Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Bidis : Mnémosyne démente [concours]
 Publié le 09/10/07  -  16 commentaires  -  933 caractères  -  138 lectures    Autres textes du même auteur

Scène ordinaire à l'hôpital.


Mnémosyne démente [concours]



Cette poésie est une participation au concours n°2 : Les couleurs (informations sur ce concours).


Dans un couloir menant à la Psychiatrie.
Une femme aux yeux fous, assise sur un banc,
Le regard absorbé par le mur peint en blanc,
Y regarde passer les couleurs de sa vie…

La déesse accroche des souvenirs d’enfance,
En images de fleurs, au mur immaculé :
Les vipérines bleues et les genêts dorés
Les gais coquelicots de la tendre innocence

Alors, dans un nuage rose de dentelle
Tourbillonnant aux bras d’un amant merveilleux
La folle entend l’amour au fond d’un regard bleu

Infirmier, ne vous approchez pas trop près d’elle
Laissez-lui ses couleurs dans le couloir du temps
Pour que se noie sa peur dans un mur peint en blanc.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   TITEFEE   
10/10/2007
voilà un poème comme je les aime, qui raconte une histoire ! et surtout qui m'émeut et celui-là la fait et de belle façon.. sans doute que les circonstances sont telles, en ce moment, pour moi que tout ce qui touche à la descente vers la folie, me prègnent encore plus fort... cette femme Mnémosyne, courant après "ses" mémoires, j'y ai vu maman !!

alors je me suis permis de l'enregistrer si tu le permets, sinon tu demanderas à nos grands et gentils manitous de l'effacer

surtout ne m'en veux pas si je ne mets pas de note...je ne saurai le faire sur le coup de l'émotion !

http://www.archive-host2.com/membres/up/1086141494/mnemosynedemente.mp3

   clementine   
11/10/2007
"Laissez lui ses couleurs dans le couloir du temps ",ce vers est vraiment magnifique,et les autres aussi d'ailleurs .

   Anonyme   
11/10/2007
J'ai beaucoup aimé ton poème Bidis, beau comme peu l'être aussi la tristesse et la peur, celle de vieillir et de devenir fou... qui nous appartiendra tous à un moment ou à un autre - Bravo !

   Anonyme   
11/10/2007
...La déesse accroche des souvenirs d’enfance...

   bernalot   
12/10/2007
Moi aussi j'aime les poèmes qui racontent une histoire !
Pour la note, je vais attendre un peu.

   nico84   
16/10/2007
Trés beau!

Tu as provoqué en moi un blanc
Surpris par ta qualité et ton talent

   Otus   
17/10/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'est si triste et si beau à la fois...

   Ninjavert   
22/10/2007
Moi aussi ce texte m'a accroché de par la clarté de ses images et la trame du récit qu'il raconte...

J'ai toujours un peu de mal avec la poésie dès qu'elle est trop abstraite, et là j'ai été comblé :)

Merci !

Ninj'

   Pattie   
22/10/2007
J'aime beaucoup ce poème. Les yeux de folle qui la rattache à d'anciens jours heureux, qui rendent sa peur plus facile à vivre pour elle et plus douloureuse pour nous, lecteur-spectateur de sa détresse.

   Lariviere   
23/10/2007
 a aimé ce texte 
Beaucoup
"La déesse accroche des souvenirs d’enfance,
En images de fleurs, au mur immaculé :
Les vipérines bleues et les genêts dorés
Les gais coquelicots de la tendre innocence"

Ce quatrain est magnifique !

J'aime particulièrement : "Les viperines bleues et les genêts dorés"...
Ce passage me parle parce que j'ai l'impression d'être dans mon atmosphère provençale... Avec les couleurs chaudes et folles de Van Gogh... Je ne sais pas pourquoi, je pense aussi à Marie Laurencin...

Bravo Bidis...

Ce poème est très émouvant, il est impeccablement réalisé et nous transporte dans une dimension qui est au delà de l'émotion stylistique...
Je me suis retrouvé en deux vers trois mouvements, au CHS de Montfavet... Dans l'imaginaire seulement... Merci pour le transport, en tous cas...

   Anonyme   
17/1/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Superbe! Rien n'est à jeter, l'accroche est parfaite, le développement maîtrisé, la chute irréprochable... J'ai aimé, c'est tout!

   Doumia   
18/8/2008
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
C'est magnifique , j'en ai les larmes aux yeux, le fond est superbe, quand à la forme, elle doit être parfaite et si elle ne l'était pas, la profondeur de ce poème nous le ferait oublier.
J'ai beaucoup de plaisir à vous lire. Merci

   Anonyme   
19/12/2008
J'ai aimé.
Je fais sobre.

   Ephemere   
13/1/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Je viens après tout le monde mais mon idée de ce poème est originale (dans le contexte des évaluations). J'en aime la moitié et donc l'autre moitié...
D'abord j'ai eu du mal à lire, butant sur les mots : "Psychiatrie". tu dis tri-e toi ? Le mot est dur et trivial (bien que vrai) ; pour moi les vers sont bancals, le rythme secoué (pas toujours bien sûr).
J'aime bien : "Le regard absorbé par le mur peint en blanc,
Y regarde passer les couleurs de sa vie…" et les deux derniers vers même s'il existe des répétitions. Et j'adore les vipérines.
Le thème est intéressant mais parfois traité d'un peu trop près.
Impression mitigée.
par contre j'ai bien aimé ton interview.
FMR

   Flupke   
7/2/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Une évocation très réussie de ce qu'il reste après, malgré tout, dans le monde intérieur. Ce poème m'a ému.

   brabant   
13/4/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Bidis,


J'ai trouvé ce poème superbe :
- pour son titre en premier lieu
- ses images
- son mur devenu écran où se jouent sur fond blanc :
° toute la palette des couleurs
° les fleurs des champs... et les autres
° une aventure d'amour courtois
- la sagesse de l'héroïne qui fait de ce mur un refuge ; n'est pas folle celle qui y noie sa peur.

On se croirait au bord du vertige et on est en pleine sérénité. C'est une manière très originale de rentrer dans le mur (lol)


Une réserve : le Y n'a de l'adresse que celui d'être un pied :) vers 4 lol


Sinon j'ai vraiment bien aimé.


Oniris Copyright © 2007-2017