Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
bernalot : Le huitième jour [concours]
 Publié le 15/10/07  -  8 commentaires  -  939 caractères  -  78 lectures    Autres textes du même auteur

Les affres d'un créateur


Le huitième jour [concours]



Cette poésie est une participation au concours n°2 : Les couleurs (informations sur ce concours).


Point de tâches de bleu, point d’îlots de couleurs
Point de champs éclatant sous le soleil naissant
Des nuages en cohorte aux accents menaçants
La nature revêt ses habits de fureur

Aujourd’hui restera tout au bord de son cœur
Les nuances de jaune, les envies rouge sang
Il rebrousse chemin, tous ces gris indécents
Ont fait taire à jamais son génie créateur

Non, il n’aurait pas dû écouter ses ardeurs
De vouloir à tout prix être le Géniteur
Et quitter son doux lit, fatal septième jour !

Las ! Ils n’ont rien compris, et Gomorrhe et Sodome
Inutile carnage à celui qui est sourd
N’a convaincu personne et surtout pas les hommes.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Bidis   
22/10/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je n'ai pas bien compris, ne connaissant à peu près rien de la Genèse.
Mais cela n'empêche pas ce poème d'être très beau et de beaucoup me plaire.

   Ninjavert   
15/10/2007
J'aime bien le thème, les allusions au récit biblique...

L'écriture est belle, et même si je n'y connais rien (en poésie) je me suis laissé emporter par les images évoquées.

Par contre, dans le cadre du concours, je trouve le lien avec les couleurs un peu léger. J'ai pas eu l'impression que le poème reposait dessus, qu'elles étaient le coeur de la chose, mais plutôt qu'elles se retrouvaient greffées là parcequ'il fallait en parler. (J'exagère un peu mais c'est l'idée)

J'aurais préféré qu'elles aient une réelle importance, il y a beaucoup de choses à évoquer par les couleurs, que tu aurais pu utiliser au niveau de la symbolique, pour exprimer la colère, la déception, la lassitude...

Soit j'ai loupé quelque chose (ce qui est fort possible) soit je trouve l'aspect chromatique un peu sous exploité.

Ninjavert

   nico84   
16/10/2007
Je rejoins (acrobatiquement) ninj sur la non-exploitation des couleurs, mais sur le fond en lui meme, je n'ai rien à redire, je laisse les experts juger

   Couette   
26/10/2007
Beau sonnet, dommage que le troisième vers compte 13 pieds. Je me permets cette remarque car j'aimerais qu'on me la fasse..
Cette petite "faute d'étourderie" n'enlève rien au charme de ce poème

   beran   
26/10/2007
J'ai peut-être mal lu ou cru lire..... mais, à mon humble avis, l'allusion aux couleurs est loin d'en être une.. à part la dernière strophe, les autres ont du rouge, du jaune, du gris (textuellement), sans compter les, là si, allusions qui sont maintes...
Le texte, quant à lui, dit sûrement ce qu'il a à dire et même si je suis loin d d'être une pro du thème, je l'ai trouvé bien descriptif.

   Lariviere   
26/10/2007
Le texte est comme tojours très bien servi poar l'écriture de qualité de Bernalot...

Le thème est maitrisé.

Seul reproche, il me semble aussi que tu aurais pu faire mieux par rapport au thème choisi et au concours, et faire un peu plus exploser les couleurs dans ce récit biblique qui te le permettait amplement...

C'était largement dans tes possibilités...

Bravo, quand même ton sonnet est très agréable et d'une musicalité remarquable...

   kobane   
16/7/2009
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
ce n'est pas du classique-ignorance des règles-alexandrins boîteux, hiatus :dû écouter, un singulier ne rime pas avec un pluriel . pas de consonnes d'appui. rèle du e méconnue, il faudrait tout revoir. Au travail

   Anonyme   
29/7/2016
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Je ne vous retrouve pas autant que d'ordinaire dans cet écrit.

Cela me semble bien moins bon, je sens votre plume moins à son aise, il y a des imperfections dans la prosodie.

Il n'est pas évident de garder de sa personnalité dans un thème imposé, on a tendance à trop vouloir se "maitriser" de ce fait, l'écrit est, mais sans plus.


Oniris Copyright © 2007-2020