Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
Bernie63 : Bouge, Mouve...
 Publié le 13/05/09  -  10 commentaires  -  1595 caractères  -  106 lectures    Autres textes du même auteur

Cette chanson a été écrite à la demande d'un ami virtuel : Lionel. C'est mon monde... Je suis en fauteuil depuis 1990 et je ne baisse pas les bras face à la Vie... J'ai essayé d'écrire un "hymne" positif sur le handicap... J'espère avoir réussi... À vous de me le dire.

Merci de me lire.


Bouge, Mouve...



Aujourd'hui, même cassé,
Faut penser à te relever.
Oublier les douleurs,
Le malheur et les rancœurs.
Réagir, faut que tu bouges,
Ne plus dormir, tout voir en rouge.
Montre-leur, à tous, ta volonté,
Prouve- toi que tu vas avancer.

Ce matin tu as la hargne,
Tu vas escalader les montagnes,
Cette nuit un rêve te l'a prédit,
Que tu allais relever le défit.
Réveille-toi, et prends les armes,
Se fatiguer, et rouler pour avancer…
Offre-toi de nouvelles amitiés,
Et que jamais plus tu ne désarmes…

Autour de toi, le monde est là,
Il t'attend et il ouvre ses bras,
C'est un monde, tout en couleur,
Ose donc pousser la porte du bonheur.
Crois en toi, ça en vaut la peine,
Ne monte plus là-haut, plein de haine,
Autour de toi, des gens qui t'aiment,
Sur une autre vague, loin, ils t'emmènent…

Même si ton corps est déglingué,
Ça ne vaut pas le coup de te flinguer,
Mettre dans ta tête ce petit changement,
T'auras qu'à modifier le mouvement.
Espérer et en confiance, sois plein de rage.
Bats-toi, travaille dur, toujours avec courage,
Pour évoluer dans ce monde, autrement.
Même si tout te semble différent.

Abandonne tes histoires noires,
Fabrique-toi un mode couleur,
Qu'à chaque fois que tu douteras,
Tu visionneras au fond de ton cœur.
Ton handicap devient Ta réalité,
Bienvenue dans Ma normalité.
Faire accepter nos différences,
Au monde, avec finesse et Intelligence.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   widjet   
13/5/2009
 a aimé ce texte 
Pas
Loin de moi l’idée de ne pas admettre et de saluer la sincérité et la témérité du propos. L’auteur a du cran et je dis bravo déjà.
Mais dans un souci de respect pour les personnes, j’essaie de ne jamais tenir compte de celui ou celle qui écrit, de son état, de son vécu. C’est comme ça que je pense respecter le mieux l’artiste qui se cache derrière l’homme ou la femme.

Je ne parle que du texte. Rien que de ça.

Alors, désolé mais pour moi, si l’intention est belle le contenu est totalement raté. D’un académisme absolu, sans trouvaille, sans surprise, sans originalité (je ne cite pas les phrases ou formules convenues, ou maladroites ou lourdes, y’en a un wagon, d'autres le feront sans doute). Il y a de la force, de la vigueur dans l’intention pas dans la façon de traduire cette volonté.

Navré, c’est mon ressenti. Il vaut ce qu’il vaut.

W

   Garance   
13/5/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ah, le contenu me plaît énormément !
Et cette phrase : " T'auras qu'à modifier le mouvement", cette phrase est valable pour tout homme, car notre esprit avec ou sans raison tourne souvent en rond et nous hypnotise. Un choc, le temps de l'accepter... et on découvre une spirale que je souhaite ascentionnelle pour toi et ton ami.
Garance

   Marquisard   
13/5/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
En premier lieu les pathos m'ont ennuyé, le propos s'y prête à merveille, c'est sûr, néanmoins je pense que l'illustrer de manière purement allusive aurait donné une tout autre force au message. c'est mon avis.
ensuite la forme est très convenue, sans saveur, sans surprise, les clichés abondent. ce qui déssert une fois de plus le propos. Un texte qui mériterai d'évoluer à mon avis.

Au plaisir

   Anonyme   
13/5/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Je vais rejoindre widjet pour le coup, sur le "fond et le jugement". Le poème manque vraiment de "folie".
Des rimes comme "armes/désarmes" ou "Tu as la hargne/Tu vas escalader les montagnes"... Franchement pas transcendant.
Tout le poème pourrait être cité ainsi, pratiquement.
Non, même sincère, ça ne passe pas.

Force et inspiration!

   Anonyme   
13/5/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
De très louables intentions dans ce texte qui , à force d'impératifs et d'infinitifs donne la "gniac". On sent la rage de vivre comme n'importe qui.

Je regrette deux choses:
- que les idées se répètent et piétinent: ce texte manque de progression, de structure.
- l'inégalité des vers qui donne un rythme bancal
- pas assez de poésie: un langage de tous les jours. Certes, il y a des rimes au bout des vers, mais pas assez de jeux sur les sonorités. Pourtant, le propre du slam (et là le sujet s'y prète bien) est de travailler sur les sonorités.

Bonne continuation!

PS: pas de "t" à "défi"

   Anonyme   
13/5/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Le texte est moyen dans sa forme.
Force est de constater que le handicap est un combat.
Généralement j'exècre la mièvrerie, mais la sincérité et la simplicité du texte me touche.
Le sujet est lourd et je salue l'optimisme

   nico84   
13/5/2009
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Pour l'intention, j'admire. Je n'ai rien à dire sur le fond qui est vraiment positif et optimiste, ça fait plaisir à lire.

Sur la forme, je commence par le positif. J'ai bien aimé le dernier quatrain.

Pour le reste, ce n'est pas assez recherché, on est assez loin d'une poésie dans la beauté et sa recherche.
On lit des vers qu'on a l'impression de toujours avoir lu voire entendu.

Je n'adhére pas à la forme, pas du tout. Ne vous indignez donc pas comme mon évaluation car le message doit passer mais la forme est à revoir pour ce faire davantage entendre.

   David   
14/5/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Bonjour Bernie,

"Aujourd'hui", "ce matin", "autours de toi", c'est peut être un peu long pour situer dans le temps et l'espace, ce sont les premiers mots des 3 premières strophes. "Même si ton corps est déglingué" - "Abandonne tes histoires noires" sont le début des deux suivantes. toute la chanson est là, pour les idées il me semble.

Ce qui est dit sur le renoncement au dépit, à l'aigreur, le jeu des mots sur les couleurs aussi, ça ne ressort pas bien dans le plan du poème.

Le ton est "didactique" je veux dire par là que c'est un genre de prêche, de mode d'emploi pour s'en sortir, il y a d'autres façons pour aborder le sujet - je ne trouve pas ça nul - mais je me dis que ce n'est pas le chemin le plus facile, qu'il est dangereusement évident. Dangereux car en écoutant des mots sur le même modèle à propos du handicap comme ici, de la misère, la solitude, la maladie, le racisme, etc, à la fin je n'entend plus, je reconnais le plan, la façon de faire, ce que je dis au début, mais je reste anesthésié au message.

   Anonyme   
25/5/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour Bernie,

Le thème du poème est parfait, la sincérité de tes propos je ne les remets pas en cause, tout comme mes autres confrères je parlerais du poème en question et de son écriture.

Le titre ne m'attire pas, j'ai lu le poème grâçe à la description, sans quoi, ça ne m'aurais pas vraiment accroché, il n'est pas assez dynamique peut être, un peu trop "mou"ve ...
Les 4 premiers vers sont trés beau, mais pour moi les mots qui suivent, mais aussi dans les autres strophes pourraient être mieux choisis.
Aprés il y a des retours en arrières fréquents, peut-être voulus mais qui ne vont pas je pense, la première et seconde strophe mettent l'accent sur la hargne, les rancoeurs, le malheur, à partir de la troisième strophe les couleurs arrivent puis le bonheur et puis le mot " haine " ... Ca casse un peu je pense tout ces retours en arrière ... C'est peut être voulu aprés tout ? L'irrégularité des sentiments peut être interpréter comme ceux ressentis mais c'est la construction qui moi ne m'accroche pas.

" Faire accepter nos différences,
Au monde, avec finesse et Intelligence. "
Ce sont bien de choses qu'il faudrait effectivement =)

   Anonyme   
28/7/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Déjà votre titre m'a attiré, " Bouge, Mouve... ", puis j'ai lu votre incipit ... Maintenant je viens de lire une première fois votre écrit, et là je me dis, est-ce que je saurais avoir ces mots, avoir cette force, cette volonté d'avancer coûte que coûte ...

Le "balancement" entre incertitude et certitude, se comprend bien aisément, mais ici l'optimisme l'emporte le plus souvent "Prouve-toi que tu vas avancer".

" Ce matin tu as la hargne,
Tu vas escalader les montagnes",

Qui n'a pas fait ce rêve pour se motiver, pour se prouver que rien n'est impossible, pour aller de l'avant.

" Offre-toi de nouvelles amitiés,
Et que jamais plus tu ne désarmes…"

Vous avez l'envie que l'on vous voit tel que vous êtes vraiment, nouvelles amitiés, nouveaux regards, neufs sur Vous.

" Crois en toi, ça en vaut la peine, "



" Autour de toi, des gens qui t'aiment,
Sur une autre vague, loin, ils t'emmènent… "

Je pourrais reprendre votre écrit en son entier, vous avez le ton juste et simple, peu importe la forme, ce n'est là pas vraiment le plus important à mon sens, j'entends vos mots maladroits mais percutants, enthousiastes, ils disent ce qui est sans ambages.

Vos mots me touchent énormément, vous ne faites pas dans le pathétique, le racoleur, vous exprimez ici toutes vos craintes, votre désarroi mais aussi tous vos espoirs, vos demains qui ne seront pas faciles, sans doute, comme tout un chacun, vous êtes objectifs, vous arrivez à faire la part des choses, quelle force vous avez en vous, le plus important cette confiance, tout valeur de poids, vous êtes capable de vous réaliser, de vous projeter et surtout d'accepter ce fait.

" Qu'à chaque fois que tu douteras,
Tu visionneras au fond de ton cœur.
Ton handicap devient Ta réalité,
Bienvenue dans Ma normalité. "

Un texte qui m'a interpellé, il m'a rappelé une personne, qui évoluait dans le milieu professionnel, où j'étais, il était notre égal en tout domaine, il était très chaleureux, avait un tempérament extra, souriant et enjoué. Nous nous sommes perdus de vue, car il a décédé de voyager.


Oniris Copyright © 2007-2022