Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
sanaa : Namibie
 Publié le 12/10/08  -  6 commentaires  -  1027 caractères  -  195 lectures    Autres textes du même auteur

Il est une terre immense aux confins inutiles...


Namibie



Pour certains voyageurs à la foi violée
Épuisés de scruter vers d’autres évangiles
L’esprit comme de la rouille, la raison condamnée
Mais le nez soif encore de désir et de lune

Il est une terre immense aux confins inutiles
Où le sol se dresse en pyramides hirsutes
Et les pointes et les pics, colonnes de fossiles
Envahissent l’espace - et redoutent sa chute -

Mais rien ne semble sec sur ces élans damnés
Rien de froid, pas d’odeurs ni de sons aérés
Car les yeux engourdis de morceaux de néant
Asservissent les sens par un étranglement

Là le ciel, minéral comme à son premier jour
Pose son bleu impossible sur ce lit initial
La terre est un séisme l’homme y est une erreur
L’insolence de la vie est un assaut brutal

En certains voyageurs s’étend le même paysage
Désolé et abrupt, fragile, impénétrable
Mais lorsqu’un pèlerin s’éclaire de courage
Un infini cosmique se livre sur les sables


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   aldenor   
27/4/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Il y’a de belles choses dans ce poème. Une certaine force d’évocation. De l’inspiration. Un souffle.
J’ai de la peine pourtant à me faire une opinion définitive.
Certaines tournures ne me sont pas familières : « Le nez soif », « Les élans damnés ».
Parfois ça m’a l’air confus : « Et redoutent sa chute. » La chute de l’espace ? De la terre ? Et puis qui la redoute ?
Bref, normalement j’aurais appuyé sur retour à la « page d’accueil » depuis longtemps : je ne comprend pas bien, je m’en vais. Mais quelque chose m’a retenu.
« Scruter d’autres évangiles… », « Yeux engourdis de morceaux de néant », « bleu impossible », « Un infini cosmique se livre sur les sables »…
Ca doit être très bien. Je vais noter à l’aveuglette.

   marogne   
16/10/2008
 a aimé ce texte 
Bien ↑
de bien belles images, vraiment, et un ou deux vers qui m'ont génés: le 4° et le 14.

   Flupke   
20/10/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Vraiment très joli.
Les deux premiers vers de la 4ème strophe sont particulièrement bien réussis. Très chouette invitation au voyage. Merci.

   Maëlle   
16/2/2009
 a aimé ce texte 
Un peu
Je trouve réellement dommage que l'auteur n'aie pas choisi des vers réguliers. On en est pas très loin. Et en fait, pour moi, c'est la seul chose qui peut manquer à ce texte, dont les mots me charment.

   Anonyme   
16/5/2009
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'aime bien "la terre est un séisme l'homme y est une erreur".
J'aime assez l'ensemble, j'y trouve du sens et de la musicalité malgré la disparité des rimes et l'irrégularité des vers (plus gênant c'est vrai) Le dernier vers me laisse un goût de regret. Mais bien bien tout de même.

   David   
26/4/2010
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Sanaa,

Je me demande où je l'aurais située sans le titre, cette contrée... Il y a un jeu sur les consonnes à la place des rimes, ça fait quelque chose en tout cas d'assez curieux, comme ce poème "amphibie" par moment :) mais propice au voyage.


Oniris Copyright © 2007-2020