Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
bernalot : Mon chat
 Publié le 09/10/07  -  10 commentaires  -  279 caractères  -  159 lectures    Autres textes du même auteur

Aux chats qui vont lire ce poème : pourquoi tant de cruauté ?


Mon chat



Mon chat ce matin à l’aurore
A rapporté un triste corps,
Un passereau à moitié mort
D’être un oiseau il a eu tort !

Et dans ses yeux pailletés d’or
Aucune trace de remords,
Son forfait accompli il dort
Et dans ses rêves il chasse encore !


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Absolue   
9/10/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
C'est bref mais j'aime toutes ses rimes en "or", surtout le dernier vers.

   Bidis   
9/10/2007
 a aimé ce texte 
Bien ↑
La deuxième strophe m'enchante. Mais, dans la première, je n'aime pas du tout "triste corps".

   clementine   
9/10/2007
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'aime la grande simplicité et la drescription sans fioriture de la vie de tous les jours.
J'aime la musique de ces mots qui viennent sans grande recherche et nous atteignent directement .
C'est court mais parfois en rajouter ne pourrait que nuire au texte et à la pensée de l'auteur.
Tout est dit ,et ce chat sans état d'âme est couché en rond dans notre salon .

   Couette   
9/10/2007
je vais certainement me répéter : j'aime ce style simple et agréable à lire, compréhensible et j'aime les poèmes sur les animaux même si cela décrit le forfait d'un "vilain" chat , c'est dans sa nature ..

   Anonyme   
9/10/2007
bref et bien

   Lariviere   
9/10/2007
Bien et bref.
Un rythme.
Bernalot, je lis tout tes poèmes avec plaisir et surprise...

   Otus   
10/10/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Très beau ! Mes deux chats applaudissent de leurs huit pattes cet hommage à leur nature prédatrice.

   bernalot   
11/10/2007
Si mon chat ne s'était pas fait la malle, il vous remercierait.
Ce poème est authentique : un matin à six heures, il m'a rapporté son butin. Réveil difficile, mais dans la journée j'ai écrit ce poème.

   Anonyme   
30/4/2009
 a aimé ce texte 
Bien
C'est un plaisir d'ouvrir ces pages et de tomber sur ces poèmes. Merci beaucoup pour ces instants et pour ces sourires.

   Anonyme   
28/7/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
" Aux chats qui vont lire ce poème : pourquoi tant de cruauté ? "

Je reprends votre incipit, il n'y a pas notion de cruauté chez les chats, cela appartient aux humains, qui ne manquent pas d'en faire usage et démonstration.

Mes nombreux chats, une adoptée et quatre à cinq vagabonds qui trouvent la table bonne, cependant cela leurs arrivent parfois, de ramener un oiseau, mais c'est de plus en plus rare. Ils apprécient ce très beau poème, ils vous adressent des ronrons de satisfactions et d'enthousiasmes.

Petit poème bien charmant, simple mais éloquent.


Oniris Copyright © 2007-2020