c'est un trés joli texte!!!!!

   marogne   
20/11/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
"Aux fourneaux, le matin pour le repas du soir"

et j'ai revu ma grand-mère préparant la daube, le matin pour le soir, sur le coin de la cuisinière à bois, pour son paysan de mari....

je ne vais pas bouder mon plaisir, et critiquer les détails. Du coeur dans ce poème, de la vérité, de la tendresse, de l'art...

   Flupke   
15/12/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Très bel hommage, clair et limpide. Tant par le fond que par la forme. L'héritage spirituel de la dernière strophe est mis en valeur de manière émouvante. Très bien. Un grand bravo !

   kamel   
27/12/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour Belaid 63

J'ai vivement apprécié ce poème parcequ'il introduit un amour spécifique et distinct; celui d'une mére absente.Le poète essaie à son tour de traduire cet amour maternel par des répétitions de mots."et tes gestes et tes yeux et ta main sur ma joue ".
Le dernier vers constitue l'ampleur du poème quand il dit"reste en moi un peu de toi qui es aujourd'hui là-haut".
Cette déchirure du coeur montre cet amour éternel qui ne s'éffacera jamais.
L'amour est partagé
Amicalement Kamel

   irisdenuit   
9/3/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Belaid,

Ce poème est d'une tendresse ! Les images réconfortent mon coeur orphelin. J'aime tout. La première strophe donne le ton immédiatement et suscite l'intérêt.

Les autres strophes sont tout aussi parlantes et expressives de l'amour que tu portes à ta mère.

Seul petit bémol : la fin, j'aurais aimé une autre image que - toi qui est la-haut - mais c'est très personnel.

Bref, je viens de découvrir une belle plume sensible.

Merci Belaid.


Amicalement, Iris

   MCboulette   
23/4/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
a nos'tre mamam :

là tu a fait taire mes canons
et mis en berne mes drapeaux
ranfloué en moi ces tranchés
pour quand germe le plus beau
...

touchant jusqu'a ce que fond profond exalte la forme...merci

   Lulu   
9/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Belaid63,

ce poème sonne comme une lettre intime. Il a donc tout l'effet recherché : on est forcément touchés. Plutôt que de dire "Elle", le pronom "tu" ou "toi" renforce cette impression intime.

Ce que j'aime ici, c'est la simplicité avec laquelle vous rendez compte des sentiments et de cet hommage. La simplicité va de pair avec celle des sentiments. Il n'y a pas d’ambiguïtés. L'autre manque, mais dans le souvenir, elle vit.

En lisant ce poème, je découvre aussi qu'on n'est pas forcés de faire des rimes en néo-classique... Cela passe très bien, d'ailleurs. Mais il est vrai que les rimes auraient pu donner à peine plus de relief.

Un très bel hommage, en somme.

A vous relire.


Oniris Copyright © 2007-2020